Cocus mais contents ! Macron veut faire oublier l’escroquerie sanitaire du siècle

Nous sommes priés de tout oublier et surtout d’oublier ces deux dernières années. Circulez, il n’y a rien à voir… Après deux années de lavage de cerveau médiatique jour et nuit, brutalement plus un mot. Les consignes sont draconiennes. Il faut reporter nos peurs sur la guerre. Bien sûr, nous n’ignorons pas les risques considérables actuels sur le plan international mais compte tenu des conséquences prévisibles de ces campagnes massives d’injections expérimentales dans les mois et deux à cinq ans à venir, nous ne nous tairons pas.

 » La liberté consiste d’abord à ne pas mentir. Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s’annonce ou se perpétue.  » Albert Camus

Vous croyez être ressuscités par le Pfizer, protégés des formes graves comme ils disent, vous avez chopé la Covid deux fois malgré les trois doses et vous n’êtes pas mort…Bon , votre premier Covid c’est l’injection qui vous l’a refilé et pour le deuxième elle n’a servi à rien …

De mauvaises langues prétendent que Véran serait prié de se faire discret : plus question d’évoquer la gestion de la Covid…Tout oublier…

Le blog de Patrice Gibertie

Le profond mépris pour les nations : quand Volodimir Zelensky, président de l’Ukraine, jouait l’hymne national avec son sexe

La secte mondialiste installe des dingues aux plus hauts postes dits démocratiques, mais garde la haute main sur le pouvoir réel (l’argent, les réseaux, les postes).

Pour ceux qui ne savent pas qui est Zelensky, le jeune président de l’Ukraine qui sollicite depuis son bunker des renforts militaires internationaux toutes les cinq minutes, sachez que c’est un saltimbanque qui jouait du piano avec sa bite. La même crédibilité que Ariane du Lancet🤣 pic.twitter.com/zld4TnSAWl— Strategieduchoc 🇫🇷 (@strategieduchoc) February 25, 2022

SOTT

Les marionnettistes et leurs âmes damnées

Voilà 690 jours que le coup d’État planétaire organisé par les élites mondialistes est en cours, au titre d’une soi-disant pandémie qui dans les faits n’a pas tué plus qu’une grippe.   Partout, les droits individuels ont été bafoués, et des lois iniques ont été publiées, en dehors de tout contrôle constitutionnel.   C’est la politique du fait accompli qui prévaut, on prend des arrêtés liberticides, on les fait appliquer, et lorsque quelqu’un s’avise de les contester par voie de recours, la plupart du temps, ceux-ci sont rejetés par une justice à la botte de l’exécutif.   Non seulement il est grand temps de se lever contre la tyrannie, mais il convient aussi de comprendre comment tout ceci a pu arriver.

Au-delà de la juste indignation que nous ressentons tous, peut-être est-il temps de commencer à cerner les véritables objectifs de ce qui est bel et bien une contre-révolution, que dis-je, une guerre menée par les élites contre les peuples.  Il ne s’agit de rien moins que de nous ramener à l’époque féodale, dans laquelle les serfs, taillables et corvéables à merci étaient la propriété de leur seigneur.

Dans ce modèle les droits seront supplantés par les devoirs vis-à-vis de la société, et vos rares libertés seront toujours conditionnées à votre obéissance aveugle à l’autorité, et donc à leurs marionnettistes.   Et ne nous berçons pas d’illusions, quand on parle de devoirs vis-à-vis de la société, il ne s’agit que revêtir la tyrannie des oripeaux de la solidarité.

Ce modèle, c’est le communisme pour les masses (le servage), et l’ultralibéralisme pour les élites ainsi que leurs meilleurs serviteurs.

Comment a-t-on pu en arriver là?

Je crois que ceci est finalement la question centrale, et je me propose de vous livrer ici une théorie, qui, si elle n’est pas entièrement prouvée, a le mérite de tenir rudement bien la route sous tous les aspects.

En préambule, je rappelle que le vieux rêve des élites financières d’instituer leur pouvoir absolu ne date pas d’hier, c’est juste que les tentatives précédentes ont échoué parce que leurs pions étaient imparfaitement contrôlés.   Les hommes de pouvoir, passé un certain point, n’en faisaient qu’à leur tête, et sauf à les faire assassiner, ce qui fait toujours désordre, les projets de domination mondiale des marionnettistes restaient plus ou moins lettre morte.

Ces petits cercles d’élites, principalement basées aux USA et au Royaume-Uni ont donc conçu un système de cooptation des hommes de pouvoir en s’assurant de leur totale soumission.   Comment?  En usant d’un moyen vieux comme le monde, le chantage.  Et si vous voyez Bill Gates comme un des marionnettistes, détrompez-vous, ce n’est qu’un pion à leur service, et il est tenu par le chantage (cfr. affaire Epstein).   Pourquoi croyez-vous que la Reine d’Angleterre a pris la décision inouïe de retirer tous ses titres, honneurs et privilèges à son fils favori, Andrew?   Tout simplement parce que la révélation du contenu du dossier aurait pu faire tomber la monarchie.

On pourrait continuer avec Justin Trudeau, qui avait pu échapper à des poursuites pour viol sur mineur au moment où il exerçait encore la profession d’enseignant.    Tout ceci ne constitue qu’une toute petite partie de ce que je crois être un système mis en place patiemment au fil des années par les marionnettistes.   Petit à petit, ils ont placé des pions à eux, des gens sur qui ils ont barre, recrutés via des officines comme le Forum Économique Mondial et les Young Leaders.   Leur dépravation n’est pas la conséquence de leur pouvoir, mais bien la condition sine qua non pour y être élevé.

Ainsi vous comprenez l’obéissance aveugle de ces exécutants, qui pour la plupart d’entre eux, on pris des décisions politiques qui ont causé la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes (cfr.  arrêt « Rivotril »).   Vous pouvez être bien sûr qu’ils ont agi à contrecœur, et sous la menace; ceci transparaissait notamment dans certaines interventions d’Emmanuel Macron.   Personne avec tous ses boulons n’irait prendre officiellement des décisions ayant pour conséquence la mort d’un certain nombre de citoyens, et pourtant, tous l’ont fait!   Enfin, pas tous, certains dirigeants notamment africains n’ont pas suivi, ils ont été assassinés dès le début du coup d’État (Tanzanie, Haïti, Burundi), ou ont échappé de justesse, comme le président malgache à une tentative d’assassinat.  Paradoxalement, les deux hommes soupçonnés d’avoir fomenté cet attentat étaient d’anciennes barbouzes françaises.

