Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for the ‘presse’ Category

Petits (et grands) antidotes… (MAJ du 05/01/2016)

Engagé dans d’autres travaux, ma contribution de blogueur se limitera dorénavant, le plus souvent et jusqu’au printemps prochain, à la mise à jour ponctuelle – hebdomadaire à mensuelle – d’une liste de sites et blogs susceptibles de constituer autant d’antidotes, plus ou moins efficaces selon la posologie ingérée, contre la pensée unique. En ces temps de confusion mentale, de panurgisme aigu, de manipulation de masse et après les « Je suis Charlie » et autre « Je suis Paris », en attendant les « Je suis RER », « Je suis Champs-Élysées », « Je suis Zénith » et autres déclinaisons tristement opportunes, au gré de l’actualité du terrorisme, il semble urgent de proposer au plus grand nombre des sources variées d’information, indépendantes des organes de la presse soumise à de puissants intérêts financiers et aux ambitions politiques alimentaires.

C’est parti pour la constitution de ce répertoire. Il y en aura pour tous les goûts, toutes les sensibilités et l’on ne peut, bien sûr, être en accord sur tout, loin de là, mais, par exemple, Le Blog des Blogs propose, à ce jour, – démarrons fort -, un répertoire de 160 sites et blogs résistants, d’opposition, souvent non conformistes et dont un certain nombre méritent en tout cas un détour attentif :

Réinformation :

Agoravox

Alter Info

Boulevard Voltaire

Contre info

Faits et documents

Medias-Presse-Info

Metamag

No Terror

Nord actu

Nouvelles de France

Novopress

Polemia

Politique magazine

Radio Courtoisie

Réinformation TV

Sputnik France

TV Libertés

 

Des hommes debout :

Chroniques de Gérard Pince

Gaëlle Mann

In-nocence -Renaud Camus

Le blog d’Yves-Marie Laulan

Le blog de Bernard Lugan

Le blog de Guillaume Faye

Le blog de Jacques Bordes

Le blog de Thierry Desjardin

Le blog de Thomas Ferrier

 

 

Catholiques et engagés

Civitas

Correspondance européenne

Le Salon beige

Renaissance catholique

 

Chroniques, tribunes, opinions libres… :

Carrefour de l’Horloge

Enquête et débat

Grains de sel

Le journal du chaos

La plume à gratter

Les 4 vérités

Les moutons enragés

L’insolent

Résistance 2017

 

Observatoires, sites d’information thématiques :

Collectif Racine

Contribuables associés

Observatoire de la christianophobie

Observatoire de la théorie du genre

Observatoire des programmes scolaires

Observatoire des subventions et gaspillages

Observatoire du mensonge

 

Géopolitique

Realpolitik.TV

 

Culture, histoire, racines…

Blogéléments

Iliade Institut

 

Les livres que l’on ne présentera pas à la télé :

La diffusion du Lore

Librairie Facta

Synthèse Éditions

 

Divers :

Devoir de mémoire

Guillaume Faye – archives

L’écho parisien

Le Blog des Blogs 

Les Bobards d’Or

Serge de Beketch – archives

 

Mise à jour à suivre…

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

21 décembre 2015 at 19 h 15 min

Manuel Valls avait refusé une liste de djihadistes français

Written by Arnaud de Brienne

2 décembre 2015 at 21 h 32 min

Éditorial de l’Action française, cette semaine

Éditorial de L’AF 2920 :

Mal défendus

Beyrouth-sur-Seine : avec leur générosité imbécile pour toute la misère du monde, leur géopolitique du Bien et du Mal et leur fausse diplomatie des droits de l’homme, leur « Padamalgam » pour toute morale pratique, leur « France ouverte » et leur multiculturalisme comme horizon indépassable de l’humanité, leur « république de la diversité », leurs « chances pour la France », leur société inclusive, ils sont comblés. Faire France, comme ils disaient ! Engagez-vous, rengagez-vous dans le camp de la mondialisation heureuse. La France est devenue un village festif.

