PayPal bannit désormais toute personne qui s’oppose aux obligations en matière de vaccination

Décidément de plus en plus bizarre… Après Youtube, Facebook et divers réseaux sociaux, voici PayPal, service de paiement en ligne qui se mêle de censurer et d’exclure les opposants au « vaccin » Covid. A quel titre ? En vertu de quelle compétence scientifique et médicale ? Pourquoi tous ces géants américains du numérique, GAFAM et autres, censurent-ils ceux qui remettent en cause le très suspect narratif de cette curieuse épidémie ? A-t-on jamais vu cela par le passé ? Questions à méditer.

PayPal est devenu le dernier géant de la technologie à interdire les utilisateurs qui s’élèvent contre les obligations en matière de vaccination, et a promis d’empêcher les organisations à but non lucratif de collecter des fonds sur sa plateforme si elles s’opposent publiquement aux restrictions orwelliennes.

L’attaque la plus récente contre la liberté d’expression a visé le National Vaccine Information Center (NVIC), la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), l’Organic Consumer’s Association (OCA) et bien d’autres.

Technoracy.com rapporte : Des forces puissantes sont à l’œuvre, et les Big Tech en font partie, pour éliminer, discréditer et réduire au silence certaines sciences, discours et points de vue. « Il n’y a plus aucun doute », a rapporté la journaliste d’investigation Sharyl Attkisson, « que les intérêts de l’industrie du vaccin et d’autres intérêts corporatifs et politiques tirent les ficelles pour que les Big Tech déplateforment pour écraser les points de vue scientifiques, les études, les scientifiques et les opinions qui sont contraires au récit. »

Le NVIC triomphe malgré l’attaque de PayPal

Le 21 décembre 2021, après les heures de bureau, PayPal a informé le NVIC qu’il ne traiterait plus les dons de ses supporters – avec effet immédiat. « En substance », écrit le NVIC dans un communiqué, « PayPal veut contrôler vos choix et vous dire quelles organisations caritatives à but non lucratif vous pouvez soutenir ou non. L’action soudaine et inexpliquée de PayPal contre nos donateurs intervient au milieu de notre campagne annuelle de collecte de fonds de fin d’année. »

L’attaque de PayPal contre eux est le point culminant des tentatives des Big Tech pour faire taire l’organisation à but non lucratif. Après que le NVIC a tenu sa cinquième conférence publique internationale sur la vaccination – Protéger la santé et l’autonomie au XXIème siècle – en octobre 2020, ils ont été de plus en plus ciblés par les médias grand public et un « agent politique au Royaume-Uni. » Au cours de l’année 2021, ils ont été éliminés de Facebook, Instagram, Twitter et YouTube – pourtant, leur détermination à partager la vérité n’a pas faibli.

Il en va de même après l’annonce par PayPal de la suppression du compte du NVIC. Cela n’a pas arrêté le NVIC – l’organisation à but non lucratif a simplement trouvé une nouvelle plateforme sécurisée pour les dons. Ils l’ont annoncé le 24 décembre 2021 :

« Tout comme nous avons pivoté au début de 2021 pour établir notre présence sur de nouvelles plateformes de médias sociaux, le NVIC a rapidement établi une alternative sécurisée à PayPal pour traiter vos dons par carte de crédit … Le NVIC est fortement censuré parce que nous avons dit la vérité sur la vaccination, la santé et l’autonomie depuis 40 ans.

Alors que les grandes entreprises technologiques et le lobby de la vaccination forcée diffusent une quantité constante de propagande autoritaire promouvant la peur et la haine de ceux qui s’engagent dans la pensée rationnelle, le NVIC continuera à défendre le droit légal de faire des choix volontaires en matière de vaccination sans être puni pour le choix fait, tout en poursuivant sa mission de prévention des blessures et des décès dus aux vaccins par l’éducation du public et en défendant l’éthique du consentement éclairé. »

La presse qui a suivi l’annulation de PayPal a joué contre le géant de la technologie, car elle a incité les partisans du NVIC à aider en réponse. Comme l’explique Mme Attkisson :

« Le National Vaccine Information Center (NVIC) est l’un des nombreux groupes de défense basés sur les faits qui ont souffert de la lourde main de la censure des Big Tech agissant au nom des intérêts pharmaceutiques/gouvernementaux/corporatifs. Mais la victoire peut être trouvée dans une stratégie qui renverse la censure.

Si les Américains peuvent utiliser la censure comme un indice ou un guide pour chercher plus d’informations sur ce sujet, cette personne ou cette étude, ils déjouent l’intention des censeurs.

Après que le NVIC eut été exclu de PayPal et que les dons de ses supporters n’aient pu être traités pendant une campagne de collecte de fonds cruciale, l’organisation à but non lucratif a annoncé qu’elle avait établi une présence sur une autre plate-forme de collecte de fonds. Et le peuple américain a répondu. Le NVIC a annoncé qu’il recevait des dons et un soutien importants sur la nouvelle plate-forme, en partie grâce à l’attention que la censure de PayPal a suscitée. »

PayPal affirme qu’il y a eu des violations des politiques d’ »utilisation acceptable ».

