900 pages de documents « top secret » expliquent comment la pandémie a été planifiée

Plus de 900 pages de documents top secrets récemment publiés sur la pandémie exposent pour la première fois à travers des documents officiels comment les États-Unis ont financé la recherche mortelle sur les coronavirus au laboratoire de Wuhan par l’intermédiaire d’une organisation appelée EcoHealth Alliance.

900 Pages Of Top Secret Docs Expose How The Pandemic Was Planned

Des documents récemment publiés fournissent des détails sur la recherche financée par les États-Unis sur plusieurs types de coronavirus à l’Institut de virologie de Wuhan en Chine.

The Intercept a obtenu plus de 900 pages de documents détaillant le travail d’EcoHealth Alliance, une organisation de santé basée aux États-Unis qui a utilisé l’argent fédéral pour financer la recherche sur le coronavirus des chauves-souris au laboratoire chinois.

Bien que nos lecteurs réguliers sachent qu’une grande partie de ces informations et documents et bien d’autres ont déjà été publiés par GreatGameIndia depuis le début de la pandémie déclarée (comme le montreraient les liens intégrés dans l’article).

La mine de documents comprend deux propositions de subventions inédites qui ont été financées par l’Institut national des allergies et des maladies infectieuses, ainsi que des mises à jour du projet relatives à la recherche d’EcoHealth Alliance, qui a été examinée dans le cadre d’un intérêt accru pour les origines de la pandémie.

Les documents ont été publiés dans le cadre d’un litige en cours sur la Freedom of Information Act par The Intercept contre les National Institutes of Health. The Intercept met les documents complets à la disposition du public. 

« Il s’agit d’une feuille de route pour la recherche à haut risque qui aurait pu conduire à la pandémie actuelle », a déclaré Gary Ruskin, directeur exécutif de U.S. Right To Know, un groupe qui a enquêté sur les origines de la Covid-19.

L’une des subventions, intitulée « Comprendre le risque d’émergence du coronavirus des chauves-souris », décrit un effort ambitieux mené par le président de l’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, pour dépister des milliers d’échantillons de chauves-souris à la recherche de nouveaux coronavirus. La recherche a également impliqué le dépistage des personnes qui travaillent avec des animaux vivants.

Les documents contiennent plusieurs détails critiques sur la recherche à Wuhan, y compris le fait que des travaux expérimentaux clés avec des souris humanisées ont été menés dans un laboratoire de niveau de biosécurité 3 au Wuhan University Center for Animal Experiment – et non à l’Institut de virologie de Wuhan, comme on le supposait auparavant.

La subvention contre le coronavirus de chauve-souris a fourni à EcoHealth Alliance un total de 3,1 millions de dollars, dont 599 000 $ que l’Institut de virologie de Wuhan a utilisé en partie pour identifier et modifier les coronavirus de chauve-souris susceptibles d’infecter les humains.

Même avant la pandémie, de nombreux scientifiques s’inquiétaient des dangers potentiels associés à de telles expériences.

La proposition de subvention reconnaît certains de ces dangers :

« Le travail sur le terrain implique le risque le plus élevé d’exposition au SRAS ou à d’autres CoV, tout en travaillant dans des grottes avec une forte densité de chauves-souris et le potentiel d’inhalation de poussière fécale. » 

Alina Chan, biologiste moléculaire au Broad Institute, a déclaré : « Dans cette proposition, ils soulignent en fait qu’ils savent à quel point ce travail est risqué. Ils n’arrêtent pas de parler de personnes susceptibles de se faire mordre – et ils ont tenu des registres de toutes les personnes mordues. EcoHealth possède-t-il ces dossiers ? Et sinon, comment peuvent-ils exclure un accident lié à la recherche ? »

Selon Richard Ebright, biologiste moléculaire à l’Université Rutgers, les documents contiennent des informations critiques sur les recherches effectuées à Wuhan, notamment sur la création de nouveaux virus.

« Les virus qu’ils ont construits ont été testés pour leur capacité à infecter des souris qui ont été conçues pour afficher des récepteurs de type humain sur leur cellule », a écrit Ebright à The Intercept après avoir examiné les documents.

Ebright a également déclaré que les documents indiquent clairement que deux types différents de nouveaux coronavirus ont pu infecter des souris humanisées.

« Pendant qu’ils travaillaient sur le coronavirus lié au SRAS, ils menaient en même temps un projet parallèle sur le coronavirus lié au MERS », a déclaré Ebright, faisant référence au virus qui cause le syndrome respiratoire du Moyen-Orient.

La subvention a été initialement accordée pour une période de cinq ans – de 2014 à 2019. Le financement a été renouvelé en 2019 mais suspendu par l’administration Trump en avril 2020.

La deuxième subvention, « Comprendre le risque d’émergence de virus zoonotiques dans les points chauds de maladies infectieuses émergentes en Asie du Sud-Est », a été attribuée en août 2020 et s’étend jusqu’en 2025.

La proposition, rédigée en 2019, semble souvent prémonitoire, se concentrant sur l’augmentation et le déploiement des ressources en Asie en cas d’épidémie d’une « maladie infectieuse émergente » et se référant à l’Asie comme « le plus chaud des points chauds de l’EID ».

Pendant ce temps, le scientifique britannique controversé Peter Daszak a été retiré de la commission COVID-19 qui examine les origines de la pandémie après avoir aidé à dénoncer secrètement la théorie des fuites de laboratoire tout en omettant de mentionner ses liens étroits avec le même établissement.

Bien que les médias mainstream ne se tournent que maintenant vers la théorie des fuites de laboratoire, il existe de nombreuses preuves, comme cela a été publié par GreatGameIndia, qui montrent que la pandémie était en fait planifiée depuis le début.

