Covid-19 : réintégrer les soignants non-vaccinés serait «une faute», juge l’Académie de médecine

Pour qui roule l’Académie de médecine ? Qui la finance ? Qui la compose ? La réponse à ces trois questions devrait suffire…

Réintégrer les personnels soignants non-vaccinés serait risqué et ne «résoudrait pas les difficultés actuelles de fonctionnement de l’hôpital», estime-t-elle.

Le débat sur l’avenir des professionnels ayant refusé le vaccin contre le Covid-19 se poursuit. Dans un communiqué publié ce mardi, l’Académie nationale de médecine prend à son tour position sur ce dossier épineux, source de vifs échanges entre le gouvernement et les oppositions, et juge qu’une réintégration des soignants non-vaccinés serait une «faute».

L’institution commence par rappeler son soutien marqué à la vaccination et à l’obligation pour les soignants, jugeant que «l’hésitation vaccinale [est] éthiquement inacceptable dans leur profession». Alors que plusieurs groupes politiques, dont La France insoumise et le Rassemblement national se sont récemment prononcés pour une réintégration de ces professionnels, l’Académie souligne que «tout refus de se faire vacciner motivé par des convictions personnelles est respectable, mais incompatible avec le métier de soignant».

Moins efficaces contre les nouveaux variants, les vaccins restent utiles contre la transmission et, de manière plus marquée, contre les formes graves de Covid-19. En outre, «aucun des arguments ressassés (absence d’efficacité, effets indésirables, manque de recul,..) ne permet de valider scientifiquement le refus de se faire vacciner, les véritables contre-indications médicales à la vaccination étant très rares», plaide l’organisation. Réintégrer les personnels soignants non-vaccinés ferait peser un risque sur les malades fragiles, «compromettrait le climat de confiance et la cohésion» au sein des équipes et ne «résoudrait pas les difficultés actuelles de fonctionnement de l’hôpital», ajoute-t-elle, martelant sa «ferme opposition» à cette piste.

Le Figaro.fr