Plus d’un million de décès et de blessures consécutifs aux “vaccins” COVID signalés dans le VAERS alors que débute la deuxième année d’”autorisation d’utilisation expérimentale”.

Les chiffres évoqués dans cet article dont les sources figurent à la fin, peuvent paraitre effrayants et ils le sont mais sont toutefois très largement sous-estimés. Combien de décès et de séquelles graves liées aux injections expérimentales n’ont-elles pas été prises en compte parce que le corps médical ou les proches des victimes eux-mêmes se refusaient à toute corrélation ? Par combien faut-il multiplier des chiffres de victimes pour approcher la réalité ? Je connais personnellement trois cas de piquouzés ayant failli y passer d’une affection cardiaque juste après une injection mais incapables (et même refusant énergiquement) d’établir un lien avec les pseudo-vaccins (NDLR)

(https://vaccineimpact.com/2022/over-1-million-deaths-and-injuries-following-covid-vaccines-reported-in-vaers-as-second-year-of-experimental-use-authorization-begins/)

par Brian Shilhavy
Rédacteur en chef, Health Impact News

Les décès et blessures consécutifs aux ” vaccins ” expérimentaux COVID-19 se poursuivent à un rythme sans précédent alors que nous entrons dans la deuxième année de leur ” autorisation d’utilisation d’urgence “.

Le gouvernement américain a mis à jour sa base de données Vaccine Adverse Events Reporting System (VAERS) aujourd’hui, et il y a maintenant eu 1 053 830 cas de décès et de blessures signalés au VAERS suite aux vaccins expérimentaux COVID-19 depuis qu’ils ont reçu une autorisation d’utilisation d’urgence en décembre 2020. (Source.)

À titre de comparaison, 914 393 cas de décès et de blessures ont été signalés au VAERS à la suite de tous les vaccins approuvés par la FDA depuis le lancement du VAERS en 1990, jusqu’à la fin du mois de novembre 2020, le dernier mois avant l’autorisation d’utilisation d’urgence des vaccins COVID-19. (Source.)

Il y a eu plus de décès, plus d’invalidités permanentes et plus d’hospitalisations suite à l’administration du vaccin expérimental COVID-19 que suite à l’administration de tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 31 années précédentes.

Il s’agit de la nouvelle la plus censurée aux États-Unis, et elle est basée sur les propres statistiques du gouvernement américain.

Infanticide et stérilisation

La mise à jour du VAERS publiée aujourd’hui montre également que 3 306 décès fœtaux ont été signalés à la suite des vaccins COVID-19 depuis qu’ils ont reçu une autorisation d’utilisation en urgence en décembre 2020. (Source.)

À titre de comparaison, 2 493 décès fœtaux ont été signalés à la suite de tous les vaccins approuvés par la FDA au cours des 31 années précédentes.  (Source.)

Ces femmes pourront-elles un jour concevoir à nouveau des enfants ?

Toutes ces informations proviennent directement de la base de données VAERS du gouvernement, gérée par les CDC et la FDA. Tout membre du public peut accéder à ces informations et confirmer qu’elles sont vraies.

Les États-Unis sont dirigés par des criminels qui autorisent la poursuite de ces injections, et ils sont tous coupables de meurtre de masse.

Et ces chiffres, aussi horribles soient-ils, ne tiennent pas compte du fait que très peu d’effets indésirables des vaccins suite aux injections de COVID-19 sont jamais signalés. La plupart des médecins et des professionnels de la santé ne savent même pas que le VAERS existe, et d’énormes pressions sont exercées sur eux pour qu’ils ne signalent pas ces décès et ces blessures, car cela affecte évidemment les ventes de Big Pharma.

Si l’on tient compte du facteur non signalé dans le VAERS, on constate qu’environ 400 000 personnes sont mortes en 2021 à la suite de ces injections expérimentales. Voir :

2021 : Les décès dus au COVID augmentent,

les décès dus à la grippe disparaissent,

plus de 400 000 décès au total par rapport à 2020.


Que se passe-t-il en Angleterre ? Mandats annulés


Cette semaine, Boris Johnson a annoncé que le gouvernement britannique supprimait les passeports de vaccination COVID-19 et les exigences relatives aux masques faciaux. https://www.youtube.com/embed/Gyv7PvBG9kc?version=3&rel=1&showsearch=0&showinfo=1&iv_load_policy=1&fs=1&hl=fr-FR&autohide=2&wmode=transparent

Cette annonce a pris tout le monde par surprise dans les médias alternatifs, qui se demandent ce qui se cache derrière cette annonce.

