Ceci n’est pas un complot

« Comment les médias racontent le Covid ».

Un film de Bernard Crutzen sur le traitement médiatique de la crise par les médias belges francophones. Ce qu’ils disent, comment ils le disent, et ce qu’ils taisent. Avec une attention particulière à la notion de « complot »

Partagez largement, il faut faire bouger les lignes ! Pour lire la vidéo, cliquer sur l’image.

La semaine prochaine, sortie du nouveau numéro (n°56) de la revue Synthèse nationale

Au sommaire 

N°56 – HIVER 2020 2021

P 2 ÉDITORIAL Roland Hélie

P 6 ON NOUS CACHE TOUT Pieter Kerstens

P 8 IL PATAUGE LE GOUVERNEMENT Didier Lecerf

P 13 LA STRATÉGIE DE LA PEUR Pierre Vial

P 15 LES VOIX DISSIDENTES Guirec Sèvres

P 16 LA RÉCESSION QUI VIENT Pieter Kerstens

P 22 La RESTAURATION SACRIFIÉE Hugues Bouchu

P 24 LA FIN D’UN MONDE Patrick Parment

P 28 ET SI LES COMPLOTISTES AVAIENT RAISON ? Arnaud Raffard de Brienne

P 34 UN GÉNÉRAL À L’ÉLYSÉE ? Philioppe Randa

P 36 RÉQUISITION CONTRE MACRON Charles-Henri d’Elloy

P 40 LE PORTUGAL RETROUVE SON CHEMIN Robert Neboit

P 47 LA GUERRE DES SYMBOLE Jean-Claude Rolinat

P 52 LES ORIGINES FASCISTES D’EVO MORALES Christian Bouchet

P 58 DE GAULLE Jean-Marie Le Pen

P 66 ENTRETIEN AVEC ERIC DELCROIX Franck Buleux

P 72 LIVRES DU MOIS Georges Feltin-Tracol, Daniel Cologne

P 88 LES PAGES DU MARQUIS Jean-Paul Chayrigues de Olmetta

P 94 LE MAÎTRE DU HAUT CHÂTEAU Scipion de Salm

P 100 C’EST MON AVIS Entretien avec Jean-François Touzé

Le commander dès maintenant cliquez ici

S’abonner à la revue Synthèse nationale cliquez là

Bulletin d’abonnement

Une plateforme vidéo contre la censure Youtube

Nombreux sont ceux qui ont compris qu’il est grand temps de fuir la censure des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) et des plateformes et applications d’une poignée de milliardaires cosmopolites de la côte ouest des États-Unis. D’ores et déjà, pour des millions d’utilisateurs, Telegram, Signal, Olvid, Parler (pour ce dernier voir les évolutions en fonction de son hébergeur cloud Amazon), remplacent avantageusement les fanatiques de la censure que sont Twitter et Facebook.

Pour la vidéo, idem, fuir autant que possible les petits procureurs anonymes de Youtube pour rejoindre d’autres plateformes moins dictatoriales. Soulignons à ce sujet la création de INFOVF, qui se propose de regrouper toutes les vidéos dissidentes, notamment sur la crise du Covid 19 et la vaccination mais pas seulement. Compte tenu des actions incessantes de censure de Youtube, INFOVF permet d’éviter le jeu de piste auquel il faut se soumettre pour rechercher des vidéos sur Rumble, Odysée et quelques autres. Maintenant, une seule adresse donc, un seul site pour ceux qui refusent la dictature des géants du numérique.

INFOVF

Victoire au Sénat contre la PMA sans père

Ce mardi 2 février, l’ensemble de l’article 1  de la loi bioéthique a été rejeté par le Sénat

Les parlementaires ont exclu les femmes célibataires de l’adoption et ont rejeté  l’article 1 qui ouvrait la PMA aux couples de femmes par 48 voix pour, 132 contre et 152 abstentions, le tout à cause d’un amendement qui prévoyait la PMA post-mortem et qui a été considéré comme un véritable “scandale” par certains élus. Quant au remboursement de la PMA, il sera réservé aux couples infertiles. Le débat pourrait rebondir sur les embryons chimères où l’autorisation de l’IMG (Interruption Médicale de Grossesse) jusqu’à 9 mois pour les mères en état de “détresse psychosociale”, articles évacués de la loi mais qui font l’objet d’amendements.

Adrien Taquet se désole, exprimant “le regret du recul de ce qui avait été voté à l’Assemblée Nationale”, et de parler “d’ambitions électorales qui avancent masquées”. Pour M. Taquet, secrétaire d’état macroniste  chargé de l’enfance et de la famille, défendre le droit d’un enfant à avoir un père est donc une “ambition électorale“. C’est l’hôpital qui se moque de la charité dans un parti qui ne pense qu’à une chose : faire réélire le grand chef et toute sa clique en frottant dans le sens du poil tout ce qui se fait de plus “progressiste” et anti-famille en France. Ancien de l‘agence Havas, où il fut introduit par Gilles Finchelstein, membre du club Le Siècle, Taquet est ami de Dominique Strauss-Khan, fondateur de l’agence de publicité Jésus et Gabriell’agence de publicité en face du Consistoire”, camarade d‘Ismaël Emélien conseiller à l’Elysée jusqu’à la déplorable affaire Benalla, lui-même ancien de l’agence Havas… tous ces braves gens émargeant à la Fondation Jean-Jaurès, think tank socialiste et progressiste.

