Le « Cartel des fraudes » a ruiné notre système social

Financement des retraites ? Aucun problème : il suffit de faire respecter la législation et de mettre fin à la gigantesque fraude sociale. Ces deux dernières années de crise prétendument sanitaire les pouvoirs publics ont montré leur savoir-faire en matière de traçage, de contrôle absolu de la population et de répression. L’eussent-ils mis au service de la traque de la fraude qu’il n’y aurait plus aucune carte Vitale frauduleuse. Pourquoi pareil manque de volonté dans ce domaine ? (NDLR)

cliquer sur l’image pour commander le livre

L’assassin djihadiste d’Yvan Colonna devait sortir de prison l’année prochaine, malgré son extrême dangerosité (MàJ)

ENQUÊTE. L’assassinat d’Yvan Colonna pose une nouvelle fois la question de la gestion des détenus radicalisés. Et de la récidive.

(…) Malgré un parcours chaotique en détention (prise d’otage d’une interne en psychiatrie, incendie de sa cellule, tentatives de suicide…), il devait sortir en décembre 2023. (Le Point)

Voir la revue de presse complète sur Fdesouche…. Méditation sur l’état de la justice…

Fdesouche

Royaume-Uni : le premier musulman de la chambre des Lords, anobli baron de Rotherham, condamné à 5 ans et demi de prison pour viol et tentative de viol sur 2 enfants mais il gardera ses titres

L’ancien pair travailliste Nazir Ahmed a été emprisonné pour cinq ans et six mois après avoir été reconnu coupable de délits sexuels sur deux enfants dans les années 1970.

L’homme de 64 ans, qui a quitté la Chambre des Lords mais conserve le titre de Lord Ahmed of Rotherham, a été reconnu coupable en janvier par la Cour d’assises de Sheffield d’agression sexuelle grave sur un garçon âgé de 11 ans à l’époque, et de deux tentatives de viol sur une fille, alors qu’il était adolescent.

Vendredi, le juge Lavender a déclaré à Lord Ahmed : “Vos actes ont eu des effets profonds et durables sur la fille et le garçon, qui ont vécu avec ce que vous leur avez fait pendant 46 à 53 ans.

Nouvel ordre mondial

Cartel des fraudes (tome 2), de Charles Prats

«Des dizaines de milliards annuels de fraude fiscale et sociale». Tel est le sous-titre du deuxième volet d’un ahurissant constat précédemment révélé dans un premier volume, paru l’année dernière, qui faisait état d’un préjudice annuel de la fraude d’un montant de 50 milliards. Cette année, le « catalogue est apocalyptique », puisqu’il est multiplié par deux ! L’auteur connaît parfaitement le sujet qu’il aborde, puisque, en tant que magistrat, il a participé à la création de la « Délégation nationale à la lutte contre les fraudes ». Aujourd’hui, il est délégué de l’Association professionnelle des magistrats et vice-président du Tribunal de Paris. Entre 2008 et 2012, il fut chargé de la lutte contre les fraudes fiscales au ministère des Finances.

Les dérives apparaissent comme inimaginables, tant elles sont vertigineuses, tandis qu’elles sont bien réelles et exactes. Nous en donnons un rapide résumé. 21,1 millions de Sécurité Sociale sont attribués à des ressortissants nés à l’étranger, dont 12,4 millions bénéficient chaque mois de prestations sociales de toutes natures (alors que selon les chiffres de l’Insee ces résidents français nés à l’étranger ne sont que 8,2 millions !). Un tiers de ces personnes seraient inscrites grâce à de faux documents, en utilisant de fausses cartes d’identité de pays de l’Union européenne. Il en est de même pour les pensions de retraite, dont une bonne proportion est versée à d’anciens résidents français repartis dans leurs pays d’origine. Et parmi eux, il en est un très grand nombre qui sont répertoriés comme âgés de cent ans et plus !