Mirastnews

Le pathologiste en chef allemand sonne l’alarme sur les blessures mortelles causées par le vaccin Covid : « Le vaccin est la cause de la mort dans 30 à 40 % des autopsies de personnes récemment vaccinées »

Le directeur de l’Institut pathologique de l’Université de Heidelberg, Peter Schirmacher, a effectué plus de quarante autopsies sur des personnes décédées dans les deux semaines suivantes la réception d’un vaccin Covid-19 et a exprimé son inquiétude face à ses conclusions .

Schirmacher a déclaré que 30 à 40 cent des personnes qu’il a examinées sont mortes du vaccin et qu’à son avis, la fréquence des conséquences mortelles des vaccinations est «sous-estimée».

À la suite de ses découvertes, Schirmacher a appelé à davantage d’autopsies de personnes vaccinées pour déterminer davantage si les vaccins sont liés à des décès. Il a averti que le nombre élevé de cas non signalés de décès par vaccination est dû au fait que “les pathologistes ne remarquent rien sur la plupart des patients qui meurent après et possiblement d’une vaccination”.

Malgré la sonnette d’alarme concernant les vaccins, beaucoup ont émis les conclusions de Schirmacher, l’Institut Paul Ehrlich qualifiant les déclarations du directeur d’”incompréhensibles”. Le laquais du chancelier, l’immunologiste allemand principal Thomas Mertens, a immédiatement rejeté les conclusions : “Je ne connais aucune donnée qui permet de faire une déclaration justifiable ici et je ne suppose pas un nombre non déclaré.”

L’immunologiste Christian Bogdan de l’hôpital universitaire d’Erlangen, membre de la Commission permanente de vaccination (STIKO), a également contredit l’hypothèse de Schirmacher d’un « nombre élevé de complications de vaccination non signalées, voire de décès » .

Malgré les critiques, Schirmacher a reçu le soutien de ses propres rangs, et l’Association fédérale des pathologistes allemands a déclaré que davantage d’autopsies de personnes vaccinées décédées dans un certain délai après la vaccination doivent être effectuées.

Le responsable du « Groupe de travail Autopsie » de cette association à prendre en compte les médecins généralistes et les autorités sanitaires. Fondamentalement, les médecins des patients décédés dans les jours ou semaines suivants la vaccination doivent demander une autopsie en cas de doute ou les autorités sanitaires doivent prendre des mesures,

L’Association fédérale des pathologistes l’avait déjà demandé en mars dans une lettre au ministre de la Santé Jens Spahn (CDU), mais cela est resté sans réponse.

Bien sûr, il convient de noter que l’avertissement de Schirmacher pourrait faire perdre à diverses sociétés pharmaceutiques des milliards de dollars d’activités à long terme, ce qui explique ses conclusions ont été scrutées et ternies par l’agenda pro-vaccin.

Cependant, la réputation et le sérieux de Schirmacher ne peuvent être ignorés.

Schirmacher lui-même dirige déjà un projet d’autopsie sur des personnes décédées du Covid-19, qui est subventionné par l’État. Il a ensuite élargi l’attention et a commencé à effectuer des autopsies sur plus de 40 personnes vaccinées décédées. Alors que ses résultats ne représentent qu’une petite taille d’échantillon, il s’agit d’une inquiétante d’un tableau plus large : 30 à 40 pour cent sont morts de la vaccination elle-même. Le pathologiste a cité “des effets secondaires rares et graves de la vaccination – tels que la thrombose veineuse ou les maladies auto-immunes”.

En réponse aux critiques, Schirmacher a nié un manque de compétence, déclarant: “Les collègues ont définitivement tort car ils ne peuvent pas évaluer cette question spécifique avec compétence.” De plus, le directeur a déclaré qu’il n’essayait pas de semer la peur et qu’il n’était pas opposé aux vaccinations, car il a lui-même reçu le vaccin.

Il ne sera pas surprenant de voir dans les semaines à venir la réputation de Schirmacher complètement déchirée dans les médias, en ligne et dans la communauté scientifique et médicale.

Résistance mondiale

Toulouse : un groupe « indéterminé » attaque la manifestation anti pass-sanitaire (vidéo)

Les bonnes vieilles méthodes barbouzardes ont encore de beaux jours devant elles semble-t-il. Ce sont des images violentes qui ont été diffusés sur Twitter et montrent des manifestants anti Pass Sanitaire attaqués par des personnes armées de bâtons. Qui sont réellement ces violents défenseurs de Big Pharma ?

Big Covid s’attaque aux enfants : un marché qui vaut des milliards !

Pour les six premiers mois de 2021 Pfizer, BioNtech et Moderna ont tiré 85 % de bénéfices des vaccins anti-covid. Pour vous donner une idée : un vaccin vendu 19,50€ rapporte 16,50 € au laboratoire. Au cours de l’année 2021, Pfizer a carrément doublé son chiffre d’affaires lié aux vaccins (de 15 milliards de dollars en février, il est passé à 33,5 milliards de dollars pour l’année entière). Moderna est passé d’un profit de 69 millions en 2020 à 7,35 milliards en 2021. L’Investisseur sans costume nous explique comment les laboratoires se goinfrent.

Les laboratoires ne courent aucun risque ! 

– Aucun risque commercial (les fonds sont publics, les vaccins vendus avant même que les usines pour les produire soient construites).
– Aucun risque juridique (dans les contrats avec l’Union européenne les laboratoires n’ont aucune responsabilité en cas d’effets secondaires ou de retard de livraison). BigPharma dépense au miniumm 36 millions d’euros en lobbying à Bruxelles par an. Ceci explique cela.
– Aucun risque de concurrence (les brevets en font un monopole). L’OMS voulait faire tomber les brevets, mais les laboratoires s’y sont opposés et ce n’est pas l’OMS de Bill Gates qui peut leur résister.

