Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Attaques terroristes : l’unité, pas l’unanimité

People gather in response to attacks in Paris, at Washington Square Park in the Manhattan borough of New York November 14, 2015. REUTERS/Lucas Jackson

Assez des marches blanches, assez de la sidération médiatique, assez des poèmes de Christiane Taubira, assez des envolées lyriques des fauteurs de guerre comme Bernard-Henri Lévy.

Depuis le mois de janvier, Boulevard Voltaire prend les allures d’un carnet de guerre, tant les événements dramatiques s’enchaînent sans interruption. Le pays doit être rassemblé dans l’épreuve et nous devons manifester notre unité nationale face aux forces de la mort et à leurs supplétifs. En revanche, nous qui sommes déjà réveillés aurons le devoir de dire tout ce qu’il ne faudra pas dire par peur du « dérapage » ou de la censure infâme du politiquement correct. Nous ne pouvons pas nous permettre de tomber dans un unanimisme sclérosant. Nous aurons aussi le devoir de réinformer les Français pour qu’ils comprennent l’ampleur historique de la situation que nous vivons. Nous ne devons pas, non plus, manquer l’occasion de désigner les coupables, ainsi que les responsables. Nous ne récupérons rien, nous cherchons à influer sur les décisions dans le bon sens. Avant qu’il ne soit trop tard !

Les éléments d’enquête arrivent au compte-gouttes mais tout tend à prouver que nous avions raison dans nos analyses et dans les solutions que nous préconisions. Un des terroristes avait un passeport syrien et avait été enregistré à Lesbos. Je me rappelle m’être fait insulter pour avoir osé affirmer que les bateaux chargés de migrants clandestins charriaient chaque jour leur lot de terroristes formés ou de terroristes potentiels. Cela s’est tristement confirmé en cette soirée du 13 novembre 2015. En début de journée, Berlin déclarait qu’il ne fallait pas faire de lien entre la crise migratoire et les attaques dans Paris. Berlin aurait mieux fait de la boucler. Berlin aurait mieux fait d’adopter une autre attitude, ainsi que Paris. Une attitude de soutien aux rares dirigeants qui défendent l’Europe, comme le président hongrois Viktor Orbán. Rappelons, d’ailleurs, qu’il a récemment été révélé que de nombreux « réfugiés syriens » ne le sont pas et bénéficient de faux papiers.

Nous réclamions aussi l’internement des islamistes fichés S de nationalité française, l’expulsion des islamistes fichés étrangers, de même que la déchéance de la nationalité française et l’expulsion des islamistes fichés S binationaux. Nous avions encore raison. Un des terroristes était fiché, connu des services de renseignement et « français ». Il s’agissait d’un Français de papier, d’une personne légalement française mais qui ne l’était pas réellement et ne pouvait se vivre comme tel avec son idéologie meurtrière.

Assez des marches blanches, assez de la sidération médiatique, assez des poèmes de Christiane Taubira, assez des envolées lyriques des fauteurs de guerre comme Bernard-Henri Lévy, assez des psychologues et de leurs poncifs, assez des leçons de morale des aveugles type Thomas Guénolé ou Edwy Plenel : place aux actes ! Les Français doivent se réveiller et sortir du mécanisme masochiste de culpabilisation qui leur fait croire qu’ils sont les coupables alors qu’ils sont les victimes d’une politique suicidaire. Les terroristes veulent détruire notre civilisation, mais nos gouvernants les ont bien aidés pendant quarante ans. Ils sont coupables d’une faiblesse insigne. Coupables d’avoir réduit nos capacités de défense (morale et physique) au néant. Coupables d’avoir rompu la chaîne de la mémoire historique. Redevenons des Français, redressons-nous enfin !

Gabriel Robin

Boulevard Voltaire

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

16 novembre 2015 à 7 h 08 min

%d blogueurs aiment cette page :