 

Le chagrin, bien sûr. 130 morts, à l’heure où nous écrivons. Le chagrin mais aussi la colère. Non pas devant le caractère inéluctablement tragique de l’histoire qui s’est rappelé à nous, brutalement, ce vendredi 13 novembre, mais devant son oubli par nos gouvernants, depuis tant de mois, d’années, de décennies, devant ce déni de réalité dont le massacre de la semaine dernière n’est que le fruit sanglant. Malheureusement, ces 130 morts ne leur ont pas plus servi de leçon que les premiers massacres de janvier ou la décapitation de juin : le semble-exécutif refuse toujours de nommer l’adversaire. Vendredi soir, Hollande n’a parlé que de « terroristes », alors qu’il savait déjà ; lundi matin, son ministre de l’intérieur Cazeneuve, martelant avec un air martial que « les terroristes ne détruiront jamais la République, c’est la République qui les détruira », n’évoque que du bout des lèvres des « imams prêcheurs de haine » pour mieux ne pas qualifier cette haine, qui est islamiste. Récidivant à Versailles devant le Congrès, le président de la république n’a évoqué le « terrorisme djihadiste » que pour mieux taire l’islamisme radical, s’enferrant dans une condamnation de « Daech ». Il ne faut pas déplaire à nos amis séoudiens ou qataris, financiers de ce même islamisme. Or ce n’est pas la « France ouverte », contrairement à ce que croit Hollande, qu’ont visé les agents de l’Etat islamique — parlons français ! —, mais en dépit ou à travers des valeurs républicaines dont ils se fichent éperdument, la France toujours considérée, à tort ou à raison, comme terre de Chrétienté. Ce sont des « croisés » qu’ils ont massacrés, indépendamment de la confession des victimes. C’est à l’identité profonde de la France qu’en dépit de nous-mêmes les assassins nous ont ramenés.

D’où l’absence scandaleuse, samedi dernier, à la messe célébrée à Notre-Dame de Paris par Mgr Vingt-Trois pour les victimes des attentats, des membres du Gouvernement, du président de la République et de Nicolas Sarkozy, lui-même ancien président. Les présidents des deux assemblées étaient là, jusqu’au maire de Paris, des ambassadeurs, aussi, c’est-à-dire les représentants d’Etats étrangers, mais aucun de notre exécutif laïque et obligatoire. Pas même le ministre des cultes qui, il est vrai, considère que parler des racines chrétiennes de la France c’est « faire une relecture frelatée » de l’histoire de France, tandis que « prôner le djihad n’est pas un délit ».

Alors que la France est en guerre, nous aimerions nous ranger, plus qu’à une union nationale, valable en temps de paix, à une Union sacrée, puisque c’est l’ultime qui est en jeu quand la brèche a permis à l’ennemi de franchir le rempart et d’envahir le pré carré. Mais l’union sacrée avec qui, quand le pays légal a totalement failli ? Oui, l’ouverture des frontières a permis à la mafia salafiste franco-belge d’agir en toute impunité ; oui, parmi les prétendus réfugiés se cachent des terroristes de l’Etat islamique : deux des assassins sont venus de Syrie par la Grèce à la faveur de la générosité lacrymale de l’Europe ; oui, la politique étrangère conduite depuis tant d’années par Sarkozy (Libye, Syrie) puis Hollande, poursuivant de sa vindicte davantage Assad et la Russie, que les islamistes (Fabius : « Al Nostra fait du bon boulot »), se révèle plus qu’un crime : un imbécillité sans nom ; oui, notre république immigrationniste a enfanté un ennemi intérieur, qui n’attend, avec l’aide de quelques convertis, que l’ordre d’agir, après avoir trouvé ses justifications tant dans les métastases d’une repentance nationale généralisée diffusée par les élites, que dans le mépris des racines chrétiennes et de l’identité charnelle de la France devenu dogme de la République

