Covid – Russie : Macron d’une guerre à l’autre – JT du mardi 1er mars 2022 (vidéo 24:32)

Une guerre qui tombe vraiment bien pour les mondialistes au moment ou une partie croissante de la population commençait à s’éveiller doucement de l’hypnose covidiste… Il suffirait que 10 à 20% de nos concitoyens comprennent vraiment les origines et les enjeux de cette fausse pandémie pour faire sauter le Système…

Le Danemark va renoncer totalement à la vaccination

Une première mondiale depuis le début de la pandémie Covid-19. Depuis le 1er février, le Danemark a mis fin à l’intégralité des restrictions sanitaires, choisissant de supprimer « la catégorisation du Covid-19 comme maladie menaçante », selon les termes employés par le ministre de la Santé Magnus Heunicke.

Le gouvernement danois a annoncé dans un premier temps ne plus proposer d’injection de rappel à la population. Ainsi, les personnes âgées ou à risque ne recevront pas de quatrième dose et les moins de 18 ans, pas de troisième.

Une couverture vaccinale élevée

Le vendredi 11 février, dans un communiqué, le pays scandinave a fait savoir sa décision d’aller encore plus loin en évoquant clore purement et simplement « l’ensemble du programme de vaccination » dans les prochaines semaines, « au plus tard au printemps ». « Le Conseil national de la santé suivra de près l’évolution de l’épidémie dans les semaines à venir, et nous espérons pouvoir annoncer fin février les dates de clôture du programme de vaccination », détaille le communiqué.

Cette décision a été prise sur la base de plusieurs critères. Le premier, un taux de vaccination jugé suffisant. « Au Danemark, nous avons un niveau très élevé de vaccination », explique le gouvernement dans son communiqué, qui souligne une « très grande immunité protectrice » de la population.

D’après les chiffres du Statens Serum Institut, un institut de recherche sur les maladies infectieuses, repris par le journal Politiken, 80,9 % des 5,8 millions de Danois étaient vaccinés au 11 février, dont 61,4 % avec une dose de rappel. Un niveau comparable à celui de la France, où 79 % de la population est vaccinée, dont 55 % avec la troisième dose, selon les chiffres du ministère de la Santé.

Le variant Omicron est peu dangereux

En revanche, comme en France, malgré une couverture vaccinale élevée, le nombre de cas Covid-19 est toujours très élevé, de l’aveu même du gouvernement danois. Pour autant, ce nombre élevé de cas ne se traduit pas en une charge plus élevée pour l’hôpital. Selon les données d’Our World in Data, au 13 février, se trouvent en soins critiques quatre patients par million d’habitants.

Si une hausse est constatée depuis le début du mois d’octobre 2021, les autorités danoises réaffirment la relative innocuité du variant Omicron et la saisonnalité du virus. « Nous savons par expérience que le nombre d’infections diminue avec le changement de saison », justifie le communiqué. « Comme on voit l’épidémie s’éteindre, et parce que la saison va bientôt changer, il n’est pas utile de proposer une quatrième dose », fait valoir Bolette Søborg, la médecin en chef du Danemark, à l’approche du printemps.

Par ailleurs, s’agissant des moins de 18 ans, le Conseil national de la santé estime que ce groupe d’âge « a déjà une immunité élevée et présente peu de risque de contracter une forme grave du Covid-19 avec Omicron ».

Le pays scandinave danois pourrait donc devenir le premier à abandonner totalement la vaccination, et ce dès le printemps. En ce sens, un calendrier devrait être annoncé à la fin du mois de février.

Pour autant, le gouvernement prévient que sa décision n’est pas encore finale : « Nous suivrons bien sûr assidûment l’épidémie, et nous tenons prêt à revenir sur cette décision si, contrairement à nos attentes, une quatrième vague printanière ou de nouveaux variants préoccupants frappent notre pays », a précisé Bolette Søborg.

FranceSoir

Le Convoi de la liberté canadien devient un phénomène mondial (vidéo 2:24)

Au Canada, où le mouvement des Convois de la liberté trouve son origine, la contestation ne faiblit pas. Depuis deux semaines, les chauffeurs routiers protestent contre l’obligation d’être vaccinés pour franchir la frontière avec les États-Unis. En dépit de l’intervention de la police, un pont frontalier crucial pour les échanges commerciaux entre les deux pays est toujours bloqué par les manifestants. Le président américain Joe Biden a exhorté le Premier ministre canadien Justin Trudeau à rétablir l’ordre. Un mouvement de protestation qui trouve un écho dans les plus grandes capitales mondiales :

Pas vu à la télé – Dictature : des blindés de la Gendarmerie viennent d’arriver à Paris à quelques heures de l’arrivée des convois de la Liberté dans la capitale

Ah qu’on aurait aimé pareil déploiement de force et d’énergie pour rétablir simplement le droit dans les banlieues ! Il n’y a que contre le peuple que notre ripoublique se montre vraiment forte !

Des blindés de la gendarmerie viennent d’arriver à Paris à quelques heures de l’arrivée des convois de la liberté dans la capitale. #ConvoidelaLiberte #ConvoiFrance2022 #convoisdelalibertepic.twitter.com/Z60jVAXnZ6

— Anonyme Citoyen (@AnonymeCitoyen) February 11, 2022

Convoi de la liberté : La Préfecture de Paris sort l'artillerie lourde. Les convois non loin de Paris (LIVE)

LIVE

18 H50 

Twitter ralenti, les compte des « convois » censurés, y tweeter très difficiles

18 H 40

Waze est hors service :

Convoi de la liberté : La Préfecture de Paris sort l'artillerie lourde. Les convois non loin de Paris (LIVE)

18 H 37 

Des dizaines de camions de CRS suivent l’un des convois :

Alors que Paris est déjà bloqué par Lallement, à Beauvais, des dizaines de camions de CRS suivent le convoi de la liberté histoire d’en rajouter un peu
On est sur la stratégie policière la plus débile depuis bien longtemps
🎥@JulesRavel1#ConvoiFrance2022 pic.twitter.com/l7NsmA663K— Marcel (@realmarcel1) February 11, 2022

18 H 35

Le péage de Saint-Arnoult sous contrôle policier :

Convoi de la liberté : La Préfecture de Paris sort l'artillerie lourde. Les convois non loin de Paris (LIVE)

18 H 30 

Emmanuel Macron appelle « au plus grand calme » avant l’arrivée à Paris des convois de la liberté. (Ouest-France)

18 H 

Des sorties ont été fermées :

PARIS – De nombreuses portes du périphérique sont fermées pour empêcher l’accès au #ConvoidelaLiberte à la capitale. pic.twitter.com/U8XPLCcXej— Clément Lanot (@ClementLanot) February 11, 2022

Le périphérique est déjà fortement ralenti avant même l’arrivé du #ConvoiDeLaLiberté.