À ces exemples, il faut ajouter les fraudes sur les évasions fiscales, les fraudes à la TVA (25 milliards), les fraudes, conséquences des indemnisations liées au Covid (23 000 probables et 300 000 potentiellement frauduleuses), les fraudes du fait des Gafam (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft), dont certains n’ont payé presque aucun impôt pendant plus de vingt ans. Cette accumulation d’ « irrégularités » a permis à Charles Prats d’en évaluer l’ensemble à 100 milliards (annuels, il faut bien le préciser) qui ruinent aujourd’hui la France. Et ceci, bien entendu, dans notre « beau » pays de « Liberté, égalité, fraternité », au détriment des millions de bons et honnêtes contribuables dont plusieurs sont poursuivis et sanctionnés sans pitié, pour une petite erreur dans la rédaction d’une déclaration de revenus ou qui règlent avec le moindre retard les impôts, les conduisant à des situations financières des plus précaires.

À quoi bon demander ce que pensent les candidats à la prochaine élection de ce qu’il faut bien appeler un scandale d’État. Ils savent tous que cela existe, puisqu’il y a des années que cela dure et aucun d’entre les « heureux » élus n’a pris la moindre mesure pour qu’il cesse ! Il y en a même qui ont été d’une intransigeance sans pitié pour écraser les appels au secours lancés par des délaissés, des démunis, des abandonnés qui ont mille peines à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires et à ceux de leurs familles… C’était, il y a trois ans, il nous semble…

Lectures Françaises

Nouvel an : record battu !

Jamais le nombre de voitures incendiées n’avait été aussi important un soir du 31 décembre. 1457 véhicules ont brûlé dans toute la France.

Les autorités ne donnent plus de chiffres depuis quelques années pour éviter la surenchère entre les quartiers. Malgré ce silence, la nuit du 31 décembre 2019 n’a pas dérogé à la triste « tradition » des voitures brûlées. Un nombre record de véhicules ont même été incendiés. 

1457 véhicules ont été incendiés volontairement dans toute la France, selon les chiffres dévoilés par Europe 1 ce mercredi matin. C’est 13 % de plus qu’en 2018 qui était déjà une année « record » avec 1290 voitures brûlées directement ou en raison de la propagation des flammes. Rien qu’à Strasbourg, 220 véhicules ont brûlé d’après la mairie ! Dans le Bas-Rhin, la nuit avait d’ailleurs été particulièrement agitée avec la mort d’un homme de 30 ans tué à Haguenau par l’explosion d’un engin de type « mortier ». Une cinquantaine de personnes avaient été blessées par des pétards aux mains ou aux yeux. La plus jeune victime était âgée de 4 ans.
À Toulouse, la nuit du 31 décembre 2019 a néanmoins été plus calme qu’en 2018 avec une trentaine de feux de poubelles et de voitures recensés le 1er janvier. Les chiffres des agglomérations régionales, tenus secrets par les préfectures et le ministère de l’Intérieur, ne sont pas disponibles. 

https://www.ladepeche.fr/2020/01/08/nuit-du-nouvel-an-1457-voitures-brulees-en-france-triste-nouveau-record,8647821.php

Wikistrike

« L’appel du Bataclan et du 13 novembre 2020 »

Appel de Patrick Jardin

Mes chers compatriotes,

Il y a 5 ans, le 13 novembre 2015, je perdais ma fille assassinée dans la salle de spectacle du Bataclan par des monstres islamistes. Depuis je n’ai eu de cesse de lutter contre l’islam, que certains appellent encore islamisme, et qui tue nos concitoyens alors que les responsables politiques n’ont rien fait pour répondre aux tueurs islamiques.

