Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for novembre 2018

Samedi 1er décembre 2018 : révolte contre l’oligarchie !

Attention aux récupérations de ceux qui refusaient de s’associer au mouvement et faisaient la fine bouche et qui tentent maintenant de récupérer ce mouvement populaire spontané qui les dépasse.

Ce grand mouvement,  c’est un ras-le-bol de l’enfer fiscal français, bien sûr, mais aussi l’une des conséquences de l’absence de proportionnelle aux élections : aujourd’hui, à défaut de représentation légale, c’est la rue qui prend la parole.

Contrairement à ce qu’aimerait faire croire la presse aux ordres, les vrais manifestants ne sont pas des casseurs même si les médias semblent curieusement ne s’intéresser qu’à eux.

Gaztaner démission !


Publicités

Written by Arnaud de Brienne

30 novembre 2018 at 22 h 33 min

Publié dans Uncategorized

Le vrai courage du patron de PSA qui ose dénoncer la supercherie du véhicule électrique

Les « mamamouchis », généralement, pour ne pas dire presque tout le temps, ne brillent pas par l’originalité de leurs pensées toujours convenues et nécessairement dans le spectre « moyen » de la « moyenne » souhaitée et admise par le système dont ils ne sont que des serviteurs extrêmement bien payés.

Être un « mamamouchi », c’est être un servile collaborateur. Un « salarié » presque comme les autres. C’est le prix de la paye et de la compromission qui change.

On est « meilleur », ce qui veut dire que l’on a nettement moins de problèmes moraux quand le chèque comporte plusieurs zéros.

Dans ce monde affligeant qu’est celui de la politique ou des « grands patrons », qui n’ont rien de grand et ne raisonnent plus qu’en management de la peur et par la peur pour l’asservissement total de tous les salariés qui leur sont confiés, une exception assez remarquable est à noter.

C’est le patron de PSA, Carlos Tavares, qui a eu le courage immense et l’honnêteté intellectuelle de tenir des propos très critiques sur la pertinence de la voiture électrique.

La transition énergétique est une vaste fumisterie. Nos aimables politiciens se lancent dans une voie qui nous mène à un mur ou à un précipice. Il n’est en aucun possible, ni souhaitable en termes environnementaux, d’équiper tous les possesseurs de véhicules thermiques classiques par des véhicules électriques. Cela ne peut pas fonctionner. Laissons la parole à Carlos Tavares, le patron de PSA.

Carlos Tavares, président de PSA, propos critiques sur la voiture électrique…

« Le monde est fou. Le fait que les autorités nous ordonnent d’aller dans une direction technologique, celle du véhicule électrique, est un gros tournant.

Je ne voudrais pas que dans 30 ans on découvre quelque chose qui n’est pas aussi beau que ça en a l’air, sur le recyclage des batteries, l’utilisation des matières rares de la planète, sur les émissions électromagnétiques de la batterie en situation de recharge ? »

« Comment est-ce que nous allons produire plus d’énergie électrique propre ?

Comment faire pour que l’empreinte carbone de fabrication d’une batterie du véhicule électrique ne soit pas un désastre écologique ?

Comment faire en sorte que le recyclage d’une batterie ne soit pas un désastre écologique ?

Je m’inquiète en tant que citoyen, parce qu’en tant que constructeur automobile, je ne suis pas audible. »

« […] On est en train d’évoluer d’un monde où la technologie était neutre vers un monde où on nous instruit d’aller dans la direction du véhicule électrique. […]

Simplement, si on nous donne l’instruction de faire des véhicules électriques, il faut aussi que les administrations et les autorités […] assument la responsabilité scientifique du fait qu’ils nous ont instruits de faire des véhicules électriques. »

Depuis cette intervention, Carlos Tavares a réitéré à plusieurs reprises son scepticisme, notamment le 1er septembre dernier, comme le rapportait alors Ouest-France : « L’alerte que j’ai voulu donner il y a quelques mois est qu’il n’y a pas […] d’études d’impact, ni d’études à 360 degrés de ce que signifie une mobilité 100 % électrique. Les gouvernements et les responsables politiques de l’Union européenne sont en train de prendre la responsabilité scientifique du choix de la technologie. »

Les propos hallucinants sur les autres dirigeants qui sont plus légalistes !