Une affaire de famille en quelque sorte.

NSP

Baromètre annuel 2021 La Croix Kantar : les médias de grand-chemin toujours aussi déconsidérés

Ils ne comprennent toujours pas pourquoi mais les médias dits officiels suscitent toujours autant la défiance des Français. C’est ce que montre une fois de plus le baromètre annuel réalisé par Kantar pour le quotidien La Croix et rendu public le 26 janvier 2021.

Le baromètre 2021 porte sur la confiance que les Français ont accordée aux médias en 2020. C’est le 34e baromètre de cet ordre, raison pour laquelle il est scruté avec attention par tous les acteurs de la presse mais aussi du monde politique.

D’année en année, ce baromètre a montré la dégradation exponentielle de la confiance envers les médias de grand-chemin. Il en va de même pour 2020, même si La Croix préfère minimiser ainsi : La crise du Covid-19 réconcilie (un peu) les Français et les médias. Une antienne reprise un peu partout le jour même, en particulier dans tous les journaux de Franceinfo. La réalité est que malgré la crise sanitaire, la confiance des Français envers les médias considérés comme officiels ne s’améliore pas.

Les principaux enseignements qui ressortent du baromètre

Selon La Croix : « 2020 restera une année exceptionnelle pour l Jamais un sujet, avant la crise sanitaire, navait autant dominé lactualité sur une durée aussi longue. Rarement les Français navaient autant lu, écouté et regardé des médias, en loccurrence pour sinformer sur cette pandémie et ses conséquences, qui les concernent directement. » Qui plus est nous serions plutôt sympathiques, faisant « preuve de lucidité dans les reproches » que nous adressons aux médias et l’utilité que nous leur accordons.

Le plus important, et La Croix, comme les autres médias de grand-chemin, veut le croire : les Français « se sentent plutôt bien informés par leurs médias de prédilection ». Évidemment, La Croix parle des médias dits officiels. Le quotidien ne se pose pourtant pas la seule question qui vaille ici : pourquoi tant de Français, au point que l’idéologie dominante sonne le branle-bas de combat contre eux, se tournent vers les médias extérieurs à cette même idéologie dominante ?

Maintien de la défiance

Plusieurs points précis sont à relever : 67 % des Français ont suivi l’actualité liée au covid. Il était difficile de faire autrement tant celle-ci a occupé l’espace public.

Les Français pensent-ils que « les choses se sont passées » comme les médias l’ont raconté ? 42 % de oui pour la télévision, 48 % pour la presse papier, 52 % pour la radio. + 2 dans les trois cas. Pas de quoi fouetter un chat ni parler de confiance s’améliorant, même un peu, plutôt de maintien de la défiance. D’autant que 28 % des Français font confiance à l’information recueillie sur internet, soit dans ce cas + 5. Autrement dit, les Français font de plus en plus confiance à internet (ce que justement l’idéologie dominante tend à combattre) qu’aux médias traditionnels. Pourtant, La Croix voit dans ces données une crédibilité en hausse.

Les journalistes sont-ils indépendants ? Les deux tiers des Français pensent que non, presque autant quant aux pressions liées au monde de la finance. Pourtant, le quotidien voit aussi une « amélioration ».

Concernant le traitement de la crise sanitaire, les principales données sont que les médias de grand chemin ont trop accordé la parole à des incompétents ou à des extrémistes, dramatisé les évènements, relayé de fausses informations (58 % tout de même. Cela fait quelques fake news…). Ils auraient un peu permis de bien comprendre ce qui se passait mais pas du tout permis de réduire l’incertitude liée à la situation.

Concernant « les infox », La Croix est mal à l’aise. Si les médias traditionnels ont relayé tant d’infox ou de « thèses complotistes » (mais qu’est-ce donc qu’une thèse complotiste ?), c’est à cause de la « demande immédiate de réponses sur l’épidémie », pas du tout parce que ces médias iraient plus vite que la musique de l’information, préférant exposer n’importe quoi en masse plutôt que de respecter certains principes de base, comme la vérification des informations.

Les médias répondent-ils aux attentes des Français ? Globalement, la réponse serait oui. Une question naît alors : pourquoi la défiance des Français ne cesse-t-elle de progresser ?

Un baromètre toujours aussi intéressant en ce qu’il traduit une réalité : la France n’a pas confiance dans l’information qui lui est quotidiennement imposée. Il y a sans doute là une des raisons du gouffre qui se creuse entre le pays légal des pseudo élites et le pays réel des vrais gens. Il n’est de pire sourd que celui qui ne veut pas entendre…

Observatoire du journalisme

La République dans tous ses états

Paru dans le quotidien Présent du 25 janvier 2021

Au grand dam d’une Assemblée nationale libérale-libertaire obsédée par la réécriture de l’Histoire, le député de la 6e circonscription de l’Hérault Emmanuelle Ménard, épouse du maire de Béziers Robert Ménard, a proposé un amendement ancré dans des faits historiques incontestables, provoquant un tollé en retour. La proposition de Madame Ménard, samedi 23 janvier 2021, dans le cadre des discussions portant sur le projet de loi contre le « séparatisme », vise à réécrire ainsi l’article 1er de la loi de 1905 : « L’Etat français, fort de son héritage chrétien, assure la liberté de culte et la liberté de conscience. »