La mort n’a pas frappé que des présidents rétifs au discours des marionnettistes, elle a aussi fait des ravages parmi des chercheurs ayant travaillé sur le Sars-Cov2 et ceux qui vendaient des remèdes bon marché comme l’hydroxychloroquine.   Je ne vais pas faire ici la recension de tous les morts, de toutes les explosions et incendies inexpliqués, pour cela je vous conseille la lecture du livre de Philippe Aimar, Enquête sur un virus Covid 19.

Arrivé à ce point, vous devriez avoir compris que ces pions, accros au pouvoir et tenus par des crimes sordides ne reculeront devant rien, sauf en cas de péril mortel pour leur petite personne.

Comment en sortir ?

Eh bien je crois qu’il est important de comprendre que de faire reculer le pouvoir ici où là ne changera strictement rien, les marionnettistes peaufineront leurs plans, et après avoir été virés par la porte, ils reviendront par la cheminée.   Les marionnettistes ne sont pas le plus grand péril, ce sont leurs créatures qui représentent un danger : elles sont leurs bras armé et sont en position de pouvoir.   Tant que le ver n’aura pas été retiré du fruit, il n’y aura aucune issue durable.

D’un autre côté, on ne peut que constater un certain amateurisme, et aussi une précipitation dans le chef des marionnettistes qui tend à montrer qu’ils savent que leur entreprise est fragile.   Pourquoi n’ont-ils pas pris la peine de bétonner correctement leur stratégie?    Tout simplement parce qu’ils sont dans l’urgence absolue, l’économie mondiale est au bord de l’effondrement complet.

Il y avait donc urgence à installer un contrôle social fort, puisque le but c’est de faire subir toutes les conséquences de l’effondrement au peuple, tout en gardant fermement sa position de domination absolue.

Un autre élément qui pourrait bien être le grain de sable fatal à leur projet mégalomaniaque est que dans les faits, c’est presque 20% de la population qui ne marche plus, soit qu’ils étaient éveillés de longue date, soit qu’ils commencent à réaliser qu’on les a manipulés.  Et si l’on voit assez fréquemment des gens s’éveiller, ceux qui décident de leur propre chef de revenir dans la caverne de Platon sont plus rares que le merle blanc.

Si nous n’étions pas si nombreux, il y a longtemps que nous serions déjà enfermés dans les camps de concentration que nos bons maîtres avaient fait construire à cette fin.

Je ne suis pas optimiste, mais disons qu’on commence à voir des failles un peu partout dans ce projet dystopique, c’est à nous, le peuple, qu’il reviendra de remettre la démocratie sur la bonne voie, et puis d’imaginer une société plus respectueuse des gens, plus économe, aussi, basée sur l’entente et la solidarité, parce que les débuts promettent d’être compliqués, attendu que l’effondrement, lui, est inéluctable.   Cela passera probablement par un moratoire sur la dette, toute la dette.   Mais me direz-vous, comment financerez-vous les pensions et les services publics?   Eh bien déjà, il n’y aura plus de dette, donc plus d’intérêts sur la dette.   C’est bien ce modèle qui flanque la jaunisse aux marionnettistes, parce que c’est via la dette que l’on tient les peuples en esclavage.

Philippe Huysmans

Les Moutons enragés

Un ex-gestionnaire de fonds de Blackrock découvre des tendances inquiétantes en matière de mortalité aux États-Unis

Il y a quatre semaines, le PDG de la compagnie d’assurance OneAmerica, Scott Davison, a révélé qu’ils avaient connu « les taux de mortalité les plus élevés de l’histoire de cette activité – et pas seulement chez OneAmerica », avec un bond de « 40 % par rapport à ce qu’ils étaient avant la pandémie ». Fait intéressant, M. Davison a noté que la majorité des décès ne sont pas classés comme étant dus au covid-19.

So the CEO in his own words. They are mandating vaccines in the workplace and raising premiums in lower vaccinated counties because they are mistakenly guessing here initially. The premiums will change to higher vaccinated areas as time moves on is my guess. He missed the plot. pic.twitter.com/avjFxkn7su

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) January 3, 2022

Pour beaucoup, l’implication est claire : le vaccin contre le covid-19 est lié à la surmortalité, et des mois de rapports sur les lésions causées par les vaccins se répercutent maintenant sur les données actuarielles, qui commencent à montrer, entre autres, que les personnes plus jeunes et en âge de travailler ont commencé à mourir en plus grand nombre lorsque les obligations en matière de vaccination sont arrivées – pour une maladie qui tue principalement des personnes plus âgées et en âge de travailler. Le contre-argument, souvent présenté sans preuve, est que l’augmentation est due aux personnes qui ont reporté des opérations chirurgicales non urgentes et d’autres traitements médicaux pendant la pandémie.

Ed Dowd, ancien gestionnaire de fonds de Blackrock, est dans le premier camp et a passé le mois dernier à analyser les miettes de pain associées à une augmentation de la surmortalité par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Étant donné que nous sommes maintenant au milieu de la saison des bénéfices, les industries de l’assurance et des services funéraires ont laissé des miettes assez importantes qui commencent à dresser un tableau inquiétant.

Quelques observations clés :

  • La mortalité s’est aggravée en 2021 par rapport à 2020 malgré la généralisation de la vaccination.
  • Un pic de mortalité chez les jeunes en âge de travailler a coïncidé avec les obligations en matière de vaccination.
  • Le pic de mortalité chez les jeunes a atteint son apogée au troisième trimestre 2021, alors que les décès dus à la maladie de Creutzfeldt-Jakob étaient extrêmement faibles (mais en hausse jusqu’à la fin du mois de septembre).

Mardi, la compagnie d’assurance financière Unum a indiqué que son segment Vie a connu une augmentation de 9 % du ratio des paiements par rapport aux primes (ratio des prestations), une augmentation de 17,4 % en 2021 par rapport à 2020 malgré la généralisation des vaccinations, et une augmentation de 13,3 % par rapport à 2019.

In 2019 the unit had $266 million profit, last year a profit of $82 million & this year a loss of -$192 million. A swing of $458 million lower over 2 years. Important to remember these are employed working age folks. Other fun numbers:

Q4 vs 2020= +21%
Q4 vs 2019= +36%

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 2, 2022

Mercredi, Dowd a noté que la société de pompes funèbres Carriage Services a connu une augmentation de 28% en septembre 2021 par rapport à 2020, et une augmentation de 13% en août par rapport à la même période. Les funérailles et les crémations sont en hausse de 12% et 13% respectivement sur le trimestre.

En général, les entreprises de pompes funèbres ont connu une hausse de leur activité au troisième trimestre, et M. Dowd surveillera de près les rapports du quatrième trimestre qui sont attendus vers le 15 février, soit dans moins de deux semaines.

Business has been quite good since the introduction of the vaccines & the stock was up 106% in 2021. Curious no?