Les fermetures de portes et contrôles provoquent déjà de forte perturbation. https://t.co/INTwpWG4SH pic.twitter.com/esesoJPPcg— Clément Lanot (@ClementLanot) February 11, 2022

Les différents convois de la liberté en provenance de toute de la France, environ 3 800 véhicules de toutes sortes, doivent joindre la capitale ce vendredi 11 février.

L’ampleur de la manifestation interdite par la Préfecture de Paris n’est pas réellement quantifiable, cette dernière a décidé de mobilier 7 200 policiers mobiles, et exceptionnellement, de sortir ses véhicules lourds. 

Tracteurs, dépanneuses, lanceurs d’eau, camions-grue… La fête s’annonce sérieuse selon la Préfecture.

Voilà comment on reçoit le peuple en démocratie macroniste. #convoisdelaliberte pic.twitter.com/c0GfXvD8Pj— Anshel K (@wmeister3) February 11, 2022

#Manifestation 📢 | Engagés en soutien des forces mobiles, des engins spéciaux employés par la @prefpolice seront déployés à #Paris :
🔵 Tracteurs anti-barricades pic.twitter.com/NT7kJ2M7Cg— Préfecture de Police (@prefpolice) February 11, 2022

Convoi de la liberté : La Préfecture de Paris sort l'artillerie lourde. Les convois non loin de Paris (LIVE)
Convoi de la liberté : La Préfecture de Paris sort l'artillerie lourde. Les convois non loin de Paris (LIVE)


Des véhicules blindés de la gendarmerie se positionnent dans la capitale… #ConvoidelaLiberte pic.twitter.com/ATRalpZvSg— Paris XX° arrondissement (@destinafoot) February 11, 2022

Après l’étape parisienne, le convoi s’engagera en direction de Bruxelles qui a prohibé leur présence. La frontière franco-belge pourrait leur être interdite.

Restez au contact des évolutions.

Convois de la liberté : après la sidération du peuple, la sidération de la caste

10/02/2022 (2022-02-10)

[Source : lecourrierdesstrateges.fr]

Par Éric Verhaeghe

Les convois de la liberté vont-ils renverser définitivement un régime honni ? On peut le souhaiter. Après deux ans d’humiliations covidiennes, il faut que le Stalingrad déclenché par Macron en juillet 2021, qu’il est en train de perdre, ne s’arrête pas à une simple défaite ponctuelle. Il faut pousser notre avantage jusqu’à Berlin, rétablir la démocratie, et laver notre honneur.

Les convois de la liberté marchent sur Paris, où ils devraient arriver vendredi. Nul ne connaît à ce stade l’étendue du mouvement, ni ses intentions exactes. Encore que…

Mais ce mouvement pourrait tout à fait indiquer un renversement en profondeur : après avoir gouverné à force de sidération, par une série de coups brutaux bien orchestrés, la caste pourrait très bien, désormais, être victime des méthodes qu’elle a utilisées. 

On se régale !

Sidération au Canada, avec les convois de la liberté

Signe des temps, les convois de la liberté sont mondialisés, comme les mesures liberticides adoptées pour prétendument lutter contre le COVID et protéger notre santé. 

L’opération a débuté au Canada, là où brillent les bons élèves de la mondialisation. Tous ceux qui veulent retrouver l’impressionnante liste de Young Global Leaders schwabisés promus par Justin Trudeau soit comme ministres soit comme ambassadeurs peuvent se référer à mon article d’hier, qui est aussi le premier chapitre de mon livre, et accessoirement la description de la première étape du Great Reset, que j’appelle l’Agenda du Chaos. 

En faisant mes recherches, j’en suis resté bouche bée. Les Young Global Leaders sont un véritable nid de vipères. Tu découvres brutalement que, sous une pierre ou une motte de terre que tu croyais anodine, grouille toute une population de serpents sournois prêts à mordre. 

L’erreur de Trudeau, qui s’est comporté comme le premier de la classe devant maître Schwab, est de ne pas avoir compris qu’il n’était pas taillé pour le rôle. Et un matin, il s’est révélé avec un véritable siège d’Ottawa mené par tout le petit peuple, bien décidé à le dessouder de son siège. 

On se délecte par avance de la gestion de la crise canadienne. 

Car tous ceux qui ont suivi l’affaire ont bien noté que la caste et ses médias ont, au Canada comme en France, commencé par nier l’évidence : le peuple gronde, le peuple se révolte, mais ils refusaient de l’entendre. 

Comme chez nous, la nomenklatura canadienne a réagi par le déni, la surdité, le mépris, l’arrogance. Quoi ? Deux ans après une impressionnante campagne d’abrutissement des masses, le peuple bouge encore ?

Oh que oui ! et l’absurde maire d’Ottawa a beau déclarer l’état d’urgence, les blocages continuent. 

Je pense ici à tous ceux qui répètent à l’envi depuis plusieurs mois qu’il faut se contenter de manifester sagement pour ne pas justifier l’instauration de l’état d’urgence par Macron. Mais démonstration est faite ! l’état d’urgence ne change rien. Un blocage est un blocage, et quand le peuple prend possession de la rue, la police ne peut plus rien. 

En France, la sidération va-t-elle changer de camp ?

Deux ans d’abrutissement ! c’est bien le mot. Deux ans que nous petit-déjeunons, déjeunons, soupons quotidiennement avec le spectacle d’une maladie dont on ne connaît toujours pas le véritable nombre de victimes, mais qui est brandie comme une image du Diable par des prêtres exorcistes. 