Cela aurait été une chose si des arrestations avaient été faites pour meurtre de masse, et si une déclaration avait été faite pour admettre la culpabilité d’avoir permis que cela dure si longtemps, mais ce n’est pas la raison que Boris Johnson a donnée pour mettre fin à ces mandats.

Il a crédité le peuple britannique d’avoir fait un bon travail en obtenant leurs boosters et en obéissant aux mandats.

Cela nous amène à nous demander ce qu’ils prévoient de faire ensuite. Qu’est-ce qui se passe réellement ?

COVID-19 Autorisations de vaccins : Une intention criminelle dès le départ

Jon Rappoport a publié aujourd’hui un excellent article montrant que l’intention criminelle d’approuver ces “vaccins” est présente depuis le début. https://blog.nomorefakenews.com/2022/01/21/covid-vaccines-were-designed-to-fail/embed/#?secret=3J44zJsLcB

Les vaccins COVID ont été conçus pour échouer ; c’est ainsi qu’ils ont obtenu l’autorisation.

par Jon Rappoport

J’ai écrit et publié cet article alors que les essais cliniques du vaccin COVID étaient en cours. Il révèle comment et pourquoi ces essais étaient voués à l’échec. Ils ont échoué. Depuis lors, rien n’a changé.

Les fabricants du vaccin ont CONÇU une série d’essais cliniques qui, même selon leurs propres termes (“le virus est réel, craignez le virus”) étaient destinés à être un échec total.

PREMIÈRE PARTIE :

Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du journal médical BMJ, et Eric Topol, professeur de médecine moléculaire au Scripps Research, ont écrit un article d’opinion dévastateur dans le NY Times sur les essais cliniques en cours du vaccin COVID.

Ils exposent la faille fatale des grands essais de Pfizer, AstraZeneca et Moderna.

Le 22 septembre 2020, le Times : “Ces essais sur le coronavirus ne répondent pas à la seule question que nous devons savoir” [1] :

“Si vous deviez approuver un vaccin contre le coronavirus, approuveriez-vous un vaccin dont vous saviez seulement qu’il ne protégeait les gens que de la forme la plus légère du Covid-19, ou un vaccin qui préviendrait ses complications graves ?”.

“La réponse est évidente. Vous voudriez vous protéger contre les pires cas.”

“Mais ce n’est pas ainsi que les entreprises qui testent trois des principaux candidats vaccins contre le coronavirus, Moderna, Pfizer et AstraZeneca, dont l’essai américain est en suspens, abordent le problème.”

“Selon les protocoles de leurs études, qu’ils ont publiés à la fin de la semaine dernière, un vaccin pourrait répondre au critère de réussite des sociétés s’il diminuait le risque de Covid-19 léger, mais il n’a jamais été démontré qu’il réduisait les formes modérées ou sévères de la maladie, ou le risque d’hospitalisation, d’admission en unité de soins intensifs ou de décès.”

“Dire qu’un vaccin fonctionne devrait signifier que la plupart des gens ne courent plus le risque de tomber gravement malade. Ce n’est pas ce que ces essais vont déterminer.”

Cela signifie que ces essais cliniques sont un coup dans l’eau.

Ils ne sont conçus que pour montrer l’efficacité de la prévention des “cas légers de COVID”, ce dont personne ne devrait se soucier, car les cas légers (toux, fièvre) suivent naturellement leur cours et ne causent aucun dommage. IL N’Y A AUCUN BESOIN D’UN VACCIN QUI PRÉVIENT LES CAS LÉGERS.

Les principaux essais cliniques sur les vaccins sont inutiles, non pertinents, trompeurs et mensongers.

Maintenant, allons plus loin. Lisez la section suivante de l’article du Times, puis je ferai des commentaires.

“Les études Moderna et AstraZeneca porteront sur environ 30 000 participants chacune ; celle de Pfizer en comptera 44 000. La moitié des participants recevront deux doses de vaccins espacées de trois ou quatre semaines, et l’autre moitié recevra des injections placebo dans l’eau salée. La détermination finale de l’efficacité aura lieu après que 150 à 160 participants auront développé Covid-19…”

Voici comment cela fonctionne. Les fabricants de vaccins espèrent qu’un total de 150 cas légers de COVID se produiront, combinés, dans les deux groupes

– ceux qui reçoivent le placebo et ceux qui reçoivent le vaccin.

Comment cela pourrait-il se produire ?

Les chercheurs pensent que “le coronavirus se répand partout” et qu’il se jettera sur certains des volontaires de l’essai clinique.

Supposons qu’au cours de l’essai, 100 personnes recevant le placebo développent un COVID-19 léger, et que seulement 50 personnes recevant le vaccin développent un COVID léger.

