Chiffres chocs en provenance d’Australie : plus de 70% des morts par Coronavirus sont « boostés »

Partout dans le monde, la même image tragique s’offre à nous : les injections Corona expérimentales et riches en effets secondaires n’offrent aucune protection sérieuse contre les évolutions graves ou la mort. Au contraire : de plus en plus souvent, les personnes ayant reçu au moins trois doses de « vaccin » font partie de la grande majorité des « morts par Corona ». C’est ce qu’a montré une analyse du politicien nationaliste autrichien Gerald Hauser (FPÖ), qui parle de « résultats épouvantables ».

85% des morts de Coronavirus étaient vaccinés :

Le Dr Hauser a analysé le nombre de morts dans l’État australien de Nouvelle-Galles du Sud, dont a capitale est Sydney, un Australien sur trois y vit. L’année précédente, un régime de lockdown particulièrement sévère y a été appliqué pendant des mois, les manifestations citoyennes pour la liberté ont été brutalement réprimées. Presque tous les citoyens qui travaillaient avec d’autres personnes ont dû se soumettre à une obligation de pointage. Tout cela n’a servi à rien.

Au cours de la semaine 31 (du 1er au 7 août 2022), 200 personnes sont mortes « de ou avec » Corona dans toute la Nouvelle-Galles du Sud, dont 195 dont le statut vaccinal était connu. Parmi elles, il n’y avait que 30 personnes ayant évité les seringues (15,38 %), mais 165 participants à l’expérience de vaccination (84,62 %). 139 des 195 décès (71,28 %) en Nouvelle-Galles du Sud concernaient des personnes qui avaient reçu trois doses ou plus.

Les chiffres démentent la fable du « booster efficace ».

L’argument fréquent des partisans du traitement génétique expérimental, selon lequel l’Australie a un taux de vaccination élevé, ne tient pas non plus. En effet, pendant la période en question, celui-ci était de 84,6 % ; la part des « boostés » dans la population totale était à ce moment-là de 71,4 %. Le « taux de vaccination » est donc pratiquement identique au nombre de décès. Fin juin encore, on affirmait à grand renfort de publicité que le « booster » était « efficace à 65 % contre les évolutions graves et les décès. » Les chiffres de la Nouvelle-Galles du Sud contredisent cette affirmation de manière impressionnante.

Peu de morts en Afrique, beaucoup chez les « champions du monde de la vaccination ».

La protection contre les évolutions graves est donc, dans le meilleur des cas, de zéro – et les nombreux effets secondaires ne sont pas encore pris en compte. Pourtant, des chercheurs et des médecins critiques mettent en garde depuis des mois contre une immunodéficience induite par la vaccination, dont les symptômes semblent si proches de ceux du VIH qu’ils parlent de « sida vaccinal ». Ce qui est particulièrement choquant, c’est qu’à chaque dose supplémentaire, le risque de contracter une telle maladie immunitaire augmente !

L’explosion du nombre de cas et de décès en Nouvelle-Zélande, en Corée du Sud ou au Portugal, pays les plus vaccinés, est patente. Tous ces pays ont en commun un taux de vaccination élevé. En Australie également, environ deux tiers des décès « Corona » sont survenus depuis le début de l’année.

Les vaccinés immunodéprimés alimentent les vagues

Hauser a déjà montré dans une comparaison avec des pays africains que ce n’est pas la conséquence d’un variant particulièrement virulent. Malgré un système de santé souvent défaillant, les « morts par Corona » restent très limitées dans des pays pauvres comme le Burundi, l’Éthiopie, le Kenya ou la Tanzanie. Début juin, la moyenne mobile sur sept jours au Portugal (37,43 morts par jour) était pas moins de 267 fois supérieure à celle de l’Éthiopie (0,14 mort par jour). Et ce, bien que l’Éthiopie compte dix fois plus de personnes.

Le taux de vaccination au Portugal était de 87 %, celui du pays africain de 18 %. Les soupçons semblent se confirmer de plus en plus : Non seulement les vaccins expérimentaux ne sont pas efficaces, mais leurs destinataires sont même les moteurs de nouvelles vagues d’infection en raison de l’affaiblissement de leur système immunitaire.

Cogiito