En octobre 2021, le groupe autoproclamé « chien de garde des médias » Media Matters a accusé PayPal et GoFundMe « d’héberger des campagnes de crowdfunding pour des organisations qui diffusent de la mésinformation sur le COVID-19 ».

Parmi les organisations mentionnées dans l’article figurent la Front Line COVID-19 Critical Care Alliance (FLCCC), America’s Frontline Doctors et Children’s Health Defense, qui s’expriment sur les traitements précoces du COVID-19 et les signaux d’alarme sur la censure depuis le début de la pandémie.

Les définissant comme des « groupes connus pour diffuser des mésinformations médicales », l’article, qui lui-même diffuse des mésinformations, rappelle ensuite les politiques de PayPal qui ne permettent pas aux utilisateurs de « fournir des informations fausses, inexactes ou trompeuses », entre autres.

En bref, des personnes et des organisations sont censurées, déplacées et bannies des médias sociaux et des plateformes de traitement des paiements pour le délit de diffusion de la « mésinformation », dont la signification peut changer d’un jour à l’autre et d’une plateforme à l’autre.

En juillet 2021, Reuters a également rapporté que PayPal prévoyait de faire des recherches sur les transactions qui financent les groupes haineux, les organisations antigouvernementales et les extrémistes. On ne sait pas, cependant, comment ils définissent ces termes ou les groupes qui en relèvent.

Il s’agit d’une chasse aux sorcières moderne, dans le cadre de laquelle le ministère américain de la Sécurité intérieure a même classé la diffusion de « faux récits » sur le COVID-19 parmi les principales menaces pour la sécurité nationale, ce qui revient à mettre une cible « terroriste domestique » sur le dos de ceux d’entre nous qui ont été identifiés comme les « super propagateurs » les plus prolifiques de mésinformation sur le COVID-19, quelle que soit cette « mésinformation ».

Dans le cas de l’OCA, qui a également été soudainement abandonnée par PayPal, il a été dit qu’elle avait violé les politiques d’ »utilisation acceptable » de la société. Dans un message à ses abonnés et donateurs, l’OCA s’est exprimée sans ambages : « Nous sommes attaqués ». Ils poursuivent :

« La semaine dernière, PayPal, notre société de traitement des cartes de crédit pour des centaines de milliers de dollars de dons (et des dons récurrents) a coupé tous nos comptes (OCA, Regeneration International et Citizens Regeneration Lobby) sans préavis, en prétendant que nous avions violé les politiques d’ »utilisation acceptable » de PayPal.

Cette attaque scandaleuse contre la collecte de fonds de l’OCA est similaire à l’intimidation et à la censure exercées par d’autres géants de la Silicon Valley comme Facebook, qui a menacé de couper l’OCA et Millions Against Monsanto de leurs deux millions de followers sur les médias sociaux, à moins que nous ne cessions de parler des origines, de la nature, de la virulence, de la prévention et du traitement du COVID-19.

Par la suite, nous avons été contraints de publier deux versions différentes de notre lettre d’information hebdomadaire, Organic Bytes, l’une non censurée pour nos abonnés, l’autre censurée pour être diffusée sur les médias sociaux. Il va sans dire que l’OCA ne reculera pas devant nos reportages d’investigation, nos dénonciations de la corruption et du crime des entreprises et des gouvernements, et notre vérité sur le génie génétique et le COVID-19.

Nous étudions la possibilité d’engager des poursuites contre PayPal avec des avocats et des organisations alliées qui soutiennent la liberté d’expression et l’expression de la vérité ».

Comme le NVIC, l’OCA n’a pas été découragée par l’acte de censure de PayPal ; elle a simplement changé de processeur de carte de crédit pour poursuivre sa mission, malgré les tentatives d’intimidation du gouvernement et la censure des Big Tech.

La mafia de PayPal

Nombreux sont ceux qui ne connaissent pas les liens étroits entre les premiers employés de PayPal, connus sous le nom de « mafia PayPal », et les grands noms de l’industrie technologique actuelle. Comme le rapporte Insider, « la société de paiement – lancée sous le nom de Confinity en 1998 par Peter Thiel, Max Levchin et Luke Nosek – est devenue un géant de la Silicon Valley.

Elle a été rachetée par eBay en 2002 pour 1,5 milliard de dollars, une transaction qui a changé l’histoire de la Silicon Valley et a contribué à la carrière de certains des plus grands noms de la technologie. » Cela inclut :

  • Palantir – Cette société de logiciels d’analyse de données a été fondée par Thiel en 2003 ; l’idée lui est venue de son expérience de la fraude par carte de crédit chez PayPal.
  • Affirm – Cette société permet aux personnes faisant des achats en ligne de payer leurs produits au fil du temps en utilisant une ligne de crédit instantanée. Elle a été fondée en 2013 par Max Levchin, l’un des cofondateurs de PayPal.
  • YouTube – Les fondateurs de YouTube, Steve Chen et Chad Hurley, ont travaillé chez PayPal à ses débuts.
  • SpaceX – La société bancaire X.com d’Elon Musk a fusionné avec la société Confinity de Thiel pour devenir PayPal en 2001. Non seulement Musk est un ancien PDG de PayPal, mais il a gagné 165 millions de dollars lors de la vente de PayPal, somme qui a été utilisée pour lancer SpaceX.
  • LinkedIn – Le fondateur de LinkedIn, Reid Hoffman, était un ancien vice-président exécutif de PayPal.