La formule actuelle du premier article de la loi de 1905 est : « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » Bien que la formulation proposée par Emmanuel Ménard comporte l’essentiel de la loi de 1905 – la liberté de culte et de conscience –, elle a provoqué des réactions épidermiques de la part de nombreux députés, dont Florent Boudié, rapporteur LREM du projet de loi contre le « séparatisme », selon qui Madame Ménard reconnaîtrait « ce que l’extrême droite est de tous temps : l’ennemi de la République ». L’opinion du rapporteur général LREM donne une idée du niveau de culture historique de ces milieux où l’on considère que le christianisme est l’ennemi de la République. Cette conception confine au négationnisme historique et à la christianophobie : ceux qui refusent l’héritage chrétien de l’État français sont de toute évidence des faussaires de l’Histoire.

L’on peut s’étonner que les mêmes vierges effarouchées par la proposition de l’élue de la République Emmanuelle Ménard ne s’offusquent pas de la présence du mot « ordre » dans l’actuel article 1er de la loi de 1905. Après tout, l’ordre, cela doit bien, d’une façon ou d’une autre, dans leurs esprits, référer aux fameuses « heures sombres de notre histoire ». L’inénarrable député de LFI, Alexis Corbière, considérait quant à lui qu’Emmanuelle Ménard nierait le principe de laïcité.

Pire, le ministre de l’Intérieur Darmanin a osé affirmer que l’expression « Etat français » serait « connotée », en référence au Maréchal Pétain. Etrange affirmation, l’expression « Etat français » étant d’usage courant en France.

Certains députés, y compris au sein du Modem, ont cependant l’intelligence de reconnaître l’héritage chrétien de la France en tant que fait historique. Madame Ménard reste droite dans ses bottes en précisant que « ce n’est pas la République, simple régime politique, qui garantit la liberté de conscience, mais bien l’État français à travers tous les régimes politiques assumés ». Elle estime également que « l’Église catholique ne peut être traitée tout à fait de la même manière que d’autres cultes arrivés plus récemment ». On ne saurait mieux dire. •

Présent

Covid 19 : le fraudeur Joe Biden prépare une nouvelle arnaque

Le jour même de l’investiture du fraudeur Joe Biden à la mandature de président des États-Unis, nous disons bien le jour même, le 20 janvier 2021, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dont ceux qui ont un peu suivi le mauvais scénario en cours depuis une petite année connaissent le positionnement dans le Deep State, modifiait le protocole des tests prétendûment destinés au dépistage du Covid 19. Elle feignait de découvrir et de mettre en garde le monde de la santé contre les faiblesses des tests PCR et de ses modalités d’application.

Voici pourtant des mois que de grands scientifiques, plus pointus et surtout courageux que l’immense majorité de leurs confrères, ne cessent de souligner, malgré les critiques, les sarcasmes, l’étiquette que certains voudraient infamante de « complotiste », l’inadéquation de ce test PCR à la réalité de l’épidémie virale d’aujourd’hui, l’inanité de son application généralisée sur des personnes ne présentant aucun symptôme et surtout l’aberration de tests PCR utilisés à un « seuil de cycles » d’amplification leur ôtant tout intérêt. Au-dessus de 30 cycles d’amplification, les tests PCR, déjà peu fiables, ne présenteraient quasiment plus aucun intérêt si ce n’est celui de gonfler artificiellement le nombre de cas positifs au virus… Selon le professeur Didier Perronne, seul un calibrage à 25 cycles maximum, appliqué à des patients présentant un ou plusieurs symptômes du Covid, pourrait présenter un certain intérêt. Et encore, cela ne dispenserait-il pas pour autant les patients testés positivement du diagnostic rigoureux d’un médecin.

Les tardives critiques et préconisations de l’OMS, publiées, insistons, le jour même de la prestation de serment du fraudeur Joe Biden constituent donc le plus beau des cadeaux offert à celui qui clame sa volonté de faire de la lutte contre la pandémie sa priorité numéro un et surtout la garantie d’une baisse significative du nombre de contaminations dans les semaines et mois à venir. L’Organisation mondiale de la santé, officine mondialiste largement financée par Bill Gates et qui vient d’exfiltrer l’encombrante Agnès Buzyn – dont le mari Yves Lévy appartenait au comité pilotage du fameux laboratoire P4 de Wuhan – en la plaçant à la tête de son implantation suisse a donc choisi de casser le thermomètre pour faire chuter la fièvre. Le masque de l’OMS vient de tomber et ce n’est sans doute qu’un début.

C’est la fête du slip !

Christophe Girard de retour à la mairie de Paris

Publié le 22 janvier 2021

On se souvient dans quelles humiliantes conditions Christophe Girard, élu socialiste à la mairie de Paris, avait été contraint de démissionner de son poste d’adjoint en charge de la culture : ses liens avec l’écrivain pédophile Matzneff ayant été révélés, il s’était retrouvé littéralement harcelé par deux élues écologistes, dont l’épouvantable tricoteuse Alice Coffin, militante lesbienne […] Lire la suite :

Présent

Restos, bars, cinémas resteront fermés : 23 janvier mobilisation générale !