Guys this is shocking as 89% of Funeral homes are private in US. We are seeing the tip of iceberg. The public companies report Q4 middle of February pic.twitter.com/M2rpNhIJzt

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 2, 2022

Dowd a également noté mercredi que les demandes d’indemnisation pour décès du Lincoln National sont en hausse de 13,7% en glissement annuel, et de 57% au quatrième trimestre par rapport à 2019. Le directeur financier Randy Frietag a expliqué jeudi qu’en 2021, la part des jeunes décédés à cause du Covid a doublé au second semestre.

Tom Gallagher of Evercore asked the question of Covid mortality impact. That was the answer.

Boom folks it’s clear as day what changed in second half of 2021. Variants less virulent than original but we had mandates & boosters hitting. This is a total shit show to behold.

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Entre-temps, Reinsurance Group of America a noté, lors de sa conférence téléphonique de jeudi sur les résultats, que le quatrième trimestre a été affecté par un niveau significatif de demandes de compensation pour la mortalité liée au Covid-19, malgré le fait que les vaccins contre le covid-19 existent depuis plus d’un an.

RGA: non-Covid claims are elevated due to “indirect” effects of Covid-19 pic.twitter.com/XHfgy4TSwS

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Remind us again how the vaccines are helping?

RGA: Life re-insurer reports profit in 4Q20 & a loss in 4Q21 on higher mortality pic.twitter.com/j0yAjCd2wt

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Le groupe d’assurance Hardford a également noté un pic de décès chez les jeunes, qui a atteint son apogée au troisième trimestre 2022, et a indiqué que la mortalité avait augmenté de 32 % par rapport aux niveaux de 2019 avant le covid, et de 20 % par rapport aux niveaux de 2020 avant la vaccination.

…because fewer older people dying, but younger people are dying more……very odd pic.twitter.com/CCfqXY3E3M

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 4, 2022

Le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie à ARNm, a relevé ces données troublantes lors d’une récente apparition dans l’émission « War Room » de Steve Bannon :

Malone calling out bump in DOD data & Insurance company results for death & disability. pic.twitter.com/hV5Gsjr4uv

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 4, 2022

Is there a fancy Latin name for the fallacy where someone points out that a useless harmful covid mitigation measure is useless and harmful, and lockdowners respond with a link to a chart that shows covid kills people?

— Jay Bhattacharya (@DrJBhattacharya) February 4, 2022

Quelques questions clés pour les compagnies d’assurance :

  • Quelles sont les principales causes de décès pour 2020 et 2021 ?
  • Combien de personnes décédées étaient vaccinées par rapport à celles qui ne l’étaient pas ?

Reinsurance Group of America, par exemple, a déclaré un bénéfice au quatrième trimestre de 2020, alors que la majorité de la population n’était pas vaccinée et que la souche Covid-19 était plus mortelle, mais a enregistré une perte au quatrième trimestre de 2021, alors que plus de 60 % du pays était entièrement vacciné (et qu’environ 75 % avait reçu au moins une dose).

C’est peut-être la raison pour laquelle Pfizer se bat aujourd’hui activement pour supprimer les données de recherche soumises à l’approbation de la FDA – alors que le géant pharmaceutique et ses pairs continuent de bénéficier d’une immunité juridique pour les lésions dues aux vaccins.

Pour conclure, voici quelques conseils de Dowd, qui ne sont pas des conseils d’investissement :

Long funeral homes short life insurance. Not investment advice but illustrates my point. One industry is growing the other is not. $SCI $CSV pic.twitter.com/OIvUCQGdNX

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Aube digitale

TVLibertés : passe-vaccinal, la dose de trop ! (vidéo 34:43)

Bulletin de réinformation toujours aussi précieux de TVLibertés mais le plus passionnant reste quand même la narration par Ivan Rioufol de la naissance et de la progression des doutes qu’il a très vite éprouvés à l’égard des prises de position officielles sur la prétendue pandémie. Dès février-mars-avril 2020, il apparaissait à tout esprit un tant soit peu critique qu’il se passait quelque chose de pas bien clair.

TVLibertés

Promotion : Olivier Véran annonce qu’une infection équivaudra désormais à une injection pour obtenir le passe-vaccinal, à condition d’avoir reçu au moins une dose de vaccin

C’était en février 2020, au moment où on aurait pu contenir l’épidémie…

Le mois du vaccin ! Promotion à saisir ! Tout doit disparaître !

Notre brillant ministre de la « Santé », Olivier Véran annonce que dorénavant, une infection permettra d’obtenir le fameux passe-vaccinal. Il suffira donc d’avoir été infecté pour détenir très provisoirement un passe-vaccinal mais attention, il faut pour cela avoir été piquousé au moins une fois !

Pas question de faire profiter les non-« vaccinés » de cette promotion !

Incroyable mais hélas vrai.

On commence à démonter : Un an après avoir été l’un des premiers à l’introduire, Israël va supprimer le pass sanitaire

Ne nous leurrons pas et ne donnons pas de faux espoirs, les choses n’iront pas aussi vite que l’on pourrait le souhaiter. Les faussaires sont démasqués et commencent à rétropédaler devant la prise de conscience croissante de ce qui ne reste qu’une minorité. Au Canada, le premier Ministre Justin Trudeau a été exfiltré par le service de sécurité et se terre comme un rat. Même des noms connus de la télévision comme Pascal Praud, Pujadas, Ruquier et quelques autres ont tout compris ou presque mais cela ne reste pour l’instant qu’une minorité. Chacun a le pouvoir de contribuer à la grande détoxification des esprits en relayant abondamment informations et vidéos que nous avons reproduites pas centaines sur ce blog. (NDLR)

Un an après avoir été l’un des premiers à l’introduire, Israël va supprimer le pass sanitaire
Dès dimanche, Israël va supprimer le pass sanitaire pour accéder à de nombreux endroits.

Israël va mettre fin, dès dimanche, à l’obligation de présenter un pass sanitaire dans un grand nombre de lieux, notamment les restaurants, les cinémas et les hôtels. Ce changement signifie que ces endroits seront à nouveau accessibles aux personnes non vaccinées contre la Covid.

Une preuve de vaccination ou de guérison sera toujours exigée pour les grands événements, tels que les mariages ou les fêtes, selon le changement de politique approuvé mardi par le cabinet israélien chargé de la lutte contre le coronavirus.

En outre, l’obligation de passer un test Covid-19 au départ d’Israël sera supprimée à partir de dimanche. Les passagers à l’arrivée devront, en revanche, toujours présenter la preuve d’un test négatif.

En février 2021, Israël avait été l’un des premiers pays au monde à introduire un système de pass sanitaire face à la crise du coronavirus. Ce laissez-passer, qui prouve le statut d’une personne au regard du coronavirus, était nécessaire pour entrer dans de nombreux commerces et lieux de divertissement.