Nous ne souhaitons pourtant qu’une chose : que le pays légal réagisse enfin. Aussi comment ne pas être effaré d’entendre Valls réitérer sur RTL, ce lundi 16 novembre, ses propos de janvier : la France va « vivre longtemps » avec le terrorisme, justifiant ainsi son inaction depuis Charlie, sa passivité d’aujourd’hui, ses échecs probables de demain ? « Il faut, je l’ai rappelé depuis des mois […] expulser tous les étrangers qui tiennent des propos insupportables, radicalisés contre nos valeurs, contre la République. Il faut fermer les mosquées, les associations, qui aujourd’hui s’en prennent aux valeurs de la République »… Pourquoi ne l’a-t-il pas fait ? N’est-il pas le premier ministre ? L’Esprit du 11-janvier, avec lequel nous le croyions en communication permanente, ne lui a-t-il pas inspiré des mesures efficaces ? Pourquoi les frontières sont-elles restées béantes depuis janvier ? Pourquoi les imams des mosquées salafistes prêchent-ils toujours librement la haine des croisés alors qu’ils devraient avoir été expulsés ou mis en camp de rétention ? Pourquoi ces mosquées sont-elles toujours en activité ? Pourquoi les mis en examen pour terrorisme ne sont-ils pas tous en prison ? Pourquoi, alors que tous les terroristes qui sont passés à l’action sont connus de nos services, puisque fichés S, ont-ils été laissés libres d’agir ? Pourquoi ce manque d’échanges entre services de renseignements belges et français ? Pourquoi a-t-il fallu attendre ces attentats pour effectuer toutes ces perquisitions manifestement efficaces ? Oui, pourquoi avoir attendu 130 morts pour commencer à agir ? Du reste, Valls y est-il vraiment décidé ? Le fait qu’il juge, toujours sur RTL, en contradiction avec Hollande soi-même, que « fermer les frontières ne changera rien » n’est pas fait pour nous rassurer. Manifestement les deux têtes de l’exécutif ne sont pas sur la même longueur d’ondes, ce qui est gravissime en temps de guerre. Quant à l’assignation à résidence des fichés S, Hollande s’en remet courageusement au Conseil d’Etat, c’est-à-dire à la Cour européenne des droits de l’homme.

Les mesures annoncées en catastrophe par Hollande à Versailles témoignent de l’impréparation de la République à affronter les fruits de son incohérence politique. Maurras évoquait à la veille de la guerre de 1914 ces jeunes Français « couchés froids et sanglants sur leur terre mal défendue ». Rembaucher les policiers, douaniers ou gardiens de prison congédiés par Sarkozy, geler la baisse des effectifs des armées entamée par Sarkozy et Hollande, prolonger l’état d’urgence d’une réforme constitutionnelle permettant d’agir en situation exceptionnelle, tout cela peut être bel et bon. Le mieux est de l’avoir préparé en amont. Gouverner, c’est prévoir. La comble de l’incohérence ? Envisager, tout en sachant qu’on ne le fera pas — le Conseil constitutionnel, sous la coupe de Strasbourg et de Bruxelles, le refusera —, la déchéance de nationalité de binationaux même nés français. Quel aveu des contradictions insolubles dans lesquelles nous plongent la notion même de binationalité et le droit du sol pratiqué dans cette « France ouverte » si chère à Hollande.

La République ne nous décevra jamais.

François Marcilhac

L’Action française

Written by Arnaud de Brienne

24 novembre 2015 at 6 h 35 min

Publié dans Divers, presse

Sale temps pour les profs !

Present_couverture_du_2015-10-13Assurance « survie » pour les profs

Insultes, menaces, coups… Dans l’école de leur République laïque et obligatoire, le métier de prof est devenu une profession à risques. Depuis plusieurs années, on ne compte plus les professeurs agressés par des élèves agressifs quand ce ne sont pas leurs parents mécontents que leur rejeton soit puni. D’où stress et boule au ventre pour les enseignants, dont certains entrent dans leur classe avec la prudence d’une souris traquée par un chat.

