Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Révolution des pensions de réversion : escroquerie ou conséquence des principes admis ?

Révolution Pensions Réversion Escroquerie Conséquence Principes

La réforme des pensions de réversion est lancée. Le gouvernement prétend les simplifier au nom de la justice. C’est une escroquerie. La révolution féministe est juste en train de porter les conséquences des principes admis voilà une cinquantaine d’années.

« Tout est sur la table », affirme benoîtement le ministre de la santé, Agnès Buzyn, et pour ceux qui n’auraient pas compris, elle ajoute : « Il n’y a rien d’exclu ». Une manière de suggérer qu’il est bien possible qu’en cas de « consensus » les pensions de réversion soient supprimées. Les pensions de réversion sont la part de la retraite d’un défunt que l’on verse à son conjoint. Sur 4,4 millions de retraités qui les touchent, 90 % sont des veuves, un quart d’entre elles n’ayant pas d’autre pension.

Vers la suppression des pensions de réversion

D’où la crainte, exprimée par syndicalistes et féministes, que la réforme lèse les femmes, qui touchent en moyenne une retraite inférieure à celle des hommes. Pas du tout, s’écrie Bruno Le Maire. Il s’agit juste de rendre les pensions de réversion « plus justes et plus efficaces ». Et Buzyn renchérit. Il s’agit de « remettre à plat », « harmoniser les régimes », dans la « justice sociale », etc. N’empêche, deux minutes plus tard, elle relève que « dans certains régimes » les pensions de réversion « n’existent pas » et qu’on peut donc se poser la question. Et ses services rappellent qu’en Suède, à la suite d’un progrès social continu, les pensions de réversion ont été supprimées.

Une escroquerie doublée d’une révolution

A quoi servaient-elles en effet ? A protéger les veuves quand le mariage, indissoluble en principe, et de longue durée par rapport à la vie humaine, était le modèle dominant. Ce n’est plus le cas, et le maquis des cas particuliers à « simplifier » est moins dû aux règles des organismes de retraites qu’aux variations de la famille post-moderne. Le Maire nous parle budget de l’Etat, Buzyn justice sociale ou parité homme femme ; c’est une simple escroquerie : des maris ont cotisé à un taux convenu avec les caisses pour qu’en cas de malheur leur veuve bénéficie d’une pension contractuellement définie, y toucher est un vol pur et simple.

Les principes féministes amènent leur conséquence révolutionnaire

Ce n’est pas qu’un vol, c’est surtout une révolution. L’Etat, follement dispendieux par ailleurs et en particulier avec les « migrants », ne prétexte d’économies à faire que lorsqu’il s’agit de persuader le badaud que la révolution qu’il mène est juste, et justifiée par le souci le plus saint, celui du portefeuille. C’est une escroquerie intellectuelle, l’économie n’est que le cache-sexe de la révolution. Et « l’harmonisation » (i.e. le nouveau pas vers la suppression programmée) des pensions de réversion est la conséquence des principes féministes instillés peu à peu dans notre société depuis les années soixante. La réforme de l’autorité paternelle, la fin de l’allocation de salaire unique, la baisse des aides familiales, le plafonnement du quotient familial, le mariage pour tous, et bien d’autres choses, font partie d’une même révolution mentale visant à faire de la femme un homme comme les autres. Aujourd’hui, cette révolution dévore certains de ses enfants, et des féministes s’en émeuvent. Elles connaissent mal l’histoire, et la logique : des principes faux amènent des conséquences mauvaises. Point.

Pauline Mille

Le blanc et le noir

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

1 juillet 2018 à 12 h 22 min

Publié dans Fiscalisme, Réinformation

%d blogueurs aiment cette page :