Selon les experts, Israël a dépassé le pic de la vague causée par le variant Omicron, qui avait débuté en décembre.

Metro

Non, le passe « vaccinal » ne servira pas à rien !

Je viens de boucler un article sur le sujet sous le titre « Du passe vaccinal au crédit social » à paraitre dans le prochain numéro de la revue Synthèse nationale. Il semblerait que quelques pourcents de nos concitoyens commencent à comprendre une partie des enjeux cachés, ce qui explique la légère et provisoire inflexion observée dans plusieurs pays et, en France, uniquement dans les discours pour le moment.

Nous lisons et entendons, ici ou là, que le passe « vaccinal » serait d’ores et déjà obsolète, ne serait-ce que parce qu’il ne servirait à rien.

Cette idée, fausse, est extrêmement dangereuse. Elle entretient des illusions funestes et risque de démobiliser les personnes qui ne veulent pas de cet engin.

Bien sûr que le passe servira à quelque chose !

Les malfrats qui l’ont mis en place, ne sont pas des demeurés qui font n’importe quoi, comme cela, histoire de se distraire; ils servent des intérêts énormes et poursuivent des buts bien précis.

D’ailleurs, il n’y a qu’à s’informer auprès des promoteurs du passe, qui avouent de plus en plus impudemment leurs intentions, à commencer par le Sénat, dont des membres ont commis un rapport qui montre un bout de l’oreille.

La connexion de toutes les données

Le passe ne sera plus seulement « vaccinal » : il va devenir un instrument multifonctions, une espèce de tout-en-un du flicage totalitaire.

Il tiendra à la fois de la carte bancaire, de la carte de crédit, de la carte de sécurité sociale et de mutuelle, du titre de transport, du sésame informatique sans lequel il sera impossible d’accéder à quelque lieu que ce soit.

Il comportera notamment les données suivantes : santé (vaccinations, médicaments consommés, dépenses de soins et remboursements par la Sécu ou la mutuelle, hospitalisations, opérations chirurgicales, maladies chroniques, mutuelles privées etc); impôts (revenus déclarés; montant de l’impôt sur le revenu; déductions fiscales, avec y compris la mention des organisations, partis politiques, syndicats ou associations auxquels l’individu aura fait des dons ouvrant droit à ces déductions; taxe foncière etc); patrimoine (propriétés immobilières et mobilières, assurance-vie, actions en Bourse …); consommation (produits achetés en magasin ou sur internet; dépenses journalières, mensuelles, annuelles, par type de denrée, par saison etc); déplacements (par transports collectifs ou individuels); voyages (temps passé dans tel ou tel pays, hôtels ou campings réservés, sites visités, montant total de l’argent déboursé sur le lieu de villégiature …); crédits (par exemple, crédits immobiliers).

Une carte pour paiement numérique obligatoire

Le passe va servir aussi comme module de paiement numérique.

Ce procédé sera obligatoire. En effet, l’oligarchie cache de moins en moins sa volonté de supprimer le liquide, et ce, entre autres, pour la raison suivante : actuellement, maintes petites transactions ne permettent pas aux banques de percevoir une commission : par exemple, quand on achète une baguette de 1 euro au boulanger avec une pièce de monnaie, ni le client ni le commerçant ne versent à la banque un pourcentage sur cet euro.

Lire la suite

Ivermectine : autoriser ce médicament aurait empêché les confinements et mis aux arrêts la recherche

Ivermectine : Autoriser ce médicament aurait empêché les confinements et mis aux arrêts la recherche

Les agences sanitaires fédérales n’ont pas reconnu l’ivermectine comme un traitement efficace pour les patients atteints du COVID-19. Selon le docteur Leland Stillman, la raison est plus politique que scientifique, car sinon il n’y aurait aucune base pour les confinements ou les obligations de vaccination.

« Si l’ivermectine était reconnue par la santé publique et le milieu universitaire comme le médicament qu’elle est, qui traite les maladies virales aiguës, dont l’une est le COVID-19, toute la justification des confinements, des obligations, sans parler de la recherche et du développement de vaccins, s’évaporerait du jour au lendemain », a déclaré Stillman à The Epoch Times dans une interview récente.

Le Dr Leland Stillman lors d’un entretien avec The Epoch Times en Arizona en décembre 2021. (The Epoch Times)

Lire l’entretien 

Wikistrike

La coronafolie nous aveugle sur les manœuvres de l’oligarchie

L’avantage de la focalisation permanente sur la « pandémie » est bien sûr politicien pour Emmanuel Macron : elle permet de phagocyter l’élection présidentielle, en effaçant tout débat sur son déplorable bilan. Voire en essayant de modifier le processus électoral à son profit, sous prétexte de faire face à une nouvelle « contamination ». Mais plus encore, l’épidémie sert de divertissement à l’oligarchie, au sens propre du terme, pour nous faire oublier la politique de plus en plus dangereuse qu’elle conduit à nos dépens. La coronafolie nous aveugle.

Pendant qu’on nous parle d’épidémie, l’oligarchie continue en effet de programmer le chaos migratoire en Europe.
En 2021, l’agence Frontex a recensé 200 000 franchissements illégaux des frontières extérieures de l’Union européenne, soit une augmentation de 57 % par rapport à 2020. Encore ne s’agit-il que de chiffres officiels. En France, le nombre de mineurs non accompagnés a officiellement doublé en trois ans.

En d’autres termes, le changement de population qu’a programmé l’oligarchie en Europe s’accentue, avec la bénédiction des juges, du patronat, des ONG, des islamo-gauchistes et des gouvernements.
Et les violences au sein des sociétés multiculturelles et multiethniques que sont devenus les pays européens ne cessent plus, de même que les agressions contre les édifices ou symboles chrétiens. Certains chrétiens d’Orient nous le disent : cela a commencé comme cela chez eux aussi…
Mais cela réjouit les oligarques : car ce sont surtout les pauvres qui en sont victimes ! Et plus la population européenne vit dans la peur, plus elle se soumet.

Pendant qu’on nous parle d’Omicron, l’oligarchie poursuit ensuite en toute impunité sa tentative d’encerclement belliqueux des puissances émergentes

Aujourd’hui en Europe, après les révolutions de couleur, le projet affiché de l’OTAN est de s’étendre à l’Ukraine, malgré les mises en garde répétées de la Russie.

Car l’Ukraine dans l’OTAN, c’est non seulement la violation délibérée de la promesse faite à Gorbatchev par les États-Unis lors de la chute de l’URSS. Ce n’est pas seulement le refus obstiné de modifier une alliance qui ne se justifie plus. C’est surtout le remake, mais à l’envers, de la crise des missiles de Cuba : ce sont des bases américaines tout à côté de la Russie, des armes nucléaires de l’OTAN en mer Noire ou en mer d’Azov.