Les fabricants de vaccins diraient : “Nous venons de prouver que le vaccin est efficace à 50% pour prévenir le COVID, et c’est tout ce que nous devons faire pour obtenir une autorisation d’urgence de la FDA. Libérez le vaccin. Injectez-le au monde entier”.

Les résultats pour 150 personnes sont égaux à “tirons sur sept milliards de personnes”. C’est stupéfiant.

Mais c’est encore pire. Le nombre magique de 150 cas de COVID ? Comment est défini un cas de COVID ? Les auteurs de l’article du Times ont la réponse :

“Dans les essais Moderna et Pfizer, même un cas bénin de Covid-19 – par exemple, une toux plus un test de laboratoire positif – serait qualifié et brouillerait les résultats. AstraZeneca est un peu plus rigoureux, mais compterait toujours des symptômes légers comme une toux et de la fièvre comme un cas.”

Mais attendez. Le NY Times lui-même a récemment publié un article [2] indiquant que jusqu’à 90 % des cas de COVID aux États-Unis pourraient très bien être des faux positifs – en d’autres termes, ne pas être des cas du tout.

Pourquoi ?

Parce que le test diagnostique PCR, tel qu’il est effectué par de nombreux laboratoires, est trop sensible. Il enregistre “positif pour le COVID” alors qu’il ne devrait pas.

Ainsi, dans ces essais cliniques de vaccins, tout le processus consistant à déterminer que “150 personnes ont développé le COVID-19” est complètement peu fiable, inutile, absurde et insensé. D’une part, un test PCR positif n’est pas fiable et ne signifie rien. D’autre part, une toux et une fièvre (“COVID léger”) ne sont pas inquiétantes et ne nécessitent aucun vaccin. Nous parlons de 150 cas de “on s’en fout”. C’est ce que le vaccin COVID est conçu pour prévenir.

“Donc le chiffre magique est 150 ? C’est le nombre qui va décider du sort immédiat de la planète ?”

“Bien sûr.”

“Et ces 150 personnes, qui selon vous développent un COVID-19 léger… personne ne devrait s’en soucier, car ces symptômes se guérissent d’eux-mêmes, et aucun vaccin n’est nécessaire.”

“C’est exact.”

“Et en y pensant, les personnes recevant le vaccin dans les essais cliniques pourraient développer des symptômes indiscernables d’un COVID-19 léger, suite aux effets du vaccin.”

“Oui, c’est vrai.”

“Mais vous êtes très confiant dans le succès du vaccin.”

“En effet.”

“Pourquoi ?”

“Je dois être confiant. Si nous sommes exposés comme des fraudeurs incompétents, nos résultats financiers en prendront un coup. Et nous finirons en prison.”

“Merci, monsieur. Et ce sont les nouvelles de ce soir. Assurez-vous de prendre le vaccin, tout le monde. C’est vital. C’est Fred J Clown, pour CBS-NBC-ABC-CNN-FOX-PBS-AP-Reuters et toutes les sources d’information officielles de l’Est, l’Ouest, le Nord et le Sud. Les nouvelles, qui vous sont présentées par Venom-X-2, un médicament qui n’a que 463 effets indésirables. Demandez à votre médecin si Venom vous convient.”

DEUXIÈME PARTIE : LE TOUR DIABOLIQUE :

Maintenant je vais revoir les informations vitales, mais cette fois je vais vous montrer comment…

Les fabricants de vaccins peuvent utiliser le défaut fatal dans la conception de leur protocole pour…

gagner l’approbation de leur vaccin COVID.

Restez avec moi. C’est énorme.

Seulement 150 personnes sont nécessaires pour faire passer les essais cliniques majeurs du vaccin COVID pour un succès.

Sur les 30 000 volontaires de l’essai, les chercheurs attendent que 150 personnes “attrapent le COVID-19”. Des cas bénins. Ils supposent que cela arrivera parce qu’ils pensent que le coronavirus est partout et qu’il infectera leurs volontaires.

Bien sûr, leur définition d’un cas bénin de COVID-19 n’a aucun sens. Toux plus fièvre, et un test PCR positif. Le test crache des faux positifs comme une machine à sous truquée, et les symptômes légers visibles pourraient résulter d’une grippe, de l’air pollué ou de trop de barres chocolatées.

Néanmoins, les chercheurs attendent qu’un total de 150 personnes “attrapent un cas bénin de COVID”. Lorsque ce nombre est atteint, tout s’arrête.

Maintenant vient le grand moment. Combien de ces 150 cas de COVID sont survenus dans le groupe qui a reçu le vaccin, et combien dans le groupe qui a reçu le placebo d’eau salée ?