Et pourquoi pas vacciner les moins de 12 ans !

Quand on ne court aucun risque, tout est permis, y compris vacciner la tranche d’âge qui n’a quasiment rien à craindre du covid. Les essais de Pfizer ont enrôlé 4 500 enfants de 6 mois à 12 ans, en prenant un peu de retard car Pfizer avait « oublié » de mentionner les risques d’effets secondaires dans les contrats. Il a donc fallu les refaire. Des millions de populations vaccinées n’ont pas eu la possibilité de porter plainte, mais les quelques  participants aux essais officiels y ont droit. Mais comment arriver à des résultats statistiques significatifs avec seulement 4 500 enfants, suivis pendant deux ou trois mois ? Le vaccin n’est injecté que sur 3 000 (le reste sera un groupe placebo). 

Rien ne justifie ces essais

Lors du dernier pic en France, sur 7 à 8 millions d’enfants, les moins de 19 ans n’ont été que 160 à avoir été hospitalisés pour le covid, les moins de 12 ans moins de 100. Des chiffres minimes. Avec ou sans comorbidité (obésité) ? Ce n’est pas précisé. Il n’y a eu que 10 décès (toujours sur 7 à 8 millions d’enfants !). Avec le covid ou du covid ? Là non plus ce n’est pas précisé. Rien ne justifie des études sur le covid des enfants, puisqu’ils en sont exempts. Pfizer va devoir créer de faux cas symptomatiques. Quant aux effets secondaires, ils viendront noircir un peu plus la réputation de Pfizer, qui n’est pas à ça près

Pourquoi cette obsession du covid ?

Les bronchiolites en France (la première cause d’hospitalisation) ne causent jamais plus 2 000 hospitalisations par semaine pour les moins de deux ans. Cela représente pourtant vingt fois plus d’hospitalisations que le covid. En 2020 les bronchiolites ont chuté. Est-ce dû au confinement ? Pourquoi les laboratoires ne font-ils aucune étude là-dessus ? La réponse est : pour ne prendre aucun risque. 

Encouragé par son impunité, Pfizer nous menace de :

– la thérapie génique avec l’ARNm pour soigner des maladies rares (une illusion selon Jacques Testart),
– la vaccination des moins de 12 ans qui ne courent aucun risque avec le covid,
 la vaccination des vaccinés qui devront faire une troisième dose puisque les deux premières se révèlent inefficaces…,
– la vaccination contre la grippe aux États-Unis (en France ce serait plutôt Sanofi cette année).

 Planètes 360

Que se passe-t-il dans un corps humain qui reçoit une injection ARNm ou ADN contre le Covid-19 ? (video)

Voici une vidéo très instructive sur le fonctionnement de la protéine Spike  que sa présence soit due à la maladie ou aux injections des produits expérimentaux qui demandent aux cellules de produire la même protéine Spike toxique en grande quantité dans le corps, et pour une durée indéterminée. La vidéo évoque également d’autres aspects des quatre produits expérimentaux nommés « vaccins » qui sont actuellement injectés à une grande partie de la population, notamment occidentale.

Cette vidéo explique notamment comment la protéine Spike s’accroche principalement à deux récepteurs, ces accroches ayant été facilitées par manipulation génétique en laboratoire. Ces deux récepteurs sont les ACE2 qui entraînent des complications liées au système sanguin (thromboses, AVC, myocardites, embolies pulmonaires…), et les NRP1  ou Neuropiline-1 – qui entraînent des complications plus particulièrement liées au système neurologique (paralysies, syndrome de Guillain-Barré…).

SOTT

L’ivermectine après l’hydroxychloroquine : Coronacircus saison 2

TRIBUNE – Vous avez plébiscité la saison 1 sur l’hydroxychloroquine pendant le premier confinement, avec son couple de pieds nickelés de l’Arizona qui ingère un nettoyant pour aquarium à base de chloroquine après avoir entendu la déclaration de Donald Trump vantant les mérites de cette molécule.

Vous avez apprécié les épisodes porno soft avec la très sulfureuse Ariane Anderson, cette ancienne « dame » issue du monde de la prostitution et de l’industrie pornographique, reconvertie pour l’occasion en directrice des ventes de la société Surgiphere qui a fourni les données de l’étude frauduleuse du Lancet, qui avait déclaré l’hydroxychloroquine dangereuse. Vous avez également aimé la figure du héros marseillais qui soigne avec cette molécule, se battant seul contre tous pour ses patients… Alors vous allez adorer la saison 2, déjà bien avancée, intitulée “Ivermectine”.

Cette saison sensationelle a connu un nouvel épisode avec les déclarations fracassantes du journal Rolling Stone qui n’hésite pas à titrer “les urgences étaient remplies d’overdoses d’ivermectine”, relayant la fake news du docteur Jason McElyea de l’Oklahoma avant de reconnaître son erreur. Et tandis que ceux qui accusent les medias mainstream de divulguer des mensonges se font toujours traiter de complotistes, l’hôpital dément catégoriquement les propos du docteur McElyea, informant au passage que cet homme ne travaille plus chez eux depuis deux mois.