Après Charlie Hebdo et l’hyper casher, ils  n’ont rien fait; après la décapitation d’Hervé Cornara, ils n’ont rien fait; après le Bataclan, ils n’ont rien fait; après le massacre de Nice, ils n’ont rien fait; après l’assassinat des deux policiers chez eux devant leur enfant de 4 ans, ils n’ont rien fait; après l’assassinat d’un policier sur les Champs Élysées, ils n’ont rien fait; après l’assassinat des deux jeunes filles devant la gare de Marseille, ils n’ont rien fait; après l’assassinat d’Arnaud Beltrame, ils n’ont rien fait; après la fusillade au marché de Noël à Strasbourg, ils n’ont rien fait; après la tuerie à l’arme blanche dans les locaux de la préfecture de Paris, ils n’ont rien fait; après l’assassinat d’un homme dans un parc à Villejuif, ils n’ont rien fait; après l’assassinat cet été à Romans-sur-Isère d’un père devant son fils de 12 ans, ils n’ont rien fait; après l’attaque à la machette devant les anciens locaux de Charlie Hebdo, ils n’ont rien fait; après la décapitation de Samuel Paty, ils n’ont rien fait; après l’assassinat de 3 personnes dans la basilique de Nice, ILS NE FERONT RIEN. On  nous a promis l’expulsion de 231 personnes – expulsion déjà prévue de longue date – et à ma connaissance seulement 14 d’entre elles  l’ont été; on nous a promis la fermeture de certaines mosquées salafistes,  une seule à ce jour l’a été et encore pour seulement 6 mois;  on nous a promis la dissolution d’associations islamistes,  une seule l’a été à ce jour.

LA SITUATION EST GRAVE ET PAR RESPECT POUR LES VICTIMES ET LEUR FAMILLE, IL EST INDISPENSABLE DE PRENDRE IMMEDIATEMENT LES MESURES POUR FAIRE CESSER CES TUERIES. NOUS NE POUVONS PAS RESTER PASSIFS DEVANT LES 239 MORTS DEPUIS JANVIER 2015.

Les attentats continuent et même s’accélèrent : nous sommes en train de passer, avec ce « jihad individuel », de 1 attentat par semaine à 1 attentat par jour. Le gouvernement reste dans une posture de déni face à la guerre qui nous est faite et c’est INTOLERABLE. La justice semble nous avoir trahis, elle semble s’être donnée à nos ennemis. Et les forces de police, de gendarmerie sont laissées sans direction, sans ordres efficaces, offertes en pâture aux barbares alors qu’il paraît indispensable d’appuyer la mobilisation des forces de l’ordre et de l’armée contre l’envahisseur, sur celle de tout un peuple.

Constatant la carence, constante, persistante, coupable et criminelle de ceux qui ont la charge de la défense et de l’avenir de notre peuple, je vous lance cet appel, mes chers compatriotes, mes frères, pour dire non, avec moi, aux assassins et aux barbares.
J’en appelle à vous, mes compatriotes, hommes et femmes de cœur, de bonne volonté, d’honneur, de courage comme lors de notre lutte contre le concert abject de Médine au Bataclan.

Je vous invite d’exiger avec moi, la mise en place de plusieurs mesures de bon sens immédiates :

