Suspension momentanée des publications sur ce blog

Depuis les tout débuts de la crise, j’ai diffusé sur ce modeste blog plus de 1 500 articles, vidéos, interviews, analyses et images le plus souvent non conformistes sur le fameux virus qui n’en finit pas de nous empoisonner la vie et les prétendus vaccins qui relèvent en réalité d’une thérapie génique en phase expérimentale. Largement de quoi comprendre les enjeux d’une crise débutée depuis plus de deux ans et demi, ses causes, ses probables instigateurs, le contexte dans lequel s’inscrit cette fausse pandémie et sa finalité. Tout a été dit, répété souvent, parfois avec insistance et il n’y a plus grand chose à y ajouter. Une certitude, ceux qui étaient destinés à comprendre ont compris depuis longtemps et les autres ne comprendront plus, ni demain, ni jamais et ceci quels que soient les évènements à venir. Et ils ne manqueront pas.

Nous entrons en ce moment dans une autre phase, annoncée elle aussi à plusieurs reprises sur ce blog, dans un contexte international des plus périlleux, car l’orage se rapproche, c’est une autre certitude. L’inflation, une prochaine tempête financière et par conséquent économique, l’arrivée de l’identité et de l’euro numériques avec privation progressive de l’ensemble des libertés individuelles et l’hypothèse d’une guerre internationale augurent d’une « convergence des catastrophes » pour reprendre le titre d’un livre déjà ancien de Guillaume Faye.

Je suspends provisoirement ou tout au moins réduis les publications sur ce blog, sans doute pour quelques mois, afin de me consacrer pleinement à d’autres travaux évidemment en lien avec la situation catastrophique que nous vivons et allons subir. En attendant, je remercie les dizaines de milliers de lecteurs fidèles ou occasionnels qui ont fréquenté ce blog ces dernières années et leur assure qu’il ne s’agit que d’un au-revoir (si Dieu le veut).

En attendant, il reste en dessous de chaque insertion le lien de la source qui permettra à chacun de continuer à s’informer en marge des médias du système, tous au mains de quelques milliardaires, grands groupes industriels et bancaires et gavés d’argent public, de notre argent.