Mais pour nos médias et la plupart de nos politiciens, fidèles relais des positions du département d’État américain, c’est bien sûr la Russie qui menace l’Ukraine, pays fragile sinon factice porté à bout de bras et de dollars par les Occidentaux. Lesquels ne trouvent rien à redire non plus aux déclarations invraisemblables des « responsables » américains promettant en permanence une avalanche de sanctions illégales contre tous ceux qui déplaisent à l’oncle Sam.

Et pas une semaine de répit dans le bourrage de crânes – comme on disait pendant la guerre de 1914-1918 – contre les Russes, les Iraniens ou contre les Chinois ! Nous sommes en pleine 4ème guerre mondiale ! – Le Zoom – Michel Geoffroy – TVLLire cette vidéo sur YouTube.

En Asie aussi, l’oligarchie joue à la guerre

En Asie, face à la Chine dont la progression illustre la remise en cause de la domination américaine – occidentale – sur le monde comme l’avait prévu Samuel Huntington, on nous rejoue avec Hong Kong, Taïwan ou le sort des Rohingyas le même psychodrame belliqueux.

Veut-on nous faire mourir pour Taïwan sous prétexte que les États-Unis ont promis, imprudemment, d’apporter leur soutien à ce résidu historique de la guerre civile chinoise ? Doit-on vraiment considérer que nos intérêts stratégiques se situent en mer de Chine ?

Et comme il est plaisant de voir tous ces Occidentaux qui ont bradé leurs empires coloniaux prendre aujourd’hui fait et cause pour les manifestants de Hong Kong qui réclament le maintien de leur statut… d’ancienne possession anglaise ! Et alors qu’ils matraquent sans états d’âme et comme les Chinois leur propre population qui manifeste.

https://www.polemia.com/en-2022-face-a-la-tyrannie-il-faudra-rester-debout/embed/#?secret=MOsX5gTbX9

Pendant qu’on nous endort sur l’air des vaccins, l’oligarchie rêve d’enrôler l’Europe dans une nouvelle guerre mondiale et, si possible, une nouvelle fois sur son propre sol

Une guerre religieuse, une guerre civile ou une guerre avec la Russie, qui viendrait s’ajouter à la guerre économique. Quelle belle perspective quand on voit ce que l’oligarchie a fait du Moyen-Orient !

Parce que, dans le nouveau système économique dans lequel elle nous a fait entrer, l’oligarchie mondialiste n’a plus besoin des Européens vieillissants. L’intelligence artificielle, les délocalisations et l’immigration pourvoiront à tous les besoins des grandes entreprises mondialisées. Et parce que la superclasse mondiale vit déjà dans un monde à part, transnational et surprotégé. Que les Européens s’appauvrissent ou n’aient plus de travail ne réduira en rien sa richesse ni son confort[1].

Que l’Union européenne soit de plus en plus tyrannique – et sur ce plan la crise du Covid a servi de révélateur, comme on dit en photographie – ne peut que servir les intérêts de la superclasse mondiale : cela contribuera à museler ces peuples réticents aux bienfaits de l’heureuse mondialisation !

Et que la révolution arc-en-ciel ou woke détruise la civilisation de la vieille Europe ne gêne nullement la superclasse mondiale : ses futurs marchés, son avenir se situent en Afrique, en Asie et dans le Pacifique. Et demain sur d’autres planètes que les milliardaires programment déjà d’exploiter. Alors, adieu, vieille Europe !

***

La coronafolie ne nous prive pas seulement de nos libertés. Elle nous rend aussi sourds et aveugles aux menaces qui s’accumulent sur notre avenir.

Polemia

Des chiffres en voici et ils confirment ce que nous répétons depuis le début : la « vaccination » a très fortement aggravé la situation

Omicron, vaccins, petit tour du monde en images

J’ai une grande admiration pour les caricaturistes. En un dessin, une bulle de 3 mots, ils arrivent à faire passer un message bien plus efficacement qu’en 2 pages. J’en suis bien incapable, alors j’essaye avec mes moyens, avec quelques courbes.

FRANCE :

Commençons par l’intervention de notre premier ministre avec le ministre des solidarités et de la santé, le 27 décembre 2021 (à partir de 13’55’’) :

Vous avez dit le mieux protégé au monde ? Résultat : la France est championne du monde des contaminations.

Notre premier ministre notait pourtant un grand changement par rapport à l’an dernier, en mieux, se félicitant par-là de toutes les mesures prises depuis un an. (N.B. Sous-titrages ministère, les écrits sont les paroles prononcées)

Nous ne savons pas de quels changements il parle. Que peut-on voir pour étayer ces propos ?

Quelle est la différence principale entre fin 2020 et fin 2021 ? A priori la vaccination. En chiffres, et en date du 27 décembre 2021, avant omicron, qu’est-ce que cela donne ?

Lire la suite

Coronacircus la représentation continue : une combinaison des variants Delta et Omicron observée chez des patients à Chypre

Omicron et Delta pourraient-ils fusionner ? C’est ce que laissent penser les déclarations d’un biologiste chypriote qui affirme avoir observé ce phénomène chez certains patients hospitalisés.

« Deltacron », pour la contraction de Delta et d’Omicon, ces deux variants du Covid qui circulent actuellement de façon majoritaire, a été observé à Chypre chez environ 25 patients.

Leondios Kostrikis, professeur de Biologie à l’Université de Chypre a indiqué à la télévision qu’il y avait « actuellement des co-infections omicron et delta et nous avons trouvé cette souche qui est une combinaison de ces deux« , rapporte l’agence de presse Bloomberg, comme l’a repéré l’Indépendant. 

Une découverte qu’il faut analyser

Le chercheur chypriote explique qu’il l’a surnommé « deltacron » en raison « de l’identification de signatures génétiques de type omicron dans les génomes delta ».

Selon Bloomberg, les chercheurs ont envoyé ces découvertes au Gisaid, la base de données internationale sur les virus. Pour l’heure, la découverte est trop récente pour savoir quel est l’impact d’une telle fusion entre Omicron et Delta. « On verra à l’avenir si cette souche est plus pathologique ou plus contagieuse ou si elle prévaudra », indique encore Leondios Kostrikis.

En France, les deux variants continuent de circuler très largement dans la population. 303 669 nouvelles contaminations ont été enregistrées ces dernières 24 h en France annonce Santé publique France. C’est la troisième fois que le cap des 300 000 nouveaux cas est franchi depuis le début de l’épidémie. 