Face à ces risques du métier, les profs ont désormais la possibilité de contracter une assurance « survie » et de bénéficier d’une assistance juridique en cas « d’incident » avec les élèves ou leurs parents.

Qu’ils soient jeunes profs frais émoulus ou vieux routiers de l’enseignement, ils sont, selon les chiffres révélés par Le Parisien, quelque 461 000 profs, soit plus d’un sur deux, a avoir souscrit cette assurance « anti-insulte-menace-coup », notamment auprès de la compagnie d’assurances la Maif et les Autonomes de solidarité laïques (ASL) – il n’est pas précisé si, en cas de « non incident », les assurés bénéficient d’un « bonus ».

Et vu le nombre « d’incidents », notamment dans les classes situées dans les zones difficiles dites zones d’éducation prioritaire, et la démission de l’Education nationale face à ce problème, pour les assureurs, c’est une affaire qui marche. Toujours selon les chiffres, le nombre de contrats ne cesse d’augmenter. Plus de 2,7 % entre 2011 et 2014 (rien qu’en Seine-Saint-Denis, « territoire avec de nombreux jeunes enseignants et des situations compliquées », selon la Maif, la progression est de… 18, 2 %). Pour 34,90 euros ou 39 euros par an, les enseignants sont assurés qu’en cas « d’incident », ils peuvent bénéficier d’un accompagnement juridique – prise en charge des frais et des honoraires d’avocats, conseils… –, d’un soutien psychologique et moral ainsi que d’une protection des dommages corporels. Bizarrement, on n’entend pas Najat Valaud-Belkacem sur ce sujet…

Pierre Malpouge

Au sommaire du numéro de ce jour :

Juppé en Père la colère

Race blanche et racines chrétiennes. Il ne manquait plus que lui ! Au concert général d’indignations suscité par les récentes déclarations de Nadine Morano le maire de Bordeaux, ses casseroles…

Par Franck Deletraz

Johnny est Charlie

Était-ce à lui que pensait son ami Jacques Dutronc en écrivant « L’opportuniste » ? Dans son dernier album à paraître le 13 novembre Johnny Hallyday…
Par Caroline Parmentier

Vente du Parc des Princes ? Bof… Paris est déjà qatarisé

Beaucoup d’agitation autour de l’info publiée récemment par un journal du matin : Paris envisagerait de vendre le Parc des Princes aux…
Par Alain Sanders

Jusqu’où ira la Catalogne ?

Plus de deux semaines après les élections en Catalogne, les partis indépendantistes vainqueurs du scrutin n’arrivent pas à se mettre d’accord…

Air France : impunité

Une semaine après la tentative de lynchage de plusieurs dirigeants d’Air France, dont le directeur des ressources humaines, le pourtant très pacifique…

Par Francis Bergeron

La réussite discrète mais magnifique d’Airbus

Bonne nouvelle

C’est sans tambours ni fanfares qu’Airbus a livré, la semaine dernière, son septième A350. L’heureux récipiendaire est la compagnie aérienne…

Par Francis Bergeron

La concentration s’accélère dans le monde des médias

Conjoncture économique et méventes contraignent les milieux de la presse à accélérer encore mutations et restructurations du monde des médias…

Par Arnaud Raffard de Brienne

La Russie compte multiplier ses frappes en Syrie

Le quotidien koweitien Al Rai a publié ce lundi une information selon laquelle la Russie aurait l’intention de multiplier le nombre…

Par Sophie Akl Chedid

De l’argile a la terre… 600 croix

En ce dimanche 11 octobre, à Sainte Anne d’Auray en Morbihan, 600 croix ont été plantées et bénies par Mgr Centène.

