Le désastreux bilan de Martin Hirsch, directeur de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP)

Voici l’extrait d’un article paru sur le site Nexus. Visiblement, en s’acharnant avec une hargne suspecte contre les non « vaccinés », Martin Hirsch tente sans doute de faire diversion et d’éviter que ne soit pointé son calamiteux bilan à la tête des hôpitaux de Paris

(…) (Haut fonctionnaire, à la tête de l’AP-HP depuis 2013, la gestion de M. Hirsch est largement contestée. Le journal Le Monde nous apprend que l’urgentiste Christophe Prudhomme lui reproche d’avoir « supprimé des lits, fermé des hôpitaux, imposé une réorganisation du temps de travail… Son bilan : un hôpital délabré », et que le Dr Gérald Kierzek, qui s’est opposé à lui, au sujet de la fermeture de l’Hôtel-Dieu à Paris, explique que « ceux qui ne le connaissent pas le prennent pour l’abbé Pierre. Ceux qui le connaissent pour Caligula ».

Comme le rappelle Mediapart, M. Hirsch n’a cessé de supprimer des postes ces dernières années. La multiplication des contrats intérimaires, l’accumulation sur les comptes épargne-temps de journées travaillées non payées, l’instauration des 35 heures sans embauches supplémentaires ou encore les salaires gelés sont autant de symptômes du malaise de l’hôpital public. Martin Hirsch ne devrait-il pas se concentrer sur son bilan plutôt que de faire des non-vaccinés des boucs émissaires ? Ignore-t-il autant les chiffres de son institution que le Manifeste des valeurs de l’AP-HP qu’il dirige ?) (…)

Le meilleur hommage au Professeur Luc Montagnier

C’est de rappeler tout ce qu’il a annoncé, ses alertes, ses conseils. C’est aussi diffuser les vidéos de ses interviews, ses prises de position claires et argumentées. Dès le début de la campagne d’injections massives de thérapie génique expérimentale, il avait alerté clairement de de façon argumentée :

« C’est une énorme erreur, c’est une erreur scientifique et une faute médicale inacceptable. L’histoire fera le bilan un jour de tout ça, car c’est effectivement la vaccination qui a créé le variant. »

Le Pr Luc Montagnier, prix Nobel de médecine et militant, s’est éteint à 89 ans

Pour rendre hommage à notre manière à cet immense savant et homme courageux, nous ne publierons rien pendant 24 heures

FranceSoir fait part du décès du Pr Luc Montagnier à l’âge de 89 ans (18 août 1932 – 8 février 2022), à l’hôpital américain de Neuilly-sur-Seine. Il est parti en paix, entouré de ses enfants. Le prix Nobel de médecine lui avait été décerné en 2008 pour ses recherches sur le virus du sida.

Entré au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1960, dont il deviendra plus tard directeur émérite de recherche, il a été professeur à l’Institut Pasteur, où il a dirigé l’unité d’oncologie virale de 1972 à 2000, professeur et directeur du Centre de biologie moléculaire et cellulaire au Queens College de l’université de la ville New York, avant de prendre la direction d’un institut de recherche à l’université Jiao-tong de Shanghai. Il est membre de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine.

Son opposition à la vaccination de toute la population contre le covid, à la vaccination des enfants, sa thèse de la fuite d’un virus du laboratoire de Wuhan, lui ont valu le mépris de médecins perclus de conflits d’intérêts et la diffamation de « journalistes ». Peu à peu les faits et les scientifiques honnêtes lui donnent raison. Jusqu’au bout, il a courageusement lutté pour la science et en a payé le prix très cher. Les médias passent d’ailleurs son décès sous silence, un silence qui en dit long et signe une sorte d’aveu. De notre côté, nous nous associons à Alexandra Henrion-Caude pour appeler à un deuil national.

« Les non-vaccinés sauveront l’humanité » Pr Luc Montagnier

Le PDG de Moderna a-t-il un don de médium ?