La censure des Big Tech est omniprésente

Le fait que PayPal mette fin aux activités des organisations à but non lucratif n’est que la partie émergée de l’iceberg en ce qui concerne les grandes entreprises technologiques et la censure des informations que vous voyez quotidiennement sur Internet. Les efforts visant à mettre un terme aux discussions et aux informations publiques battent leur plein, tandis que les grandes entreprises manipulent activement ce que vous pouvez ou ne pouvez pas voir en ligne, au point de pouvoir modifier la perception de la réalité.

Zachary Vorhies, ancien ingénieur logiciel principal chez Google et YouTube, a découvert plus de 950 pages de documents confidentiels de Google montrant un plan pour reclasser l’ensemble de l’internet en fonction des valeurs d’entreprise de Google, en utilisant l’apprentissage automatique pour intervenir pour « l’équité ».

Il a démissionné en juin 2019 et a remis les documents au ministère de la Justice, puis les a rendus publics via Project Veritas pour exposer les activités de censure de Google. Susan Wojcicki, la PDG de YouTube, a fait en sorte que repousser les « fake news » et mettre en avant les « informations faisant autorité » semble être une bonne chose, a rapporté Attkisson, mais lorsque Vorhies a examiné les documents de conception de Google, les fake news qu’ils censuraient n’étaient pas vraiment fausses.

« J’étais apolitique », a-t-il déclaré, « mais j’ai commencé à penser, est-ce vraiment des fake news ? Pourquoi les définissent-ils comme des fake news afin de justifier la censure ? » Cela impliquait en partie les efforts de reconstruction sociale de Google pour corriger « l’injustice algorithmique », qui pourrait être n’importe quel algorithme qui renforce les stéréotypes existants.

La réalité objective pourrait-elle être algorithmiquement injuste ? Google répond par l’affirmative. M. Vorhies a utilisé l’exemple d’une requête sur Google sur les PDG, et les images renvoyées comprenaient principalement des hommes. Bien qu’il s’agisse de la réalité, cette situation peut être considérée comme injuste d’un point de vue algorithmique et, selon Google, elle justifie une intervention pour y remédier. Il utilise également l’exemple des recommandations de recherche automatiques qui s’affichent lorsque vous effectuez une recherche sur Google.

Le remplissage automatique est ce qui se passe lorsque vous commencez à taper une requête dans un moteur de recherche et que les algorithmes interviennent pour vous proposer des suggestions pour compléter votre recherche. Si vous tapez « les hommes peuvent », vous obtiendrez des recommandations telles que « les hommes peuvent produire du lait », « les hommes peuvent tomber enceintes » ou « les femmes peuvent produire du sperme », qui représentent une inversion des stéréotypes et un renversement des rôles entre les sexes.

Nous avons été amenés à croire que les recommandations de remplissage automatique, quelles qu’elles soient, correspondent à ce que la plupart des gens recherchent – Google a déclaré que les suggestions données sont générées par une collecte de données sur les utilisateurs – mais ce n’est pas vrai, du moins plus maintenant.

Le FLCCC a également été fermé par PayPal

Dans un autre exemple de l’outrecuidance des Big Tech et PayPal, ils ont également fermé la plateforme de dons du FLCCC le 15 octobre 2021, « en violation de la politique d’utilisation acceptable de PayPal. » « Les Big tech doivent penser que nous avons un grand impact », a tweeté le FLCCC. « Nous en avons un. » Mais encore une fois, il n’y a pas que PayPal – c’est un effort orchestré par les Big Tech, de concert avec le gouvernement, les médias, les agences de renseignement et d’autres forces. Comme le FLCCC l’a rapporté :

« Ces attaques rejoignent LinkedIn et Vimeo, qui ont supprimé nos comptes, et YouTube, qui a commencé à supprimer nos vidéos de témoignages il y a plusieurs mois. Les forces puissantes des Big Tech, de Big Pharma, du gouvernement, des autorités sanitaires et des médias grand public continuent de nous étouffer. Il n’y a rien de faux dans ce que nous publions.

Il s’agit d’une attaque contre notre capacité à collecter des fonds, notre liberté d’expression et nos efforts pour partager des protocoles efficaces et sûrs de prévention et de traitement du COVID-19 afin d’aider les gens du monde entier à ne pas aller à l’hôpital – et à sauver de précieuses vies touchées par ce dangereux virus. »

Que pouvez-vous faire ? Luttez contre la main lourde de la censure en la battant à son propre jeu. Au lieu d’ignorer, de craindre ou d’abandonner les informations qui font l’objet d’une censure, faites comme Attkisson l’a suggéré : utilisez la censure comme un indice ou un guide vous indiquant que vous devez approfondir le sujet en question pour révéler la vérité sous-jacente.

Aube digitale