Car deux ans d’abrutissement, ce sont d’abord deux années d’une formidable régression intellectuelle de la caste, qui s’est mue en grande inquisitrice pour effrayer tous les sceptiques. Qu’on ne me parle plus jamais des “Lumières” qui seraient détenues par nos dirigeants. Ils ne sont que des talibans morbides, des Savonarole, noyés dans les peurs et les calculs tordus pour cacher leur incompétence et leur incapacité à gouverner sans mobiliser le populisme des peurs primales.

Deux ans d’abrutissement à subir des dîners de famille où le beau-père t’épuisait avec son angoisse de la maladie, et où la belle-soeur te reprochait de ne pas être vacciné. Deux interminables années où n’importe quelle stupidité dite sur TF1 ou France Inter, ou écrite dans n’importe quel torchon du style de 20 Minutes devenait prétexte à un appel au génocide. 

Combien de diplômés, de médecins, d’enseignants, de hauts fonctionnaires sous hypnose manifeste n’avons-nous pas dû subir, durant ces deux ans, en acceptant leurs humiliations, leurs mensonges manifestes, leurs dénis, leurs injures, leurs menaces, leurs appels à la haine ?

Combien d’innocents Rudy Reichstag et Tristan Mendès-France n’ont-ils pas dénoncé comme dignes du bûcher durant ces deux ans d’occupation intérieure ?

Une belle épuration, moi, je leur mettrais. 

Et c’est bien ce qu’on peut leur souhaiter, à tous ces menteurs, ces imposteurs, ces trouillards, ces lâches, qui se sentaient forts parce que le Petit Timonier de l’Elysée leur flattait la croupe et leur répètait qu’ils étaient les meilleurs. Un bon renversement de la sidération. Je veux les voir mouiller leur culotte en rendant des comptes pour tous ces moments où nous avons dû cacher notre qualité de citoyens de la République. 

Dira-t-on un jour combien la grandeur de la France a été humiliée par tous ces fakes qui ont prétendu détenir la vérité, qui nous ont forcé à tricher avec de faux passes sanitaires pour rentrer dans un café, qui nous tiennent à l’écart des théâtres, des concerts, des musées, de la culture dont ils sont des usurpateurs ? 

Je suis pour qu’ils paient chèrement ces moments d’incompréhension dans les yeux de ma fille, lorsque je lui expliquais qu’aller au ski, au poney, au restaurant, au musée, à la bibliothèque municipale risquait de devenir compliqué parce que nous appartenons aux pestiférés que le pouvoir a désigné comme indésirables. 

Ils nous ont volé du temps de vie, avec leurs conneries. Qu’ils réparent maintenant, au centuple. 

Le Young Global Leader Gabriel Attal continue à forer droit

Alors que les signaux virent au rouge pour la caste mondialisée depuis plusieurs semaines, leur cécité continue, et leurs petits soldats s’obstinent à forer droit dans le granit. 

Regardez Gabriel Attal. Il fait partie de la promotion 2020 des Young Global Leaders. C’est un homme de Davos. L’un des pions de l’Agenda du Chaos. Lorsque ces occupations mondialisées lui en laissent le temps, il est accessoirement porte-parole du gouvernement.

Cruelle ironie de cette France au bord du gouffre où son gouvernement s’exprime par la bouche d’une tête à claques stipendiée par les apatrides. 

Que nous dit-il ? 

Que le passe vaccinal, accouché dans la douleur il y a quinze jours, sera “levé” dans un mois. Et il ajoute que la France est l’un des pays d’Europe qui a imposé le moins de contraintes dans la lutte contre le COVID. 

Mais de qui se moque-t-il ?

Je me souviens encore de ce 15 août 2021 où, dans ma bonne ville de Liège, j’ai fait la fête au milieu d’une foule sans masque quand, en France, il était interdit de danser dans les bars, et il était interdit d’entrer dans les bars sans passe sanitaire.

Attal ment. Attal est aux ordres. Attal, par arrivisme, a trahi son pays pour servir la soupe aux profiteurs de la mondialisation. 

Je ne forme qu’un voeu, expiatoire, aujourd’hui : ils nous ont trahi, qu’ils paient, et qu’ils paient chèrement. 

Je l’ai écrit plusieurs fois. Le 12 juillet 2021, Macron a vendu son âme au Great Reset en imposant d’inutiles souffrances à son peuple. Il s’est lancé dans une bataille de Stalingrad qu’il est en train de perdre. 

Ne nous contentons pas de lui infliger une défaite ponctuelle. Poussons notre avantage jusqu’à Berlin. Assiégons-le dans son bunker. 

Je vois les camions, les voitures, les motos affluer sur Paris, et je ne forme qu’un voeu : celui de cet ultime siège, que j’espère victorieux, pour laver l’infamie dont nous avons été victime. 

Que la caste mondialisée sache enfin ce qu’il en coûte de mépriser le peuple et l’intelligence. 

Roumanie : Un sondage montre que les deux tiers de la population savent que le covid est une arnaque

Les populations se réveillent tout doucement.

Via le Romania Journal :

Plus de 60% des Roumains pensent que la pandémie de Covid19 a été provoquée par les élites mondiales pour imposer un contrôle sur la population mondiale. En outre, près de 30 % d’entre eux pensent qu’il existe un plan mondial d’implantation de puces par la vaccination, selon le chapitre sept du sondage d’opinion intitulé « Méfiance du public : l’Occident vs l’Occident ». Est, la montée du courant nationaliste à l’ère de la mésinformation et le phénomène des fausses nouvelles » réalisé par INSCOP Research en partenariat avec Verifield et commandé par le think tank STRATEGIC Thinking Group.

En ce qui concerne les théories du complot répandues, selon près de deux tiers des Roumains (65,7 %), la pandémie de Covid-19 a été provoquée par les élites mondiales pour imposer un contrôle sur la population mondiale. Moins d’un tiers (28,4%) pense que la pandémie de Covid-19 s’est produite naturellement, comme d’autres pandémies dans l’histoire de l’humanité. 5,9% des répondants ne savent pas ou ne répondent pas à cette question.

Par ailleurs, 28,5 % des personnes interrogées pensent qu’il existe un plan mondial d’implantation de puces par la vaccination, tandis que 66 % rejettent cette théorie et 5,5 % ne savent pas ou ne répondent pas.

