La propagation « fomentée » de la variole du singe : les failles d’un « déni » du complot

Selon les Décodeurs du journal Le Monde, « depuis mai, un exercice fictif organisé par la Nuclear Threat Initiative est instrumentalisé pour prouver que l’épidémie serait orchestrée ». La simulation réalisée en 2021 prévoyait un début d’épidémie en mai 2022. Comme souvent, le raisonnement pour débunker l’info est fragile et n’a fait l’objet d’aucune véritable enquête.

Les Décodeurs du Monde n’ont pas hésité à citer notre Nexus, média 100% indépendant et sans pub, dans un article intitulé « La propagation “fomentée” de la variole du singe : les failles d’une théorie du complot » qui semble nier totalement et sans preuve le lien entre la simulation de pandémie de variole organisée en 2021 et l’apparition du virus dans des régions où la maladie n’est pas endémique. Ils sont un parfait exemple de la mauvaise foi, de la mémoire courte et de l’arrogance dont peuvent parfois faire preuve des médias financés par des milliardaires.

◆ Je doute, donc j’essuie… des critiques

Quelle est la différence pour un journaliste entre envisager une hypothèse et l’écarter sans preuve ? La première méthode consiste à douter, à mettre en relation des faits sans forcément pouvoir affirmer le lien entre eux et à évoquer la nécessité d’une enquête pour avoir des réponses plus fiables. La seconde, à affirmer qu’il n’y a aucune relation entre eux, à mépriser ceux qui émettent d’autres possibilités, le tout sans pouvoir le prouver et sans se lancer dans des recherches plus élaborées.

◆ L’effet miroir

On peut se demander si de tels médias ne parlent pas d’eux-mêmes, inconsciemment ou non, quand on lit ce genre de phrases : « Cette nouvelle rumeur se propage grâce à un mélange de documents authentiques, de lecture sélective, de biais cognitifs et de vision intentionnaliste du monde. » Les Décodeurs peuvent-ils se targuer de ne pas utiliser eux-mêmes des documents authentiques, de ne pas trier certaines données et de ne pas garder uniquement celles qui les confortent dans l’idée d’un monde exempt de corruption et de conflits d’intérêts, où ceux qui les financent sont honnêtes malgré le vacarme des casseroles du passé ou les sentences des tribunaux ?

◆ La technique des noms d’oiseaux et des raccourcis

Rabaisser, calomnier, utiliser des propos dénigrants tels que « conspirationnistes » à l’égard des personnes ou des médias qui posent des questions en dehors du cadre de la propagande AFP est devenu une habitude. Quant à la « théorie du complot », elle est à nouveau brandie tel un épouvantail : « Toute cette théorie du complot repose sur un tour de passe-passe mental, consistant à renverser la chaîne des causalités. Dans la logique conspirationniste, la ressemblance entre un exercice de simulation et la réalité prouverait que le premier était une préparation du second. »

Nous serions nous-mêmes tentés d’accuser les Décodeurs d’être naïfs comme des oies blanches ou à la botte de leurs financeurs, mais nous nous abstiendrons de ce genre de viles accusations qui ne feraient qu’alimenter la spirale des coups bas.

Nexus