Dans cette saison, vous pourrez également suivre les aventures d’un nouveau pied nickelé. Cette fois-ci, l’affaire se passe en Australie. Hospitalisé pour avoir pris une surdose de cette molécule, son histoire a ému tout le monde médical, particulièrement la FDA qui, malgré toute son attention portée à sauver l’humanité par la vaccination, a trouvé le temps de mettre en garde les citoyens contre l’ivermectine, une molécule qu’elle a décrétée… réservée aux animaux :

Dans un communiqué émouvant, elle a d’ailleurs lancé cet appel vibrant : « Vous n’êtes pas un cheval. Vous n’êtes pas une vache. Sérieusement arrêtez tout maintenant ».

Lire la suite

Patrick Cohen face à Olivier Véran : « Ce n’est pas le vaccin qui va nous débarrasser de ce virus » (video)

Alors là, c’est carrément la bavure ! Voilà que Patrick Cohen semble découvrir ce que les plus abominables complotistes clament depuis un an et demi ! Ce n’est pas le vaccin qui va nous débarrasser du virus, affirme-t-il. Bon, nous on savait mais pourquoi avoir alors interdit les traitements connus, même imparfaits, et avoir interdit aux médecins de soigner les patients atteints du Covid ? Ce sera peut-être pour l’une de ses prochaines interventions ?

En bonus, la tronche d’Olivier Véran à l’écoute de ce qu’il sait depuis longtemps mais qu’il n’imaginait jamais devoir être révélé publiquement.

21 000 % d’augmentation de prix sur le sperme … des non vaccinés

« C’est le nouvel or blanc, oubliez le BitCoin ; l’argent réel est dans le sperme de non vacciné », a déclaré Sam Yankwell d’une banque de sperme locale, GoodSeed 4U.

« Personne n’est intéressé par le matériel (sperme) post-vaccinal ; tout ce dont ils se soucient, ce sont des échantillons pré-Covid et certifiés non vaccinés. Nos téléphones sonnent sans arrêt ! »

Ces clients sont-ils instruits sur la science ?

« Nos clients sont issus de la population la plus instruite. En fait, nos premiers clients étaient les mêmes scientifiques et fabricants payés pour formuler les vaccins Covid. Ils comprennent que les tests humains ont été ignorés avant de se précipiter sur le marché des différentes concoctions appelées « vaccins » anti-covid.

Y a-t-il autre chose qui contribue à l’augmentation de la demande ?

« Les donneurs non vaccinés après 2020 ont l’avantage supplémentaire de rechercher des QI plus élevés, des compétences de pensée logique et une pensée indépendante. Après tout, pourquoi choisir de s’injecter du matériel non testé alors que ne rien faire du tout ne comporte pratiquement aucun risque ? 

Ajoutez à cela l’obtention probable d’une immunité à vie pour la plupart de la population, et vous pouvez voir pourquoi nos donateurs plus logiques sont arrivés à cette conclusion. »

« Nous prévoyons d’offrir aux donneurs non vaccinés une incitation à venir régulièrement. Ensuite, bien sûr, nous devrons rivaliser avec l’UBI, le chômage et les aumônes gratuites de l’État, mais nous sommes déterminés à élaborer un plan pour favoriser la prochaine génération avec le GoodSeed.

Cogiito

Le gouvernement est sourd, il va falloir faire un peu plus de bruit… Liste des rassemblements du samedi 11 septembre


👉🏼Abbeville 14h Mairie
👉🏼Agen 14h Place Gravier
👉🏼Aix-en-Provence 10h La Rotonde
👉🏼Ajaccio 14h Gare
👉🏼Albertville 10h30 Parking du pénitencier + pique nique en fin de manif Square Soutiras (vers midi)
👉🏼Albi 14h Place Vigan
👉🏼Alençon 11h ⚠️ changement : Rdv Anova Parc des expos pour Pique-nic (au lieu de manif à 14h Halle au Blé, annulée?)
👉🏼Alès 17h Sous-Préfecture
👉🏼Amiens 14h Maison de la culture
👉🏼Angers 15h Place du Ralliement
👉🏼Angoulême 14h Place New York
👉🏼Annecy 14h Pâquier (+12h pique nique avant la manif au même endroit)
👉🏼Annonay 11h Place des Cordeliers
+14h Davézieux: Rond Point Subway (Gilets jaunes)
👉🏼Antibes 10h30 Rond point de Provence
🔸️Arcachon 10h Port de Teste
❌Argentan 9h30 Gare SNCF annulée pour ce samedi
🔸️Arles 14h Place de la République
👉🏼Arras 16h Place Maréchal Foch (Avec arrivée du cortège Voitures/ Motos au départ de Douai à 13h Place Barlet)
👉🏼Aubenas 14h Place du château
👉🏼Auch 14h Place de la libération
👉🏼Aurillac 10h Place des Droits de l’homme
👉🏼Autun 15h devant le kiosque à musique Place du champs de Mars
👉🏼Auxerre 14h Place l’Arquebuse
👉🏼Avignon 14h Place de l’Horloge
👉🏼Avranches 14h Place Patton
👉🏼Bandol 17h Péage
👉🏼Barcelonette 14h Place de la Mairie
👉🏼Bar-le-Duc 14h Gare
👉🏼Basse-Terre (Guadeloupe) 8h Parking Wompwen Chouval
👉🏼Bastia 18h Préfecture

Lire la suite

En Inde, le seul État où l’épidémie flambe actuellement est celui qui a le plus vacciné

En Inde, le seul État où l'épidémie flambe actuellement est celui qui a le plus vacciné

L’Inde a réussi, même si Big Pharma ne le veut pas !

L’inde ne pouvait pas réussir. Depuis six mois, je suis ce qu’il se passe dans ce pays, grand producteur de médicaments, de vaccins et du fameux kit Ziverdo. L’incroyable victoire contre la maladie a surpris, et pourtant nos médias ne peuvent l’admettre, alors ils mentent.

