Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for the ‘Résistances’ Category

Encore une dizaine d’antidotes contre la pensée unique…

Atlantico

Faits et documents

Gaëlle Mann

Les 4 Vérités

L’Insolent

Les Observateurs

Metamag

Réfléchir et agir

Réseau international

Sputnik France

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

14 août 2018 at 8 h 03 min

L’Europe…

 

Institut Illiade

Written by Arnaud de Brienne

30 juillet 2018 at 21 h 46 min

le Top 20 de la réinformation

Written by Arnaud de Brienne

29 juillet 2018 at 19 h 14 min

Non au prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu

Le prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu n’a que des inconvénients pour le contribuable.Tous les avantages sont pour l’État et le Trésor public.
  Nos 10 bonnes raisons de s’opposer à la réforme gouvernementale du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu
  1.  Le prélèvement de l’impôt à la source nie le consentement à l’impôt et va à l’encontre de l’article XIV de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.
  2. Les contribuables ne seront plus en mesure d’évaluer la charge de leur impôt. Un exemple, qu’il ne faut pas oublier : la CSG des salariés, prélevée à la source, a été multipliée par 7 en 7 ans dans les années 1990, sans que beaucoup de Français s’en rendent compte.
  3. Les entreprises, les artisans et commerçants employeurs seront transformés en percepteurs-bénévoles de l’État. Ce n’est ni leur rôle, ni de leur compétence. Le PLFR prévoit des mesures d’accompagnement qui ne sont qu’un aveu de la réelle complexité du dispositif et du temps que devront y consacrer les entreprises.
  4. Les entrepreneurs n’ont pas les moyens financiers de cette réforme. En 2012, le Conseil des prélèvements obligatoires (qui dépend de la Cour des comptes) a estimé qu’une telle mesure coûterait aux entreprises entre 1,3% et 3,5% des sommes collectées, soit une facture pouvant dépasser les 2 milliards d’euros par an. A minima, l’exposé des motifs prévoie un coût initial de 310 à 420 millions d’euros, et un coût annuel de 60 à 70 millions d’euros.
  5. L’entreprise devra justifier du salaire net amoindri auprès de ces salariés, y compris des augmentations d’impôts dont elle n’est pas responsable.
  6. Le prélèvement à la source complique inutilement l’impôt sur le revenu et ne signifie pas la fin du système déclaratif des revenus. Comme c’est le cas aujourd’hui, les contribuables devront continuer à déclarer leurs revenus une fois par an. Et le coût de la collecte de l’impôt ne diminuera pas puisqu’il faudra toujours des agents-contrôleurs. Par ailleurs, l’acompte sur lequel est basé le prélèvement à la source impliquera nécessairement des régularisations liées à l’absence de prise en compte des réductions ou crédits d’impôt et au fait que le taux choisi reste lié aux revenus des années N-1 et N-2.
  7. Les employeurs pourront avoir accès, en connaissant le taux d’imposition et par recoupement des données, à des informations personnelles sur leurs salariés, ce qui risque d’introduire une nouvelle forme de discrimination salariale.
  8. Le prélèvement de l’impôt à la source est difficilement compatible avec les demandes de remise gracieuse aux services du fisc, (200 000 en 2015). Cette réforme anti-sociale mettra des centaines de milliers de Français dans une situation financière précaire.
  9. Le prélèvement à la source induit la disparition du foyer fiscal au profit d’une individualisation totale de l’impôtau détriment de nombreuses familles.
  10. Avec le prélèvement à la source, les gouvernants s’offrent un outil qui va leur faciliter les augmentations d’impôt. Alors que la mensualisation de l’impôt permet déjà d’échelonner dans le temps le paiement de l’impôt sur le revenu et que le taux de recouvrement de l’impôt sur le revenu est excellent : 98,5%. Le dispositif prévoit un taux de prélèvement basé sur les revenus des années N-1 et N-2. Ce n’est donc clairement pas la notion de contemporanéité qui fonde la mesure.  D’autant que si le prélèvement à la source prévoit que le changement de taux peut être immédiat en cas d’événement le justifiant (chômage, naissance…), c’est déjà le cas aujourd’hui où les acomptes peuvent être diminués si le contribuable sait que l’impôt final sera plus faible. Enfin, l’argument consistant à dire que payer son impôt tout de suite facilite la gestion de sa trésorerie est pour le moins spécieux puisque le régime actuel consiste à payer son impôt plus tard. Or, n’importe quel trésorier, gestionnaire ou personne de bon sens pourra vous dire qu’à montant identique, l’avantage de trésorerie consiste à payer plus tard et non à payer plus tôt…

Le seul bénéficiaire de la mesure est donc bien l’État qui sera payé plus tôt. La preuve en est que pour les revenus des travailleurs indépendants et pour les revenus fonciers, il ne s’agira pas d’un prélèvement mais bien d’un acompte.

Plutôt que l’instauration du prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu  , Contribuables Associés préconise l’automatisation de l’acompte mensuel.

