10 signes prouvant que la guerre en Ukraine fait partie du Great Reset

Long article essentiel à faire suivre autant que possible

Bienvenue dans la deuxième phase du Great Reset : la guerre.

Alors que la pandémie a acclimaté le monde aux confinements, normalisé l’acceptation de médicaments expérimentaux, précipité le plus grand transfert de richesse vers les entreprises en décimant les PME et ajusté la mémoire musculaire des opérations de la main-d’œuvre en préparation d’un avenir cybernétique, un vecteur supplémentaire était nécessaire pour accélérer l’effondrement économique avant que les nations puissent « reconstruire en mieux » (Build Back Better).

Je présente ci-dessous plusieurs façons dont le conflit actuel entre la Russie et l’Ukraine est le prochain catalyseur du programme du Great Reset du Forum économique mondial, facilité par un réseau interconnecté de parties prenantes mondiales et un réseau diffus de partenariats public-privé.

1. La guerre entre la Russie et l’Ukraine provoque déjà des perturbations sans précédent dans les chaînes d’approvisionnement mondiales, exacerbant les pénuries de carburant et induisant des niveaux chroniques d’inflation.

Alors que les tensions géopolitiques se transforment en un conflit prolongé entre l’OTAN et l’axe sino-russe, une deuxième contraction pourrait plonger l’économie dans la stagflation.

Dans les années à venir, la combinaison d’une croissance médiocre et d’une inflation galopante contraindra une sous-classe économique mondiale à accepter des contrats de micro-travail et des emplois mal payés dans une économie à la tâche.

Une autre récession aggravera la soif de ressources mondiales, réduira les possibilités d’autosuffisance et augmentera considérablement la dépendance à l’égard des subventions publiques.

Avec la paupérisation d’une partie importante de la main-d’œuvre mondiale qui se profile à l’horizon, cela pourrait bien être le prélude à l’introduction d’un revenu de base universel, conduisant à un ordre néo-féodal hautement stratifié.

Par conséquent, la prédiction inquiétante du Forum économique mondial selon laquelle nous ne posséderons rien et serons heureux d’ici 2030 semble se réaliser avec une rapidité effrayante.

2. Les retombées économiques de la guerre entraîneront une réduction spectaculaire de la main-d’œuvre mondiale.

Les architectes du Great Reset ont anticipé cette tendance depuis plusieurs années et exploiteront ces turbulences économiques en propulsant le rôle des technologies perturbatrices pour relever les défis mondiaux et modifier fondamentalement les modèles d’entreprise traditionnels afin de suivre l’évolution rapide de la technologie.

À l’instar de la pandémie, la préparation aux catastrophes à l’ère des conflits reposera en grande partie sur la volonté d’adopter des innovations technologiques spécifiques dans les sphères publique et privée afin que les générations futures puissent répondre à la demande de main-d’œuvre du Great Reset.

Un thème récurrent dans l’ouvrage de Klaus Schwab, Shaping the Future of the Fourth Industrial Revolution, est que les innovations technologiques et scientifiques révolutionnaires ne seront plus reléguées au monde physique qui nous entoure mais deviendront des extensions de nous-mêmes.

Il insiste sur la primauté des technologies émergentes dans une main-d’œuvre de nouvelle génération et souligne l’urgence de faire avancer les plans visant à numériser plusieurs aspects de la main-d’œuvre mondiale grâce à des solutions technologiques évolutives.

Les promoteurs de la grande réinitialisation cherchent à gérer les risques géopolitiques en créant de nouveaux marchés axés sur les innovations numériques, les stratégies électroniques, la téléprésence, l’intelligence artificielle, la robotique, les nanotechnologies, l’internet des objets et l’internet des corps.

La vitesse fulgurante à laquelle les technologies d’intelligence artificielle sont déployées suggère que l’optimisation de ces technologies portera d’abord sur les industries et professions traditionnelles qui offrent un filet de sécurité à des centaines de millions de travailleurs, comme l’agriculture, le commerce de détail, la restauration, l’industrie manufacturière et les industries de messagerie.

Toutefois, l’automatisation sous la forme de robots, de logiciels intelligents et d’apprentissage automatique ne se limitera pas aux emplois routiniers, répétitifs et prévisibles.

Les systèmes d’IA sont sur le point d’automatiser en masse divers emplois de cols blancs, en particulier dans les domaines qui impliquent le traitement de l’information et la reconnaissance des formes, comme la comptabilité, les ressources humaines et les postes de cadres moyens.