Quelques rappels : le Kerala a un taux de vaccination comparable à celui de la France pour les plus de 65 ans ; l’ivermectine y est proscrite ; il impose un passe sanitaire. Résultat : la semaine dernière, le Kerala représentait 50 % des décès covid-19 de l’Inde, alors qu’il compte seulement 3 % de sa population totale.closevolume_off

Histoire d’un mensonge médiatique

La presse commença par dresser un tableau apocalyptique de l’Inde en avril dernier. Elle confondit inhumation rituelle et panique devant la covid-19. Le Gange est un fleuve sacré…

Puis, elle expliqua que le nombre de cas était sous-évalué. Malheureusement pour nos journalistes, l’omniprésente OMS ne confirma pas l’accusation et ses employés saluèrent la mobilisations des autorités locales, en particulier de l’Uttar Pradesh. L’OMS a depuis longtemps confirmé la surprenante qualité du système de surveillance des épidémies dans ce pays. De plus les accusations ne pouvaient expliquer les différences énormes entre les États du pays.

Alors, comment l’expliquer ?

Le New York Times a rapporté que la baisse colossale des cas de COVID en Inde était inexplicable, et la BBC a déclaré que la montée du Kerala était également un mystère. En France, la presse a manifesté une certitude : ça ne peut être grâce à l’ivermectine.

Libération écrit : « Parmi les questions parvenues à CheckNews au sujet de la situation en Inde, certaines  interrogent le rôle qu’a pu jouer un traitement, l’ivermectine, ajouté le 28 avril à la liste des traitements recommandés par le ministère de la Santé indien (pour les formes légères et asymptomatiques). De fait, cette décision – et a fortiori son déploiement sur le terrain – sont postérieures au pic des infections. On remarquera en outre qu’en Inde, l’ivermectine n’a pas été préconisée en prophylaxie (pour prévenir l’infection), avec donc peu d’effets attendus de manière précoce sur l’évolution des nouveaux cas. À noter que quarante jours après avoir ajouté l’ivermectine à la liste des traitements recommandés, le ministère de la Santé indien a révisé son jugement. Depuis la seconde semaine de juin, ce traitement ne figure plus dans les recommandations – pas plus que l’hydroxychloroquine la doxycycline, le favipiravir ou l’azithromycine. »

Toute la presse partage le délire de l’AFP : Le Figaro ; L’indépendant ; France Culture.

Il faut dire que le pays enregistrait chaque jour 4 000 décès covid-19, et brutalement les chiffres s’effondrent…

Lire la suite

Un lanceur d’alerte de haut rang de la NSA : « Notre objectif final est le contrôle total de la population »

Nous on est quelques centaines ou milliers à l’avoir compris mais lorsque c’est un haut responsable de la NSA qui le dit, ça vaut peut-être le coup de prêter l’oreille, non ?

Un ancien haut responsable de la National Security Agency a déclaré que l’objectif final de la NSA était le « contrôle total de la population ».

William Binney est l’un des responsables du renseignement les mieux placés à avoir dénoncé la NSA. Il a fait les gros titres lorsqu’il a démissionné en 2001 après le 11 septembre, après avoir travaillé plus de trente ans pour l’agence de renseignement. Casseur de codes de premier plan contre l’Union soviétique pendant la guerre froide, il s’est retrouvé horrifié par les programmes de surveillance massifs et illégaux des États-Unis.

Il y a sept ans, il a déclaré ce qui suit :

« Au moins 80 % des câbles de fibre optique dans le monde passent par les États-Unis, ce n’est pas un hasard et cela permet aux États-Unis de voir toutes les communications entrantes. Au moins 80 % de tous les appels audio, et pas seulement les métadonnées, sont enregistrés et stockés aux États-Unis. La NSA ment sur ce qu’elle stocke. Le but ultime de la NSA est le contrôle total de la population. »

Rapport de Thepulse.one : Les justifications de ce niveau de surveillance semblent toujours être « pour nos meilleurs intérêts ». Mais de nombreuses « crises » qui existent et persistent, dans de nombreux cas selon mes recherches, sont créées et perpétuées par ceux-là mêmes qui proposent la solution. Ces « crises » sont très rentables pour les personnes puissantes.

Prenez le COVID, par exemple, un rapport récent d’Oxfam est l’un des nombreux rapports qui expliquent comment les personnes les plus riches du monde ont vu leur richesse augmenter considérablement depuis le début de la pandémie, alors que la plupart des autres ont beaucoup souffert de la pandémie.

Lorsqu’il s’agit de contrôler la population, l’argent n’est pas la motivation, le contrôle de la population en soi semble être la motivation. En tant que race humaine, nous laissons continuellement notre perception être manipulée, ce qui explique en grande partie pourquoi l’humanité accepte certaines mesures, comme la surveillance de masse par exemple.

Jamais auparavant il n’y a eu une époque où la curiosité et l’empathie sont autant nécessaires. Nous continuons à être divisés sur diverses questions et ne parvenons pas à avoir des conversations appropriées sur des sujets « controversés ». Le COVID en est un excellent exemple, et selon Snowden :

À mesure que l’autoritarisme s’étend, que les lois d’exception prolifèrent, que nous sacrifions nos droits, nous sacrifions également notre capacité à arrêter le glissement vers un monde moins libéral et moins libre. Croyez-vous vraiment que lorsque la première vague, cette deuxième vague, la 16e vague du coronavirus ne sera plus qu’un lointain souvenir oublié, ces capacités ne seront pas conservées ?

Une interview avec VICE, septembre 2020.

