Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for the ‘Big Brother’ Category

WikiLeaks révèle un programme de la CIA de contrôle des webcams

WikiLeaks a publié de nouveaux documents dans le cadre de son projet Vault 7, qui contiennent des informations sur le piratage des webcams par les services secrets américains.

Le site WikiLeaks a publié le 3 août 2017 un nouveau lot de documents secrets de l’Agence centrale de renseignement (CIA) consacrée aux outils de contrôle à distance des caméras Web et de microphones.

«Aujourd’hui, le 3 août 2017, WikiLeaks publie les documents sur le projet Dumbo de la CIA. Dumbo est un outil permettant de suspendre les processus en utilisant les webcams et de corrompre tous les enregistrements vidéo qui pourraient compromettre le fonctionnement du Groupe d’accès physique (PAG, Physical Access Group)», a indiqué WikiLeaks dans un communiqué.

Le PAG est une branche spéciale du Centre de renseignement électronique (CCI, Centre for Cyber Intelligence) dont la mission consiste à gagner et exploiter l’accès physique aux ordinateurs cibles dans les opérations sur le terrain de la CIA.

Dumbo peut identifier, contrôler et manipuler les systèmes de contrôle et d’identification des ordinateurs fonctionnant sous Windows. Ce logiciel identifie les périphériques tels que les webcams ou les microphones connectés par câble ou sans fil (Bluetooth, wifi). L’opérateur peut suspendre les opérations d’enregistrement, de suivi et de détection des données vidéo ou audio.

Mark Zuckerberg protège lui meme son ordinateur avec du scotch

«L’opérateur peut supprimer et manipuler les enregistrements en créant de fausses preuves ou en détruisant des preuves réelles d’ingérence dans une opération», lit-on dans le communiqué.

WikiLeaks a publié un premier lot de documents piratés de la CIA le 7 mars dernier, promettant qu’il s’agirait de la plus grande campagne de révélation sur l’agence de renseignement. Elle comprend plus de 8.700 documents et fichiers qui étaient conservés sur un réseau interne isolé du Centre de cyberespionnage basé au quartier général de la CIA à Langley, en Virginie.

On sait ce qu’on veut qu’on sache

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

14 septembre 2017 at 20 h 29 min

Publié dans Big Brother

Voici comment consulter ce que Google sait sur vous

Google vous espionne en permanence. Voici comment consulter, supprimer et limiter cette collecte obsessionnelle de vos données personnelles.

La pieuvre américaine vous en remercie en collectant vos données personnelles via les tentacules de ses services.

Vous recherchez une vidéo YouTube: Google archive.

La puce GPS de votre smartphone Android vous localise à Paris : Google archive.

Vous vous baladez sur Facebook grâce au navigateur Chrome : Google archive.

 Ces milliers de données sont soigneusement rangées dans le tiroir à archives de votre compte Google.

Au profit de qui ?

Le cœur sur la main, l’ogre de Mountain View (États-Unis) jure ses grands dieux que cette collecte compulsive sert avant tout l’Internaute.

Le discours officiel: «Votre activité contribue à rendre votre expérience Google plus rapide, plus intelligente et plus utile.»

Oui, vous avez le droit de ricaner.

La publicité pour un expert de l’électroménager qui vous suit partout depuis que vous avez recherché sur Google des infos sur les lave-vaisselle n’est pas le fruit du hasard.

Google voit tout, entend tout. Et utilise tout, à votre profit (un peu), au sien (beaucoup).

Effort de transparence

Petite éclaircie dans la grisaille, le colosse tente de vous amadouer en consentant un effort de transparence.

Vous souhaitez découvrir tout ce que Google sait de vous ? Et éventuellement supprimer certaines données, voire limiter la collecte ?

Le géant de la recherche vient d’inaugurer une nouvelle page, limpide et fonctionnelle, pour vous faciliter la vie.

Accéder à la page Google « Mon activité »

La nouvelle page Google Mon activité est désormais le point de rendez-vous par excellence à l’heure de décortiquer tout ce que Google archive à votre sujet.

+ Cliquer ici pour accéder à la page Google Mon activité

Les yeux ébahis, vous découvrez minute par minute, heure par heure, jour par jour, l’enregistrement détaillé de vos activités au cœur des services Google.

Sont encodées vos activités et vos recherches sur: Android, Chrome, Google Maps, Recherche, Recherche d’images, Recherche de vidéos, Trajets Google Maps, YouTube.

Consulter l’historique de vos trajets

En marge de cet archivage obsessionnel, Google se fait fort d’enregistrer vos déplacements via la puce GPS de votre smartphone et/ou de votre tablette.

«Redécouvrez les lieux que vous avez visités et les itinéraires que vous avez empruntés dans l’historique de vos trajets», positive le moteur de recherche.

+ Cliquer ici pour consulter l’historique de vos trajets associé à votre compte Google

La plate-forme pousse le vice jusqu’à présenter le classement des «lieux que vous fréquentez le plus souvent».

Effacer des données archivées

Vous souhaitez éclaircir, voire supprimer, cet archivage effréné de vos données personnelles?

Soulagement, la page Google Mon activité vous en laisse la possibilité, sans vous mettre des bâtons dans les roues.

À partir de la page Google Mon activité, cliquez sur Supprimer des activités par

Limiter la collecte des données

Une fois le nettoyage de printemps bouclé, libre à vous de limiter partiellement ou autant que possible la collecte des données personnelles.

Prenez à nouveau la direction de la page Google Mon activité.

Cliquez sur Commandes relatives à l’activité

6 interrupteurs vous autorisent à activer / désactiver 6 collectes : Activité sur le Web et les applications, Historique des positions, Informations provenant des appareils, Activité vocale et audio, Historique des recherches YouTube, Historique des vidéos regardées sur YouTube.