Florian Philippot nous informe que l’Assemblée nationale vient de prolonger l’état d’urgence jusqu’en juin. Les dates de réouverture des bars, restaurants, salles de sports, cinémas sont également repoussées. Il appelle donc l’ensemble des Français, et principalement les privés du droit de travailler, à multiplier les rassemblements dans la France entière.

Charles Gave sera présent à Paris.

Le président des Patriotes décortique et démolit les arguments de ceux qui justifient le couvre-feu, le masque et le vaccin.

Macron finira tout son mandat sous l’état d’urgence, et l’opposition est totalement aux abonnés absents.

Les restaurants devront rester fermés jusqu’à fin mars, selon le journal Le Point, qui s’appuie sur une source gouvernementale. Même si nous arrivions à 5 000 cas par jour, ils refusent de rouvrir ! Pour les bars et les cafés, on parle de début juin, dans les hypothèses les plus optimistes.

Les aides ne suffiront pas à sauver près de la moitiés des professionnels à l’arrêt. Les mondialistes estiment que 75 % des restaurants devront disparaître, mais les géants de l’alimentation ramasseront la mise.

Le Monde annonce qu’aucune date de réouverture n’est prévue pour les lieux culturels. L’alibi trouvé serait l’arrivée des variants, ils disent que le cadre a radicalement changé.

Les stations de ski ne rouvriront pas début février, ni fin février. Le Figaro nous apprend que les salles de sport ne rouvriront pas avant mars, mais ils travaillent à l’obligation de porter un masque sportif !

Florian Philippot, face à cette mise à mort de la France, appelle l’ensemble des Français à se bouger, et à descendre massivement dans la rue, pour défendre notre art de vivre à la française. Plusieurs solutions.

Rassemblements des 22 et 23 janvier 2021

17  LA ROCHELLE samedi 23/01 – 15 h – 17 h : Place de Verdun devant la cathédrale Saint-Louis

19  BRIVE-LA-GAILLARDE samedi 23/01- 15 h : Avenue de Paris devant le théâtre

27  ÉVREUX  samedi 23/01- 10 h 30 – 12 h : Place de la Poste Centrale – 25 rue du Dr Oursel

27 LOUVIERS samedi 23/01 – 14 h – 16 h : Parvis de l’église Notre-Dame (avec les Patriotes 76)

44  NANTES samedi 23/01 – 15 h : cours des 50 otages (devant le monument aux 50 otages)

45  ORLÉANS vendredi 22/01 – 16 h 15 – 17 h 15 : devant la cathédrale

51 REIMS samedi 23/01 – 14 h 00 – 17 h 00 : place Drouet d’Erlon (rond-point de la fontaine Subé)

59  LILLE samedi  23/01 – 15 h 30 – 17 h : Place Richebé (près de la préfecture) horaire modifié

61 ALENÇON vendredi 22/01 – 16 h – 17 h 45 : Halle au blé 

69  LYON samedi 23/01 – 14 h 30 : 10 quai Augagneur (devant la préfecture)

75  PARIS samedi 23/01 – 15 h : Place Laroque – Ministère de la Santé

84  AVIGNON samedi 23/01 – 10 h : Place de l’Horloge

88 GERARDMER samedi 23/01 – 14 h 30 – 17 h  : Place des Déportés

Le journal Nice-Matin révèle la vaste escroquerie des chiffres des hospitalisations

Le journal Nice-Matin révèle la vaste escroquerie des chiffres des hospitalisations

Mic mac autour des chiffres de la Covid-19 dans les Alpes-Maritimes… Alors que tous les regards sont braqués sur le nombre de lits disponibles pour accueillir des malades souffrant de formes graves de Covid, on découvre d’importantes divergences dans les chiffres.

Il ne s’agit pas de minimiser l’ampleur de l’épidémie ni sa gravité, alors que le virus continue de circuler activement sur le territoire. Mais de faire état de la réalité de la situation, aussi objectivement possible. Or la situation dans les Alpes-Maritimes, selon qu’elle s’appuie sur les données de Santé publique France, ou sur celles fournies au quotidien par les acteurs de terrain, prend des visages différents.

Nous avons fait cette découverte après avoir reçu des courriers de médecins hospitaliers s’étonnant des discordances entre les informations diffusées par Nice-Matin au sujet des hospitalisations pour Covid (issues de Santé publique France) et les observations de terrain.

Or, le nombre d’hospitalisations pour Covid-19 fait partie des indicateurs suivis avec la plus grande attention. Il rend compte du niveau d’occupation des lits dédiés à l’accueil des malades souffrant de formes graves de la Covid-19.

Chaque jour, des personnels du CHU de Nice, établissement support des Alpes-Maritimes, interrogent ainsi tous les établissements accueillant des malades de la Covid-19, et recensent le nombre de lits occupés pour ce motif.

Des informations précieuses, relayées à tous les professionnels hospitaliers ainsi qu’à l’ARS, et qui participent en premier lieu aux choix politiques: couvre-feu, confinement…

Rappelons en effet que toutes les mesures prises ont pour objectif d’éviter une saturation des lits d’hôpitaux.