Voici un extrait de l’article que j’ai publié dans le quotidien Présent en novembre 2020, aux tout débuts de l’ère de l’homo vaccinus. Avec le recul de bientôt un an et demi, je ne vois toujours pas d’autre alternative que le don de médiumnité de Stéphane Bancel, PDG de Moderna Therapeutics ou la combine de haute volée. A chacun de voir…

(…) « Moderna expérimentait un vaccin début mars dernier (2020 NDLR)

Question opportunisme, Stéphane Bancel, PDG de Moderna Therapeutics n’a certes rien à leur envier. Bien qu’ayant acquis, surtout depuis mars dernier, une fortune  de 2,9 milliards de dollars, ce chanceux patron n’en a pas moins bénéficié d’une aide gouvernementale de 483 millions de dollars. Mais le plus incroyable ne se situe pas là. En janvier dernier, alors qu’il se trouvait à Davos, au Forum économique mondial 2020, en relation avec le National Health et en compagnie de tout le gratin dirigeant du monde et alors même que les cas d’infection au Covid-19 se faisaient rares, il reçut l’intuition, l’illumination même, que ce virus tournerait rapidement en pandémie. Son entreprise conçut un vaccin en quarante-deux jours et à mi-mars, avant même tout confinement – il débuta le 17 mars en France – ses chercheurs vaccinaient déjà quarante-cinq volontaires. Voyance, médiumnité ou plus prosaïquement combine de haute volée ?
Plus récemment, le 16 novembre, énième épisode de la guerre commerciale et financière actuelle, le laboratoire Moderna annonçait une efficacité vaccinale à 94,50%, avec l’évidente volonté de surpasser Pfizer et ses 90%.
Ces vaccins élaborés à la hâte, selon une technologie insuffisamment maitrisée, celle de l’ARN Messager, interférant dans l’ADN des vaccinés, ont été entièrement modélisés sur ordinateur, en 3 D, sans que jamais les chercheurs n’aient approché ni de loin, ni de près le virus. »

Présent

Florian Philippot : « Martin Hirsch veut faire payer les non-vaccinés pour qu’ils continuent d’être soignés ! »

Martin Hirsch ne nous dit pas si ces non « vaccinés » seront remboursés des 10, 20 ou 30 dernières années de cotisations sociales exorbitantes (cf. le dernier livre de Charles Prats), ni s’ils en seront exonérés à l’avenir. Dans tous les cas, on n’oubliera pas…

Florian Philippot: « Martin Hirsch veut faire payer les non-vaccinés pour qu’ils continuent d’être soignés ! On laisse crever les pauvres ? Ce genre de type dans un pays normal serait limogé sur le champ ! »

Martin Hirsch veut faire payer les non-vaccinés pour qu’ils continuent d’être soignés !
On laisse crever les pauvres ?
Ce genre de type dans un pays normal serait limogé sur le champ ! https://t.co/5GNuTXJ0FP

— Florian Philippot (@f_philippot) January 26, 2022

Source : businessbourse

Il est plus que jamais temps de lire ou relire Claire Séverac : sur les crises sanitaires et Big Pharma elle a tout dit !

Le meilleur hommage qui puisse être rendu à la courageuse chercheuse Claire Séverac, hélas disparue en 2015, reste encore de citer son œuvre, fruit d’un labeur colossal, et notamment « Complot mondial contre la santé« , publié en 2010 puis réédité et « La guerre secrète contre les peuples« . Deux ouvrages qui devraient figurer dans toutes les bonnes bibliothèques, deux mines d’informations qu’il est urgent de découvrir ou de relire pour comprendre ce qu’il nous arrive depuis près de deux ans. Zéro « complotisme » : des faits, rien que des faits, des sources, des témoignages, des preuves…

Voici quelques courts extraits glanés ici et là dans « Complot mondial contre la santé », ouvrage particulièrement documenté et sourcé et sans doute le coup le plus dur jamais encaissé par Big Pharma. Inutile de dire que la grande presse aux ordres n’en a jamais soufflé mot… On se demande bien pourquoi…

Voici donc quelques brefs extraits :

« Petite devinette, en passant: qu’est-ce qu’on peut vendre à tous les gens de tous les pays en bonne santé ? Avec un peu de frousse et un bon marketing … Des vaccins ! »

« Je me garderai bien de prendre position: pour ou contre la vaccination ? Je n’en ai pas les compétences. Mais, dès qu’ on se penche sur la question, on s’aperçoit que l’histoire n’est pas aussi jolie qu’on nous la raconte. Ce n’est pas dans le but de sauver nos vies que les campagnes sont de plus en plus pressantes, mais tout simplement parce que les vaccins sont le meilleur créneau de l’industrie pharmaceutique : peu chers à développer, ils laissent une marge de bénéfice de 98 % ; puisque préventifs, ils se vendent à toute la population et, contrairement aux autres médicaments, leur publicité est autorisée. »

« En 2003, les journaux français ont annoncé que des études indépendantes avaient totalement innocenté le vaccin, alors que ces deux études, réputées indépendantes, furent initiées et en partie financées par les fabricants de vaccins, la première par Aventis-Pasteur,à présent Sanofi Pasteur MSD, et la seconde par Merck, qui est, par hasard, associé de Pasteur-Mérieux »