Bien qu’il ne soit pas facile d’anticiper les tendances futures en matière d’emploi, on peut affirmer sans risque de se tromper que la menace combinée des pandémies et des guerres signifie que la main-d’œuvre est à l’aube d’un remaniement sans précédent, la technologie remodelant la logistique, menaçant potentiellement des centaines de millions d’emplois de cols bleus et de cols blancs, entraînant le déplacement le plus important et le plus rapide d’emplois dans l’histoire et laissant présager un changement du marché du travail qui était auparavant inconcevable.

Alors qu’il a longtemps été prévu que l’utilisation accrue de la technologie dans le secteur privé entraînerait des pertes d’emplois massives, les confinements pandémiques et les perturbations à venir causées par une guerre vont accélérer ce processus, et de nombreuses entreprises n’auront d’autre choix que de licencier du personnel et de le remplacer par des solutions technologiques créatives simplement pour assurer la survie de leurs activités.

En d’autres termes, bon nombre des emplois qui seront perdus dans les années à venir étaient déjà en voie de licenciement et il est peu probable qu’ils soient récupérés une fois la poussière retombée.

3. La guerre a considérablement réduit la dépendance de l’Europe à l’égard du secteur énergétique russe et a renforcé le caractère central des objectifs de développement durable des Nations unies et des émissions « nettes zéro« , qui sont au cœur du Great Reset.

Les décideurs politiques qui suivent la Grande Réinitialisation ont capitalisé sur les sanctions sévères contre la Russie en accélérant le passage aux énergies « vertes » et en réitérant l’importance de la décarbonisation dans le cadre de la « lutte contre le changement climatique ».

Toutefois, ce serait faire preuve d’un manque de perspicacité que de supposer que le Great Reset a pour objectif ultime la distribution équitable d’hydrogène « vert » et de carburants synthétiques neutres en carbone pour remplacer l’essence et le diesel.

Si les objectifs de développement durable (ODD) de l’ONU sont essentiels à la reprise post-pandémique, ils sont surtout fondamentaux pour la transformation du capitalisme actionnarial, que les élites de Davos appellent désormais le « capitalisme des parties prenantes« .

En termes économiques, il s’agit d’un système dans lequel les gouvernements ne sont plus les arbitres finaux des politiques publiques et où des sociétés privées non élues deviennent les administrateurs de facto de la société, assumant la responsabilité directe de relever les défis sociaux, économiques et environnementaux du monde par le biais de la coopération macroéconomique et d’un modèle multipartite de gouvernance mondiale.

Dans le cadre d’une telle construction économique, les conglomérats détenteurs d’actifs peuvent réorienter le flux de capitaux mondiaux en alignant les investissements sur les ODD de l’ONU et en les configurant de manière à ce qu’ils soient conformes aux critères environnementaux, sociaux et de gouvernance d’entreprise (ESG), de sorte que de nouveaux marchés internationaux puissent être construits sur le désastre et la misère de centaines de millions de personnes qui pourraient souffrir de l’effondrement économique causé par la guerre.

Par conséquent, la guerre offre un élan considérable aux gouvernements qui poussent à la réinitialisation pour poursuivre activement l’indépendance énergétique, façonner les marchés vers une « croissance verte et inclusive » et finalement faire évoluer les populations vers un système de plafonnement et d’échange, autrement connu sous le nom d’économie de crédits carbone.

Cela centralisera le pouvoir entre les mains des capitalistes actionnaires sous l’apparence bienveillante de réinventer le capitalisme par des moyens plus justes et plus écologiques, en utilisant des slogans trompeurs comme « Reconstruire en mieux » sans sacrifier l’impératif de croissance perpétuelle du capitalisme.

4. Les pénuries alimentaires créées par la guerre offriront un atout majeur à l’industrie de la biologie synthétique, car la convergence des technologies numériques avec la science des matériaux et la biologie transformera radicalement le secteur agricole et encouragera l’adoption d’alternatives à base de plantes et cultivées en laboratoire à l’échelle mondiale.

La Russie et l’Ukraine sont les deux greniers du monde et les pénuries critiques de céréales, d’engrais, d’huiles végétales et de denrées alimentaires essentielles vont catapulter l’importance de la biotechnologie pour la sécurité et la durabilité alimentaires et donner naissance à plusieurs start-ups de viande d’imitation semblables à « Impossible Foods », cofinancée par Bill Gates.