Exposition aux fake news

En ce qui concerne l’intention d’exposition personnelle aux fausses nouvelles, 54,7% des personnes interrogées considèrent qu’au cours des derniers mois, elles ont été exposées à des fausses nouvelles ou à des mésinformations dans une très large mesure (contre 55,6% en septembre 2021, 50,1% en juin 2021 et 55% en mars 2021), et 41,8% qu’elles ont été exposées dans une faible ou très faible mesure / pas du tout (contre 40,8% en septembre 2021, 45,6% en juin 2021 et 42,6% en mars 2021). 3,6% ne savent pas ou ne répondent pas à cette question (contre 3,6% en septembre 2021, 4,3% en juin 2021 et 2,5% en mars 2021).

« En ce qui concerne la vulnérabilité des Roumains à la mésinformation, nous notons les réponses inquiétantes concernant deux types de complots largement diffusés au cours des deux dernières années. Ainsi, un peu plus d’un quart des Roumains croient qu’il existe un plan mondial d’implantation de puces par la vaccination, et près de deux tiers pensent que la pandémie a été provoquée par les élites mondiales pour imposer un contrôle sur la population mondiale. Ce dernier chiffre ne reflète pas un déni de la pandémie et de ses graves effets, mais la tentation d’une très grande partie de la population pour les interprétations conspirationnistes, alimentées à temps par la mésinformation, les fausses nouvelles, certaines même diffusées par diverses voix influentes en Roumanie ou dans le monde, au détriment des explications raisonnables, acceptées par la communauté scientifique concernant les causes naturelles du virus COVID19 », a déclaré Remus Ștefureac, président de Strategic Thinking Group.

Quels sont les pays qui soutiennent la propagande ?

Concernant les pays qui soutiennent les actions de propagande, 27,3% des Roumains pensent que la Russie est la principale source d’actions de propagande, de mésinformation et de fausses nouvelles en Roumanie (contre 18,1% en septembre 2021, 25,2% en juin 2021, 24% en mars 2021). Dans le même temps, l’Union européenne est considérée comme la principale source de propagande, de mésinformation et de fausses nouvelles en Roumanie par 17% des répondants (contre 18,5% en septembre 2021, 13,8% en juin 2021, 18,5% en mars 2021), tout près de la Chine avec 17,7% (contre 14,3% en septembre 2021, 12,2% en juin 2021, 14,9% en mars 2021).

La Hongrie vient ensuite avec 5,4% (contre 6,9% en septembre 2021, 8% en juin 2021, 9,2% en mars 2021), les États-Unis – 4,9% (7,3% en septembre 2021, 7,9% en juin 2021, 9,2% en mars 2021) et l’Allemagne – 3,8% (2,2% en septembre 2021, 3,5% en juin 2021, 3,3% en mars 2021).

« La perception de la dimension conspirationniste du contrôle mondial est plus forte parmi le segment de la population ayant un niveau d’éducation primaire et de faibles revenus et vivant dans les zones rurales, mais, apparemment paradoxalement, lorsque le sujet de la cause de la pandémie de COVID est abordé, la part de la population qui croit en ce scénario augmente non seulement parmi les personnes vivant dans les zones urbaines et ayant un niveau d’éducation secondaire, mais aussi parmi la population ayant un niveau d’éducation supérieur et des revenus élevés. »

Les pays pauvres seront toujours plus terre à terre. Il faut avoir un niveau de domestication vraiment élevé pour croire que Poutine mange des bébés et que ce sont les antivax qui perpétuent le covid.

Aube digitale

Suisse : L’heure de demander des comptes aux autorités

*Les autorités des pays occidentaux semblent plutôt, à ce stade, chercher à se dédouaner de leurs responsabilités sur l’air de « il est facile de critiquer après coup, personne ne savait ce qu’il fallait faire. » La demande d’enquête officielle émanant d’une série de collectifs suisses a valeur de test (voir ci-dessous).

Pourtant, comme l’a confirmé la dernière méta-analyse de l’Institut Johns Hopkins, les mesures de contrainte (confinements, port du masque, fermetures, blocage des frontières, distanciation sociale et autres pass « sanitaires ») se sont avérées inutiles et destructrices. Ce que que l’on savait, et c’est bien là le problème, de longue date.

  • Lire « Confinements et mesures «sanitaires» n’ont servi à rien selon le prestigieux Institut Johns Hopkins »: cliquer ici.

Il existe des connaissances, des règles et des bonnes pratiques en santé publique au sujet des stratégies permettant de gérer au mieux les épidémies.

Mesures adéquates mises en échec au profit de mesures dommageables

Comme l’ont révélé avec insistance plusieurs épidémiologistes réputés – comme les Pr Kulldorf, Bhattachary et Gupta des Universités de Harvard, Stanford et Oxford – ou encore le Pr Christian Perronne (en charge pendant quinze ans de la réponse française aux épidémies, ainsi que de sa stratégie vaccinale), les mesures adéquates ont été mise en échec, alors qu’on en imposait d’autres, que l’on savait absurdes et dommageables.

  • Voir « On a bafoué le droit et la science / Audition du Pr Perronne devant le parlement du Luxembourg sur Covidhub.ch: cliquer ici.
  • Lire « USA: deux stars de l’épidémiologie dévoilent comment Fauci et Collins sabotent la santé publique » sur Covidhub.ch: cliquer ici.

A quand un vrai bilan?