Midi libre

Il se passe quelque chose : même Israël, l’État le plus vaccinolâtre au monde, suspend la quatrième « dose »…

Quotidien Les Échos, 29 décembre 2021

Les scientifiques israéliens découvrent-ils enfin les vertus de l’immunité collective telle que définie depuis longtemps par quelques-unes de nos élites scientifiques françaises et internationales injustement ostracisées (Pr Raoult, Perronne, Fourtillan, Alexandra Henrion-Caude et autres…) ?

Dont acte et nous allons suivre attentivement ce surprenant tournant…

Lire et faire circuler le livre le plus complet sur le sujet : « Covid-19 – Enquête sur un virus« , de Philippe Aimar

Omicron les rend fous !

Macron a choisi de punir plus encore les non vaccinés car Omicron le rend fou…Le variant serait 25 fois moins dangereux selon les Sud africains mais il révèle les risques des injections et met en évidence le caractère criminel de l’interdiction des soins précoces… Alors la vague mensongère prend de l’ampleur , il faut effrayer avant de proclamer dans quelques semaines… les injections nous ont sauvés d’Omicron …Et pourtant leur effet se révèle contre productif

LES CHIFFRES D AVANT OMICRON : mentir toujours mentir pour faire croire que les piquouzes étaient miraculeuses

Communiqués par le Pr Chabriere les derniers chiffres de la DREES ( première semaine de décembre)

80% des contaminés de plus de 20 ans sont vaccinés , idem pour les 2/3 des personnes décédées

CE QUE CHANGE OMICRON les piquouzes exposent et ne protègent pas

Les risques de contamination sont plus élévées pour les piquouzés que pour les autres;

HEUREUSEMENT LES DECES DECROCHENT AVEC OMICRON ET LA VACCINATION N’Y EST POUR RIEN

Dédicace aux Covidiots! A regarder jusqu’à la fin et à méditer…

⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️⬇️ pic.twitter.com/sIHmSjw89q— anaïs tea (@Anaiss_tea) December 25, 2021

Le blog de Patrice Gibertie

Effacer la piste des traitements précoces, coûte que coûte

Ou “Un essai conrôlé randomisé peut-il passer à côté d’un traitement efficace ? Exemples (3)”

Ce billet fait suite à deux autres montrant comment des essais contrôlés randomisés peuvent conduire à des résultats négatifs y compris pour des traitements efficaces :

Un essai controlé randomisé peut-il passer à coté d’un traitement efficace ?
Un ECR peut-il passer à coté d’un traitement efficace ? Exemples (1)
Un ECR peut-il passer à côté d’un traitement efficace ? Exemples (2)

_______________________________________________________________________

Comment qualifier cette étude de Clemency et al. publiée par JAMA Internal Medicine ?

Cet essai contrôlé randomisé en double aveugle mené aux USA testait l’efficacité d’un traitement précoce contre le Covid : 2 inhalations, deux fois par jour, de ciclésonide (un corticoïde antiasthmatique, proche du budésonide recommandé par exemple en traitement précoce du Covid-19 en Inde.)

Entre juin et novembre 2020, 400 patients âgés de 13 à 87 ans et atteints de Covid léger ou modéré ont été inclus dans l’étude, moins de 72 heures après un test positif.

Le protocole de l’étude, déposé en mai 2020, se fixait un résultat principal, que l’essai se proposait de comparer entre le groupe traité et le groupe placebo. Il était ainsi défini : « le pourcentage de patients nécessitant une visite aux urgences ou une admission à l’hôpital pour une raison imputable au Covid-19 avant 30 jours » (« percentage of patients with subsequent emergency department visit or hospital admission for reasons attributable to COVID-19 by day 30 »)

Notons, car cela aura son importance, que l’un des résultats secondaires était le « délai jusqu’à la disparition totale des symptômes liés au Covid-19 (toux, dyspnée, frissons, sensation de fièvre, tremblement avec frissons, douleurs musculaires, mal de tête, mal à la gorge et perte du goût ou de l’odorat) avant 30 jours » (« time to alleviation of all COVID-19–related symptoms (cough, dyspnea, chills, feeling feverish, repeated shaking with chills, muscle pain, headache, sore throat, and new loss of taste or smell) by day 30 »).

Une réduction de 82 % des hospitalisations

Les résultats de l’essai sont nets : parmi les 203 patients inclus dans le groupe placebo, 11 (5,4%) ont été admis aux urgences ou à l’hôpital dans les 30 jours suivant leur inclusion dans l’essai, contre 2 (1%) parmi les 197 patients du groupe traité. Cette différence est non seulement large (il y a eu une réduction relative de 82 % des hospitalisations/urgences dans le groupe traité par rapport au groupe placebo, mais elle est statistiquement significative, avec une p-value de 0,02, comme l’indique le tableau 2 de l’étude. (Une p-value inférieure à 0,05 indique que le résultat est statistiquement significatif, et qu’il peut être considéré comme probant. Pour une explication de la p-value, voir ici.)

Tableau 2 de l’étude de Clemency et al.

Du point de vue de l’Evidence Based Medicine, cette étude apporte donc la preuve d’une grande efficacité des inhalations de ciclésonide pour réduire le risque d’hospitalisation face au Covid-19.

Un résultat secondaire décevant

Pour le résultat secondaire évoqué plus haut, en revanche, l’essai a compté que 129 des patients placebo n’avaient plus aucun symptôme avant 30 jours, contre 139 parmi les patients traités. C’est un peu mieux dans le groupe traité, mais ce n’est pas ce qui intéressait les chercheurs : ils s’intéressaient au délai jusqu’à la disparition de tous les symptômes. Or, parmi les 129 patients du groupe placebo débarrassés de leurs symptômes avant le 30ème jour, comme parmi les 139 patients traités débarrassés de tous leurs symptômes, le délai médian a été de 19 jours. Aucune différence de délai médian entre les deux groupes (du moins chez ceux qui n’avaient plus de symptômes avant 30 jours.) Et aucune significativité statistique à ce résultat.

Prestidigitation

Eh bien c’est difficile à croire, mais les auteurs de l’étude, estimant que le nombre total d’hospitalisations était faible, ont interverti la hiérarchie de leurs résultats : par un amendement au protocole, le 21 décembre 2020 (après la fin des essais), ils ont décidé que le résultat principal de leur étude serait le délai avant la disparition totale des symptômes, et que le pourcentage d’hospitalisations deviendrait un résultat secondaire.

C’est peut-être un détail pour vous, mais cela a de réelles conséquences : même si le cœur de l’étude signale explicitement que la réduction des hospitalisation « peut sembler plus pertinente aux yeux des patients et des systèmes de santé que la disparition des symptômes », et que « le ciclésonide pourrait représenter un traitement relativement bon marché pour éviter les admissions aux urgences ou à l’hôpital », la conclusion de l’étude — ce qui est lu par la plupart des gens et notamment des journalistes, qui ne cherchent pas plus loin — est exclusivement consacrée au résultat principal. Ainsi, la conclusion du résumé préliminaire est que

« les résultats de cet essai contrôlé randomisé ont montré que le ciclésonide n’a pas conduit à une réduction du délai de disparition de tous les symptômes liés au Covid-19 ».