« En février 2009, les autorités sanitaires espagnoles ont retiré du marché 75 582 doses de vaccins HPV après l’hospitalisation de deux adolescentes qui venaient d’être vaccinées dans la région de Valence et ont ensuite convulsé de façon grave, quelques heures après avoir reçu le traitement. I.:une des deux jeunes filles est sortie des soins intensifs ce week-end et l’autre y est encore, les deux sont dans un état
stable » (heureuse époque où l’on retirait du marché un vaccin pour deux cas d’effets secondaires sérieux… NDLR)

« Effectivement, les fabricants n’ont pas lésiné sur les moyens ni les subterfuges: payant des pubs télé juste avant Desperate Housewives ou Sex and the City, finançant des associations féminines, versant des sommes de manière détournée à des centaines de médecins, infirmières ou experts médicaux formés par Merck pour parler du Gardasil® (à 4 500 dollars l’intervention de cinquante minutes au cours de repas organisés par la firme, certains se sont fait des centaines de milliers de dollars) ; et à des
personnalités politiques parce qu’à la différence des antibiotiques, par exemple, les vaccins sont habituellement recommandés ou imposés par les pouvoirs publics ; à d’anciens hauts fonctionnaires, invités à faire du lobbying sur l’urgence de légiférer contre «un tueur planétaire» ; s’adressant à la
fois à tous les leaders d’opinion, et directement à la population en créant une panique qui disait : «Il faut vous faire vacciner sans attendre »

« La plupart des vaccins mettent trois ans pour obtenir l’ AMM et de cinq à dix ans pour une acceptation mondiale »

« Ce 25 mai 2009, les derniers chiffres de !’OMS font état de 15 510 cas de grippe Hl1N1 dans 53 pays et de 99 morts. Les gouvernements annoncent un peu partout craindre une pandémie, à l’automne, aussi grave que celle de la grippe espagnole et s’y préparent de toute urgence en stockant massivement vaccins, masques et médicaments. On espère qu’ils contrôlent la situation ! Quand tombe une
dépêche de RIA Novosti 22 1 (une des trois plus grandes agences de presse russe) à 15 h 50, heure de Moscou : « Grippe A/HlNl, un virus artificiel», disant textuellement : «Le virus de la grippe A/H 1N1 a été créé de façon artificielle pour réduire la population de la terre», estime Leonid Ivachov, ancien chef de la Direction de la coopération militaire internationale du ministère russe de la Défense et président de l’Académie des problèmes géopolitiques. Selon lui, toutes les épidémies actuelles ont été créées dans des laboratoires. « Les médecins militaires détiennent la formule de la pneumonie atypique qui a donné naissance au virus. La grippe aviaire a également une origine artificielle », a noté l’expert »

« Selon les renseignements américains, d’ici 2015 quelque 3 milliards de personnes seront « de trop », notre planète s’attend ainsi à une surpopulation. « L’activation des différents virus susceptibles de déboucher sur la mort massive de gens est une stratégie globale destinée à réduire la population de la planète», a déclaré M. Ivachov »

Toute ressemblance entre ce qui est décrit dans ce livre paru en 2010 et la situation actuelle peut-elle être fortuite ? A chacun de se faire une opinion.

Gilles Pialoux, le médecin qui demande le confinement des non-vaccinés en France, a perçu 59 fois de l’argent des labos entre 2016 et 2020

Sur Transparence Santé, on peut lire que Gilles Pialoux, adepte du confinement des non vaccinés,a perçu 59 fois une rémunération de labos entre 2016 et 2020, hors indemnisations de frais de repas et voyages.
Voilà pourquoi, ils n’arrêteront jamais de nous emmerder à la télé !
— François Ducrocq (@FrancoiDucrocq) November 16, 2021

Nouvelles de France

Chronologie d’une pandémie organisée

Lorsque les situations deviennent à la fois trop complexes, foisonnantes et étalées dans le temps, rien de tel qu’une bonne chronologie pour reprendre ses esprits et y voir plus clair. En voici une qui allie concision, clarté et démontre de façon irréfutable la préméditation.

