Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

L’abject hommage de Laurent Fabius au général Giapp

L’ignominie c’est encore et toujours maintenant. Les propos de Laurent Fabius pour saluer la mort du général Giapp, ancien dirigeant de l’armée viet-minh et à ce titre ennemi de la France en son temps, et de leurs alliés vietnamiens ont de quoi révolter. Je n’entends pour l’instant aucun officier, supérieur ou non pour clamer son indignation. Rien n’obligeait en effet l’actuel ministre des Affaires étrangères à « saluer avec émotion le décès du général Giap… Un grand patriote vietnamien, aimé et respecté par tout son peuple… ». Ce qui est évidemment totalement faux.

Giap fut un bourreau pour son peuple, responsable de la mort, dans des conditions épouvantables de centaines de milliers de Vietnamiens, notamment catholiques ou membres d’ethnies minoritaires. Le vainqueur de Dien Bien Phu fut aussi un responsable du sort de dizaines de milliers de soldats français, qui sont restés prisonniers des années dans les camps de la mort communistes viet,, dans des conditions abominables et avec un taux de mortalité proche de cent pour cent.

Beaucoup de ces camps, tel le camp 113 du traître Boudarel, étaient simplement des camps d’extermination où les détenus mouraient dans les mêmes proportions que dans ceux d’Auschwitz. Avec de surcroît la torture supplémentaire de devoir sans cesse louanger leurs bourreaux, comme en témoigna le colonel Weinberger, de confession juive, successivement et incroyablement rescapé des deux enfers : celui, national-socialiste, d’Auschwitz et celui, communiste, d’un camp « Giap ».

Est-cela qu’admire Laurent Fabius ? Alors qu’il le dise franchement. Grand donneur de leçons, Laurent Fabius oublie d’évoquer les ravages du communisme au Vietnam, pays d’ailleurs toujours fort peu démocratique et aujourd’hui encore étouffé par un carcan militaro-policier. Décidément, la question du respect des droits de l’homme dans le monde demeure vraiment à géométrie très variable.

La mort du sinistre Giap aura offert à Laurent Fabius une occasion de plus de cracher son petit glaviot sur la mémoire des combattants de toutes origines de l’armée française. Pauvre type.

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

11 octobre 2013 à 9 h 44 min

%d blogueurs aiment cette page :