  • la reprise en main des Français volontaires pour assurer la sécurité de nos femmes, de nos enfants, de nos aînés et de nos lieux de cultes par la création d’un Comité de Garde Nationale sous l’autorité et en parfaite symbiose avec nos services de police et de gendarmerie, après avoir constaté qu’en ce domaine l’État est incapable de nous apporter la sécurité qu’il doit à chaque Français. L’État, à qui le peuple Français a transféré le monopole de violence légitime pour assurer sa sécurité a rompu unilatéralement ce contrat, a trahi la constitution qui le liait au peuple en l’abandonnant sans défense à la violence et à la barbarie. Dans ce cas le peuple est parfaitement légitime pour recouvrer par lui-même sa sécurité, première condition sine qua non de toutes les libertés.
  • La fermeture de nos frontières aux envahisseurs qui ne fuient pas leur pays en guerre mais viennent chasser sur notre sol toutes les aides sociales qui ne devraient être réservées qu’aux seuls Français.
  • La proclamation de l’état d’urgence afin que nos forces de l’ordre puissent sans justificatif procéder à des perquisitions, ce qui avait permis en 2015 à la récupération de plusieurs centaines d’armes.
  • Le rappel des réservistes, ce qui nous permettra de confiner et de désarmer les banlieues.
  • L’organisation d’un référendum tendant au rétablissement de la peine de mort pour les terroristes, ceux qui agressent les forces de l’ordre -militaires, policiers, gendarmes, policiers municipaux, le personnel enseignants, les soignants, les pompiers, en un mot ceux qui s’attaquent à tous nos concitoyens de la « première ligne ».
  • L’abrogation des lois favorables à nos ennemis, et hostiles aux défenseurs de la France.
  • La suppression de la double nationalité. Ceux qui en bénéficient devront choisir obligatoirement leur nationalité et s’ils ne choisissent pas la nationalité française, expulsion immédiate et l’expulsion immédiate de tous les islamistes radicaux et de façon plus généraleceux qui préfèrent la charia aux lois de la France.
  • La fermeture immédiate de toutes les mosquées salafistes et obligation pour les autres d’effectuer leurs prêches en français.
  • Exiger de l’Union Européenne que la France en matière de lutte contre l’immigration puisse retrouver sa complète autonomie.
  • J’en appelle en outre à la constitution d’un Comité de salut public républicain, rassemblant tous les responsables français de toutes tendances politiques afin de matérialiser une union nationale, comme lors de la formidable marche dans Paris suite au massacre de Charlie Hebdo pour faire face à la colonisation de notre patrie.
  • Je demande la constitution d’une commission parlementaire pour juger si le Coran et l’islam  sont compatibles avec les valeurs de la France, en attendant je demande un moratoire d’un an sur la visibilité de l’islam sur le territoire Français au nom du principe de précaution justifiant le confinement.
    Dans nos métropoles, nos villes, nos villages, ici, mais aussi outre-mer, l’heure du réveil a sonné. Français patriotes, amoureux de la France, levons-nous, comme nos glorieux aïeux ont su le faire, même dans des situations plus graves que celle que nous connaissons aujourd’hui. Soyons dignes de notre glorieuse histoire, de nos ancêtres de Poitiers, de Bouvines, de Valmy, de Bir-Hakeim. Soyons la continuation de leur bravoure, de leurs efforts, de leurs sacrifices, reprenons en main le destin de notre Patrie.

Rendez-vous sur le site de Patrick Jardin pour signer l’appel du Bataclan

NSP

Terrorisme au Bataclan : Patrick Jardin, Le cri de révolte d’un père !

Patrick Jardin est le père de Nathalie, sauvagement assassinée au Bataclan, le 13 novembre 2015, lors de l’attaque islamiste. Dans son ouvrage « Pas devant les caméras », il pousse un cri de colère contre les barbares islamistes mais aussi contre la lâcheté des politiciens qui n’ont rien fait pour s’opposer à l’islamisation de la France. Les bien-pensants s’indigneront peut-être mais comment juger un homme qui a subi une si lourde perte et qui veut empêcher de nouvelles tragédies où disparaîtraient d’innocentes victimes comme sa fille ou, plus récemment Samuel Paty ? Patrick Jardin n’a plus rien à perdre…

Présent du 27 août 2020

Augustin et les hyènes

Nos lecteurs n’auront pas oublié Augustin. Ce jeune homme de 17 ans qui s’est fait lyncher tandis qu’il protégeait des jeunes filles d’une poignée de racailles. On sait désormais qu’il ne faut surtout pas intervenir dans une bagarre ! Après cette agression, des messages ont fleuri sur les réseaux sociaux réclamant certes justice pour l’adolescent mais aussi des voix aigres, dissonantes, malhonnêtes, des hurlements de chacal en somme qui remettent en question la version du jeune homme en se basant notamment sur un témoignage anonyme présenté comme celui d’une des filles. Ces dernières se sont carrément moquées du jeune homme en racontant partout que les racailles qui les importunaient étaient en réalité des connaissances et qu’Augustin s’était mêlé de ce qui ne le regardait pas.

Sautant sur l’occasion, l’inénarrable Huffington Post s’est empressé de dénoncer une agression « qui fait bondir la droite et l’extrême droite ». Manœuvre rhétorique classique qui voudrait faire croire que si vous vous choquez de cette agression, vous êtes nécessairement un dangereux nazi.