Gates, Fauci et le DG de l'OMS

Bill Gates, Fauci et le DG de l’OMS

La pandémie a-t-elle été organisée ? Je propose ci-dessous un développement chronologique qui permettra à chacun de se faire sa propre idée. Les faits rapportés sont exacts et facilement vérifiables. Nous indiquons à cet effet au moins une source pour chacun d’eux (nos sources sont de deux ordres : des documents accessibles sur internet, que le lecteur pourra consulter grâce aux liens que nous faisons et l’excellent travail de Philippe Aimar : Enquête sur un virus, le Jardin des Livres, Paris, 2021, que nous référencerons de la manière suivante : Ph. A. avec le numéro de page).

Nous présentons en fin d’article nos propres réflexions et conclusions.

Un exposé chronologique de la pandémie :

2000 : L’Alliance GAVI, une organisation qui se propose  de vacciner toute la population mondiale, estcréée par la Fondation Bill et Melinda Gates, la Banque mondiale et l’OMS (OMS qui, on le sait, est largement financée par des fonds privés, dont la Fondation Gates) (source).

2010 : Dans ses “Scénarios of the Future of Technology and International Development“ (Source : PDF en français ici), la fondation Rockefeller imagine une pandémie mondiale faisant plusieurs millions de morts. Les Etats, prédit le scénario Lock step, refuseront de fermer leurs frontières (à l’exception de la Chine)  ce qui accélérera la propagation du virus. Il y aura des confinements, des obligations de porter des masques faciaux et un « verrouillage » gouvernemental des sociétés. A terme des « identifiants biométriques » seront mis en place pour tous les citoyens, des scanners détecteront les « intentions antisociales » et le « dépistage médical » deviendra la règle.

2010 : Dans une conférence TED de Longbeach (Californie), Bill Gates compte sur de « nouveaux vaccins » pour « réduire la population de 10 à 15% » : « Il y a 6,8 milliards de gens sur la Terre… Si on fait un bon boulot sur les nouveaux vaccins, services de santé, la santé reproductive, on pourrait réduire ça de 10 à 15%. » (source vidéo). On sait que Bill Gates est aujourd’hui, avec sa fondation,  au centre de la stratégie vaccinale au niveau mondial.

2014 : livraison du laboratoire P4 de Wuhan, construit par le groupe français Mérieux (Ph. A. 135).

Lire la suite

Anne Hidalgo : dédicace spéciale aux adeptes du cocufiage électoral (Macron, Hollande, Sarkozy et prédécesseurs…) (vidéo)

C’était il y a un an seulement…

A noter que cette vidéo hébergée sur Rumble est devenue pratiquement introuvable sur Youtube, plateforme vidéo de Google, la plus puissante et efficace agence de renseignement au monde. On imagine que Notre-Drame-de-Paris a fait le nécessaire pour faire disparaitre autant que possible cet encombrant document.

Heureusement, des plateformes vidéo plus libres existent, notamment, Odysee, Rumble, InfoVF, Rutube (Eh oui, la liberté d’expression doit parfois aller se chercher en Russie maintenant) et quelques autres.

Olivier Faure, partisan de la vaccination obligatoire

Dans son parcours d’apparatchik au Parti socialiste, ce sénateur (Seine-et-Marne) a toujours su s’entourer la fine fleur : Martine Aubry, Emmanuel Valls, Jean-Marc Ayrault et bien sûr le plus brillant d’entre tous, François Hollande. Du lourd…

Le bougre déclare : » «Je suis favorable à la vaccination obligatoire […] Nous avons toujours vaincu les grandes pandémies par une vaccination massive et totale qui a permis d’enrayer la circulation du virus. C’est comme ça que nous avons réussi à vivre libre et c’est comme ça que nous vivrons aussi libres demain ».

Soit il est réellement ignare, ce qui est fort possible et même probable, soit il feint de comparer les campagnes de vaccination qui ont permis contenir un certain nombre de maladies graves avec cette ingénierie mise en place depuis plus d’un an et demi qui relève davantage de l’escroquerie en bande organisée que d’une démarche sanitaire. Tout a été dit sur le sujet, des milliers d’articles, des centaines de vidéos, des livres, des dizaines de sites internet et de blog…. Ce ne sont pas les sources d’information qui manquent. Il devient plus en plus difficile sinon impossible à ces gens-là de plaider la bonne foi.