Clemency et al.
Etude de Clemency et al. (extrait)

Et la conclusion finale de l’étude est du même ordre :

« Le ciclésonide n’a pas conduit à une réduction du délai de disparition de tous les symptômes liés au Covid-19. D’autres études sur les sinhalations de stéroïdes sont nécessaires pour explorer leur efficacité chez les patients présentant un risque élevé d’aggravation et pour la réduction de l’incidence des symptômes de Covid long ou des séquelles post-Sars-CoV-2. »

Clemency et al.
Conclusion de l’étude de Clemency et al.

Rappel historique

A l’instar des auteurs de cette étude, on pourrait penser que la différence observée sur le taux d’hospitalisation, 5,4 % et 1 %, n’est pas si importante que cela, les deux chiffres étant faibles. On rappellera que le vaccin anti-covid de Pfizer a été approuvé dans d’innombrables pays sur la base de taux observés de 0,88 % et 0,04 % sur les deux groupes, ces taux correspondant à la proportion de patients déclarant ressentir des symptômes de Covid-19 et confirmés par un test positif : 162 patients sur 18325 dans un groupe et 8 sur 18198 dans l’autre (voir le tableau 2 de l’étude de Pfizer). Passer de 0,88 % à 0,04 % représente en effet une réduction relative de 95 %.

Pour le vaccin anti-covid de Moderna, c’est une réduction de 1,3 % à 0,08 % des cas de Covid-19 symptomatique qui a permis d’afficher une efficacité de 94 % (185 patients sur 14073, contre 11 sur 14134 ; voir la Figure 4 de l’étude de Moderna.)

Dans le cas du ciclésonide, l’inversion de la hiérarchie des résultats de l’étude de Clemency et al., que rien ne justifie puisque le résultat est important (86 % de réduction relative du risque d’hospitalisation, statistiquement significative) a donc pour conséquence de rendre apparemment insignifiante une étude qui apporte pourtant un élément de preuve de l’efficacité d’un traitement précoce bon marché contre le Covid-19.

Covid : Faits et chiffres

Pour Noël cette année, offrez un cadeau utile

Oui, je sais, je prodigue chaque année le même conseil et, je l’avoue, sans grand succès jusqu’à ce jour.

Notre ex-Président-bouffon, François Hollande, se gaussait des sans-dents mais se gardait bien de pointer le véritable problème de notre nation : la prolifération folle des sans-couilles et la quasi-disparition des hommes devenus espèce en voie de disparition !

Alors, offrez un cadeau utile, essentiel, vital même !

“Ils ont déjà préparé la prochaine pandémie Marburg”

Qui ne constate qu’il y a beaucoup plus de cas d’infection cette année, avec près de 90% de « vaccinés » qu’il y a un an sans « vaccin » ? Cela n’interpelle personne ? Pas de problème, vraiment ? Mais ce n’est pas tout, Bill Gates l’avait laissé entendre il y a quelques mois, avec un petit sourire entendu et inquiétant : nous allons vraisemblablement vers une autre épidémie autrement redoutable, l’épidémie Marburg. Comme le suggère ce chercheur, Kieran Morrissey, ne ricanons pas comme les crétins qui en sont encore à la fable du mangeur de chauve-souris ou d’un virus échappé malencontreusement d’un laboratoire négligent mais faisons plutôt nos recherches et croisons les informations. Nous ne sommes qu’au début d’un processus….(NDLA)

“Bonjour je m’appelle Kieran Morrissey. Je suis un ingénieur de 61 ans et j’ai travaillé ces 22 dernières années dans un grand hôpital universitaire de Dublin, où j’ai acquis une connaissance approfondie du fonctionnement du système de santé irlandais.

Au cours de mes récentes études sur l’immunologie et la virologie pour essayer de mieux comprendre ce qui se passe avec les virus et les vaccins qu’ils promeuvent, j’ai découvert un article écrit en 2017, par deux chercheurs italiens, le couple Gatti et Montanari, qui testent des vaccins depuis 2004. Ils en ont examiné 44 au total et ont découvert que ces vaccins sont contaminés avec des nanoparticules inorganiques, y compris toutes sortes de substances telles que les métaux lourds, le plomb, etc.

Cela m’amène à penser que les vaccins provoquent des réactions immunitaires depuis de nombreuses années qui peuvent se présenter comme des grippes et d’autres maladies. Plus les symptômes apparaissent, plus on administre de vaccins pour tenter de les prévenir… Il y a une sorte de boucle sans fin entre les vaccins et les maladies.

Donc les vaccins provoquent des maladies qui exigent plus de vaccins…

Mais au cours de l’enquête, j’ai découvert quelque chose d’encore plus inquiétant.

En avril 2021, Bill Gates/GAVI a publié un article sur son site web dans lequel il affirmait que Marburg était la prochaine grande pandémie dont nous devions nous inquiéter. Marburg est une fièvre hémorragique relativement rare. Nous n’avons eu que 16 cas depuis 2005.

Que savent donc Bill Gates et GAVI que nous ne savons pas ? Pourquoi est-ce une menace ? Pourquoi l’OMS et les médias conventionnels ne publient-ils pas des articles sur cette maladie rare ?

J’ai fait des recherches plus approfondies et j’ai découvert qu’ils avaient déjà développé un test PCR spécial pour cela. C’est très inquiétant, car maintenant ils peuvent prouver que n’importe qui pourrait avoir le Marburg grâce à un “test”, aussi fantaisiste que le test PCR covid. Mais comme ce test PCR actuel, il sera difficile de le réfuter.

J’ai aussi trouvé qu’ils ont publié des articles  affirmant que la maladie de Marburg se transmet par les chauves-souris de façon asymptomatique, ce qui a été réfuté pendant la pandémie du Covid. Si vous n’avez pas de symptômes, vous n’avez pas de virus, et vous ne pouvez pas le transmettre asymptomatiquement. La propagation asymptomatique d’un virus n’existe pas. Bien que ceci ait été largement admis, des articles qui disent le contraire sont publiés !

La nouveauté la plus inquiétante que j’ai découverte, c’est qu’on est en train de développer très rapidement un nouveau vaccin pour Marburg appelé RIVAX, qui contient de la RICINE, une substance hyper toxique qui a été utilisée dans les attentats terroristes du métro de Tokyo et qui a tué un grand nombre de gens. Pourquoi ont-ils mis une toxine si dangereuse dans un vaccin ? C’est très étrange et inquiétant.