Anguille sous roche

Covid : le miracle africain

Le continent africain, malgré des conditions sanitaires qui n’ont rien à voir avec les nôtres, semble très bien se sortir de la situation. Selon l’Université John Hopkins, depuis 18 mois, il y a 14,5 fois moins de cas déclarés en Afrique que dans l’Union Européenne, rapporté au nombre d’habitants. On ne peut malheureusement pas comparer comme cela, car les Africains testent moins, donc ont moins de “cas positifs”. Ces déclarations sont plus à rapprocher du nombre de vrais patients.

Si cette comparaison présente un biais trop important, qu’en est-il des décès, qui eux ne dépendent pas du nombre de tests ? Depuis 18 mois, toujours chiffres John Hopkins, l’Afrique a 12 fois moins de décès que l’Union Européenne, rapporté au nombre d’habitants. Là encore, la comparaison brute n’est pas possible. En effet, chez nous ce sont surtout des plus de 70 ans qui meurent, chez eux cette population est très faible. Leur population est bien plus jeune que la nôtre et les jeunes ne meurent pas du Covid. Ceci dit, il y a 6 fois moins de plus de 70 ans en Afrique, et 12 fois moins de décès, avec pourtant des patients graves peu ou pas soignés qui devraient aggraver cette mortalité

Alors si on ne peut se comparer, comment étudier ce qui se passe en Afrique ? Pourquoi si peu de cas, si peu de décès ? Pourquoi n’a-t-on pas vu l’hécatombe projetée par l’OMS il y a 18 mois ? Pour le savoir, il faut comparer ce qui est comparable, c’est à dire les Etats Africains entre eux et non avec nous. C’est ce qui a été fait par Hisaya Taniokla, Sayaka Tanioka et Kimitaka Kaga, dans cette étude.

Les auteurs ont fait une analyse statistique de l’impact de l’Ivermectine, utilisée pour l’onchocercose, sur les taux de morbidité, de mortalité, de guérison et de létalité causés par le COVID-19, dans les 31 pays endémiques de l’onchocercose, utilisant le traitement. Ils ont comparé, pays par pays (voir leur étude détaillée), avec le taux de mortalité causé par le COVID-19 donné par l’OMS en Afrique.

Plus de 99% des cas d’onchocercose en Afrique ont lieu dans ces 31 pays ( Angola, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Afrique centrale, République du Congo, Côte d’Ivoire, République démocratique du Congo, Éthiopie, Gabon, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Guinée équatoriale, Kenya, Liberia, Malawi, Mali, Mozambique, Niger, Nigeria, Rwanda, Sénégal, Sierra Leone, Soudan du Sud, Tchad, Togo, Ouganda, Tanzanie, soit 973 millions d’habitants), qui font l’objet d’une campagne massive de l’OMS avec l’Ivermectine, en vue d’éradiquer la maladie. Les 22 autres pays (« groupe placebo » de 357 Millions d’habitants) ne l’utilisent pas.

Leur résultat principal est bien résumé par un graphique publié par un média Autrichien que voici. Il se passe quasiment de légende, la différence entre pays sous Ivermectine pour l’Onchocercose, et ceux qui n’en ont pas, est éloquente : 8 fois moins de cas pour chacune des 3 vagues qu’a connu l’Afrique.

Leur conclusion : « la morbidité et la mortalité dans les pays endémiques de l’onchocercose sont inférieures à celles des pays non endémiques. Le traitement communautaire de l’onchocercose par l’ivermectine est l’explication la plus raisonnable de la diminution du taux de morbidité et de mortalité en Afrique. Dans les zones où l’ivermectine est distribuée et utilisée par l’ensemble de la population, elle entraîne une réduction significative de la mortalité. »

Lire la suite

Robert De Niro promet 100 000 dollars à qui prouvera que les vaccins sont sans danger

La star hollywoodienne, convaincue que l’autisme de son fils est imputable à un vaccin, est sous le feu des critiques depuis qu’elle s’est personnellement impliquée dans une campagne anti-vaccination.

Mercredi, Robert De Niro a tenu une conférence de presse aux côtés de l’avocat et militant anti-vaccination Robert F. Kennedy Jr. sur la sécurité des vaccins, rapportent plusieurs médias anglo-saxons. Les deux hommes ont annoncé qu’ils avaient décidé d’offrir la somme de 100 000 dollars (95 000 euros) à qui pourrait prouver que le vaccin contre la rougeole, la rubéole et les oreillons était totalement sans danger pour la santé. 

La star hollywoodienne est convaincue que son fils, autiste, a “changé du jour au lendemain” après l’administration du thimérosal, un composé chimique contenant du mercure qui entre dans la composition des vaccins pour éviter toute prolifération bactérienne et fongique. Robert De Niro a appelé les journalistes à “commencer à parler honnêtement de cette question” et a invité le nouveau président Donald Trump, contre lequel il s’est publiquement engagé, à s’emparer de ce sujet, rapporte Sky News.

“Nous avons besoin d’un vrai débat public”

Robert De Niro est au centre d’une vive polémique aux Etats-Unis depuis qu’il s’est personnellement impliqué dans une campagne anti-thimérosal menée par Robert F. Kennedy Jr, qui établit un lien entre autisme et vaccination sur la base d’une étude scientifique controversée, et totalement réfutée par le corps médical et les autorités de santé. L’acteur s’est défendu d’être un “anti-vaccin”, un terme qu’il juge “mal connoté” et “utilisé pour clore tout débat”.  

“Nous avons besoin d’un vrai débat public”, a rebondi Robert F. Kennedy Jr, dans des propos rapportés par BuzzFeed. Le neveu de l’ancien président John Fitzgerald Kennedy s’est notamment fait connaître en publiant un livre choc, en 2014, dans lequel il décrivait les dangers du mercure contenu dans le thimérosal. 