Joachim Kuhs, député européen, balance. Silence des médias

Le député européen Joachim Kuhs confirme publiquement, devant le Parlement européen, ce que nous ne cessons d’affirmer et entre autres :

« Est-ce que vous savez que beaucoup de personnes vaccinées du Covid sont mortes ?« …. « Ceci est beaucoup plus élevé que toutes les victimes de tous les vaccins de ces vingt dernières années« 

« Une multitude de dommages très graves sont causés par les vaccins et pourquoi en entendons-nous parler si peu ?« 

« Ceci est gardé caché« 

Silence glacial de tous les médias, journaux et télévisions…

Jean-Paul Belmondo – Itinéraire d’un enfant français

Jean-Paul Belmondo est mort lundi à l’âge de 88 ans. Avec lui disparaît une certaine idée de la France, avec lui s’éteint un pan de l’histoire du cinéma…

Certains hommes paraissent immortels et Jean-Paul Belmondo était l’un d’entre eux. Né le 9 avril 1933 à Neuilly-sur-Seine, il se mit à rêver de théâtre et de cinéma à l’adolescence.

Hélas, son expérience au conservatoire de 1952 à 1956 n’est pas une totale réussite puisqu’il en sort sans le prix du jury.

Sa rencontre avec Jean-Luc Godard bouleversera sa vie. Le cinéaste lui offre le premier rôle dans un film qui, malgré un tournage parfois à la limite du professionnalisme, aboutira à un grand succès. Il s’agit bien sûr d’A bout de souffle (1960), symbole de la Nouvelle Vague et toujours pris en exemple dans les écoles de cinéma.

En 1962, Belmondo fait équipe avec le patriarche du cinéma français, Jean Gabin, pour Un singe en hiver. Jean Gabin dira de lui qu’il est « comme son fils », que ce garçon est à la fois « son passé » et « sa jeunesse ». Quand on lui dit qu’il est le nouveau Gabin, le jeune homme est flatté mais préfère « devenir lui-même ». Il y parvient parfaitement avec L’Homme de Rio et Cent mille dollars au soleil, qui sortent tous deux en 1964.

Aux yeux du public, Belmondo devient Bébel. Il séduit par sa gueule, sa jeunesse et son courage. L’acteur effectue en effet toutes ses cascades et repousse les limites à chaque film. Dans Peur sur la ville (1975), il voyage sur le toit d’un métro aérien de Paris lancé à 70 kilomètres heure. Dans L’Animal (1977), il passe d’une échelle d’un hélicoptère à l’aile d’un avion, en plein vol, bien entendu. Nul doute que, de nos jours, un tel exploit serait impossible, car interdit !

L’autre exploit de Jean-Paul Belmondo est d’avoir gagné le cœur des Français. Sa mort, survenue paisiblement selon son avocat, a ainsi touché les anciens, la génération de Bébel, mais aussi les plus jeunes. Certains ont d’ailleurs des histoires amusantes liées à l’acteur, comme Mathieu, 27 ans, marqué par La Chasse à l’homme (1964) pour une raison un peu particulière. « J’ai vu le film lors d’un premier rendez-vous. Belmondo m’a indirectement permis de conclure ! » Le charme de Bébel, qui l’a autant symbolisé que sa fougue, semble avoir fait des émules.

Aux yeux de Justin, 25 ans, Belmondo était « un acteur bien plus complet qu’il n’y paraît, capable de jouer des personnages poétiques et mélancoliques comme dans Un singe en hiver ». On ne le contredira pas !

A partir de 1987, la carrière de Jean-Paul Belmondo oscilla entre de longues périodes au théâtre et quelques tournages, notamment celui d’Itinéraire d’un enfant gâté (1988), qui lui vaudra son premier césar de meilleur comédien. Jusque-là, son travail était boudé, snobé par les élites bobos et méprisantes du cinéma français. On reprochait beaucoup à Bébel, mais surtout sa popularité.

Il avait toutefois fini par convaincre tout le monde, et, en apprenant sa mort, chacun le salua à sa façon, des personnalités du 7e art aux hommes de la Légion étrangère, en passant par les journalistes de L’Equipe – qu’il lisait assidûment entre deux bouquins de Céline –, sans oublier, évidemment, le peuple de France qui n’oubliera jamais son Bébel, son « as des as » magnifique et professionnel.

Louis Marceau

Présent

Mort très suspecte de Brandy Vaughan qui avait quitté son emploi dans un laboratoire pharmaceutique pour se consacrer à la dénonciation du contenu des vaccins

Brandy Vaughan, ancienne directrice des ventes de la société pharmaceutique Merck et fondatrice de learntherisk.org, un site Web dédié à l’éducation des gens sur les risques associés aux vaccins, a apparemment été retrouvée morte par son fils de neuf ans  le 8 décembre.

Selon Children’s Health Defense, Vaughan serait décédé des suites de «complications de la vésicule biliaire», bien que la source du rapport n’ait pas été citée et n’ait pas non plus partagé la cause spécifique des complications (comme une rupture de la vésicule biliaire).