Written by Arnaud de Brienne

14 octobre 2015 at 7 h 15 min

Publié dans presse, Réinformation

Malades de la Sécu

Present_du_2015-10-07

François Hollande vient de célébrer le 70e anniversaire de la Sécurité sociale, cette « conquête de la Libération » que le monde nous enviait. Si l’on demandait aux Français de revisiter ces sept décennies, la plupart dirait sans doute que l’on paye toujours plus et que l’on est de moins en moins remboursé. Si naguère on pouvait se passer d’une mutuelle, elle est aujourd’hui nécessaire et de plus en plus coûteuse. Le chef de l’Etat, en guise de cadeau d’anniversaire, promet une carte Vitale à vie distribuée dès l’âge de 12 ans ! Des gadgets eu égard à la dégradation des comptes sociaux. A l’occasion de cette célébration, la Sécurité sociale s’est dotée d’une Charte de la laïcité dont elle s’est très bien passée pendant 70 ans, mais il est vrai qu’avec un islam envahissant ce qui allait naguère sans le dire va mieux en le disant désormais.

Avec la célébration de la « Sécu » on exalte bien entendu 1945, les acquis sociaux dans l’élan révolutionnaire de la Libération qui du passé a fait table rase en prétendant que le système de protection sociale était né dans le sillage de la résistance à partir de rien. Or, le socle a été bâti par l’Etat français, sous le Maréchal Pétain. On lui doit les Comités sociaux d’entreprise, le « salaire minimum vital », la création de la retraite par répartition, l’« allocation du vieux travailleur salarié », l’extension des allocations familiales à toutes les familles comme des assurances sociales, la création de la médecine du travail, etc.

La Sécurité sociale de 1945 n’a pu prospérer qu’à la faveur des 30 glorieuses, quand la croissance continue abondait ses caisses. On nous l’enviait, mais ne pouvaient nous imiter que les pays en ayant les moyens. Aujourd’hui, les caisses sont plus que vides, nous n’avons plus les moyens de ce coûteux système mais nous continuons comme si ce n’était pas le cas, ce sont les emprunts sur les marchés financiers qui font ses fins de mois. Tous les ministres de la Santé nous présentent un plan de retour à l’équilibre annoncé solennellement comme la der des ders, tous échouent et cela finit en économies de bouts de chandelle, dont les Français malades de la Sécu font les frais.

Si l’on réduit le montant des remboursements, si l’on impose aux laboratoires une baisse drastique du prix de leurs médicaments et si les médecins sont sous surveillance, la Sécurité sociale accepte néanmoins des dépenses indues. Rappelons qu’il s’agit à l’origine d’une assurance maladie, la fécondité n’est pas une maladie, c’en est même le contraire, or, on rembourse la pilule et l’avortement. Pendant ce temps-là les lunettes, les prothèses dentaires ou auditives sont remboursées de façon dérisoire de même que certains matériels pour handicapés. Le principe de base est que les cotisations ouvrent droit à prestations. Or, ni les bénéficiaires de la CMU, ni de la scandaleuse AME pour les clandestins, ne cotisent et sont néanmoins remboursés à 100 % contrairement à la plupart des assujettis qui, eux, paient. Cela ne peut pas durer encore 70 ans !

Présent

Written by Arnaud de Brienne

7 octobre 2015 at 6 h 15 min

Publié dans presse, Réinformation

Un héros nommé Spencer

Present_2015-08-24

Présent du 25 août 2015

Il s’appelle Spencer Stone. Il n’a que 23 ans. Je rêve de le rencontrer parce que je ne suis pas sûre d’en croiser deux comme lui dans ma vie. Lorsqu’on lit les auditions de police, ce qu’il a fait est absolument impressionnant.

Avec son ami Alek Skarlatos, ils se sont dit « fuck this shit », ce que l’on peut traduire sobrement par « allons buter cette merde ». Et Spencer Stone s’est jeté à mains nues sur un djihadiste armé jusqu’aux dents. Il est allé maîtriser ce terroriste marocain de 26 ans, Ayoub El Khazzani, en courant vers lui sur une dizaine de mètres, risquant sa vie. Si l’arme du tueur lourdement armé (notamment d’un fusil d’assaut Kalachnikov et d’un pistolet automatique Luger et qui avait déjà ouvert le feu faisant un blessé) ne s’était pas enrayée à ce moment-là, Spencer Stone serait mort. Se saisissant d’un cutter, El Khazzani l’a poignardé dans le cou et a bien failli lui trancher complètement le pouce. Après une courte lutte, Spencer Stone l’a assommé en le frappant à plusieurs reprises à la tête.