DE GROSSES DIFFÉRENCES PENDANT DES SEMAINES CRUCIALES

Nous avons pu nous procurer ces tableaux et les courbes d’évolution depuis début octobre, lorsque l’épidémie est repartie à la hausse après la trêve estivale. Et nous avons comparé les données y figurant à celles publiées par Santé publique France, établissement sous la tutelle du ministère de la santé. Données relayées par Nice-Matin, et l’ensemble des médias.

Et là, nous avons constaté des différences majeures concernant les lits occupés mais aussi l’évolution de la courbe des hospitalisations pendant plusieurs semaines cruciales.

À titre d’exemple, le 3 janvier dernier, Santé publique France comptabilisait 564 personnes hospitalisées avec un diagnostic Covid-19 dans le département des Alpes-Maritimes (dont 69 en réanimation), quand dans la réalité « seulement » 233 patients au total (dont 55 en service de réanimation) étaient ce jour-là hospitalisés dans l’un ou l’autre des établissements (privés ou publics). Comment comprendre cette différence d’un facteur 2.5 entre ces deux sources?

Phénomène plus préoccupant, on observe de vraies divergences dans l’évolution des courbes, pendant des périodes déterminantes. Ainsi, alors que celles traduisant la progression des hospitalisations pour formes graves dans les Alpes-Maritimes, produites par les acteurs de terrain, font état d’une relative stabilité, voire d’une décroissance, à compter du 10 novembre et pendant plusieurs semaines, la courbe publiée par Santé publique France décrit une croissance constante de ces hospitalisations.

Depuis la levée du confinement, et les instaurations successives du couvre-feu à 20 h puis 18 h, les deux courbes sont quasi parallèles, en progression.

Lire la suite

La censure féroce des GAFA

Article paru dans le quotidien Présent du mercredi 20 janvier 2021

Les géants de la communication numérique tels Facebook, Twitter, WhatsApp, Youtube, Snapchat continuent de censurer à tour de bras et de fermer des centaines de milliers de comptes jusqu’à celui de Donald Trump lui-même, leur compatriote, président, au moins jusqu’à ce jour, de le première puissance économique mondiale. Au-delà de l’indignation, on peut néanmoins déplorer l’addiction de ce dernier pour les services Twitter, par exemple, dont il usait et abusait en n’ignorant rien pourtant de la sourde hostilité de ses dirigeants comme de l’ensemble de la petite coterie présidant aux destinées de Big tech. Le gouvernement américain a lancé, mais un peu tard, une enquête aux résultats courus d’avance sur ces entreprises technologiques mais n’eut-il pas été préférable d’impulser et de favoriser l’émergence de réseaux alternatifs durant ces quatre dernières années ?

La folle censure des GAFA

C’est l’électrochoc qui manquait, même si la folie excommunicatrice de ces réseaux sociaux aux mains d’un poignée de milliardaires cosmopolites de la côte ouest des États-Unis n’a rien de bien nouveau. Aux centaines de milliers d’internautes virés de ces réseaux s’ajoutent des centaines de milliers d’autres fermant leur compte pour rejoindre des entreprises plus tolérantes mais aussi plus respectueuses de la confidentialité et de la vie privée. Orfèvre en la matière, Edward Snowden, transfuge de la National Security Agency (NSA) réfugié en Russie, aura suffisamment mis en garde sur les accointances et même la mainmise des services de renseignement sur ces réseaux dits sociaux dont les données sont notoirement épiées, collectées et vendues a plus offrant. Nul ne peut plus l’ignorer.

La perte de confiance planétaire envers ces entreprises de services numériques américaines devrait inciter à migrer plus massivement encore vers des réseaux et messageries davantage sécurisés tels Signal, VK, Parler, Gab et des plateformes vidéo comme Rumble ou Odysée. Selon Snowden et quelques pointures de la sécurité informatique, Signal serait aujourd’hui la messagerie la plus sécurisée connue. Le réseau Parler, réputé pour son respect de la liberté de parole, avait commis l’erreur de confier son hébergement sur cloud à un Amazon, éminent membre des GAFA, dont le PDG, Jeff Bezos, l’homme le plus riche au monde a décidé le blocage.

La Pologne au secours de la liberté d’expression

Ironie de l’histoire, contrastant avec le lâche silence des dirigeants politiques européens, c’est de l’Est que provient la plus claire condamnation de cette révoltante censure. Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a en effet rappelé la nécessaire liberté d’expression, évoquant fort opportunément que « Pendant près de 50 ans, nous avons vécu dans un pays où la censure était pratiquée, où Big Brother nous a dit comment nous étions censés vivre et ce que nous étions censés ressentir, et ce que nous n’avions pas le droit de penser, de dire ou d’écrire ».

Plus que jamais, il apparait nécessaire de fuir au plus vite ces officines privées de surveillance au service du Deep State pour rejoindre des services tels que Signal, VK, Gab… et des plateformes vidéo telles que Rumble et Odysée et quelques autres.

Arnaud Raffard de Brienne

Présent

Mais quand donc Olivier Véran va-t-il se décider à parler de ce médicament ?

Cela commence à bouger sur l’ivermectine, mais pas assez vite !

Il existe un médicament qui pourrait :

  • Stopper net l’épidémie, en quelques jours ;
  • Sauver des milliers de vies dans les Ehpad et chez les personnes vulnérables ;
  • Et nous sortir de ce grand cauchemar des privations de liberté liées à la Covid-19.