Peu de temps après avoir appris sa mort, une amie de Vaughn, Erin Elizabeth, a partagé des captures d’écran d’un message Facebook que Brandy Vaughan avait écrit en décembre 2019, dans lequel elle assurait aux lecteurs qu’elle n’était pas suicidaire et qu’elle ne prenait aucun médicament qui l’amènerait à mourir subitement. “Le message que j’aurais aimé ne pas avoir à écrire … Mais étant donné certaines tragédies au cours des deux dernières années, je pense qu’il est absolument nécessaire de publier ces dix faits … veuillez faire une capture d’écran pour le compte rendu”, écrivait Brandy Vaughan.

Image

«Si quelque chose devait m’arriver, c’est un acte criminel et vous savez exactement qui et pourquoi – étant donné mon travail et ma mission dans cette vie», écrivait-elle.

Image

Son amie Elizabeth a également partagé une capture d’écran d’un texte qu’elle a reçu de Brandy Vaughan dans lequel elle a exprimé son inquiétude d’être empoisonnée et a apparemment fait référence à la mort du Dr Ben Johnson en janvier 2019.

Image

Brandy Vaughan, qui travaillait auparavant comme représentante des ventes pharmaceutiques pour Merck, a expliqué comment elle est devenue militante pour exposer les dangers des vaccins et de l’industrie pharmaceutique dans une vidéo partagée en 2015. Elle commençait par révéler qu’elle représentait le médicament de Merck, le Vioxx. Comme par hasard, YouTube a supprimé cette vidéo… https://www.youtube.com/embed/ttrtAmW_NC0?autoplay=1

«Quand il est apparu que Merck avait falsifié les données de sécurité et que le Vioxx avait en fait causé deux fois plus de crises cardiaques et d’accidents vasculaires cérébraux [pour] les personnes qui en prenaient, cela m’a vraiment fait réaliser qu’il y avait beaucoup de corruption dans les coulisses », déclarait Brandy Vaughan dans la vidéo.

«J’ai commencé à faire mes recherches sur les vaccins et les ingrédients et les données de sécurité défectueuses.»

Lire la suite

Bye bye Giscard ! Sans regrets !

Valérie Giscard d’Estaing est décédé âgé de 94 ans dans sa propriété d’Authon dans le Loir-et-Cher après avoir été hospitalisé dans le service de cardiologie du CHU Trousseau de Tours depuis la mi-novembre. Il est donc décédé des conséquences d’une cardiopathie sévère et… de vieillesse, même si la grand presse prétend depuis ce matin qu’il aurait été frappé par la Covid-19. Quelles consignes ont donc été passées aux agences de presse depuis hier en fin de journée ? Qu’on se le dise, statistiques bidonnées obligent, il ne meure plus en France que des malades du Covid !

Contre l’opinion d’une majorité de Français, Valéry Giscard d’Estaing avait imposé la loi sur l’IVG et, avec Chirac, le regroupement familial qui nous vaut l’état de la France aujourd’hui. C’est l’occasion de souligner que toutes les mesures législatives ayant hypothéqué l’avenir de notre nation – comme la suppression de la peine de mort, la Constitution européenne rebaptisée Traité de Lisbonne, etc… – ont été imposées au peuple français contre l’opinion majoritaire du moment.

Ce nuisible à la longévité exceptionnelle aura, avec Jacques Chirac, grandement contribué au déclin et à la ruine de notre pays dont le processus a parfaitement été décrit dans l’ouvrage publié par Yves-Marie Laulan Le Couple Giscard-Chirac : deux années de plomb qui amorcent le déclin 1974-1976 (éditions François-Xavier de Guibert, 2010). En quelques décennies, ces malfaisants et leurs successeurs auront saccagé et ruiné le pays de leurs contemporains et leur descendance.

Quand on sait ce que coûtent aux contribuables les anciens présidents de la république, on se dit qu’il était temps que la plaisanterie cesse. C’est chose faite et ainsi se résume notre éloge funèbre, aux antipodes de la déferlante d’hypocrisie recommandant son âme à Dieu et vantant les innombrables bienfaits de ses mandatures. Ce naufrageur de la société française aura donc quand même eu la chance de mourir à 94 ans, dans son lit et entouré de sa famille.

« L’appel du 18 juin » ou l’histoire d’une imposture

L’appel qu’on entend de nos jours n’est pas l’original et le texte de cet appel qu’on apprend dans les manuels scolaires depuis 1958 est tout simplement un faux.