Lire la suite

Urgent : demande des camionneurs canadiens

Les truckers canadiens prient le monde entier d’adresser cette nuit (avant censure…) aux dirigeants politiques canadiens (cf. listes des mails ci-dessous) les mots suivants (à titre d’exemple) :

“Truckers for freedom”! Trudeau go home”! “We love the truckers”! “free our heroes”! STOP À TOUTES LES MESURES COVID et AUX MESURES LIBERTICIDES !
FREEDOM, FREEDOM, FREEDOM !

justin.trudeau@parl.gc.ca
drtheresa.tam@canada.ca
hcinfo.infosc@canada.ca
jean-yves.duclos@parl.gc.ca
info@ottawapolice.ca
Christine.elliott@pc.ola.org
omar.alghabra@parl.gc.caAnita.Anand@parl.gc.cagary.anand@parl.gc.cachandra.arya@parl.gc.caJenica.Atwin@parl.gc.caparm.bains@parl.gc.caYvan.Baker@parl.gc.caaime.Battiste@parl.gc.cacarolyn.bennett@parl.gc.cabill.blair@parl.gc.ca;  valerie.bradford@parl.gc.cajim.carr@parl.gc.caElisabeth.Briere@parl.gc.capam.damoff@parl.gc.ca;
ali.ehsassi@parl.gc.caandy.fillmore@parl.gc.cachrystia.freeland@parl.gc.camark.gerretsen@parl.gc.cakarina.gould@parl.gc.capam.damoff@parl.gc.caanju.dhillon@parl.gc.ca;
Han.Dong@parl.gc.caChurence.Rogers@parl.gc.cadarrell.samson@parl.gc.caLCollard.mpp.co@liberal.ola.org;
doug.fordco@pc.ola.org;
premier@gov.bc.ca;
john.horgan.mla@leg.bc.ca;
premier@gov.ab.ca;
premierministre@quebec.ca;
premier@novascotia.ca;
premier@gnb.ca;
premier@leg.gov.mb.ca;
premier@gov.pe.ca;
premier@gov.sk.ca;
premier@gov.nl.ca;
premier@gov.nt.ca;
premier@yukon.ca;
pakeeagok6@gov.nu.ca;
candice.bergen@parl.gc.capierre.poilievre@parl.gc.caziad.aboultaif@parl.gc.caScott.Aitchison@parl.gc.caTako.VanPopta@parl.gc.caTim.Uppal@parl.gc.caMark.Strahl@parl.gc.ca;
jake.stewart@parl.gc.caWarren.Steinley@parl.gc.caGerald.Soroka@parl.gc.caDoug.Shipley@parl.gc.caLianne.Rood@parl.gc.cadan.muys@parl.gc.caanna.roberts@parl.gc.cashannon.stubbs@parl.gc.caCorey.Tochor@parl.gc.cafraser.tolmie@parl.gc.caKaren.Vecchio@parl.gc.cadean.allison@parl.gc.ca;  colin.carrie@parl.gc.caRaquel.Dancho@parl.gc.catodd.doherty@parl.gc.caTerry.Dowdall@parl.gc.caEric.Duncan@parl.gc.castephen.ellis@parl.gc.cated.falk@parl.gc.caTony.Baldinelli@parl.gc.cajohn.barlow@parl.gc.caluc.berthold@parl.gc.ca;
frank.caputo@parl.gc.caarnold.viersen@parl.gc.caMichael.Barrett@parl.gc.caxavier.barsalou-duval@parl.gc.caadam.chambers@parl.gc.cakevin.waugh@parl.gc.caryan.williams@parl.gc.caGary.Vidal@parl.gc.calen.webber@parl.gc.cabob.benzen@parl.gc.caluc.berthold@parl.gc.cainfo@randyhillier.cominfo@peoplespartyofcanada.cainfo@dereksloan.caRob.Moore@parl.gc.caMarty.Morantz@parl.gc.caRob.Morrison@parl.gc.caerin.otoole@parl.gc.caalain.rayes@parl.gc.castephen.Lecceco@pc.ola.orgrbaber@ola.org

Voici quelques éléments supplémentaires:

Premierminister: Justin Trudeau (« LIBERALE » PARTEI)
Telefon:
613-992-4211.
Fax:
613-941-6900
E-Mail:
justin.trudeau@parl.gc.ca
Twitter:
https://twitter.com/JustinTrudeau
Instagram:
https://www.instagram.com/justinpjtrudeau/
Ottawa Polizei:
1-613-236-1222
Chief Public Health Officer: Theresa Tam
drtheresa.tam@canada.ca
Bürgermeister von Ottawa
Jim.Watson@ottawa.ca
Gesundheitsministerium Kanada
hcinfo.infosc@canada.ca
Gesundheitsminister: Jean Yves Duclos
jean-yves.duclos@parl.gc.ca
Polizeichef von Ottawa: Peter Sloly
info@ottawapolice.ca
TWITTER:
https://twitter.com/OPSChiefSloly

Nous sommes tous des Truckers canadiens !

Chacun se souvient de ce qu’il faisait le jour où le Mur de Berlin est tombé. Alors que tout indiquait que le joug communiste ne prendrait jamais fin, lorsque le peuple a décidé qu’il en avait assez, le mur est subitement tombé. Tout simplement.

C’est ainsi, après deux années d’autoritarisme covidiste, qu’au Canada, le plus grand convoi de camions de toute l’histoire est venu fracasser le Mur de Berlin de la tyrannie. J’ai suivi cet événement car le Canada, que j’avais par le passé respecté comme refuge pour les Étasuniens opposés à la guerre au cours des années 1960, s’était transformé en l’un des pays les plus répressifs au monde. Je me suis interrogé : comment un peuple épris de liberté a-t-il pu se laisser faire par ces mini-Staline sans broncher.

Et puis, le Canada s’est levé, et a montré au reste du monde que la liberté peut triompher sur la tyrannie, si le peuple l’exige. Comme je l’ai dit, aucune armée ne peut arrêter une idée dont l’heure est arrivée.

Justin Trudeau, le premier ministre canadien, s’est vautré dans son pouvoir de terroriser la population, au nom du combat contre un virus. Il avait tellement confiance en son propre pouvoir, apparemment illimité, qu’il s’est cru en mesure de pouvoir tourner en ridicule tout canadien montrant des idées différentes. Le premier ministre a affirmé au cours d’une interview récente que les Canadiens non-vaccinés sont « des extrémistes », « des misogynes » et « des racistes ».

Lorsque les truckers canadiens se sont levés face à sa tyrannie, et ont entamé leur convoi historique vers Ottawa, il a pensé pouvoir continuer à tourner le peuple en ridicule. Les camionneurs et leurs soutiens n’étaient guère qu’une « petite minorité à la marge », qui entretenait « des idées inacceptables », a-t-il alors affirmé avec aplomb. Pour Trudeau, l’amour de la liberté n’est guère qu’une « idée inacceptable. »

Moins d’une semaine plus tard, alors que des dizaines de milliers de camions commençait à entrer dans Ottawa, la capitale du pays, avec derrière eux des millions de soutiens, le “brave” premier ministre canadien a pris la poudre d’escampette, et s’est évaporé, destination inconnue.

