Le virologue Geert Vanden Bossche prédit des variantes Covid plus mortelles pour les vaccinés dans les «deux prochains mois»

Pas vu à la télé ! Cette hypothèse n’engage que son auteur mais mérite quand même d’être notée et mémorisée. Les prochains mois pourraient s’avérer riches en surprises…

Un virologue renommé et créateur de vaccins a émis un avertissement selon lequel les campagnes expérimentales de « vaccins » contre le COVID-19 provoqueront l’émergence d’une nouvelle variante COVID-19 hautement virulente et infectieuse dans les «deux prochains mois» qui servira pour « écraser » le système de santé.

Le Dr Geert Vanden Bossche, ancien cadre supérieur de la Fondation Bill et Melinda Gates, ainsi que ancien gestionnaire principal de programme pour l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination ( GAVI ), a été considéré dans le monde scientifique comme l’un des plus talentueux créateurs de vaccins.

Dans une interview accordée à la journaliste australienne Maria Zeee, le Dr Vanden Bossche a déclaré : « dans les deux prochains mois, je m’attends à une explosion [de cette variante virulente] dans l’un de ces pays hautement vaccinés. Et puis ça ira très, très vite

Selon sa théorie, la suppression de l’immunité innée qui en résulte chez les nombreux individus qui ont été injectés avec ces produits expérimentaux – qui n’éradiquent ni n’empêchent la transmission du virus – conduira à une « évasion immunitaire ».

Ce concept estime que les personnes « vaccinées » continueront d’être infectées et d’excréter le virus, qui, en raison de la « pression » exercée par les « vaccins » expérimentaux anti-COVID-19, accumulera un grand nombre de mutations, créant à leur tour des variantes beaucoup plus virulentes.

De plus, le Dr Vanden Bossche émet l’hypothèse que les « vaccinés » seront particulièrement vulnérables à ces variantes dangereuses puisque les anticorps spécifiques que ces millions de personnes ont acquis pour combattre le virus COVID-19 d’origine entreront en compétition et affaibliront leur immunité naturelle, tout en n’offrant aucune protection contre ces nouveaux variants hautement virulents et infectieux.

Il a annoncé à la journaliste Zeee qu’il avait récemment rédigé une « évaluation scientifique de 45 pages sur l’évolution du virus » pour « non seulement être hautement infectieux, mais aussi très virulent et même résistant à toutes sortes de vaccins ».

Dans la section « Message clé » du document, le virologue belge a souligné qu’il s’attendait à ce que ces nouvelles variantes dangereuses du SRAS-CoV-2 (SC-2) « apparaissent désormais rapidement et indépendamment dans les pays hautement vaccinés du monde entier et qu’ils vont bientôt se propager à grande vitesse. Je m’attends à ce que le schéma actuel d’infections répétitives et de maladies relativement bénignes chez les vaccinés [ceux qui ont reçu les vaccins] s’aggrave bientôt et soit remplacé par une maladie grave et la mort » (souligné dans l’original).

« Il n’y a qu’un seul paramètre auquel vous devez faire attention, et c’est le nombre d’hospitalisations qui, tout d’un coup – dans l’un de ces pays hautement vaccinés, en particulier dans les pays qui ont vacciné de manière très agressive – vont exploser.», a déclaré Vanden Bossche à Zeee. « Lorsque cela se produira, notre système de santé s’effondrera, puis ce sera le chaos, bien sûr. »

Les non-vaccinés ont une protection plus forte
Contrairement à la situation dangereuse des « vaccinés », Vanden Bossche a écrit dans son article que la variante hautement infectieuse mais douce d’Omicron permet à ceux qui n’ont pas reçu ces « vaccins » « d’entraîner leur défense immunitaire innée contre le SC-2 » en fournissant une plus forte capacité à neutraliser la virulence et les qualités infectieuses des nouveaux variants attendus.

En raison de leur plus grande vulnérabilité, le chercheur a ajouté : « mon cœur va à toutes ces personnes qui ont été hautement vaccinées ». Comme solution possible, a-t-il déclaré, « le mot magique pour ces personnes est antiviral . C’est la seule chose qu’ils peuvent faire, des antiviraux et donc un traitement précoce » avec des médicaments comme l’hydroxychloroquine, l’ivermectine et autres.

« Pour l’amour de Dieu, donnez-leur accès à un traitement précoce », s’est exclamé Vanden Bossche. « Nous devons, dans l’intérêt de la santé publique, le faire également au niveau de la population. Ainsi, au lieu d’avoir ces stupides campagnes de vaccination de masse, nous aurions besoin d’une campagne de chimioprophylaxie antivirale de masse dans les pays hautement vaccinés pour réduire considérablement le taux d’infection dans la population, car c’est ce que fait naturellement et normalement l’immunité collective

Comme il l’a résumé dans son article, « à moins que nous ne mettions en œuvre immédiatement des campagnes de prophylaxie antivirale à grande échelle dans les pays hautement vaccinés, il ne fera aucun doute que la pandémie se terminera en prélevant un lourd tribut en vies humaines » .

Medias-Presse-Info