On peut donc s’attendre à ce qu’un renforcement de la réglementation gouvernementale entraîne une refonte radicale de la production et de la culture alimentaires industrielles, ce qui profitera en fin de compte aux investisseurs de l’agrobusiness et des biotechnologies, puisque les systèmes alimentaires seront repensés grâce aux technologies émergentes permettant de produire des protéines « durables » et des cultures brevetées génétiquement modifiées par CRISPR.

5. L’exclusion de la Russie de SWIFT (The Society for Worldwide Interbank Financial Telecommunication) préfigure une remise à zéro de l’économie qui générera précisément le type de contrecoup nécessaire à l’intégration de larges pans de la population mondiale dans une grille de contrôle technocratique.

Comme l’ont estimé plusieurs économistes, le fait d’armer SWIFT, CHIPS (The Clearing House Interbank Payments System) et le dollar américain contre la Russie ne fera qu’inciter des rivaux géopolitiques comme la Chine à accélérer le processus de dédollarisation.

Le principal bénéficiaire des sanctions économiques contre la Russie semble être la Chine qui peut remodeler le marché eurasien en encourageant les États membres de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et des BRICS à contourner l’écosystème SWIFT et à régler les paiements internationaux transfrontaliers en yuan numérique.

Alors que la demande de crypto-monnaies connaîtra un pic massif, cela devrait encourager de nombreux gouvernements à réglementer de plus en plus le secteur par le biais de blockchains publiques et à appliquer une interdiction multilatérale des crypto-monnaies décentralisées.

Le passage aux crypto-monnaies pourrait être une répétition générale pour accélérer les projets de monnaie programmable supervisée par un régulateur fédéral, ce qui conduirait à une plus grande accrétion du pouvoir entre les mains d’une puissante technocratie mondiale et scellerait ainsi notre asservissement aux institutions financières.

Je crois que cette guerre amènera les monnaies à la parité, annonçant ainsi un nouveau moment de Bretton Woods qui promet de transformer le fonctionnement de la coopération bancaire et macroéconomique internationale par l’adoption future des monnaies numériques des banques centrales.

6. Cette guerre marque un point d’inflexion majeur dans l’aspiration mondialiste à un nouvel ordre international fondé sur des règles et ancré en Eurasie.

Comme le « père de la géopolitique » Halford Mackinder l’a affirmé il y a plus d’un siècle, l’ascension de chaque hégémon mondial au cours des 500 dernières années a été rendue possible par la domination de l’Eurasie. De même, leur déclin a été associé à la perte de contrôle de cette masse continentale centrale.

Ce lien de causalité entre la géographie et le pouvoir n’est pas passé inaperçu aux yeux du réseau mondial de parties prenantes représentant le FEM, dont beaucoup ont anticipé la transition vers une ère multipolaire et le retour à la concurrence entre grandes puissances dans un contexte de recul de l’influence politique et économique de l’Amérique et de besoin pressant de ce que les technocrates appellent la mondialisation intelligente.

Alors que l’Amérique tente désespérément de s’accrocher à son statut de superpuissance, l’ascension économique de la Chine et les ambitions régionales de la Russie menacent de bouleverser les points axiaux stratégiques de l’Eurasie (Europe occidentale et Asie-Pacifique).

La région dans laquelle l’Amérique jouissait jusqu’alors d’une hégémonie incontestée n’est plus imperméable aux fissures et nous pourrions assister à une relève de la garde qui modifierait radicalement le calcul de la projection des forces mondiales.

Bien que l’ambitieuse initiative « Nouvelle Route de la Soie » (NRS) de la Chine ait le potentiel d’unifier l’île-monde (Asie, Afrique et Europe) et de provoquer un changement tectonique du lieu de la puissance mondiale, la récente invasion de l’Ukraine aura de lourdes conséquences sur le fret ferroviaire Chine-Europe.

Le président ukrainien Zelensky a affirmé que l’Ukraine pourrait fonctionner comme la porte d’entrée de la NRS en Europe. Nous ne pouvons donc pas ignorer l’énorme enjeu que représente pour la Chine les récentes tensions autour de l’Ukraine, ni l’ambition sous-jacente de l’OTAN de freiner la montée en puissance de la Chine dans la région en limitant la vente d’actifs ukrainiens à la Chine et en faisant tout ce qui est en son pouvoir pour contrecarrer la Route de la soie moderne.