Comme l’a tweeté Elon Musk, « Il semblerait que la ‘minorité à la marge’ soit en réalité le gouvernement ».

Les médias dominants canadiens se montrent évidement tout aussi obéissants à leur régime que les nôtres. Ils ont ignoré le Freedom Convoy aussi longtemps qu’ils l’ont pu. Il n’en a été fait mention quasiment nulle part. Puis, lorsqu’il est devenu impossible de l’ignorer, ils se sont mis à l’attaquer et à le tourner en ridicule, au lieu d’essayer d’en faire mention avec honnêteté. On a eu le dégoût, et cela a été presque comique, de voir un « reporter » de la Canadian Broadcasting Corporation suggérer que le Canadian Freedom Convoy était un coup de Poutine et des Russes !

Des milliers de truckers sont arrivés à Ottawa. Ils ont exigé la fin de la tyrannie du Covid. Ils sont soutenus par des millions de citoyens, qui ont bravé la nuit hivernale pour soutenir les routiers.

Cette manifestation est très importante, car elle ne se limite pas au Canada. Les truckers reçoivent du soutien depuis le monde entier, et un convoi semblable se prépare, depuis la Californie jusque Washington DC. Aux États-Unis, où les étals des supermarchés sont de moins en moins bien achalandés, les routiers ont plus de poids que les pouvoirs en place n’aimeraient le reconnaître.

Si j’étais le premier ministre des pays totalitaires que sont l’Australie et la Nouvelle-Zélande — ou de n’importe quel pays d’Europe — je commencerais à avoir des sueurs froides. Comme la tyrannie covidienne est descendue sur le globe d’une manière apparemment coordonnée, à présent que le Mur de Berlin des tyrans est percé, il suffit de laisser le temps passer et les ondes de choc vont se propager, loin et puissamment.

Nous devons faire preuve de gratitude envers les routiers canadiens. Faisons tout notre possible pour aider le mouvement de la liberté à se poursuivre !

Dedefensa

Le « Convoi de la liberté », une idée canadienne qui fait son chemin dans le monde

Pas plus que l’insurrection des Gilets jaunes en France, on n’avait vu venir ce que mijotaient les camionneurs canadiens. Venus de diverses régions du Canada, ils ont investi Ottawa avec leurs poids lourds, le week-end dernier (29-30 janvier) et se sont massés autour du Parlement (cf. LSDJ n°1496). Certains n’ont pas quitté la capitale fédérale dimanche soir, la plongeant « dans un étrange cauchemar, un bouchon qui s’éternise, infernal » selon Radio Canada. D’autres, qui ont dû rentrer chez eux, promettent de revenir le week-end prochain si le « Convoi de la liberté » s’y trouve encore. Le président Trudeau et sa famille -déjà à l’isolement pour cause de Covid- ont été exfiltrés dans sa résidence secondaire.

Justin Trudeau est la bête noire des manifestants à cause des restrictions sanitaires et en particulier de l’obligation vaccinale en vigueur depuis le 15 janvier ou l’isolement de 14 jours imposés aux camionneurs franchissant la frontière avec les Etats-Unis (la plus longue du monde, près de 9000 km). Mais ce jeune président, proche d’Emmanuel Macron idéologiquement et affectivement, n’est clairement pas du goût des chauffeurs routiers, vaccinés ou non (ils le sont à 90%) et de ceux qui les soutiennent. Même si les restrictions sanitaires varient au Canada selon les Etats, elles sont dans l’ensemble drastiques et, s’agissant des routiers, de portée fédérale. Le passe vaccinal est de rigueur sur tout le territoire ou plutôt était puisque le premier ministre de la Saskatchewan, Scott Moe, a déclaré que le fait que lui et le premier ministre Justin Trudeau aient contracté la COVID-19, bien qu’ils aient été entièrement vaccinés, montre que l’exigence de vaccination « a fait son temps » dans sa province. Quant au Québec, il a renoncé le 1er février à son projet de « contribution santé », une taxe qui aurait visé spécifiquement les non vaccinés. Cette mesure « est venue diviser les Québécois » et l’ « on voit la grogne grandir de jour en jour », a expliqué François Legault, le Premier ministre du Québec.

Les Canadiens réputés être largement favorables aux mesures sanitaires, y compris au passe vaccinal, semblent ébranlés par le « Convoi de la liberté ». Une partie de la population s’est montrée solidaire des chauffeurs routiers en leur offrant gîte et couvert au long de leur route. A Ottawa, on a vu des policiers ravitailler les manifestants. Également en signe de solidarité, une centaine de camionneurs ont bloqué, le 29 janvier, dans le sud de l’Alberta, l’autoroute 4, une importante artère routière pour le transport des biens entre le Canada et les États-Unis. Pour le gouvernement fédéral, c’est un sérieux avertissement de la montée d’un ras-le-bol populaire. Il devient délicat de ranger ces routiers parmi les infréquentables ou « les déplorables » selon la délicate expression utilisée naguère, de l’autre côté de la frontière, par Hillary Clinton pour désigner cette catégorie de la population. « Ce sont des gens aux pensées inappropriées » a déclaré pour sa part Justin Trudeau. Abondamment diffusés par les médias, des incidents survenus en marge de la manifestation pacifique d’Ottawa, les photos d’un drapeau nazi, la profanation du monument de la ville dédié au soldat inconnu, une scène de pillage dans un centre distribuant de la soupe populaire, ne suffiront sans doute pas à convaincre l’opinion que la manifestation des routiers précipite le Canada vers le nazisme. Les Canadiens n’ont certes pas la fibre révolutionnaire des Français, mais ce ne sont pas pour autant des naïfs près à tomber dans les panneaux tendus par des provocateurs.