Il a entre-temps reçu l’aide d’un Britannique de 62 ans, Chris Norman, et d’un agent de la SNCF français au repos, Eric Tandry.

« Spencer Stone a pris le terroriste par le cou avec le bras et Alek essayait de prendre ses armes. Moi je suis intervenu pour prendre son bras droit, un conducteur de train français au repos est venu après pour prendre le bras gauche et, comme ça, on a réussi d’abord à maîtriser le forcené et après ça on l’a plaqué par terre », a déclaré Chris Norman : « J’ai pensé : “Je vais probablement mourir de toute façon, alors allons-y, autant mourir en essayant d’agir, plutôt que de rester assis en attendant qu’on m’abatte.” »

Spencer, du haut de sa vingtaine d’années, est allé prévenir les passagers que tout irait bien. Alek est allé vérifier qu’il n’y avait pas d’autres terroristes dans le train. Non seulement ils ont neutralisé le tueur islamiste en évitant un carnage mais, en plus, ils ont soigné le blessé par balles, lui sauvant vraisemblablement la vie. Là aussi les déclarations de la femme du blessé sont à cet égard tout à fait frappantes. Malgré ses blessures, Spencer Stone a appliqué une pression sur le cou du blessé touché à la carotide, freinant l’hémorragie jusqu’à l’arrivée des secours.

Ces deux garçons sont deux soldats américains, en permission ce week-end-là (sans doute ce que l’on appelle des chances pour la France). Spencer Stone fait partie de l’US Air Force et Alek Skarlatos est membre de la Garde nationale. Ils ont grandi dans un pays où le patriotisme est une religion, où l’on ne réfléchit pas deux heures en soupesant s’il y a légitime défense ou pas, en se demandant si l’on ne va pas se retrouver en prison pour racisme et islamophobie, lynché par la justice Taubira, la presse de gauche et les responsables politiques au pouvoir.

Un Français et un Franco-Américain ont également croisé la route du tueur. Damien A., 28 ans, voulant accéder aux toilettes de la voiture 12, s’est trouvé face à un individu porteur d’un fusil d’assaut Kalachnikov en bandoulière. Il a tenté courageusement de l’arrêter avant que l’agresseur ne tire. Mark Moogalian, 51 ans, a été blessé par balle après que le tireur s’est saisi d’une arme de poing. Il voyageait avec sa compagne, Isabella Risacher.

Caroline Parmentier

Présent

Written by Arnaud de Brienne

25 août 2015 at 7 h 56 min

Publié dans presse

Qui s’inquiète du nombre de suicides dans la gendarmerie ?

Ça gronde et ça bouge dans la gendarmerie même si la situation semble ne pas intéresser les grands médias. Malheureusement, le ras-le-bol généralisé des gendarmes se manifeste essentiellement par une vague de suicides qui semble susciter beaucoup moins d’intérêt de la part des journalistes que n’en soulevait celle qui frappa France Telecom.

Il suffit de parcourir régulièrement la bulletin de l’Association Gendarmes et Citoyens pour comprendre le climat régnant aujourd’hui dans la gendarmerie. Ajouté au malaise profond de la police nationale, il faut reconnaître que les forces de l’ordre en général sont à la limite d’abdiquer face à une hiérarchie, véritable interface entre les politiques et la réalité du terrain, soucieuse de respecter les grands dogmes contemporains et de ne surtout faire aucune vague. Combien de temps ces faux-semblants tiendront-ils encore ? Plus très longtemps selon les spécialistes.

Le dernier bulletin de l’Association Gendarmes et Citoyens

Written by Arnaud de Brienne

31 janvier 2014 at 7 h 47 min

Publié dans Douce France..., presse