Alors que les sanctions poussent la Russie à consolider ses liens bilatéraux avec la Chine et à s’intégrer pleinement à la NRS, un bloc commercial paneurasien pourrait être le réalignement qui impose une gouvernance partagée des biens communs mondiaux et une remise à zéro de l’ère de l’exceptionnalisme américain.

7. Alors que les spéculations s’accumulent quant à l’impact à long terme de la guerre sur les flux commerciaux bilatéraux entre la Chine et l’Europe, le conflit entre la Russie et l’Ukraine catapultera Israël – l’un des principaux partisans de la Grande Réinitialisation – vers une importance internationale encore plus grande.

Israël est un marché de la NRS très attractif pour la Chine et le PCC est parfaitement conscient de l’importance d’Israël en tant qu’avant-poste stratégique reliant l’océan Indien et la mer Méditerranée par le golfe de Suez.

En outre, le gouvernement chinois reconnaît depuis de nombreuses années la primauté d’Israël en tant que pôle technologique mondial et capitalise sur les capacités d’innovation d’Israël pour l’aider à relever ses propres défis stratégiques.

Par conséquent, la médiation de Naftali Bennet entre Moscou et Kiev est susceptible de tenir compte du rôle instrumental de l’initiative « Nouvelle Route de la Soie » (NRS) dans l’expansion de l’empreinte stratégique régionale et mondiale de la Chine et d’Israël.

Le statut d’Israël en tant que centre technologique de l’avenir et passerelle reliant l’Europe et le Moyen-Orient est inextricablement lié au réseau d’infrastructures physiques, telles que les routes, les chemins de fer, les ports et les pipelines d’énergie que la Chine a construits au cours de la dernière décennie.

Israël, qui est déjà une puissance dans le domaine des technologies automobiles, de la robotique et de la cybersécurité, aspire à devenir la nation centrale du Royaume du millénaire et les start-ups technologiques du pays devraient jouer un rôle clé dans la quatrième révolution industrielle.

Le renforcement de sa relation évolutive avec la Chine, dans le contexte de la crise russo-ukrainienne, pourrait contribuer à propulser Israël au rang d’hégémon régional par excellence, avec une grande partie du pouvoir économique et technologique centralisé convergeant à Jérusalem.

Alors qu’Israël s’engage dans des efforts pour diversifier ses marchés d’exportation et ses investissements loin des États-Unis, une question importante se pose.

Israël en est-il aux premiers stades de l’externalisation de ses intérêts de sécurité loin des États-Unis et de la couverture de ses paris sur l’axe sino-russe ?

8. Il est désormais de notoriété publique que les identifiants numériques sont un élément central du programme du Great Reset du Forum économique mondial et qu’ils doivent être rationalisés à travers les industries, les chaînes d’approvisionnement et les marchés afin de faire progresser les ODD de l’ONU à l’horizon 2030 et de fournir des services individualisés et intégrés dans les futures villes intelligentes.

Nombreux sont ceux qui ont compris comment une telle plateforme peut être utilisée pour introduire un système mondial de contrôle technocratique de la population et de conformité en incorporant l’humanité dans une nouvelle chaîne de valeur d’entreprise où les citoyens sont exploités comme des données de base pour les investisseurs ESG et les marchés obligataires de capital humain et se voient attribuer une note sociale et climatique basée sur leur performance par rapport aux ODD de l’ONU.

Cette vérification transparente des personnes et des appareils connectés dans des environnements intelligents ne pourra avoir lieu que lorsque nos données biométriques, nos dossiers médicaux, nos finances, nos relevés de notes, nos habitudes de consommation, notre empreinte carbone et l’ensemble de nos expériences humaines seront stockés dans une base de données interopérable afin de déterminer notre conformité aux ODD de l’ONU, ce qui entraînera un changement monumental de notre contrat social.

Les passeports vaccinaux étaient initialement présentés par les partenariats public-privé comme un point d’entrée pour les identités numériques. Maintenant qu’une telle logique a fait son temps, comment les tensions géopolitiques actuelles pourraient-elles contribuer à redimensionner ce qui constitue le nœud clé d’un nouvel écosystème numérique ?

L’Ukraine est traditionnellement considérée comme le grenier à blé de l’Europe et, avec la Russie, les deux pays sont les principaux fournisseurs mondiaux de céréales de base. La guerre a donc tout d’un cygne noir pour les matières premières et l’inflation.