 Ce médicament, c’est l’Ivermectine. Je vous ai dit le 16 décembre dernier que c’était une sorte de « médicament miracle ». Et depuis, les preuves n’ont pas cessé de s’accumuler.

Après le poignant appel du Dr Pierre Kory au Sénat américain[1], c’est la Dr Theresa Lawrie qui s’est solennellement adressée à Boris Johnson pour « sauver des vies » avec l’ivermectine[2]. La Dr Lawrie est un médecin spécialiste de la médecine par les preuves et sans le moindre conflit d’intérêts. Le 3 janvier, elle a publié un rapport urgent, dans lequel elle examine en détail les 27 études scientifiques sur l’efficacité de l’ivermectine contre la Covid-19. Sa conclusion est claire et nette[3] :

« L’ivermectine est un médicament anti-parasitaire très sûr et efficace, largement utilisé dans les pays en développement.

Ce médicament est connu depuis des décennies, et non seulement il fait partie de la liste des médicaments essentiels de l’OMS, mais sa découverte a donné lieu à un prix Nobel de médecine en raison de son utilité contre de nombreuses maladies.

Les preuves scientifiques sont cohérentes et sans équivoque : l’ivermectine fonctionne à la fois pour prévenir les infections et éviter la mortalité, aux mêmes doses utilisées habituellement contre les infections parasitaires. S’il vous plaît, peut-on commencer à sauver des vies maintenant ? »

En Belgique, le 21 décembre dernier, le virologue Marc Wathelet a lui aussi adressé un appel solennel au Premier Ministre, expliquant que l’ivermectine « représente une opportunité exceptionnelle de débarrasser la Belgique et le monde du Sars-CoV-2 »[4].

En France, on commence enfin à se réveiller. Le Dr Philippe Gorny a publié dans la presse une tribune expliquant les preuves scientifiques incontestables en faveur de ce traitement :

« En Argentine par exemple, près de 1 200 soignants au contact de malades Covid-19 ont été suivis pendant dix semaines dans quatre centres : 788 reçurent l’ivermectine, 407 n’eurent aucun traitement. Au terme de l’essai, 237 sujets furent infectés dans le groupe sans médicament et aucun dans le groupe traité. Bluffant ! (…)

On dispose de 28 études cliniques dont 10 randomisées. L’ivermectine a été utilisée dans 7 études à titre prophylactique, dans 6 précocement dès les premiers symptômes, dans 13 essais à des stades tardifs et souvent graves. Son bénéfice apparaît important et net à toutes les étapes et dans tous les essais sauf dans deux ayant inclus un très faible nombre de sujets (…) Si on groupe les seules études randomisées, la probabilité qu’elles aient généré des résultats faussement positifs serait de 1 sur 1 000 ! » [5].

Bizarrement, cela ne suffit pas, pour l’instant. Les pays occidentaux, obsédés par le vaccin, seront sans doute les derniers à utiliser ce médicament providentiel. Après l’exemple spectaculaire du Chiapas, certains pays s’y mettent. Car dans les pays en développement, moins influencés par Big Pharma, l’ivermectine est de plus en plus populaire. Ce qui s’est passé au Chiapas, au Mexique, est spectaculaire. C’est la seule région qui a distribué largement l’Ivermectine contre la Covid-19… …et la seule région qui n’a pas connu de hausse de la mortalité !

Regardez le graphique ci-dessous, avec les morts de la Covid-19 de juillet 2020 à début janvier 2021 : la courbe verte est celle du Chiapas, au plancher, alors que les autres régions subissent une forte hausse de la mortalité :

Tout récemment, quelques pays ont adopté l’ivermectine dans leurs recommandations officielles :La Macedoine, le 23 décembre ; le Bélize le 22 décembre.

Lire la suite

Révélations sur la gigantesque fraude électorale aux États-Unis

Les révélations capitales d’un ancien militaire sur la crise actuelle, cliquer ici

Le directeur du renseignement national, John Ratcliffe, publie un rapport concernant l’ingérence chinoise dans les élections de 2020, cliquer ici

L’homme ayant fouillé l’ordinateur de Nancy Pelosi retrouvé mort, « suicidé » par balle, cliquer ici

Élections US : fraude des Démocrates, des médias, des réseaux sociaux, cliquer ici

S. Powell publie 270 pages de preuves prouvant le trucage de l’élection aux États-Unis. Accès à l’article, au document intégral et à une synthèse de 21 pages, cliquer ici

Une fuite de conférence Zoom montre des employés fédéraux conspirant pour saboter l’administration Trump, cliquer ici

Élections américaines : Pourquoi Poutine n’a pas félicité Joe Biden, cliquer ici

L’élection miraculeuse de Joe Biden, partie 1, cliquer ici

L’élection miraculeuse de Joe Biden, partie 2, cliquer ici

Un coup d’Etat réussi (avec compilation des vidéos de la fraude, cliquer ici

à suivre…

Les histoires de « mutations » de la Covid-19 montrent que les confinements sont conçus pour durer éternellement

L’article suivant résume on ne peut mieux la situation et devrait enfin ouvrir les yeux à tous ceux, trop nombreux malheureusement, qui s’obstinent à croire que la crise actuelle résulte d’un méchant virus contre lequel il suffit de se vacciner pour retourner à la situation antérieure. Il n’en est malheureusement rien.