Les doutes de Trump sur les vaccins

Un sujet que Donald Trump avait évoqué, à plusieurs reprises, pendant sa campagne électorale, émettant de sérieux doutes sur l’innocuité des vaccins et suggérant, lui aussi, l’existence d’un lien entre les vaccins et les troubles du spectre de l’autisme. Le 10 janvier, Robert F. Kennedy Jr était sorti d’une rencontre avec Donald Trump en déclarant avoir été nommé à la tête d’une commission pour vérifier la sûreté des vaccins.  

L’Express

3,8 millions de manifestants – Somptueuse et royale mobilisation de rentrée des anti-pass sanitaires le 4 septembre

Record confirmé pour cette 8ème journée de mobilisation anti-pass sanitaire avec 3 868 400 manifestants, selon Antipasssanitaire, faux nez du Ministère de l’Intérieur : chiffre obtenu avec 611 bénévoles + l’intelligence artificielle. Le chiffre jaune a jeté l’éponge : no comment…!

Somptueuses et royales mobilisations de rentrée contre la dictature vaccinale le 4 septembre. Les manifestants étaient au rendez-vous partout dans les grandes et petites villes de France. Énorme défilé à Strasbourg, magnifique pour une ville moyenne. Un monde fou à Montpellier sous les palmiers et les pancartes. Paris, énorme défilé de rentrée. Les manifestants parisiens ont envahi le Forum des Halles, l’Opéra Bastille. Ont été bloqués sur le Pont d’Austerlitz, ce qui a permis de jauger l’énorme cortège mobilisé.

La petite ville de Chartres a eu un monde incroyable. Idem à Bourg-en-Bresse. Énormément de monde à Quimper. 10 000 manifestants à Rennes, bravo ! Amiens, impressionnant de monde. 1 500 manifestants à Saint-Étienne. Avignon, un monde énorme. Metz, du jamais vu, magnifique ! Beaucoup de monde à Dijon. Bordeaux très mobilisée sur les quais. Lyon, beaucoup plus de monde que la semaine dernière, très bien. Albi, noire de monde. Nice somptueuse. Chambéry pareille à elle-même, c’est à dire excellente, avec toutes et tous dans la rue. Lons-le-Saulnier a défilé avec 2 000 manifestants. Nancy superbe. Beaucoup de monde à Tours. Valence, très impressionnante. Marseille magnifique. Toulon incroyable. Aix-en-Provence, mobilisée comme jamais. Nantes, du jamais vu, incroyable. Albertville dans la rue, magnifique…!

Parmi les revendications, des pancartes s’indignaient à juste titre du licenciement des soignants non vaccinés. Des banderoles réclamaient des lits supplémentaires. Ou encore des slogans contre le port du masque pour les enfants, facteur de malaises respiratoires et nid à microbes.

Bien sûr, Le Parisien et L’Obs, journaux aux ordres, ont parlé « de quelques milliers de manifestants dans la rue »(sic). Les RG de « 140 000 manifestants » (sic). Vivent les aveugles arrivistes : ils sont rois au pays du mensonge triomphant ! Bien sûr, et contrairement aux autres samedis, les chaines d’information, LCI, BFM-TV, n’ont pas retransmis les manifs, préférant baratiner sur Zemmour, Montebourg et du variant : sujets on le voit ô combien décisifs !

Mais leurs mensonges misérables n’empêcheront pas la partie d’échecs mondiale de se dérouler. Et d’aller jusqu’à son terme. Avec Donald Trump, l’armée américaine, française…, les Peuples dans la rue d’un côté. De l’autre, les criminels mondialistes, dont l’inquiétude grandit chaque jour. Avec des demandes de démission de Biden et de Macron, qui se multiplient.

Nous vivons la fin d’un monde. Nous sommes en 1789. Le grand cycle capitaliste libéral apparu dans les années 80 agonise, sous l’effet de la concurrence chinoise. Le projet des mondialistes de réduire la population mondiale, en droite ligne du rapport Kalergi, afin selon eux, de diminuer le nombre des « inutiles »(sic). Marchandiser nos corps et notre ADN, histoire de remonter leur taux de profit en chute libre, ne donne pas les résultats escomptés, pour la bonne raison qu’il n’y a pas en France 50 millions de vaccinés, quoiqu’ils disent ! Et que le Covid en France n’a pas généré le nombre de morts escomptés initialement par Ferguson : 500 000, mais à peine 41 000 selon Santé publique France.

Dans ce bras de fer entre un Pouvoir profondément malfaisant, qui veut au sens strict la peau de son Peuple, et les français qui veulent vivre encore, Macron n’a pas gagné, c’est faible de le dire. Le Peuple dans la rue, mobilisé par millions se bat avec courage, pareils aux soldats de Stalingrad « fixant » la Wermacht, tandis que Joukov et son armée l’encerclait par derrière. De la même façon, les militants anti dictature vaccinale « occupent » Macron, pris en tenaille par Donald Trump et l’armée française…!

ZEjournal

Jean-Paul Belmondo – Itinéraire d’un enfant français

Jean-Paul Belmondo est mort lundi à l’âge de 88 ans. Avec lui disparaît une certaine idée de la France, avec lui s’éteint un pan de l’histoire du cinéma…

Certains hommes paraissent immortels et Jean-Paul Belmondo était l’un d’entre eux. Né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine, il se mit à rêver de théâtre et de cinéma à l’adolescence.

Hélas, son expérience au conservatoire de 1952 à 1956 n’est pas une totale réussite puisqu’il en sort sans le prix du jury.

