Coup de tonnerre sur BFMTV : après le Pass Vaccinal, le Pass Carbone sera mis en place !

Ce pass carbone est annoncé depuis plus d’un an par les lanceurs d’alerte (Jim Leveilleur et quelques autres souvent relayés sur ce blog) et annonce une société totalitaire de surveillance totale et permanente. Les moutons s’y soumettront, les autres entreront en dissidence et s’organiseront…

Les comploteurs n’ont jamais autant donné raison aux complotistes qu’on ne peut plus reléguer au rang de rebouteux Illuminati farfelus… BFMTV, sous le commandement du milliardaire Patrick Drahi — qui aurait demandé la perte de sa nationalité française et possède la nationalité israélienne —, nous prépare à la dictature carbone pour maquiller l’esclavage moderne.

Après le premier test grandeur nature avec le pass sanitaire, puis le pass vaccinal qui a mis en marge de la société des millions d’êtres humains ne souhaitant pas se vacciner,  le pass carbone ira beaucoup plus loin puisque le refus ne sera plus possible. D’ailleurs, vous ne le savez peut-être pas, mais vous avez déjà commencé la première étape : ne pas chauffer à plus de 19 °C, sinon attention à la facture ! Vous aurez donc un quota carbone à ne pas dépasser sous peine de sanctions et d’interdictions en tous genres.

Virginie Joron, député au Parlement européen, s’étonne sur Twitter que « le permis carbone ou #PassCarbone — le petit frère du #PassSanitaire — soit devenu en moins de 24 h l’obsession de BFMTV ».

Voici un petit aperçu des journaliste de BFMTV dans ce journal/scénario du futur où est imaginé la mise en place d’un « permis carbone » pour limiter nos émissions de gaz à effet de serre. Concrètement, cela voudrait dire que nous aurions chacun un crédit de CO2 autorisé et à ne pas dépasser chaque année.

BFMTV explique au consommateur de prévoir comment il souhaite dépenser son crédit de CO2, dans la limite de 2 tonnes par an, sachant qu’un steak de bœuf de 250g équivaut à 6 kg de CO2, un plein de 50 litres de à 50 kg, une baguette à 150 g… Un aller-retour en avion Paris/New York est très coûteux : 1 tonne de CO2. En 2019, une start-up suédoise avait ainsi imaginé avec Mastercard une carte de crédit qui calculait l’empreinte carbone de chaque achat et informait le consommateur, pouvant même « bloquer » les dépenses dès un « maximum de carbone » atteint.

Ainsi, pour la député Julie Lechanteux « après le pass vaccinal, le #PassCarbone. Ce que les pires dystopies nous dépeignaient, les écologistes le réclament. Leur rêve : une société du contrôle total, où chacun de nos achats est décompté d’un quota carbone. Une société de l’injonction et du mépris. »

Voici les résultats du sondage Elabe réalisé pour BFMTV avec un échantillon de 1 005  personnes sur l’instauration d’un « permis carbone » fixant un seuil maximal annuel d’émission carbone à ne pas dépasser : « 52 % des Français sont opposés à la mise en place d’un “permis carbone” par personne fixant un seuil maximal annuel d’émission carbone à ne pas dépasser, dont 28 % assez opposés et 24 % très opposés. A l’inverse, 48 % y sont favorables, dont 40 % assez favorables et 8 % très favorables ».


Le « permis carbone » est à l’origine d’un double clivage politique et générationnel :

  • Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon (58 % favorables) et d’Emmanuel Macron (57 %) y sont majoritairement favorables, ceux de Marine Le Pen opposés (65 %).
    Les 18-24 ans (65 % favorables) et dans une moindre mesure les 25-49 ans (53 %) y sont majoritairement favorables, tandis que les 50 ans et plus y sont opposés (59 %).

Pour combattre cette folie dystopique, il faudrait comprendre la genèse de cette histoire de carbone comme le relève Philippe Herlin sur Twitter : « Scandaleuse propagande pour le #PassCarbone. Et si les journalistes faisaient leur travail et s’interrogeaient sur la réalité réchauffement climatique anthropique ? » Mais remettre en question les causes du réchauffement climatique sont interdites sur les réseaux sociaux et vous vaudra un bannissement, tout comme ce fut le cas avec la vaccination.
Si contrôler les gens à partir de critères de santé via le pass vaccinal a été possible, les élites le feront sur d’autres critères. Ils préparent les esprits par des articles en forme de question, par des sondages, par des annonces catastrophiques sur le climat… et bien évidemment il faudra trouver un bouc émissaire sur qui taper.