Jusqu’à présent, il semble que des centaines de millions de personnes ne soient pas aussi bêtes. Étonnamment, même des shérifs et des policiers dans tout le pays refusent ouvertement d’appliquer les mandats et d’infliger des sanctions au nom de la loi aux citoyens qui ne se soumettent pas. C’est vraiment un énorme obstacle pour les globalistes et leur reset.

Depuis de nombreux mois maintenant, j’avertis que la conception des mesures de confinement de la pandémie est perpétuelle, ce qui signifie que les mesures de confinement sont censées durer éternellement. Nous pouvons le constater dans les commentaires des élites de l’establishment qui font pression pour obtenir ces contraintes ; leur argument le plus fréquent étant que les restrictions liées à la pandémie sont la « nouvelle normalité ». Cette affirmation est soulignée par des globalistes comme Gideon Lichfield du MIT dans son article « On ne va pas revenir à la normale« .

Dans cet article, il déclare :

En fin de compte, cependant, je prédis que nous allons rétablir la capacité de socialiser en toute sécurité en développant des moyens plus sophistiqués pour identifier qui est à risque de maladie et qui ne l’est pas, et en discriminant – légalement – ceux qui le sont.

… on peut imaginer un monde dans lequel, pour prendre un vol, il faudra peut-être être inscrit à un service qui suit vos déplacements via votre téléphone. La compagnie aérienne ne pourrait pas voir où vous êtes allé, mais elle recevrait une alerte si vous avez été à proximité de personnes infectées connues ou de points chauds de la maladie. Les mêmes exigences s’appliquent à l’entrée des grandes salles de spectacles, des bâtiments gouvernementaux ou des centres de transport public. Il y aurait des scanners de température partout, et votre lieu de travail pourrait exiger que vous portiez un moniteur qui surveille votre température ou d’autres signes vitaux. Si les boîtes de nuit demandent une preuve d’âge, elles pourraient à l’avenir exiger une preuve d’immunité – une carte d’identité ou une sorte de vérification numérique via votre téléphone, montrant que vous vous êtes déjà remis ou que vous avez été vacciné contre les dernières souches de virus.

Dans mon article « Vagues de mutilation : La tyrannie médicale et la société sans cash« , j’ai démantelé les arguments de Lichfield et expliqué pourquoi les contrôles que l’establishment tente de mettre en place ont été planifiés longtemps à l’avance. Le « grand reset » et la « quatrième révolution industrielle » sont en cours de développement depuis au moins 2014, date à laquelle ces termes ont été injectés pour la première fois dans les principaux médias économiques. Les idées de société sans cash, d’« économie de partage », de surveillance biométrique des masses, de scores de crédit social, etc. font toutes partie du programme globaliste depuis des décennies. Le coronavirus n’est pour eux qu’une crise utile à exploiter pour justifier les mesures draconiennes qu’ils ont toujours voulues.

Le plan était si prévisible que j’ai même souligné, au début de l’épidémie de coronavirus, que les confinements ne prendraient pas fin même si une vaccination efficace était mise au point, car il leur suffirait de déclarer qu’une « nouvelle mutation » du virus résistante aux traitements existants a été trouvée. Ou bien, ils pourraient concevoir un tout nouveau virus et le diffuser dans la population afin de maintenir la machine à reset en marche.

Lire la suite

Infiniment plus dangereux, Marc Zuckerberg…

Les médias de la bienpensance continuent à se déchaîner sur les terribles dangers qu’aurait connus hier, à Washington, la démocratie américaine. On peut voir partout la photo de Jake Angeli, le terrifiant insurgé trumpiste, posant lors de sa déambulation dans le Capitole, arborant des cornes manière viking, et long bonnet de fourrure façon Davy Crockett.

On nous montre aussi l’épouvantable scène dans laquelle le dénommé Richard Barnett, terriblement menaçant sous sa casquette de base-baller, commet l’impardonnable blasphème d’être assis sur le fauteuil de Nancy Pelosi, les pieds sur son bureau.

En revanche, rien ou presque rien, sur Ashli Babitt, la souriante jeune manifestante trumpiste tuée par un policier dans le Capitole. Son meurtre odieux n’a, pour l’heure, pas entraîné le milliardième de la couverture médiatique de celui de Georges Floyd.

Mais la journée d’hier a été aussi marquée par le plus grave attentat totalitaire contre la liberté d’expression perpétré non pas en Chine rouge, en Corée ou en Iran, mais aux États-Unis.

L’attentat a consisté à supprimer à Donald Trump la possibilité d’utiliser comme tout le monde les réseaux sociaux.

Marc Zuckerberg, propriétaire de « Facebook », est l’auteur de ce coup de force auquel se sont associés Twitter et Youtube. Quoique l’on puisse penser de Donald Trump, comment ne pas mesurer l’incroyable acte de puissance d’un néo-césarisme totalitaire que cela a constitué ?

Exactement comme si des distributeurs d’électricité ou d’eau potable supprimaient leur fourniture à des usagers sous le prétexte que leurs idées ne seraient pas tolérables pour les propriétaires de ces entreprises !