Mais comment pourraient-ils initialiser cette pandémie de Marburg sans la propager ? Très simple : en fait ils l’ont déjà initialisée. Les lésions causées par les vaccins Covid comprennent des hémorragies et des caillots, qui sont très semblables à celles de la fièvre hémorragique. En administrant les vaccins de rappel aux prisonniers, dans les maisons de retraites et les hôpitaux, ainsi qu’aux enfants en contact étroit dans les écoles, ils provoquent davantage d’hémorragies et de caillots qu’ils appellent “fièvre hémorragique”.

Ils feront le test avec le nouveau test PCR et diront que c’est le Marburg.

Cela expliquerait le nombre excessif de morts que nous voyons dans les hôpitaux, ce sera une couverture. Ils diront que les décès ne sont pas dus à des lésions causées par le vaccin Covid, mais au Marburg. Il y aura une soudaine et très grande panique. Il y aura une hystérie de masse jamais vue auparavant. Les gens feront tout pour obtenir quelque chose qui les protège. Le vaccin Rivax sera lancé rapidement et administré “à titre expérimental”, comme ça s’est passé avec le vaccin Covid.

Cependant, une grande différence avec le vaccin à la ricine, c’est que l’infrastructure est en marche et les ressources sont déjà en place pour la développer et la gérer dans un laps de temps très court. Ils pourraient atteindre une couverture de 100% de la population en un temps record. La ricine contenue dans le vaccin va pouvoir tuer des milliards de personnes très rapidement. Il n’y a aucun moyen connu de l’arrêter une fois que c’est commencé.

Arrêter de se faire vacciner contre le Covid est le seul moyen d’arrêter cette épidémie de Marburg, annoncée par Bill Gates, GAVI, l’OMS, etc.

Nous devons convaincre nos amis, notre famille et tout le monde que la vaccination est une erreur qui les rendra encore plus malades !

Vous devez compter sur votre immunité naturelle et la renforcer avec de la vitamine C et de la vitamine D, du zinc et tous les autres minéraux nécessaires. Si vous êtes atteint de Covid, l’Ivermectine et l’hydroxychloroquine sont très efficaces. Nous n’avons pas besoin d’un vaccin qui provoque des symptômes de fièvre hémorragique. Nous devons arrêter cela immédiatement. Si nous ne le faisons pas, nous serons confrontés à une prétendue pandémie de Marburg, qui sera le prétexte pour lancer le vaccin à base de ricine qui tuera des milliards de personnes.

Veuillez faire connaître cette vidéo à tout le monde. J’ai publié toutes les recherches dont j’ai parlé ici sur www.lewrockwell.com  S’il vous plaît, lisez-les.

S’il vous plaît, faites vos propres recherches. Vous verrez que ce que je dis est vrai. Vous vous rendrez également compte que je ne gagne rien à dire tout cela, je perds plutôt. Je suis sûr que mon travail à l’hôpital est en danger, et Dieu sait quoi d’autre.

Michel Dogna

Richard Boutry évoque les menaces de mort dont il est victime quotidiennement (vidéo)

Il est dangereux de s’opposer au gang mondialiste, à Big Pharma et de tenter de réinformer nos concitoyens.

Richard Boutry et Natacha sont aujourd’hui quotidiennement victimes de menaces de mort pour avoir compris et révélé au jour le jour les dessous de la pseudo-crise sanitaire qui n’a d’autre but que de mettre l’humanité en coupe réglée.

Même s’ils restent très minoritaires, de plus en plus de nos contemporains commencent à comprendre, en partie tout au moins, ce qu’il se passe et quelques médias sentant le vent tourner prennent déjà les devants. A la une du dernier numéro de Marianne, le titre « Coronavirus : 2 ans de mensonges, de trouille, de délires… » aurait été inconcevable il y a seulement quelques semaines.

Le bras de fer engagé depuis un an et demi n’est certes pas sans risques,ni gagné mais nous n’avons pas le droit de reculer, si ce n’est pour nous au moins pour nos enfants.

La Minute de Ricardo

Gilbert Deray, médecin de plateau TV a perçu 172 761 euros de Big Pharma

Gilbert Deray, médecin orateur de plateau TV et grand vaccinolâtre, partisan notamment de la vaccination des enfants de 0 à 11 ans – tranche d’âge dans laquelle on ne déplore aucune victime au monde – a perçu 172 761 € par diverses sociétés de Big Pharma.

Liste détaillée de ces menues faveurs sur le site : Covidinfos.net

Ce grand philanthrope a notamment déclaré : « Les 0-11 ans ne sont pas vaccinés et sont des vecteurs majeurs de la contamination», ce qui relève, au choix, d’une débilité profonde ou d’une perversité à un degré rarement atteint.

Silence et donc complicité des « journalistes » qui savent qu’ils n’ont guère droit au moindre écart et qui feignent de gober de pareilles balivernes.

Pour connaitre la liste des médecins percevant des revenus de l’industrie pharmaceutique, il suffit de consulter la base de données EURO FOR DOCS (387 969 médecins référencés)

Qactus

HOPITAUX : « C’est du jamais vu…la situation est catastrophique, sur l’île de France, on est à 25% de lits fermés, sur Paris petite couronne, 40% de lits fermés et sur l’APHP, on est à près de 50% de lits femés ! Vous vous rendez compte, en 25 ans dans mon unité neuro-vasculaire, je n’ai jamais vu ça !!! »

Le déni est partout dans ce gouvernement, probablement un syndrome de perversion narcissique ou pire !? pic.twitter.com/93lw6G9gj1

— BAN (@BAN05063867) November 24, 2021

BusinessBourse

Christian Estrosi: « Je demande qu’il y ait des restrictions supplémentaires pour ceux qui refusent le parcours vaccinal. Il n’y a pas de raison que les vaccinés payent pour les non-vaccinés. »

Que Christian Estrosi se rassure, il y en a qui vont payer, c’est ma seule certitude.

Mais il faudrait que cet individu équivoque nous explique, sauf à faire partie de la Cabale, pourquoi et comment des « non-vaccinés » pourraient nuire en quoi que ce soit à des « vaccinés » théoriquement protégés ? Le lavage de cerveau a été si puissant que nombreux sont ceux qui n’arrivent même plus à se souvenir qu’un vaccin n’a pour autre finalité que de protéger d’une maladie. Le vaccin contre la coqueluche ou la polyo, par exemple, prémunit de façon plutôt fiable contre ces maladies.

Estrosi est-il en train de reconnaître que ces pseudo « vaccins » sont une vaste escroquerie, qu’ils ne protègent en rien contre le Covid et que le moindre « non-vacciné » pourrait contaminer les « vaccinés ? Estrosi complotiste ?