Le Média en 4-4-2

Vladimir Poutine accorde à Edward Snowden la citoyenneté russe

Quelques mois après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, certains médias américains ont commencé à se demander « Où est Edward Snowden ? Le lanceur d’alerte reste silencieux depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie », comme l’indiquait un titre de Newsweek en avril. L’offensive ukrainienne a clairement mis le lanceur d’alerte de la NSA dans une position très délicate, et il est donc resté relativement silencieux sur Twitter. Le gouvernement russe lui avait accordé l’asile depuis qu’il s’était enfui de Hong Kong en juin 2013, car il était « recherché » pour avoir révélé l’espionnage domestique à grande échelle par la NSA et les services de renseignement américains.

Lundi, les médias d’État russes ont publié un titre explosif et un nouveau développement concernant le sort de Snowden : « Poutine signe un décret accordant à Snowden la citoyenneté russe », selon la chaîne d’État RIA Novosti. L’agence TASS rapporte également que Poutine a accordé la citoyenneté russe à Edward Snowden.

Selon le décret officiel du président russe…

« Conformément au paragraphe ‘a’ de l’article 89 de la Constitution de la Fédération de Russie, je décide : d’accepter les personnes suivantes dans la citoyenneté de la Fédération de Russie : Edward Joseph Snowden, né le 21 juin 1983, aux États-Unis d’Amérique. »

Il s’agit d’un développement absolument énorme et d’une grosse et conséquente humiliation du Kremlin infligée à Washington à un moment où les deux parties se rapprochent d’une confrontation directe et d’une guerre en Ukraine. Le décret ne manquera pas d’aggraver les tensions au moment même où Washington réfléchit à de nouvelles sanctions.

Selon un média russe, « le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a également confirmé que la citoyenneté russe avait été accordée à Snowden à la demande de ce dernier. »

Aube digitale

Comment la machine turbo de Bill Gates a piloté la gestion du corona

 

« Nous nous sommes énormément appuyés sur leurs conseils pendant la pandémie », déclare un responsable du gouvernement américain. « Surtout au début. » Le gouvernement fédéral allemand, y compris la chancelière Angela Merkel, a également été contacté personnellement par Bill Gates, par téléphone et par courrier.

Ces citations et informations proviennent de documents, comptes rendus de réunions et témoignages que des journalistes de Welt am Sonntag et de la plateforme en ligne Politico, disent avoir recueillis sur une période de six mois.

  • Politico est une plateforme en ligne d’informations politiques et stratégiques basée aux Etats-Unis, destinée aux élites politiques et financières(1). Welt am Sonntag, édition dominicale du quotidien conservateur Die Welt. Tous deux appartiennent au groupe de presse allemand Axel Springer

Les décisions majeures ne venaient pas des États ni de l’OMS

La plupart des responsables gouvernementaux aux États-Unis, ainsi que les décideurs et leurs employés dans d’autres pays, devaient être assurés de l’anonymat. La plupart n’étaient pas autorisés par leurs fonctions à parler aux médias.

Conclusion de Welt am Sonntag: « Les décisions importantes n’ont pas été prises par les chefs d’État et l’Organisation mondiale de la santé, mais par la Fondation Bill et Melinda Gates et leur réseau. »

Le réseau du lobby Gates comprend la « Bill & Melinda Gates Foundation » à Seattle (« Un monde meilleur d’ici 2030 est à notre portée » ; ses actifs se montent à environ  70 milliards de dollars), le « Wellcome Trust »* de Londres (portefeuille d’investissement 38 milliards de livres) , l’alliance pour la vaccination GAVI à Genève et le CEPI «Coalition for Epidemic Preparedness Innovations») à Londres et Oslo.

Voici les conclusions les plus importantes de Politico:

1. Ces quatre organisations « de santé » ont dépensé près de 10 milliards de dollars pour le Covid depuis 2020 – autant que la principale agence américaine chargée de lutter contre cette maladie.
2. Elles ont collectivement donné 1,4 milliard de dollars à l’OMS, où elles ont contribué à façonner une initiative majeure de distribution de vaccins et de kits de test Covid-19. Ce programme n’a pas atteint ses objectifs initiaux.
3. Les représentants de ces organisations ont eu un accès sans précédent aux plus hauts niveaux des gouvernements, dépensant au moins 8,3 millions de dollars pour faire pression sur les législateurs et les fonctionnaires aux États-Unis et en Europe.
4. Des fonctionnaires des États-Unis, de l’UE et de l’OMS ont rejoint ces quatre organisations en tant que collaborateurs, les aidant à consolider leurs liens politiques et financiers à Washington et à Bruxelles.
5. Les chefs des quatre organisations ont promis de combler les injustices. Mais pendant les pires vagues de la pandémie, les pays à faible revenu se sont retrouvés sans vaccins vitaux.
6. Les représentants de trois des quatre organisations ont prétendu, et fait pression avec succès dans ce sens, qu’il n’était pas nécessaire de supprimer la protection de la propriété intellectuelle pour mieux approvisionner l’Afrique en vaccins. Mais l’octroi de licences de production ou la suspension partielle des droits de brevet auraient permis de sauver de nombreuses vies, affirment des activistes.

