Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Boulevard Voltaire : Le dossier noir de la liberté d’expression

Cher lecteur de Boulevard Voltaire,

Joyeux Noël !…

… Combien de temps encore pourrons-nous lancer à la cantonade un « Joyeux Noël !  » et non le désormais recommandé « Joyeuses fêtes de fin d’année » destiné à pas heurter la sensibilité des non chrétiens ?

Implacablement, notre liberté d’expression se réduit.

C’est insupportable.

Les maîtres censeurs, qui veulent à tout prix nous obliger à respecter « l’autre », veulent en réalité nous interdire d’être ce que nous sommes profondément, de dire ce que nous pensons, et au bout du compte, de penser ce que nous voulons.

Mais, contrairement à vous, la plupart des gens n’ont pas vraiment conscience de ces interdits grandissants. D’autres oublient ou finissent par s’habituer.

Et même ceux qui ont le sentiment « qu’on ne peut plus rien dire dans ce pays », manquent de faits et de repères précis.

C’est pourquoi, à Boulevard Voltaire, nous avons décidé de créer le Dossier noir de la liberté d’expression :

Nous allons mettre au grand jour, de manière permanente et accessible au public le plus large possible, le lent travail de sape du « politiquement correct » sur la liberté d’expression.

Le Dossier noir de la liberté d’expression, ce sera un ensemble d’informations, pour que chacun puisse :
– prendre conscience de la perte progressive de liberté d’expression,
– la mesurer sur des faits objectifs, précis,
– en comprendre les mécanismes,
– connaître la liste des victimes de cette censure odieuse.

Nous espérons pouvoir compter sur vous, fidèle lecteur de Boulevard Voltaire, pour nous aider à mettre sur pied et développer ce projet salutaire pour restaurer la liberté d’expression et d’opinion en France.

Car en face, les gardiens de la pensée unique multiplient les techniques pour nous enfermer dans la bien-pensance :

– Il ne se passe plus une semaine sans un procès en sorcellerie pour tel ou tel propos qui aurait « porté atteinte » aux femmes, aux noirs, aux handicapés, aux homosexuels… On surveille son langage de peur de se faire traiter « d’homophobe » ou d' »islamophobe » !

– Les journalistes quelque peu dissidents ont été mis à la porte des médias de masse, certains carrément virés pour malpensance, tel le présentateur météo Philippe Verdier licencié de France 2 pour avoir émis des réserves sur le réchauffement climatique ;

– la « parité » devient prétexte aux obligations les plus grotesques, comme l’obligation d’écrire « homme/femme » sur chaque offre d’emploi, ou l’instauration de l’écriture « inclusive » (citoyen.ne.s) qui saccage la langue française – et gare à qui oserait encore énoncer que « le masculin l’emporte sur le féminin » !;

– il y a des mots interdits, comme « race » ou « mademoiselle ».

– enfin, pour décourager les récalcitrants, l’arme ultime du harcèlement judiciaire est utilisée sans retenue : pour avoir dit « Dans une classe du centre-ville de chez moi, 91 % d’enfants musulmans. Évidemment, que c’est un problème. Il y a des seuils de tolérance. », le Maire de Béziers Robert Ménard a été poursuivi par… 16 associations !

Et ça ne va pas en s’arrangeant :

Savez-vous que le décret du 3 août 2017 permet de poursuivre une personne pour injure non publique – donc dans un cadre privé ! – à caractère raciste, sexiste, homophobe, transphobe (sic) ou handiphobe (re-sic) ?

Dans l’atmosphère de délation ignoble qui s’installe dans notre pays avec l’épouvantable #balancetonporc et sa chasse à l’homme confondant tout et mettant dans le même sac, le compliment, la drague, la grivoiserie, le harcèlement et le viol…

… et les campagnes officielles de « shaming » (pardon pour l’anglicisme) qu’Emmanuel Macron veut organiser pour dénoncer et salir la réputation des entreprises faisant de la « discrimination à l’embauche »…

… on n’ose imaginer les dérives terribles d’un tel décret : une « victime », un comparse transformé en « témoin » et hop ! on poursuit n’importe qui pour racisme ou je ne sais quoi d’autre !

Effrayant.

Jusqu’où iront les bien-pensants pour bâillonner ceux qui pensent ou disent quelque chose qui ne leur plaît pas ?

Aujourd’hui, en ouvrant le Dossier noir de la Liberté d’expression, Boulevard Voltaire installe une première barricade pour les stopper net.

C’est un chantier énorme, mais ça vaut la peine !

Aussi nous espérons que vous accepterez de nous aider.

Nous allons commencer par des articles sur Boulevard Voltaire regroupés dans une rubrique, puis selon les moyens dont nous disposerons, un site spécialement dédié, des conférences avec des juristes, éditeurs, journalistes, élus,… des publications aussi, etc.

Pour mener ce travail salutaire, il nous faut des moyens techniques, humains et financiers.

Alors, s’il vous plaît : aidez à Boulevard Voltaire par votre don le plus généreux possible à susciter une prise de conscience, un sursaut de l’opinion publique pour restaurer la liberté d’expression et de pensée en France.

Sentez-vous libre de donner le montant qui vous semble le plus approprié. Cela peut être 50 euros, 150 ou 500 euros, ou si vous préférez 30 euros ou moins.

Je fais un don
Je fais un don

Merci infiniment.

Très cordialement et…

Joyeux Noël !

L’équipe de Boulevard Voltaire

Boulevard Voltaire

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

23 décembre 2017 à 7 h 35 min

Publié dans Réinformation

%d blogueurs aiment cette page :