Un cadre de Bayer avoue que les injections d’ARNm sont des « thérapies géniques » commercialisées comme des « vaccins »

Les langues commencent à se délier tout doucement… Les grandes entreprises pharmaceutiques ont utilisé la pandémie mondiale pour tromper le public et lui faire « bénéficier » de la thérapie génique expérimentale à ARNm, a avoué un cadre supérieur.(NDLR)

S’exprimant lors de l’ouverture du Sommet mondial de la santé 2021 en novembre dernier, Stefan Oelrich, président de la division pharmaceutique de Bayer, a avoué que si le public n’avait pas subi un lavage de cerveau qui l’a plongé dans un état de peur, l’injection expérimentale n’aurait pas été prise par la plupart des gens.

« Nous faisons vraiment ce saut [pour stimuler l’innovation] – nous en tant qu’entreprise, Bayer – dans les thérapies cellulaires et géniques », a déclaré Oelrich.

« En fin de compte, les vaccins à ARNm sont un exemple pour cette thérapie cellulaire et génique », a avoué M. Oelrich.

« J’aime toujours dire : si nous avions fait un sondage il y a deux ans dans le public – ‘seriez-vous prêt à prendre une thérapie génique ou cellulaire et à l’injecter dans votre corps ?’ – nous aurions probablement eu un taux de refus de 95 % », a-t-il dit, ajoutant : « Je pense que cette pandémie a ouvert les yeux de beaucoup de gens sur l’innovation. »

« Nos succès au cours de ces 18 mois [la durée de la ‘pandémie’ de COVID] devraient nous enhardir à nous concentrer pleinement et beaucoup plus étroitement sur l’accès, l’innovation et la collaboration pour libérer la santé pour tous, en particulier alors que nous entrons, en plus de tout ce qui se passe, dans une nouvelle ère de la science – beaucoup de gens parlent de la Bio Révolution dans ce contexte. »

LifeSite News a comparé les déclarations d’Oelrich à celles du fondateur mondialiste du Forum économique mondial, Klaus Schwab, à propos du « Grand Reset ».

« Nous devons également nous concentrer sur ce qui est socialement responsable en dehors de l’Europe et assurer une action durable là-bas. Nous nous sommes engagés, l’année dernière, à donner à cent millions de femmes supplémentaires l’accès à la contraception dans le monde. Nous avons investi 400 millions cette année dans de nouvelles usines destinées à produire des contraceptifs à longue durée d’action pour les femmes des pays à revenu faible ou intermédiaire… Avec Bill et Melinda Gates, nous travaillons en étroite collaboration sur des initiatives de planification familiale », a déclaré M. Oelrich, laissant entendre que l’une des méthodes permettant d’atteindre un monde « durable » consiste à réduire les naissances et, partant, la population de la planète.

Les propos d’Oelrich font écho à un programme similaire à celui du tristement célèbre « Grand Reset », un plan socialiste radical conçu par les élites mondialistes qui se réunissent une fois par an au Forum économique mondial (FEM) de Davos, en Suisse, et qui « cherche à ‘appuyer sur le bouton de réinitialisation’ de l’économie mondiale ».

Dans l’annonce de l’initiative du Grand Reset, le FEM a également crédité la « pandémie » de COVID-19 de les mettre dans une position avantageuse pour marcher vers leurs objectifs révolutionnaires mondiaux.

« Les confinements de COVID-19 peuvent s’atténuer progressivement, mais l’anxiété concernant les perspectives sociales et économiques du monde ne fait que s’intensifier. Il y a de bonnes raisons de s’inquiéter : une forte récession économique a déjà commencé, et nous pourrions être confrontés à la pire dépression depuis les années 1930. Mais, si cette issue est probable, elle n’est pas inévitable », écrivait le fondateur du FEM, Klaus Schwab, en juin 2020.

Bien que les médecins et les scientifiques admettent ouvertement que les vaccins à ARNm modifient fondamentalement l’ADN d’une personne au niveau moléculaire, des sites de vérification des faits tels que Politifact et le Poynter Institute continuent d’affirmer que ce n’est pas le cas.