Disons que seulement 50 cas de COVID sont survenus dans le groupe vacciné, et 100 dans le groupe placebo. Les chercheurs font sauter les bouchons de champagne. Ils disent : “Regardez, le vaccin est efficace à 50% pour prévenir le COVID, et c’est tout ce dont nous avons besoin pour obtenir l’autorisation d’urgence de la FDA”.

MAIS supposez que 75 cas soient survenus dans le groupe vacciné et 75 dans le groupe placebo ? Pas bon. Pas bon du tout. Pas moyen de qualifier le vaccin d’efficace.

Maintenant vient le “remodelage des données”.

NOUS Y VOILÀ.

Les chercheurs disent :

  • “Attendez. Trente des cas de COVID dans le groupe vacciné étaient VRAIMENT des réactions indésirables au vaccin. Ce n’était pas des cas de COVID. Vous voyez, le vaccin peut causer des symptômes qui sont indiscernables d’un léger COVID. Toux, fièvre, frissons. En réalité, il n’y a eu que 40 cas de COVID dans le groupe vacciné. Il y en a eu 110 dans le groupe placebo. Le vaccin EST efficace. Nous sommes bons. Nous sommes en or. Nous pouvons obtenir une autorisation d’urgence de la FDA dès maintenant pour vacciner sur tout le monde.”

Les fabricants de vaccins savaient depuis longtemps qu’ils pouvaient réaliser ce tour de passe-passe.

Pourquoi laisser les choses au hasard ?

Pourquoi risquer quelques centaines de milliards de dollars de profit sur une distribution aléatoire de cas légers de COVID parmi les volontaires de leurs essais cliniques ?

La définition d’un cas bénin de COVID est EXACTEMENT ce dont les fabricants de vaccins avaient besoin. Elle leur a permis de mettre au point un plan, de s’assurer qu’ils n’échouent pas.

Ils pouvaient faire passer un cas bénin de COVID pour une réaction au vaccin. Ils pouvaient simuler cela sans provoquer de vagues. La FDA dirait :

“Les réactions au vaccin ne sont pas graves. Très bien, pas de problème. Nous approuverons ce vaccin pour une utilisation d’urgence.”

Cependant… Si les fabricants ont conçu leur protocole d’essai clinique pour prévenir les cas graves de COVID, ils attendraient que 150 cas de personnes vraiment malades se produisent. Cela pourrait ne jamais arriver.

Si cela se produisait, et que les fabricants devaient faire leur tour de passe-passe sournois et blâmer le vaccin pour certains de ces cas GRAVES…

Ils devraient dire à la FDA que leur vaccin provoquait des pneumonies potentiellement mortelles ; et la FDA, qui fait l’objet d’un examen minutieux de nos jours, aurait beaucoup de mal à fermer les yeux sur ce fait.

LA FDA : “Nous ne pouvons pas approuver ce vaccin. Il pourrait causer quelques millions de cas de pneumonie grave…”

Les fabricants de vaccins n’ont pas fait une erreur stupide et titanesque dans la conception de leur protocole. En orientant le protocole pour prévenir les cas de COVID DOUX, ils l’ont fait exprès. Cela leur permet de “remodeler leurs données” et de gagner l’approbation d’urgence de la FDA pour leur vaccin.

Ces entreprises n’ont pas l’intention d’échouer, de recommencer et de passer un an à recruter 30 000 nouveaux volontaires. Elles veulent le succès et l’argent maintenant. Elles veulent gagner la course.

Et elles gagneront, si la vérité n’est pas connue et largement partagée.

EPILOGUE :

La chute.

En août 2021, tous les “experts” reçoivent l’ordre de dire que le vaccin protège définitivement les gens contre les maladies graves et les hospitalisations. C’est leur message promotionnel au monde.

“Oui, même si vous êtes vacciné, vous pouvez être infecté par le virus, vous pouvez développer le COVID, et vous pouvez transmettre le virus à d’autres personnes, MAIS vous devez vous faire vacciner. Elle vous protégera contre une maladie grave.”

Comme vous pouvez le voir dans ce que j’ai écrit ci-dessus, c’est un mensonge pur et simple.

Cela a toujours été un mensonge fantastique, depuis le début du développement du vaccin COVID, car la conception des essais cliniques n’avait rien à voir avec la prévention des maladies graves.


SOURCES:

[1] nytimes.com/2020/09/22/opinion/covid-vaccine-coronavirus.html

[2] nytimes.com/2020/08/29/health/coronavirus-testing.html

Read the full article here.

Comment on this article at HealthImpactNews.com.

Cogiito