Voici comment le journaliste vient relativiser et amoindrir la portée des propos de Carlos Tavares.

« Avis sincère ou effet d’annonce ? Difficile de trancher, selon Florence Lagarde : «C’est un peu inattendu, car il est le seul dirigeant de constructeur automobile à tenir ce discours anti-électrique et anti-réglementation, les autres sont plus légalistes et moins dans l’avis personnel. […] C’est peut-être réellement ce qu’il pense, car il en est persuadé, mais ça peut aussi être une posture alarmiste pour frapper les esprits.» »

Vous rendez-vous compte du niveau d’incapacité collective de penser dans laquelle nous sommes tombés ?

Si un individu, et il s’agit tout de même du patron de l’un de nos plus gros groupes, émet des « réserves » somme toute très « polies », on indique implicitement qu’il n’est pas « légaliste ».

Je ne sais pas vous, mais moi je trouve que Carlos Tavares est un révisionniste climatique. Certainement. Il doit bien être aussi un « phobe ». Oui, c’est ça , c’est un « électricophobe ».

Je pense même que pour dire des choses pareilles, il doit être un peu fasciste et raciste… Avec un prénom comme Carlos, je suis persuadé que c’est un raciste anti-électrique.

N’oublions jamais que quand tout le monde pense pareil, plus personne ne pense.

Encenser la diversité c’est très bien, mais cela implique aussi… une diversité de pensée, et les sociétés ne se développent et ne s’épanouissent que lorsque les opinions peuvent s’exprimer.

Bravo donc au courageux Tavares pour sa liberté de ton précieuse dans ce secteur, où il n’est plus autorisé de penser. Le réchauffement climatique ne se discute pas. La politique écologiste ne se discute pas. La politique nucléaire de la France ne se discute pas. La transition énergétique ne se discute pas… La fiscalité ne se discute pas.

Quoique pour ce dernier point, les prochaines semaines pourraient bien faire évoluer les choses.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles SANNAT

Insolentiae

A lire aussi, un article paru en 2013 mais qui dénonçait déjà le mensonge d’une voiture électrique propre : « Officiel : les constructeurs automobiles avouent que la voiture électrique est polluante.

Renault, Citroën, Bolloré, Opel et Nissan corrigent leurs publicités »

Observatoire du nucléaire



Written by Arnaud de Brienne

27 novembre 2018 at 21 h 59 min

France championne du monde (chiffres Eurostat 2017)

Written by Arnaud de Brienne

25 novembre 2018 at 22 h 26 min

Publié dans Fiscalisme

Personne n’avait vu ce schéma avant de voter ? Vraiment ?

Written by Arnaud de Brienne

25 novembre 2018 at 22 h 16 min

Ah ! Toujours ces maudits chiffres !

Written by Arnaud de Brienne

24 novembre 2018 at 12 h 39 min

Publié dans Réinformation

Les hors-sol contre les manants

A la veille du nouveau rassemblement des gilets jaunes partiellement annoncé à Paris, pour leur deuxième samedi, ce 24 novembre, l’incertitude grandit. Le pouvoir imagine tendre un piège à ce mouvement encore informel, inédit et imprévisible. On leur concède faussement le Champ de Mars. Les forces de l’ordre, et plus encore celles du désordre programmé, pensent l’endroit commode. On pourra, estiment-ils, y parquer de braves gens jusqu’ici inoffensifs. On accentuera la focalisation sur telle dizaine de fous, d’abrutis, ou de provocateurs incontrôlables, On imagine dès lors instrumentaliser le revers de la médaille de leur spontanéité.

