Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for mai 2011

Le cul du Parti socialiste

leave a comment »

Voici un article de Jean-Patrick Grumberg (blog Drzz.info) qui résume assez bien la situation et dresse  un portrait, hélas, assez réaliste, du niveau d’ahurissement de nos chers cons-citoyens :

« Ils ont du cul, de la chance, au Parti socialiste. 
Ils trouvent des gogos, durement touchés par la crise, qui acceptent de croire que le parti de gauche, qui soutenait le candidat milliardaire DSK, peut les comprendre et les aider.

Grandissez et devenez adultes, les gogos. Regardez la débauche des derniers jours : sexe, fric et jet set. Vous allez vraiment voter pour cette gauche caviar diamants qui protège les nantis, Strauss Kahn, et crachent sur la classe défavorisée, la femme de ménage de l’hôtel ?
 
Vous allez encore une fois vous réveiller, étonnés d’avoir élu un candidat (lequel, c’est du pareil au même) tout empli du mépris hautain des grands de ce monde pour le petit peuple ? 

Les derniers évènements montrent que le bling bling de Sarkozy, en comparaison de la richesse du candidat socialiste DSK, dont le parcours semble être légèrement entravé, c’est de la bijouterie de pacotille ! Combien de journalistes en ont parlé, à part Drzz.fr ? Le New York Times, journal très à gauche mais d’un pays qui respecte la liberté d’expression, l’a fait. Il vient de publier le patrimoine immobilier de DSK et de sa femme, dans un article qu’il intitule « les contradictions d’un socialiste français ». Je vous laisse le découvrir, sauf si vous me demandez de le traduire. Ca donne le tournis. Et je ne méprise pas l’argent et ceux qui le gagnent.

Il se trouve hélas des français pour croire qu’à ce niveau de richesse, ces candidats peuvent encore comprendre les préoccupations de ceux qui, avec deux cent euros de plus, arriveraient à boucler leurs fins de mois. C’est décourageant. 

Avec l’affaire DSK, la gauche a montré combien elle est coupée, et depuis trop longtemps pour encore changer, des valeurs de coeur et de morale qu’elle a fait croire incarner. Elle s’est dévoilée plus proche de la morale des seigneurs que celles des peuples. 

Je ne sais pas si le PS verra son candidat élu au pouvoir en 2012. Ce que je sais, en revanche, c’est comment il transformera la justice française.

Nous aurons une justice de riches qui protège les puissants et bafoue les droits de la populace, réduite à se taire.
Nous aurons une justice qui ne met pas en garde à vue un membre de la caste, même accusé du crime de viol.
Nous aurons une justice qui revient quarante ans en arrière, lorsque la victime d’un viol était nécessairement une menteuse, une allumeuse qui a provoqué l’homme qu’on excuse de n’avoir pas résisté.

Nous aurons une justice ou les puissants seront au dessus des lois, libres de tout faire, car il se trouvera toujours un membre du clan pour éteindre les incendies.
Je n’invente rien. Ils l’ont déclaré eux même.

Que la justice américaine ait osé accuser un homme dont l’intelligence et le rang le place au dessus des lois, Badinter appelle cela une « défaillance »… il a été Ministre de la justice.

Elisabeth Guigou se dit « heureuse » de vivre dans un pays ou la justice protège les nantis. « Heureuse », soulagée, que la France n’ait pas le même système que les américains, qui traite sur le même pied d’égalité une simple servante et la crème du socialisme.

Chevènement décrit la justice américaine, qui a osé protégé la victime, et non l’élite, d' »infernale ». Comme il fait partie de l’élite, on le comprends.

Trop c’est trop.
 
Une telle débauche, venant de gens d’en haut et de si petite moralité, en si peu de temps, est proprement hallucinant. Ces gens méprisent à ce point le peuple, symbolisé par cette humble femme de ménage, qu’en cas de pépin, la vérité nue leur sort par tous les orifices.

Rien n’arrêtera cette classe politique puante, qui, juste après les faibles participations électorales, rabâche pendant vingt quatre heures que les politiques se sont coupés du peuple et doivent regagner sa confiance.
Jusqu’à Lang qui ose un « quoi, il n’y a pas mort d’homme » dans l’indifférence totale. A t-il songé un instant, ce sale type, à la douleur de la victime, francophone, lorsqu’elle entendra ses mots ? Faites preuve d’humanité et dites-lui pardon publiquement, Mr Lang. »

Reproduction autorisée avec les mentions suivantes et le lien vers cet article :
© Jean-Patrick Grumberg pour Drzz.info
Publicités

Written by Arnaud de Brienne

19 mai 2011 at 6 h 12 min

Chanson d’actualité…

leave a comment »

Written by Arnaud de Brienne

16 mai 2011 at 4 h 12 min

Publié dans Divers, Humour