Et les accusations pleuvent. Trop content de pouvoir fuir le réel, trop heureux de voir qu’Augustin était proche de l’Action Française et donc par là il l’avait mérité, cette gauche infecte à la bêtise triomphante aura donc à nouveau piétiné le jeune homme et susurré que c’était bien fait pour lui. Peu importe les faits, seule leur interprétation compte désormais. Il n’y a pas d’insécurité mais un sentiment d’insécurité. Il n’y a pas d’ensauvagement mais une juste révolte de chérubins oubliés par la République.

D’autres, comme le compte des Antifas Lyonnais ont publié un pseudo communiqué expliquant qu’Augustin l’avait forcément cherché parce qu’il militait à l’Action Française, qu’ils n’étaient pas plusieurs mais un seul à l’agresser. On en viendrait presque à lire qu’Augustin était parti en « ratonnade » à un contre cinq… Alors que croire ? Ou plutôt qui croire ? La version des antifas et des jeunes face à celle d’un adolescent au sens de l’honneur et de la justice ? En tout cas, de nombreuses personnalités de gauche ont d’un commun accord craché sur le corps blessé du jeune homme. De nombreux militants trouvent plus grave de qualifier des agresseurs de « colorés » que de telles agressions puissent se produire. La culture de l’excuse est à sens unique comme le racisme. On ne peut être blanc et victime, on ne peut subir le racisme si on est blanc.

Qu’ils s’appellent Marin, Adrien, Ange ou Augustin, ils n’ont droit à aucune pitié. Leur mort ou leurs blessures ne sont que des instruments faisant le jeu de l’extrême droite. On leur reprocherait presque de jeter de l’huile sur le feu ! •

Présent

Assa Traoré intervient dans les lycées… Jean-Michel Blanquer est-il au courant ?

Étaient évoqués hier sur ce site les propos tout simplement délirants que tenait cette militante d’extrême-gauche antiblanche dans la rue.
Mais il y a mieux. Elle tient probablement les mêmes dans les lycées de la République.

Gabrielle Cluzel nous relate :

« Dans un article récent du Monde, Emmanuel Macron a pointé du doigt « le monde universitaire [qui] a été coupable. Il a encouragé l’ethnicisation de la question sociale en pensant que c’était un bon filon. Or, le débouché ne peut être que sécessionniste. »

Certes. Mais que dire de l’enseignement secondaire, sous le contrôle du ministère de l’Éducation nationale garant de son contenu, et qui ne peut se réfugier, comme l’université, derrière une tradition (qui parfois a du bon) de liberté intellectuelle (univoque… ) de ses mandarins ?

Ce n’est pas officiel, mais tout parent le sait : l’antiracisme, au lycée, est devenu, sinon un cours à part entière, du moins un enseignement savamment distillé dans toutes les matières littéraires, y compris les langues étrangères ; or, aucun enfant ne peut couper à la leçon d’antiracisme.

On sait déjà depuis longtemps que Lilian Thuram – selon lequel « il y a du racisme dans la culture blanche » – fait le tour des écoles dans le cadre de sa fondation (lycée Thierry-Maulnier de Nice, lycée La tourelle de Sarcelles, collège Olivier-de-Serres à Viry-Châtillon, lycée Ampère de Morsang-sur-Orge, lycées de l’académie de Limoges, lycée Marie-Curie à Strasbourg, école Saint-Joseph à Sion-les-Mines…) et que sa très mesurée comparse, Rokhaya Diallo, intervient aussi régulièrement (devant les jeunes du lycée Blaise-Pascal de Charbonnières-les-Bains, par exemple, ou encore à Lorient, au lycée… Colbert).