Le camarade Marc Zuckerberg, au faîte de son arrogante puissance capitalistique, sans contrepoids, s’est donc arrogé le pouvoir absolu de contrôler selon son bon plaisir l’utilisation d’un canal de circulation de l’information qui relève peut-être de sa propriété financière mais qui est un service public, et dont il ne saurait faire le jouet de son autocratie.

Cet attentat parfaitement anti-démocratique est révélateur de la dictature ploutocratique et idéologique sur le monde qu’entendent toujours plus exercer Zuckerberg et ses trois ou quatre semblables immensément fortunés.

Démanteler les GAFA est aujourd’hui une condition essentielle pour la préservation de l’identité culturelle et de la liberté des peuples.

L’AGRIF

Réseau Sentinelle, SOS médecins, urgences ne voient plus de Covid19. Stop couvre-feu !

France-Soir Tribune

L’épidémie est terminée en France, mais les médias disent le contraire et la propagande terrorisante est plus active que jamais.

L’imagination au pouvoir : pendant la vague de mars, c’était le décompte journalier morbide des morts, puis en octobre des « cas » (sur tests non fiables avec 97 % de faux positifs) et actuellement faute de malades et même de testés positifs, on agite le « variant » anglais dont rien ne prouve la dangerosité ! Nos dirigeants acceptent l’idée, enfin, que les virus mutent, comme le Pr Raoult l’a expliqué à la France entière depuis des mois. Si à chaque mutant c’est la panique, notre économie sera morte dans l’année, comme de fait le plan Davos le souhaite et l’organise depuis des années sous le prétexte de cette pseudo « peste » qui n’a pas tué plus que bien d’autres grippes des années passées.

Le scénario actuel et la réalité

Depuis plusieurs semaines, le gouvernement et les médias complices agitent à nouveau la peur pour faire accepter des couvre-feux, sans aucun intérêt sanitaire réel[1]. Ils prétendent que le Covid19 revient plus méchant que jamais, revigoré par une mutation anglaise ou sud-africaine[2]. Ils affichent pour nous convaincre un nombre croissant de « cas » PCR positif dont même l’OMS reconnaît la non-fiabilité [3] [4] [5] et les inconvénients[6]. Or les « cas » ne sont majoritairement ni des malades, ni des contagieux, ni des porteurs de virus et ne témoignent donc pas de la réalité de l’épidémie, mais principalement du nombre de tests réalisés et du nombre de séances d’amplifications pratiquées.

Une épidémie ne se mesure qu’au nombre de malades, individus qui souffrent de symptômes et qui consultent leur médecin pour un diagnostic ou un traitement.

Le réseau Sentinelle

Le réseau Sentinelle est un réseau de recherche et de veille sanitaire en soins de premiers recours en France métropolitaine. Créé en novembre 1984, il est développé sous la tutelle conjointe de l’Institut national de la santé, de la recherche médicale et de Sorbonne Université. Il fédère plus de de 1400 médecins de ville, généralistes et pédiatres. C’est lui qui permet de suivre chaque année les épidémies de bronchiolite, grippe, gastro entérite, rougeole et rhume et leurs virulences. Cette année, il a étendu la surveillance des maladies contagieuses habituelles au Covid19. Ses données sont plus pertinentes que celles de Santé Publique France qui publie principalement les données hospitalières et dépend du ministre qui veille à ce que ses publications ne gênent pas sa propagande terrorisante.

Car ce qui différencie le Covid19 des épidémies précédentes n’est ni sa virulence, ni sa mortalité, mais le traitement médiatique qui lui est réservé. Lors des épidémies sévères précédentes, le ministère rassurait la population.

image1.png

Depuis le début de la crise actuelle, le ministère et les médias s’efforcent au contraire de paniquer la population afin de faire accepter des mesures pseudo-sanitaires qui n’ont jamais démontré qu’elles pouvaient être utiles, et dont chacun mesure chaque jour la nocivité tant sur la santé globale que sur l’économie, les chômeurs, les salariés précaires, les pauvres, les cafés-restaurants, le monde de la culture et du sport, les petits commerçants.

Les jeunes adultes sont les premières victimes au profit des grandes chaînes, des GAFA et des super riches, sans que ces mesures ne permettent de sauver nos vieillards poussés également au syndrome de glissement par abandon de la vie qui mérite d’être vécue (entourée des siens, des amis etc..) aidés de plus vers la mort par le Rivotril des décrets de mars et octobre, à injecter en cas de problème respiratoire et de « suspicion » de covid.

Les traitements précoces qui résoudraient facilement la grande majorité de ces épisodes infectieux sont toujours interdits contre toute logique sanitaire, qui manifestement n’est pas l’objectif. Les médias continuent à ancrer dans les cerveaux des téléspectateurs qu’il « n’existe pas de traitement », mensonge énorme répété par les ministres, et l’argument d’autorité est tragique. Pourtant la mortalité très basse des pays qui utilisent le traitement Raoult, l’ivermectine ou l’artémisine depuis le début de l’épidémie sont des preuves scientifiques bien établies que nos gouvernants ne veulent pas reconnaitre. Le but est évidement de prolonger la crise et la ruine de la classe moyenne et de nous faire   consommer du remdesivir, puis les vaccins géniques non testés sur plus de deux mois, et leurs risques majeurs.

Et pourtant l’épidémie est vraiment terminée

Lire la suite