L’économie étant au bord de l’effondrement en raison d’une pénurie mondiale de l’offre, je pense que les secousses économiques qui en résulteront déclencheront des situations d’urgence en temps de guerre dans le monde entier et que le public devra se préparer au rationnement.

Une fois que cela se produira, l’adoption multilatérale d’identifiants numériques qui s’interfacent avec les monnaies numériques des banques centrales pourra être présentée comme la solution pour gérer et distribuer efficacement les rations des ménages dans un état d’urgence et d’exception sans précédent.

La Banque d’Angleterre a déjà évoqué la perspective d’une monnaie programmable qui ne pourrait être dépensée que pour des produits de première nécessité ou des biens qu’un employeur ou un gouvernement jugerait utiles.

Une fois que l’émetteur aura le contrôle de la manière dont le bénéficiaire dépensera l’argent, il deviendra presque impossible de fonctionner correctement sans une carte d’identité numérique, qui sera nécessaire pour recevoir des colis alimentaires et obtenir un moyen de subsistance de base. Pensez au revenu de base universel.

Si l’inflation des denrées alimentaires continue sur une trajectoire ascendante sans aucun signe d’apaisement, les gouvernements pourraient instituer un contrôle des prix sous la forme d’un rationnement et les entrées de rationnement pourraient être enregistrées sur des grands livres de blockchain sur le Digital ID pour suivre notre empreinte carbone et nos habitudes de consommation pendant une urgence nationale.

9. L’Europe est directement dans la ligne de mire dès lors qu’une guerre hybride entre l’OTAN et l’axe sino-russe est en cours.

Il serait négligent d’ignorer le danger clair et présent que représente une cyberattaque contre les banques et les infrastructures critiques ou même un échange nucléaire provisoire et tactique avec des missiles balistiques intercontinentaux (ICBM).

Comme les belligérants ne seront pas limités par la doctrine de la destruction mutuelle assurée, une retombée thermonucléaire est peu probable.

Toutefois, l’utilisation de technologies d’accès à distance pour effacer la mémoire du système bancaire SWIFT ou Cross-Border Interbank Payment System peut potentiellement rendre une grande partie de l’économie internationale non opérationnelle et faire chuter le dollar.

Si un événement d’une telle ampleur cataclysmique devait se produire, il entraînerait sans aucun doute des demandes croissantes de révision de la cybersécurité.

Les retombées d’un tel événement pourraient très bien établir un nouveau protocole de sécurité mondial selon lequel les citoyens doivent posséder un identifiant numérique comme mesure de sécurité nationale nécessaire.

On peut imaginer comment l’accès à l’internet ou aux services publics au lendemain d’une cyberattaque nationale pourrait obliger les citoyens à utiliser un certificat numérique pour authentifier que leurs activités et transactions en ligne proviennent d’une source légitime et non malveillante.

Il y a peu de coïncidences en politique.

10. Les implications économiques de cette guerre seront si désastreuses que les gouvernements et le secteur public auront besoin d’une injection importante de capitaux privés pour combler le manque de financement.

Cela rendra effectivement obsolète la séparation traditionnelle des pouvoirs entre les institutions bancaires centrales et les gouvernements, car les premières seront en mesure d’influencer de manière disproportionnée la trajectoire fiscale des États-nations, dont la souveraineté sera vidée de sa substance par la capture en bloc des gouvernements par les banques centrales et les fonds spéculatifs.

Par conséquent, le modèle de l’État-nation est progressivement bouleversé par une technocratie mondiale, composée d’un consortium non élu de chefs d’entreprise, d’oligarques de banques centrales et d’institutions financières privées, dont la plupart sont des acteurs non étatiques qui tentent de restructurer la gouvernance mondiale et de s’impliquer dans le processus décisionnel mondial.

Par conséquent, l’avenir des relations internationales et la transformation sociale, économique et politique que le monde connaît actuellement à la lumière de la pandémie et du conflit russo-ukrainien ne seront pas décidés par le multilatéralisme et les représentants élus d’États souverains.

Il sera plutôt décidé par un réseau de partenariats multipartites qui sont motivés par la politique de l’opportunité et ne sont pas responsables devant un électorat ou redevables à un État et pour qui des concepts comme la souveraineté et le droit international n’ont pas de sens.

Traduction de WinterOak.org.uk par Aube Digitale