Proclamés éducateurs – dans la présentation qui est faite par la presse de leur conférence, on accole parfois pudiquement le qualificatif « engagé » -, ils vont donc assener leur doxa explosive dans une société prodigieusement inflammable et communautarisée comme s’il s’agissait d’un cours magistral, avec l’ascendant conféré à un intervenant agréé, introduit par le corps professoral. Les parents n’en savent la plupart du temps rien, et s’ils sont au courant, ne sont pas intellectuellement armés pour riposter à un tel matraquage : un regard étonné du prof principal assorti d’un « vous ne souhaitez pas que votre enfant soit sensibilisé à la question du racisme ? » suffit à les liquéfier sur place. Au moins, au temps des frères des écoles chrétiennes, les gamins qui n’avaient pas la foi n’étaient-ils pas forcés de recevoir les sacrements. Ici, non seulement on doit assister au catéchisme, mais en sus, obligation de communier ! À deux genoux et tête baissée.

Mais avec le comité de soutien à Adama Traoré, on franchit encore une (immense) marche.

Lire la suite

Bonne nouvelle : Martine Aubry ne « s’emmerde » plus

Aubry_maghrebins

En revanche, ce sont près de deux millions et demi de citoyens qui vont « s’emmerder » les samedi 3 et dimanche 4 septembre. L’immense festivité populaire que représente la braderie de Lille vient en effet d’être supprimée pour les raisons de sécurité que l’on sait. Tradition depuis le Moyen-Âge, la plus grand braderie d’Europe et sans doute du monde qui se tenait le premier week-end du mois de septembre, ne se tiendra donc pas cette année et l’on ne voit pas bien pourquoi elle réapparaitrait les années suivantes, compte tenu des quelques petits « couacs » subis par le « vivre-ensemble ».

De plus en plus clairement, les citoyens « sans-dents » de notre président s’avèrent être victimes au quotidien de la politique menée ces dernières décennies par les politiciens « sans-couilles ».

Massacre en plein Paris : ce n’est qu’un tout début

L’immense avantage d’accepter la pouillerie du monde entier sur notre territoire n’aura pas tardé à se révéler au grand jour. En préambule, ne craignons pas d’affirmer que la classe politique, droite et gauche confondues, porte l’entière responsabilité du drame survenu à Paris ce soir et pour lequel on décompte déjà plus de 60 morts à cet instant précis (23h30). Notons que nous sommes passés de 18 morts, puis 30 à au moins 40 en moins d’une heure puis à 60 (23h45), sans parler des blessés dont certains dans un état grave. Le bilan risque de s’alourdir encore dans le courant de la soirée.

Plusieurs fusillades ont donc éclaté ce soir à différents endroits de la capitale et des explosions dues à des attentats suicides auraient aussi fait un certain nombre de victimes aux abords du Stade de France. Une prise d’otages est en cours au Bataclan sans qu’on sache très bien combien de personnes sont ainsi retenues. Il y aurait eu sept attaques simultanées et par conséquent concertées : le Bataclan, République, Les Halles, Trocadéro, Stade de France, Belleville, Paris 10è, Paris 11è.

Alors que Valls éructe contre le Front national et en perd les pédales, au point de proposer des listes communes UMPS (LRPS maintenant) avec pour seule obsession de « faire barrage au Front national », ne ferait-il pas mieux de faire barrage au terrorisme, à la submersion migratoire qui en est la cause, au chômage et à l’inexorable montée de la pauvreté et de la précarité ?

Les Français doivent maintenant se préparer à reprendre en main leur destin, au prix de grandes souffrances et de grands sacrifices mais que jamais aucun ne vienne dire « nous ne savions pas ». Ils doivent maintenant s’organiser et se préparer à assurer leur défense.

Espérons qu’il n’y aura pas, dans les jours à venir, de marche blanche et autres grandes déclarations sur les valeurs républicaines, ni de « pas d’amalgame » et autres « Je suis Charlie. Le retour ». Cela ajouterait l’odieux à l’horreur. La folle immigration et la politique de soumission à Washington et à sa folie belliciste aboutissent aux résultats que de nombreux patriotes annoncent et prédisent depuis des décennies malgré la hargne de la classe politique gamellarde, essentiellement soucieuse de se partager l’assiette au beurre. Même l’obscurantiste Arabie Saoudite dont la seule religion autorisée est pourtant l’islam, se garde bien d’accueillir ces fameux « migrants » qui ne sont rien d’autre que des immigrés illégaux. Elle refuse énergiquement d’accueillir des réfugiés en provenance des pays en état de guerre civile et surtout pas venant de Syrie. Tout juste propose-t-elle benoîtement de financer 200 mosquées en Allemagne, à coups de pétro-dollars, ce qui comporte infiniment moins d’inconvénients.

