Le blog d'Arnaud de Brienne

Petits antidotes contre la pensée unique et pour la prévention du Sida mental

Archive for the ‘Uncategorized’ Category

Europe, l’heure des frontières

Institut Illiade

Publicités

Written by Arnaud de Brienne

12 mars 2019 at 6 h 08 min

Publié dans Uncategorized

I-Media n°229 – R.I.C : les médias craquent

Written by Arnaud de Brienne

13 janvier 2019 at 15 h 33 min

Publié dans Uncategorized

Un grand débat national tronqué et même truqué

Written by Arnaud de Brienne

12 janvier 2019 at 18 h 41 min

Publié dans Uncategorized

Journal du chaos, du 7 au 13 janvier 2019

Written by Arnaud de Brienne

12 janvier 2019 at 7 h 09 min

Publié dans Uncategorized

Samedi 1er décembre 2018 : révolte contre l’oligarchie !

Attention aux récupérations de ceux qui refusaient de s’associer au mouvement et faisaient la fine bouche et qui tentent maintenant de récupérer ce mouvement populaire spontané qui les dépasse.

Ce grand mouvement,  c’est un ras-le-bol de l’enfer fiscal français, bien sûr, mais aussi l’une des conséquences de l’absence de proportionnelle aux élections : aujourd’hui, à défaut de représentation légale, c’est la rue qui prend la parole.

Contrairement à ce qu’aimerait faire croire la presse aux ordres, les vrais manifestants ne sont pas des casseurs même si les médias semblent curieusement ne s’intéresser qu’à eux.

Gaztaner démission !


Written by Arnaud de Brienne

30 novembre 2018 at 22 h 33 min

Publié dans Uncategorized

Les hors-sol contre les manants

A la veille du nouveau rassemblement des gilets jaunes partiellement annoncé à Paris, pour leur deuxième samedi, ce 24 novembre, l’incertitude grandit. Le pouvoir imagine tendre un piège à ce mouvement encore informel, inédit et imprévisible. On leur concède faussement le Champ de Mars. Les forces de l’ordre, et plus encore celles du désordre programmé, pensent l’endroit commode. On pourra, estiment-ils, y parquer de braves gens jusqu’ici inoffensifs. On accentuera la focalisation sur telle dizaine de fous, d’abrutis, ou de provocateurs incontrôlables, On imagine dès lors instrumentaliser le revers de la médaille de leur spontanéité.

Bref, on les prend en haut lieu pour des crétins. Mais les hors-sol qui nous gouvernent devraient bien mesurer deux choses.

D’abord, leurs faux discours moralistes ne prennent plus. Il convainc d’autant moins que le seul objectif auquel il affirme répondre se réclame, grandiose, du salut de la Planète, à partir des 551 000 km2 de l’Hexagone, ne parlons même pas des départements d’Outre-mer qui n’en peuvent mais.

Nous nous trouvons ainsi confrontés à des affirmations disproportionnées, aussi péremptoires dans les mots que contradictoires dans les faits. Elles expriment un écologisme devenu complètement arbitraire, idéologique et schizophrénique. L’administration se montre insoucieuse d’agir contre la pollution de la terre, des cours d’eau comme des rivages d’une France dont, depuis un siècle, elle n’assure que l’enlaidissement. Incapables de gérer correctement les déchets, ses insupportables bons élèves veulent se faire croire en mesure de réglementer, par l’impôt punitif, l’évolution du climat des océans et des autres continents.

On éprouve, en écoutant ces folies, une impression de grotesque. Mais en découvrant le retour d’un fantôme, celui de Nicolas Hulot, le sentiment évolue. On en viendrait [presque] à une forme de pitié pour le personnage lui-même. Rappelé de son oubliette on lui redonne un instant la parole. Après l’avoir démonétisé comme ministre, on l’utilise tel un vieux pot pour y faire de la confiture. Celle-ci contrairement à l’adage bien connu ne donnera rien de bon. Ce recyclage ridicule ne prend pas.

D’autre part il va leur falloir choisir leurs alliés. Les hors-sol vont se trouver dans la nécessité de dessiner les contours du peuple majoritaire au nom duquel ils gouvernent. Cela ne s’appelle pas populisme mais, plus simplement, démocratie.

Manifestement plus de 70 % des Français[1] se sentent toujours en sympathie avec cette contestation.

Un petit épisode parlementaire d’apparence anecdotique s’est ainsi déroulé à l’Assemblée nationale ce 22 novembre. Il s’est traduit par une suspension de séance après une passe d’armes entre MM. Ferrand et Castaner, d’une part, et le sympathique député pyrénéen Jean Lassalle. Celui-ci portait un gilet jaune, obligatoire pour le conducteur d’un véhicule[2]. Il s’est exposé, au contraire, dans cet autre contexte à une amende de 1 500 euros infligée par le bureau de l’Assemblée lui-même. Les images d’une majorité applaudissant la sanction ne manquent pas de pathétique, à défaut de panache. Elles caricaturent de façon effrayante l’aveuglement, que la légende prête [à tort] au parti ministériel, aux bons élèves qui entouraient Calonne, à la vielle de 1789. Or, la déconnexion du pouvoir d’État par rapport aux manants, ainsi que celle de la majorité des députés les oblige à recourir à d’étranges alliés. C’est ainsi que, pour discréditer, diffamer, étiqueter faussement comme xénophobes les manifestants français on vient d’avoir recours à l’appareil de la CGT des douanes et au député d’extrême-gauche Ruffin. Ces professeurs de morale, auxiliaires du pouvoir hors sol, osent en effet condamner l’application de la loi par les Gilets Jaunes débusquant dans la Somme, sur la route de Calais, un trafic de migrants illégaux.[3]

N’en jetez plus Messieurs, votre cour est pleine, votre cause a été entendue. Le peuple des manants s’éloignera de vous comme le font les chevaux quand ils sentent la présence d’un mort.

JG Malliarakis 

L’insolent

Written by Arnaud de Brienne

24 novembre 2018 at 7 h 28 min

Publié dans Uncategorized

Journal du chaos (n°52)

Written by Arnaud de Brienne

31 janvier 2018 at 7 h 06 min

Publié dans Uncategorized