Sa rencontre avec Jean-Luc Godard bouleversera sa vie. Le cinéaste lui offre le premier rôle dans un film qui, malgré un tournage parfois à la limite du professionnalisme, aboutira à un grand succès. Il s’agit bien sûr d’A bout de souffle (1960), symbole de la Nouvelle Vague et toujours pris en exemple dans les écoles de cinéma.

En 1962, Belmondo fait équipe avec le patriarche du cinéma français, Jean Gabin, pour Un singe en hiver. Jean Gabin dira de lui qu’il est « comme son fils », que ce garçon est à la fois « son passé » et « sa jeunesse ». Quand on lui dit qu’il est le nouveau Gabin, le jeune homme est flatté mais préfère « devenir lui-même ». Il y parvient parfaitement avec L’Homme de Rio et Cent mille dollars au soleil, qui sortent tous deux en 1964.

Aux yeux du public, Belmondo devient Bébel. Il séduit par sa gueule, sa jeunesse et son courage. L’acteur effectue en effet toutes ses cascades et repousse les limites à chaque film. Dans Peur sur la ville (1975), il voyage sur le toit d’un métro aérien de Paris lancé à 70 kilomètres heure. Dans L’Animal (1977), il passe d’une échelle d’un hélicoptère à l’aile d’un avion, en plein vol, bien entendu. Nul doute que, de nos jours, un tel exploit serait impossible, car interdit !

L’autre exploit de Jean-Paul Belmondo est d’avoir gagné le cœur des Français. Sa mort, survenue paisiblement selon son avocat, a ainsi touché les anciens, la génération de Bébel, mais aussi les plus jeunes. Certains ont d’ailleurs des histoires amusantes liées à l’acteur, comme Mathieu, 27 ans, marqué par La Chasse à l’homme (1964) pour une raison un peu particulière. « J’ai vu le film lors d’un premier rendez-vous. Belmondo m’a indirectement permis de conclure ! » Le charme de Bébel, qui l’a autant symbolisé que sa fougue, semble avoir fait des émules.

Aux yeux de Justin, 25 ans, Belmondo était « un acteur bien plus complet qu’il n’y paraît, capable de jouer des personnages poétiques et mélancoliques comme dans Un singe en hiver ». On ne le contredira pas !

A partir de 1987, la carrière de Jean-Paul Belmondo oscilla entre de longues périodes au théâtre et quelques tournages, notamment celui d’Itinéraire d’un enfant gâté (1988), qui lui vaudra son premier césar de meilleur comédien. Jusque-là, son travail était boudé, snobé par les élites bobos et méprisantes du cinéma français. On reprochait beaucoup à Bébel, mais surtout sa popularité.

Il avait toutefois fini par convaincre tout le monde, et, en apprenant sa mort, chacun le salua à sa façon, des personnalités du 7e art aux hommes de la Légion étrangère, en passant par les journalistes de L’Equipe – qu’il lisait assidûment entre deux bouquins de Céline –, sans oublier, évidemment, le peuple de France qui n’oubliera jamais son Bébel, son « as des as » magnifique et professionnel.

Louis Marceau

Présent

Êtes-vous prêt pour votre 4ème dose ?

Cela peut faire sourire… mais ce n’est pas faux !

Avec les vaccins anti-Covid actuels, vous pouvez être certain que les doses vont se multiplier !

Regardez plutôt cette info :

Ceux qui pensaient « retrouver une vie normale » après deux doses doivent se réveiller d’urgence.

Au contraire, ils ont contracté une sorte d’abonnement vaccinal dont il sera difficile de sortir.

Même ceux qui ont choisi le vaccin Janssen et Janssen pour ne faire qu’une dose ont été trompés : les autorités leur demandent maintenant de faire une deuxième injection, avec Pfizer ou Moderna[1].

Pour les doubles vaccinés Pfizer, AstraZeneca ou Moderna, la 3ème dose arrive déjà. 

En France, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient de « préconiser une 3ème dose aux plus de 65 ans »[2] !

(Notez que la HAS préconise de faire ces rappels massivement en octobre… pour pouvoir injecter le vaccin contre la grippe en même temps ! Et tant pis pour le risque d’injecter deux vaccins à la fois. Selon la présidente de la HAS, « Nous n’anticipons pas de problème avec une vaccination conjointe » – on est rassuré !).

Le ministre Olivier Véran, lui, veut aller encore plus vite et donner la 3ème dose dès que possible.

Dès le 13 septembre, la 3ème dose sera proposée aux personnes les « plus fragiles ».

Mais dites-moi, tous ces gens « vulnérables » seront-ils bientôt privés de pass sanitaire s’ils ne se vaccinent pas une troisième fois ?

Interrogé, le Ministère de la Santé a déclaré : « La réponse, à ce stade, est plutôt non »[3].

Puis, le ministre Olivier Véran s’est montré plus affirmatif : « il n’y aura pas d’impact de la troisième dose sur le pass sanitaire »[4].

Permettez-moi de vous dire que je n’en crois pas un mot.

Je vous invite à voir cette vidéo où l’on voit Olivier Véran et d’autres nous jurer leurs grands dieux qu’ils n’imposeront JAMAIS le pass sanitaire dans les restaurants ou centres commerciaux.

Lire la suite

Mike Yeadon sonne l’alerte au sujet du « pass sanitaire »

Mike Yeadon n’est pas un philosophe de comptoir, pas plus que le premier « complotiste » venu, expression favorite des grands médias subventionnés. C’est tout simplement un ancien président de Pfizer, ce qui devrait quand même interpeller et rendre son témoignage audible. Son message est stupéfiant et devrait éveiller encore quelques-uns de nos concitoyens…