La seule attitude digne du gouvernement consiste à démissionner pour laisser place à un gouvernement de salut public.

Nantes se réveille

Violences à Nantes. Abandonnés par les pouvoirs publics, les citoyens s’organisent

violences_nantes

02/11/2015 – 18H00 Nantes (Breizh-info.com) – « Nantes se réveille » proclame une page facebook qui fait le buzz depuis la semaine dernière. 4500 « j’aime »  en quelques jours. Ce collectif se présente comme : « une bande d’amis, ayant grandi dans Nantes et ses alentours.» et qui affirme : « Depuis des années, nous voyons les incivilités, les vols et la violence augmenter. Jusqu’à la multiplication des actes barbares comme le double viol de cette malheureuse femme. »

L’élément déclencheur de la création du collectif a en effet été le double viol d’une jeune femme de 38 ans, à la sortie d’un bar du centre-ville, samedi 26 septembre. En réaction, ces jeunes se sont rendus quartier Bouffay et se sont pris en photo, avec ce message : « Halte à l’impunité des violeurs, Nantes se réveille ».

Pour les besoins de l’enquête, les services de police ne veulent pas en dire plus pour le moment. Certains s’étonnent tout de même de l’absence de réaction des passants. Bien que l’heure fût particulièrement avancée ( il était plus d’une heure du matin), ils ont forcément vu ou entendu quelque chose, alors que la jeune femme – en état d’ivresse – avait été conduite dans une ruelle du quartier Bouffay par ses violeurs.

Alors que les quartiers nantais sont en proie à une guerre des bandes qui prend chaque jour un peu plus d’ampleur – des coups de feu étant régulièrement tirés en attendant, comme à Marseille, les assassinats – c’est également dans le centre-ville que l’insécurité s’étend. « Ca n’est pas un fantasme contrairement à ce que peuvent en dire certains élus écolos-bobos bien au chaud dans leurs beaux quartiers. » nous confie M., membre d’un groupe de supporteurs nantais. « Le samedi après-midi, des bandes ethniques dévalent en toute liberté vers Commerce notamment, la police ne fait rien du tout. Ce qui s’est passé samedi, ça n’est rien comparé à tout ce qui se passe au quotidien. Combien de jeunes dépouillés ou agressés ne portent plus plainte car ils savent très bien que ça n’aboutira pas, de surcroît depuis l’arrivée de Madame Taubira à la Justice ?  »

Sur la page Facebook de « Nantes se réveille », certains participants appellent à organiser des rassemblements, le soir, pour sécuriser le centre-ville de la Cité des ducs. D’autres souhaiteraient simplement interpeller les autorités. « Si vous commencez à réclamer l’aide de l’Etat, c’est perdu d’avance, il faut faire les choses par nous mêmes » indique un internaute.

En fâcheuse posture tant les incidents se multiplient dans sa ville, Johanna Rolland en appelle à Manuel Valls : « Où sont les 54 policiers supplémentaires promis en 2014 ? »  écrit-t-elle dans une lettre qu’elle a adressée au Premier ministre, lui rappelant les renforts promis – déjà – en février 2014, suite à de violents incidents. Mesure phare décidée dans la foulée par la maire de Nantes  : la création d’une « Maison de la tranquillité publique » (sic) qui devrait ouvrir à l’automne en 2016 à la Manufacture des tabacs.

Si cette mesure n’a pas manqué de susciter de l’ironie chez certains commerçants, des jeunes nantais, beaucoup moins amusés, envisagent, eux, de rétablir l’ordre par eux-mêmes.  En se fondant sur les dispositions de l’article 3 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée par la France :« Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ».

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2015, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine.