Bref, on les prend en haut lieu pour des crétins. Mais les hors-sol qui nous gouvernent devraient bien mesurer deux choses.

D’abord, leurs faux discours moralistes ne prennent plus. Il convainc d’autant moins que le seul objectif auquel il affirme répondre se réclame, grandiose, du salut de la Planète, à partir des 551 000 km2 de l’Hexagone, ne parlons même pas des départements d’Outre-mer qui n’en peuvent mais.

Nous nous trouvons ainsi confrontés à des affirmations disproportionnées, aussi péremptoires dans les mots que contradictoires dans les faits. Elles expriment un écologisme devenu complètement arbitraire, idéologique et schizophrénique. L’administration se montre insoucieuse d’agir contre la pollution de la terre, des cours d’eau comme des rivages d’une France dont, depuis un siècle, elle n’assure que l’enlaidissement. Incapables de gérer correctement les déchets, ses insupportables bons élèves veulent se faire croire en mesure de réglementer, par l’impôt punitif, l’évolution du climat des océans et des autres continents.

On éprouve, en écoutant ces folies, une impression de grotesque. Mais en découvrant le retour d’un fantôme, celui de Nicolas Hulot, le sentiment évolue. On en viendrait [presque] à une forme de pitié pour le personnage lui-même. Rappelé de son oubliette on lui redonne un instant la parole. Après l’avoir démonétisé comme ministre, on l’utilise tel un vieux pot pour y faire de la confiture. Celle-ci contrairement à l’adage bien connu ne donnera rien de bon. Ce recyclage ridicule ne prend pas.

D’autre part il va leur falloir choisir leurs alliés. Les hors-sol vont se trouver dans la nécessité de dessiner les contours du peuple majoritaire au nom duquel ils gouvernent. Cela ne s’appelle pas populisme mais, plus simplement, démocratie.

Manifestement plus de 70 % des Français[1] se sentent toujours en sympathie avec cette contestation.

Un petit épisode parlementaire d’apparence anecdotique s’est ainsi déroulé à l’Assemblée nationale ce 22 novembre. Il s’est traduit par une suspension de séance après une passe d’armes entre MM. Ferrand et Castaner, d’une part, et le sympathique député pyrénéen Jean Lassalle. Celui-ci portait un gilet jaune, obligatoire pour le conducteur d’un véhicule[2]. Il s’est exposé, au contraire, dans cet autre contexte à une amende de 1 500 euros infligée par le bureau de l’Assemblée lui-même. Les images d’une majorité applaudissant la sanction ne manquent pas de pathétique, à défaut de panache. Elles caricaturent de façon effrayante l’aveuglement, que la légende prête [à tort] au parti ministériel, aux bons élèves qui entouraient Calonne, à la vielle de 1789. Or, la déconnexion du pouvoir d’État par rapport aux manants, ainsi que celle de la majorité des députés les oblige à recourir à d’étranges alliés. C’est ainsi que, pour discréditer, diffamer, étiqueter faussement comme xénophobes les manifestants français on vient d’avoir recours à l’appareil de la CGT des douanes et au député d’extrême-gauche Ruffin. Ces professeurs de morale, auxiliaires du pouvoir hors sol, osent en effet condamner l’application de la loi par les Gilets Jaunes débusquant dans la Somme, sur la route de Calais, un trafic de migrants illégaux.[3]

N’en jetez plus Messieurs, votre cour est pleine, votre cause a été entendue. Le peuple des manants s’éloignera de vous comme le font les chevaux quand ils sentent la présence d’un mort.

JG Malliarakis 

L’insolent

Written by Arnaud de Brienne

24 novembre 2018 at 7 h 28 min

Publié dans Uncategorized

Ces milliards refusés aux Gilets jaunes, pour les peuples étrangers via l’AFD

Written by Arnaud de Brienne

24 novembre 2018 at 6 h 53 min

Publié dans Fiscalisme, Réinformation