Contribuables associés

Written by Arnaud de Brienne

28 avril 2018 at 8 h 47 min

Publié dans Fiscalisme, Résistances

Aux sources de l’Europe, n’en déplaise aux rampants !

Written by Arnaud de Brienne

27 mars 2018 at 6 h 19 min

Naviguer sur internet autrement

Pour tous ceux qu’insupporte le GAFAM (Google-Apple-Facebook-Amazon-Microsoft), voici quelques ressources à la portée de tous :

Pour en finir avec Google :

Ixquick : Moteur de recherche très sécurisé

DuckDuckGo : moteur de recherche

Qwant : moteur de recherche européen (moins sécurisé que les deux premiers)

 

Pour remplacer Google Chrome et autres :

Maxthon : Navigateur

Srware : Navigateur

Pale Moon : Navigateur

Tor Browser : Navigateur (utilise le réseau Tor). Très sécurisé à condition de bien le paramétrer.

 

Remplacer Gmail, etc.

Protonmail : Boîte courriel (messagerie cryptée très sécurisée)

Zoho : Boîte courriel

Tutanota : Boîte courriel

Yandex : Boîte courriel (transmettrait des informations aux services russes. Donc, avec modération)

Il existe beaucoup d’autres ressources, notamment Anonymox (pour Firefox), les anonymisers en général, les VPN. A suivre donc…

Written by Arnaud de Brienne

6 mars 2018 at 21 h 25 min

Stéphanie Gibaud qui a fait tomber la banque UBS , aujourd’hui boycottée et ruinée par le Système, dénonce – Interview

 

En poste chez UBS France à Paris, elle a joué un rôle décisif en dénonçant les pratiques d’évasion fiscale et de blanchiment de fraude fiscale en bande organisée d’UBS AG (Suisse) avec la complicité d’UBS France. Bien de chez nous, la lanceuse d’alerte Stéphanie Gibaud, qui a permis à la France de récupérer 12 milliards d’euros et de mettre la main sur 38 000 comptes offshore. Aujourd’hui, elle n’a plus d’emploi et vit avec le RSA. Les médias de grands chemins français sous la présidence du banquier Macron sont tous contrôlés par des oligarques  (Bolloré, Drahi, Bouygues, etc…). ils « oublient » de l’inviter, quelle surprise, et la France, pays merveilleux qui s’est donné pour président un ex-banquier voudrait faire taire le seul média télévisuel qui lui donne la parole…

 

Son livre: La traque des lanceurs d’alerte

Broché . Sorti le 12 octobre 2017 –  auteur:  Stéphanie Gibaud – Préface de Julien Assange

Après avoir raconté l’histoire qu’elle a vécu au sein de la banque UBS (La Femme qui en savait vraiment trop, Cherche Midi), Stéphanie Gibaud constate les risques incroyables pris par les Lanceurs d’alerte. Au travers de son expérience personnelle et d’exemples concrets en France et à l’étranger, elle détaille la vie des lanceurs d’alerte et les raisons pour lesquelles ils sont devenus les parias de la société.

Les lanceurs d’alerte défrayent l’actualité depuis une dizaine d’années. Les cas emblématiques d’ Edward Snowden, Chelsea Manning et Julian Assange sont révélateurs des méthodes utilisées pour faire craquer celles et ceux qui ont le courage de parler des dysfonctionnements et des dérives de nos sociétés. Et pourtant, ces héros sont traités en parias. Leur vie est un enfer. Snowden est réfugié en Russie, Assange dans une ambassade de l’Equateur, Manning en prison, Stéphanie Gibaud, et bien d’autres sont dans une situation précaire, attaqués dans des procès sans fin et lâchés par les États. La situation catastrophique des lanceurs d’alerte révèle que les démocraties dans lesquelles nous vivons sont de plus en plus dures avec les petits délits mais de plus en plus clémentes avec les dominants. La justice est au cœur de nos systèmes agonisants mais que les dominants ne veulent surtout pas les modifier tant ils en profitent.
La seule solution, pour Stéphanie Gibaud : se regrouper pour faire reculer l’impunité.

Après des études linguistiques à l’Université de Lille III, elle a successivement travaillé pour TransManche Link (TML, Le Tunnel sous la Manche) à Calais, l’Ambassade des États-Unis à Paris, le club de football RC Lens et la banque de gestion de fortune UBS France à Paris.

Stéphanie Gibaud est née à Lille en 1965. À l’été 2014, elle devient membre fondateur et secrétaire générale de l’association PILA (plateforme internationale des lanceurs d’alerte). En 2015, elle reçoit le prix Anticor lors de la soirée « Éthique contre casseroles ». Le 10 septembre 2015, Stéphanie Gibaud est nommée pour le Prix Sakharov aux côtés de deux autres lanceurs d’alerte, Edward Snowden et Antoine Deltour . Elle est tête de liste à Paris aux élections régionales de 2015 en Île-de-France sur la liste de Debout la France.

Medias-Presse-Infos

Written by Arnaud de Brienne

29 janvier 2018 at 22 h 58 min