Breizh info

La SNCF organise la gratuité pour les immigrés illégaux

 Directive SNCF

D’après une note interne de la SNCF rendue publique sur internet, les immigrés illégaux sont dorénavant autorisés à voyager sans qu’il leur soit demandé de présenter un titre de transport. Cette faveur scandaleuse s’ajoute aux nombreuses mesures déjà destinées à accorder une certaine forme de priorité aux immigrés entrés illégalement – rappelons-le – sur le territoire national. Après les logements gratuits et prioritaires, les soins médicaux offerts et une indemnité journalière, les clandestins peuvent ainsi voyager sans débourser un centime et aux frais des contribuables et usagers.

Pour les braves gens, ce sera toujours payant et de plus en plus cher d’ailleurs, pour une prestation qui ne cesse de se dégrader. Rares sont devenus les trains arrivant et partant à l’heure et l’état du réseau comme des rames et des motrices ne cesse de se délabrer faute de moyens, sans parler de l’insécurité grandissante. Bref, les cocus paieront, comme d’habitude.

On peut un instant s’amuser des réactions outrées de MM. Darmanin et Bertrand, qui affichent le culot de feindre l’indignation en dénonçant ces billets SNCF gratuits pour les immigrés illégaux alors que, rappelons-le, c’est Valérie Pécresse, candidate tête de liste Modem-UDI-LR pour la région Île-de-France, qui avait voté la réduction de 75% du Pass Navigo au bénéfice de ces mêmes immigrés illégaux. Faut-il également rappeler que le coût de l’AME a explosé de plusieurs centaines de millions d’euros entre 2007 et 2012 sous la présidence Sarkozy ? L’enfumage est total.

C’est aussi l’occasion de rappeler que  le chaos migratoire en cours doit beaucoup aux ingérences criminelles de Nicolas Sarkozy et de François Hollande en Libye et en Syrie.  Petits apprentis-sorciers aux ordres de Washington, ils portent une responsabilité écrasante dans la situation actuelle.

Une militante de “No Borders” violée par des clandestins et contrainte au silence par ses collègues

Une jeune militante du groupe No Borders, qui travaillait dans un camp d’accueil pour clandestins à la frontière franco-italienne, s’est tue pendant un mois avant de se résoudre à porter plainte pour le viol dont elle a été victime. « Les autres m’avaient demandé de me taire », confie cette jeune femme pour expliquer son silence. Les autres activistes craignaient qu’une telle plainte ne ternisse le combat de l’association No Borders ainsi que l’image des clandestins eux-mêmes…

Un mois au service des clandestins

La jeune femme passait un mois au service des clandestins, dans la ville de Ponte San Ludovico à Vintimille, lorsque le drame est arrivé, un soir de fête. L’information est désormais relayée par d’importants journaux italiens comme La Stampa, Il Secolo XIX et le Corriere della Sera.

C’était une samedi soir : la musique était trop forte pour que les membres de « No Borders » entendent les hurlements de leur collègue, bloquée et agressée dans les douches du camp par un groupe de clandestins Africains.

Les militants de “No Borders” voulaient taire le viol et ont contraint leur collègue au silence

La jeune femme de 30 ans affirme que ses collègues lui ont demandé de se taire. Certains de ses collègues affirment à l’inverse qu’elle aurait inventé l’histoire pour se venger des mauvaises relations entretenues avec certains d’entre eux.

L’histoire est pourtant crédible : partout en Europe – notamment en Allemagne et en Grande-Bretagne –, les accusations de viol se multiplient contre les clandestins. Le 5 octobre, un Soudanais de 20 ans, Osman Suliman, paraissait devant un tribunal britannique après cinq mois de présence dans le pays : il était accusé de viol sur une jeune femme anglaise, le 26 septembre dernier. Le cas n’est pas isolé, mais les médias n’en parlent guère. Pourquoi ? Sans doute pour les mêmes raisons qui ont poussé No Borders à se taire : pour ne pas entacher l’idéologie immigrationniste.

Béatrice Romée

Réinformation.TV