Quel que soit l’avenir du « Convoi de la liberté » canadien, il aura donné des idées dans le monde entier aux réfractaires au passe vaccinal et autres mesures sanitaires. En Australie, où la rigueur des restrictions sanitaires excède celle du Canada, des chauffeurs de poids lourds ont lancé à leur tour le 31 janvier des convois convergeant vers Canberra, la capitale fédérale. Pris à parti par des manifestants, le Premier ministre australien Scott Morrison a été obligé de fuir. En Europe se préparent des « convois de la liberté » à destination de Bruxelles. Le mot-dièse #Convoidelaliberté fleurit sur les réseaux sociaux. Un grand rendez-vous de protestataires faisant leur jonction de plusieurs pays d’Europe est prévu à Bruxelles le 14 février. La fronde s’organise également en Suisse où des opposants aux mesures sanitaires sont appelés à rejoindre Berne, la capitale fédérale, avec leurs camions, leurs voitures, leurs motos, leurs vélos et même leurs tracteurs. 

La sélection du jour

Les camionneurs australiens organisent à leur tour un convoi vers leur capitale

Au tour des truckers de l’Australie de rejoindre la révolte mondiale contre les mesures coercitives délirantes.

Il semble que la rébellion du Canada puisse s’étendre à l’Australie. Des camionneurs australiens sont en pourparlers et prévoient d’organiser leur propre convoi. Le groupe télégramme (@OzTrucksToCanberra) a atteint 2700 membres au cours des dernières 24 heures.

Au tour des truckers de l’Australie de rejoindre la révolte mondiale contre les mesures coercitives délirantes #FreedomConvoy2022 #Australia #NonAuPassVaccinal https://t.co/mFWt20zY3F

— Luna Luna (@LunaLun90775052) January 27, 2022

Pas vu à la télé :Le « gigantesque » Convoi de la liberté 2022 en route pour Ottawa — Immersion en images et vidéos exclusives

Dans un précédent article que nous avons publié récemment, nous indiquions qu’un gigantesque Convoi pour la liberté s’était mis en route dimanche dernier à Vancouver pour rouler jusqu’à Ottawa.

convoi de la liberté

Puisque le Canada est un pays avec une immense superficie, et comme le dit si bien sa devise nationale « A mari usque ad mare » soit « d’un océan à l’autre », un convoi s’est également mis en route dans la partie est du Canada pour également se diriger vers Ottawa.

canada


Canada – D’un océan à l’autre, soit de l’océan pacifique à l’océan atlantiqueCette partie du convoi, selon l’horaire établi, arrivait à la hauteur de Lévis, sur l’Autoroute 20, le vendredi 28 janvier 2022.

Nous avons demandé à un de nos correspondants de se rendre sur les lieux et de prendre des photos et des images du Convoi ainsi que des personnes présentes sur place.

Voici son résumé :

« Les gens auxquels j’ai parlé m’ont dit qu’ils manifestaient pour leur liberté, pour retrouver leurs droits et surtout supporter de tout cœur les camionneurs qui, pour eux, étaient ni plus ni moins des héros. La majorité de ceux-ci pensent qu’il en résultera quelque chose et qu’une fois ce problème réglé, la vie redeviendra normale.

Un fort sentiment de solidarité et d’espoir flottait dans l’air et se reflétait par de nombreux sourires et une exubérance affichée par tous ces manifestants.

Le point d’arrêt prévu de ravitaillement pour les camionneurs a été bloqué par la Sureté du Québec. Plusieurs bénévoles avaient apporté de la nourriture et des breuvages afin de les offrir aux camionneurs, mais ces derniers n’ont pas pu en profiter.

Une foule importante était rassemblée sur de nombreux viaducs de l’autoroute 20 de la grande région Lévis. »

Voici les vidéos et photos que notre correspondant a pris lors de sa visite au « viaduc de St-Étienne » de Lévis.

convoi pour la liberté 2022
convoi pour la liberté
convoi de la liberté 2022

Les policiers bloquaient la sortie de l’autoroute et empêchaient aussi les camionneurs de faire une halte au point de ravitaillement.

convoi police

Le convoi « de camionneurs déterminés » poursuit sa route vers Ottawa et d’autres camionneurs s’ajoutent au convoi tout le long du parcours.

© Stéphanie N. Bernard
St-Georges de Beaucehttps://www.sott.net/embed/iVEHjwiyA9P8DKdHuGlhXM8YBGF
https://www.facebook.com/plugins/video.php?height=314&href=https://www.facebook.com/martin.jauniaux/videos/308686794631423/&show_text=false&width=560&t=0
Voici le code de conduite des camionneurs pour ce convoi pour la liberté 2022 :

convoi de la liberté

Et pour les automobilistes qui les suivent :

convoi pour la liberté 2022

Les canadiens et les étasuniens s’unissent dans ce combat contre les tyrans

SOTT

Bruxelles : retour sur une manifestation anti-restrictions sous tension (vidéos)

Le régime corrompu belge a du mal à s’en remettre…

HATIM KAGHAT / BELGA MAG / AFP

Des manifestants venus de toute l’Europe se sont déplacés à Bruxelles ce dimanche pour exprimer leur opposition aux restrictions sanitaires. Si le cortège s’est élancé dans le calme, le rassemblement a rapidement donné lieu à des échauffourées près du siège de l’Union européenne.

Il s’agit de la plus importante des manifestations dans la capitale belge au cours des derniers mois. Plusieurs collectifs de Gilets jaunes et des organisations venues de plusieurs pays européens se sont rendus dans la ville ce 23 janvier. Parmi les organisateurs, outre 600 associations locales européennes, World Wide Demonstration for Freedom et Europeans United for Freedom, qui attendaient près de 100 000 manifestants. S’ils ont rapporté un chiffre de 500 000 participants à l’évènement, de leur côté, les autorités ont déclaré qu’ils étaient environ 50 000 à défiler, rapporte le quotidien belge Le Soir.

« C’est incroyable, l’affluence. Mais j’ai un double sentiment à ce sujet. D’un côté, je suis heureux de voir tant de personnes réunies. D’un autre côté, je suis malheureux parce que ces personnes sont ici parce qu’elles ne sont pas entendues. Il y a un gros problème démocratique », a déclaré Tom Meert, président de Europeans United, rapporte le média belge Metro.

Des drapeaux néerlandais, polonais, français et roumains étaient aussi visibles dans le cortège.

Plus de 230 personnes ont été arrêtées en marge de la manifestation, relate Le Soir. Pour la ministre de l’Intérieur belge Annelies Verlinden, il s’agit de personnes issues de l’extrême-gauche et de l’extrême-droite. Selon la ministre, la police analyse en ce moment les images des caméras afin d’identifier d’autres contrevenants.