Le texte ci-dessous, de 2010, n’a rien perdu de sa valeur.

« Le 18 Juin 2010 va être célébré le 70ème anniversaire du célèbre appel de Londres de Charles de Gaulle. Or la version officielle, qui va être lue à la BBC, est un faux, comme le démontre le général d’aviation Le Groignec, compagnon de Saint-Exupéry, dans son livre paru en 2004 Philippiques contre les Mémoires gaulliens (Nouvelles Editions latines).

Le texte prétendu être celui de l’appel du 18 Juin commence par cette phrase : « Des gouvernants de rencontre ont pu capituler, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude. Cependant rien n’est perdu …. »

Or, historiquement, Charles De Gaulle n’a pu prononcer cette phrase insultante pour le Maréchal Pétain et le général Weygand pour les deux raisons suivantes :
· 1° A cette date du 18 juin 1940, ces « gouvernants de rencontre » n’avaient pu capituler, car non seulement l’armistice n’était pas signé, mais les plénipotentiaires français n’avaient pu encore rejoindre les lignes allemandes étant donné les difficultés des communications. Cet armistice ne sera signé que le 22 juin avec l’Allemagne, et le 24 juin avec l’Italie. Par ailleurs on ne peut confondre armistice et capitulation. L’armistice est un acte politique, une suspension d’armes où le vaincu peut négocier certaines conditions, c’est le contraire d’une capitulation où le vaincu doit se soumettre sans condition au vainqueur, ce à quoi De Gaulle a consenti le 19 mars 1962 en capitulant devant le FLN, ennemi vaincu sur le terrain, pour se débarrasser du « boulet algérien ».
En demandant un armistice, la France demande et obtient, le 22 juin 1940, que ni la marine, ni l’Afrique française, ne soit livrées à l’ennemi, qu’un tiers du pays reste en zone libre, et que Lyon et Clermont Ferrant soient évacués par l’armée allemande. En cas de capitulation il y aurait eu deux millions de prisonniers de plus, et tout le territoire aurait été occupé : les Allemands, en effet, avaient atteint Valence et se trouvaient à une étape de Marseille lorsque l’armistice a été signé.
· 2° Devant l’échec total de cet « appel du 18 Juin » auquel n’avait répondu aucun chef militaire de l’armée, de la marine ou de l’aviation, notamment aucun officier de la division que Charles De Gaulle commandait devant Arras en mai 1940 (suprême affront !) aucun homme politique, aucun diplomate français accrédité à Londres ou dans une autre capitale étrangère , aucun gouverneur ou responsable des colonies de l’Afrique française, aucun ministre résidant dans les pays sous protectorat ou sous mandat, Charles De Gaulle va s’affoler, car il se trouve désormais à Londres complètement isolé, en rupture de ban, sans mission officielle. En effet, la guerre continue et le gouvernement français le somme de rentrer en France, sous peine d’être jugé comme déserteur. Alors de Gaulle écrit au général Weygand la lettre suivante à la date du 20 juin 1940 :

Londres le 20 Juin 1940 Mon Général, J’ai reçu votre ordre de rentrer en France. Je me suis donc tout de suite enquis du moyen de le faire car je n’ai, bien entendu, aucune autre résolution que de servir en combattant ….. ( MEMOIRES DE GUERRE) Charles de Gaulle- Edition PLON 1954 tome I – page 269)

Depuis 1958, cette lettre est dans les livres scolaires, car incompatible avec la légende, avec l’Histoire de France revue et corrigée par la falsification gaulliste, en vigueur encore aujourd’hui.

La suite reste entourée de mystère. Car de Gaulle ne dispose à cette date d’aucun moyen de transport pour rejoindre Bordeaux où siège le gouvernement français. Il est probable que Churchill, qui venait de rompre avec la France, refusa de lui donner un avion pour que de Gaulle rentre en France. La dissidence de la « France Libre » est donc née sous la contrainte de l’Angleterre, vérité que s’efforce de masquer l’imposture de la version officielle actuelle. Si de Gaulle avait pu rejoindre Bordeaux, comme il en avait manifesté l’intention le 20 Juin 1940, il n’y aurait probablement jamais eu ni de saga, ni de fabulation gaulliste. En effet, quand un officier français écrit une telle lettre pleine de déférence et d’esprit de discipline à son supérieur hiérarchique le 20 juin 1940, il ne peut être le même que celui qui aurait déclaré le 18 juin, deux jours avant, au micro de Londres, parlant du même supérieur, que ce dernier appartenait à « un gouvernement de rencontre qui a capitulé, cédant à la panique, oubliant l’honneur, livrant le pays à la servitude ».

