Israël a connu une explosion historique des infections au Covid cette semaine, suite à la mise en place du 4ème vaccin Covid.

Selon les données du ministère israélien de la Santé, 67 198 nouveaux cas de nouveau coronavirus ont été signalés en Israël dimanche, et 9,63 % des tests se sont révélés positifs.

Israel is 4 mRNA shots deep. Health authorities reported a 30% positivity rate this morning. Yes, 30%. pic.twitter.com/NDfbije2wI

— Jordan Schachtel @ dossier.substack.com (@JordanSchachtel) January 25, 2022

Bigleaguepolitics.com rapporte : Les experts israéliens de la santé recommandent déjà une quatrième injection de rappel Covid-19 pour les adultes du pays âgés de 18 ans et plus. Le déploiement de cette quatrième injection a commencé il y a environ un mois, ce que BLP a couvert à l’époque. Les citoyens du pays ont déjà été largement contraints de faire la troisième injection de rappel précédente, car ils sont actuellement tenus de présenter un passeport vaccinal, surnommé le « laissez-passer vert », afin de participer à pratiquement tous les aspects de la vie moderne, y compris assister à des concerts, manger dans des restaurants, faire de l’exercice dans des salles de sport et, dans de nombreux cas, même faire de l’argent pour gagner leur vie.

Il est intéressant de noter que les médias grand public ont indiqué que certains hôpitaux en Israël ont déclaré que la 4e dose « ne fournit qu’une défense limitée contre la variante omicron qui fait rage dans le monde entier ».

« Malgré des taux d’anticorps plus élevés, le quatrième vaccin n’offre qu’une défense partielle contre le virus », a déclaré le Dr Gili Regev-Yochay, directeur de l’unité des maladies infectieuses d’un hôpital israélien. « Les vaccins, qui étaient plus efficaces contre les variantes précédentes, offrent une protection moindre contre omicron. »

Le gouvernement israélien a également annoncé récemment le raccourcissement d’une précédente période de quarantaine obligatoire de sept jours à cinq jours afin d’aider à faire tourner l’économie. Certains se sont demandés si la décision du Premier ministre Naftali Bennett de raccourcir la période était motivée par des raisons politiques, d’autant plus que le Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (Center for Disease Control and Prevention) avait également abruptement abaissé à cinq jours ses critères de « période d’isolement et de quarantaine recommandée pour la population générale », il y a un peu moins d’un mois.

ASR