Les moutons rebelles.com

Written by Arnaud de Brienne

13 septembre 2017 at 22 h 55 min

Il sera difficile d’être « Charlie » après avoir écouté cette émission…

Monsieur K

(Cliquer sur l’image)

Written by Arnaud de Brienne

7 janvier 2016 at 23 h 28 min

Méridien Zéro ce soir : 1984, actualité d’un roman d’anticipation

Meridien Zero 1984

Written by Arnaud de Brienne

20 septembre 2015 at 14 h 57 min

Conférence de Pierre Hillard, le jeudi 11 juin 2015 à Lille

conf_cercle_bouvines

Written by Arnaud de Brienne

29 mai 2015 at 7 h 40 min

De JFK au 11 septembre, 50 ans de manipulations

Meridien_zero_17avril2015

Pour écouter l’émission, cliquer sur l’image

Written by Arnaud de Brienne

19 avril 2015 at 9 h 56 min

Laurent Obertone : « Les Français, victimes consentantes de Big brother »

Politique_magazineLa France Big Brother, le dernier opus de Laurent Obertone, décrit la façon dont les Français sont manipulés par la caste politico-médiatique. Paradoxalement, cette manipulation s’exerce avec leur consentement…

Qui est Big Brother ?

Big Brother, c’est le système qui s’exprime à travers tous les individus qui contrôlent l’expression et pensent la même chose. C’est le prêt-à-penser délivré par les faiseurs d’opinion. C’est cette « République des écrans » qui, sous couvert de liberté d’opinion, définit les limites de la pensée. Pour autant, ce système fondé essentiellement sur la collusion des politiques et des médias, fonctionne, ce qui peut paraître paradoxal, avec le consentement de ceux sur qui il s’exerce.

Le sous-titre de votre livre dénonce justement le « conditionnement » des Français. Vous dîtes que « Monsieur Moyen », le Français moyen, se laisse volontairement manipuler…

L’anthropologie nous enseigne que les individus ne peuvent exister seuls. Sans maître, point de salut ! Qui ne serait pas heureux et soulagé d’être déchargé de responsabilités trop lourdes à assumer ? Prenons l’exemple de la sécurité. à de rares exceptions près, une personne agressée ne peut compter que sur elle-même. Personne ne bouge pour lui venir en aide : chacun espère que son voisin va intervenir ou que la police, dont c’est le travail, va arriver… C’est l’illustration parfaite d’un conditionnement général : comme si nous étions désormais dressés à demeurer passifs en toute circonstance.

Comment expliquez-vous cette passivité des individus face à la manipulation dont ils font l’objet ?

Bien souvent, plus un individu prétend être libre, plus il est au contraire soumis à toute sorte de liens qui l’entravent. Et de fait, dans une démocratie, les gens se conforment à la masse et adoptent, par mimétisme, le comportement de la majorité. Cette peur de quitter le rang renvoie au syndrome de l’exclusion : la crainte, traumatisante, du jugement excluant émanant de la majorité ou du groupe dominant. La puissance médiatique symbolise par excellence ce pouvoir d’exclusion tant il est impossible et même inconcevable d’échapper au pilonnage des slogans publicitaires et des « messages » politiques – ce qui revient à peu près à la même chose. Comme ils les subissent au quotidien, les gens finissent par les adopter. C’est une question de facilité, de peur ou même de besoin d’exister. De telle sorte que le Français « moyen », celui que j’appelle « Monsieur Moyen », se retrouve, avec des millions de ses semblables, sur la place de la République à Paris en brandissant une pancarte « Je suis Charlie ». Cette uniformité de la pensée a quelque chose d’effroyablement saisissant pour un pays qui se prétend libre.

En quoi l’affaire Charlie Hebdo est-elle particulièrement révélatrice de Big Brother ?

Le plus frappant évidemment, c’est que l’idéologie et les individus responsables de ce désastre en sortent renforcés et qu’ils ont réussi, avec une facilité déconcertante, à retourner les faits à leur avantage. « Je suis Charlie », c’est vraiment une manipulation de masse. Ce qui prouve que pour Big Brother, l’utopie – c’est-à-dire la représentation factice de la réalité – est plus importante que les faits qui, en l’occurrence, parlaient d’eux-mêmes. D’où l’importance de la communication qui permet de réécrire le présent. Regardez les événements qui ont suivi les attentats de janvier : d’une attaque islamiste particulièrement meurtrière, on a fait une campagne contre « l’amalgame » et « l’islamophobie ». Autrement dit, Big Brother nous a expliqué qu’il a eu raison de promouvoir depuis des années le multiculturalisme, l’immigrationnisme et l’islam ! Un tel exemple de manipulation devrait être enseigné dans les écoles…

Peut-on mettre un terme à ce conditionnement ?

Il n’est pas certain qu’il dure éternellement, mais les gens ont tellement investi dans la société factice de Big Brother qu’il est impossible pour eux d’imaginer s’en détourner. Surtout que tout le monde y trouve son compte. Nous vivons dans une société de confort, ce qui fait de nous des êtres domestiqués. La consommation de masse signe le triomphe de Big Brother…

Reste-t-il un peu de place pour l’espoir ?

Le principal objectif de Big Brother c’est d’empêcher les gens de penser. Il est très difficile de prédire ce qui va se passer, mais le temps qui passe joue pour le système. En même temps, on voit de plus en plus d’auteurs et de médias dissidents exister sans lui, ou plutôt malgré lui : l’espoir est donc permis.

Dernier livre paru : la France Big brother, éditions Ring, 361p., 18 euros.

Entretien relevé sur Politique Magazine

Written by Arnaud de Brienne

7 mars 2015 at 8 h 25 min

Publié dans Big Brother