C’est pourtant ce faux, fabriqué après coup, qui est répandu dans tous les livres scolaires depuis 1958, qui est inscrit dans le marbre au 4 Carlton Garden à Londres, et que nous allons entendre dire et répéter des milliers de fois lors de la célébration officielle du mythe de l’Appel du 18 Juin 1940, pour continuer à entretenir le mensonge de la légende gaullienne de l’homme providentiel. »

Jean-Marie AVELIN Alain ALGUDO et Geneviève de TERNANT
Président Vice-présidents Et l’équipe de Veritas

Contre-info.com

Vive le foie gras, n’en déplaise aux brouteurs d’herbe

« Souvent une oie engraissée aura le foie plus gros que tous les autres viscères ensemble, et ces foies gras que nos gourmands recherchent, étaient aussi du goût des Apicius romains. » Georges-Louis Leclerc de Buffon, Œuvres choisies, Firmin Didot, 1845

Noël approche. La ville débute son offensive contre les ténèbres : les magasins brillent de mille feux, l’effervescence gagne les rues et les boulevards. Les parfums de marrons grillés et les senteurs de cannelle se réapproprient nos papilles et nos mémoires. Arrivent à grands pas les repas gourmands de fin d’année et leurs classiques mets de fête : huîtres, saumon, bûche, chapon… et peut-être le plus emblématique et le plus ancien d’entre tous : le foie gras.

Le plus ancien en effet, car les Egyptiens gavaient déjà des oies il y a plus de six mille ans. La première recette écrite de « Jecur ficatum » (foie aux figues) date du IVe siècle, dans le célèbre ouvrage De re coquinaria d’Apicius (1).

Cette tradition culinaire millénaire est aussi une de celles qui font l’objet d’attaques de plus en plus violentes de la part des chiens de garde du nouvel ordre moral. Raison de plus pour goûter au fruit défendu et résister agréablement aux déconstructeurs du beau et du bon.

Pour participer à cette douce guérilla gastronomique, choisissons l’arme la plus subtile : le foie gras d’oie. Non seulement il est d’une finesse supérieure au canard, mais sa technique de gavage particulièrement délicate empêche toute méthode industrielle, ce qui, d’une part, renforce la garantie de qualité du foie et, d’autre part, renforce l’éthique de l’élevage.

En premier lieu, le foie doit être d’une grande fraîcheur (abattage de moins de 24h), sans quoi le rendu final sera au mieux décevant, au pire dangereux pour votre santé. Le foie est travaillé entier et brut, délicatement rôti à la poêle sans dépasser les 40 degrés à cœur, juste pour atteindre une coloration extérieure rappelant celle de la cabosse de cacao.

Au final, cette noble matière préparée avec un minimum de manipulations (les lobes ne sont pas dénervés) offre une texture ferme parfaitement préservée. La chair est légèrement rosée et les arômes sont d’une extrême finesse. Le foie une fois égoutté et refroidi, l’absence de « gras » surprend en bouche et laisse le palais sans lourdeur, libre d’accueillir les plats suivants ou un vin délicat (proscrire les liquoreux).

Une pincée de perles de sel de Guérande, quelques graines de poivre à queue du Bénin et des éclats de fève de cacao apportent la tension juste nécessaire à l’ensemble. Vous ne goûterez pas seulement un foie gras d’exception mais six mille ans d’une histoire ininterrompue. Dans votre palais seront célébrés les pharaons, les empereurs et les rois qui avant vous se sont émerveillés de ce mets.

Cet audacieux foie gras d’oie peut se goûter au restaurant « Table » à Paris, un des temples des produits d’exception, création du talentueux chef Bruno Verjus.

Nicolas d’Aubigny — Promotion Marc Aurèle

Ce texte fait partie d’une série, les itinéraires gastronomiques (en savoir plus).

Notes

  1. Compilation de recettes culinaires romaines, De re coquinaria (traduit en français sous le titre de L’Art culinaire) fut rédigée au IVe siècle. Son origine remonterait toutefois au Ier siècle, l’auteur en serait le célèbre gastronome Marcus Gavius Apicius. De re coquinaria nous fut transmis par deux manuscrits enluminés de l’époque carolingienne (l’un provenant de l’abbaye de Fulda, en Allemagne ; l’autre de l’abbaye de Saint-Martin de Tours).
  2. Compte tenu de sa rareté, le foie d’oie est parfois remplacé par un foie de canard de grande qualité, se renseigner au préalable.

Institut Iliade