Retour en images sur la manifestation

Vers 14 h, de nombreux manifestants se trouvaient dans le parc du Cinquantenaire, situé à côté des institutions de l’Union européenne.

13 vidéos et commentaires des incidents de cette journée à Bruxelles

Le quotidien belge Le Soir rapporte que « les derniers manifestants ont été dispersés » vers 18 h, mettant fin à l’après-midi d’ébullition au sein de la capitale belge. Au total, trois policiers et 12 manifestants ont été hospitalisés, mais aucun d’entre eux n’est en danger de mort, a communiqué la police bruxelloise vers 19 h 00.

Les politiques belges expriment leur indignation

Si certains participants qui ont pris part aux échauffourées ont fait valoir que la violence vient de la politique sanitaire et discriminatoire mise en œuvre par le gouvernement et si d’autres ont accusé des assauts menés par la police bruxelloise contre des blocs pacifiques de manifestants, les politiques belges ont réagi aux violences après la manifestation contre les mesures sanitaires :

« La liberté d’expression est l’un des fondements de notre société. Chacun est libre de manifester son opinion. Mais notre société n’acceptera jamais la violence aveugle, et encore moins à l’égard de nos forces de l’ordre. Les personnes impliquées ce dimanche seront poursuivies », a déclaré dimanche soir le Premier ministre Alexandre de Croo.

« C’est scandaleux. Nous devons écouter l’opinion de chacun, mais celui qui détourne une manifestation et choisit de vandaliser perd en moi un interlocuteur. Ce n’est absolument pas une façon de faire passer un message », a lancé la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden.

« Manifester, oui. S’en prendre violemment aux forces de l’ordre c’est non, mille fois non. Cette violence est injustifiable. Courage et soutien aux policiers », a réagi de son côté la coprésidente d’Ecolo, Rajae Maouane.

FranceSoir

Nuremberg 2 contre l’OMS : La plus grande plainte de l’histoire

Plus de 1000 avocats et de 10 000 experts médicaux ont déposé cette plainte appelée « Nuremberg 2 contre l’OMS » à la Cour suprême de justice du Canada.

Tests PCR frauduleux, les « vaccins » sont des expériences génétiques, Bref ça va faire très mal !

Ça y est c’est parti !! Le plus grand procès de l’histoire est sur le point d’arriver.

À écouter très attentivement !#Nuremberg2 #PassVaccinalDeLaHonte #Omicron pic.twitter.com/zFOiw0Lp0S

— Plume Mia #Reconquête (@Mlusine26715361) January 12, 2022

Des manifestations éclatent en Corée du Sud contre les décès massifs dus à la vaccination

En raison des informations faisant état de décès et d’autres « événements indésirables pour la santé » déclenchés par des vaccins produits par une poignée de géants pharmaceutiques, notamment Pfizer et Moderna, les Sud-Coréens descendent dans la rue pour protester contre le refus de leur gouvernement de reconnaître des milliers de décès que beaucoup pensent ont été causées par des vaccins.

Protests Erupt In South Korea Over Massive Vaccination Deaths
Des manifestations éclatent en Corée du Sud contre les décès massifs
dus à la vaccination

L’un des pays les plus vaccinés au monde voit une augmentation du rejet du public contre les vaccins Covid-19, alors que les manifestants en Corée du Sud exigent des comptes pour les décès qu’ils attribuent aux injections.  

Les Américains et les Européens expriment déjà leur scepticisme à l’égard des vaccins COVID.

En Corée du Sud, plus de 10 000 personnes sont décédées dans des circonstances troubles peu de temps après avoir été vaccinées. Le gouvernement a accepté de signaler un lien dans une poignée de cas graves.

Le gouvernement a également reconnu et indemnisé les victimes : par exemple, une infirmière auxiliaire a reçu des allocations gouvernementales après avoir souffert de paralysie après avoir reçu le vaccin COVID d’AstraZeneca, sous le nom de Covishield en Inde.

Le gouvernement a enquêté sur un cas d’événement indésirable pour la santé en août, après qu’un adolescent sans problème de santé sous-jacent soit décédé à la suite d’une inoculation avec le vaccin COVID Pfizer-BioNTech.

Cependant, en l’absence d’une réponse plus prometteuse, des milliers de Sud-Coréens descendent dans la rue pour protester contre le mandat du vaccin.

Une association appelée COVID Vaccine Victims and Families Council a organisé des rassemblements dans plusieurs villes sud-coréennes, selon RT.

Dimanche, des manifestants ont défilé de l’hôtel de ville de Busan à l’Université nationale de l’éducation de Busan lors d’une grande manifestation organisée dans la deuxième ville du pays.

Il est même possible que le scepticisme vis-à-vis des vaccins devienne un problème lors de la prochaine élection présidentielle en Corée du Sud. La semaine dernière, une audience publique a été organisée sur les effets secondaires des vaccins par le Parti du pouvoir populaire d’opposition.

Les victimes présumées et leurs familles ont été invitées à ces rassemblements pour suggérer et soutenir de nouvelles stratégies de lutte contre l’épidémie qui pourraient être adoptées par le candidat présidentiel Yoon Seok-yeol.

Kim Jong-in, le président de campagne du parti, a accusé le président en exercice de la SK Moon Jae-in et son administration d’être indifférents aux dommages causés par les vaccins.

Le gouvernement a promis d’indemniser les victimes des effets secondaires des vaccins avant l’arrivée des premiers vaccins.

« Je pense que les gens ont atteint un point où ils ne peuvent plus faire confiance au gouvernement », a déclaré Kim.

Des documents publiés par la Food and Drug Administration (FDA) révèlent que le fabricant de médicaments Pfizer a enregistré près de 160 000 réactions indésirables à son vaccin Covid-19 au cours des premiers mois de son déploiement.

Selon les données du VAERS, de nombreux décès de nourrissons et denfants après la vaccination COVID ont été signalés.

Une importante étude du bulletin médical japonais a averti que le risque de mourir du vaccin COVID-19 pour les personnes dans la vingtaine peut être 40 fois plus élevé que la maladie elle-même.

Traduction : MIRASTNEWS

Source : GreatGameIndia