Lire la suite

Selon un nouveau rapport du Lancet, le Covid pourrait provenir d’un laboratoire américain

La marche vers la vérité nous apparait bien longue… On est déjà loin de la fable du boulotteur de chauve-souris sur le marché de Wuhan qui ne convainc plus que d’indécrottables naïfs. Puis il y eut la piste de la fuite accidentelle suivie de la fuite volontaire d’un laboratoire chinois. Nous nous orientons maintenant vers les choses sérieuses avec la piste américaine. Que de temps auraient gagné certains s’ils s’étaient contentés de lire le livre mentionné en marge de ce blog et de visionner les documentaires de Pierre Barnérias… Sans parler des près de 1 500 vidéos, articles, interviews et documents divers reproduits sur ce blog depuis le début de la crise (NDLA)

Les National Institutes of Health ont « refusé de divulguer les détails » de leurs travaux.

 

Une virologue s’est dite « choquée par la façon flagrante » dont le rapport ignore des preuves essentielles sur les origines du Covid Crédit : Ng Han Guan/AP Photo

Selon un nouveau rapport de la revue médicale de premier plan The Lancet, il est « possible » que le virus COVID-19 provienne en fait d’un laboratoire des États-Unis.

Jusqu’à présent, la plupart des spéculations sur l’origine de la pandémie étaient centrées sur le laboratoire de Wuhan en Chine.

Toutefois, le nouveau document suggère que le virus Sars-Cov-2 aurait pu s’échapper d’un laboratoire américain à la suite d’un débordement naturel ou d’un incident de laboratoire.

Le rapport indique que « des chercheurs indépendants n’ont pas encore enquêté » sur les laboratoires américains et que le National Institutes of Health a « résisté à la divulgation des détails » de ses travaux.

Malgré les preuves présentées dans le document de recherche, The Lancet est toujours confronté à une réaction négative suite à son refus de prendre des mesures à l’encontre de l’économiste Jeffrey Sachs, qui a participé aux recherches pour la publication.

Lors d’un podcast animé par Robert F Kennedy Jr, Sachs a déclaré qu’il était « assez convaincu » que le COVID « sortait d’un laboratoire américain de biotechnologie, et non de la nature ».

Le professeur Angela Rasmussen a affirmé que l’apparition de Sachs dans le podcast « sape le sérieux de la mission de la Commission Lancet au point de la nier complètement ».

Cependant, le Pr Sachs a déclaré au Telegraph qu’il s’en tenait à ses conclusions initiales.

« Tout le monde a signé le texte final. La question d’une éventuelle dissémination en laboratoire concerne principalement la question des travaux conjoints entre les États-Unis et la Chine qui étaient en cours sur les virus de type Sars », a-t-il déclaré.

Bien qu’il existe de nombreuses preuves suggérant que le virus a été divulgué par le laboratoire de Wuhan, la réponse de la Chine à la pandémie n’a pas beaucoup de sens dans ce contexte.

Si la Chine a délibérément ou accidentellement divulgué le virus, pourquoi Pékin poursuit-elle encore aujourd’hui une politique désastreuse de « zéro COVID » en confinant des villes entières, au risque de provoquer des troubles intérieurs tumultueux et de nuire gravement à sa propre économie ?

Pendant ce temps, comme nous l’explorons dans la vidéo ci-dessous, les gouvernements occidentaux sont toujours très désireux d’utiliser toutes les méthodes possibles pour convaincre le public de ne pas s’engager dans des « théories du complot » sur le COVID ou les vaccins.

Anguille sous roche

Bruit de bottes à Toulouse autour de l’affichage des vraies données de pharmacovigilance !

Long article essentiel apportant une preuve de plus que la vérité, scientifiquement éprouvée, est interdite au sujet de ces étranges injections expérimentales abusivement dénommées vaccin : a-t-on déjà vu dans l’histoire de la médecine un vaccin qu’il a fallu renouveler deux à trois fois par an pour n’être protégé, ni de l’infection, ni de la transmission, ni même des formes graves et des décès ? Tout au contraire comme le prouvent les chiffres et études qui commencent à fuiter de partout… Ne pas oublier de cliquer sur « lire la suite » en dessous de cet article (NDLA)

Voilà une situation aussi instructive qu’assurément utile : plusieurs collectifs locaux se sont appuyés sur les travaux du Conseil scientifique indépendant pour informer la population par voie d’affiches des données réelles de la pharmacovigilance relative aux injections géniques expérimentales indûment appelées « vaccins » anti-Covid.

Lesquelles données sont évidemment tout sauf rassurantes : jamais dans l’histoire, de nouveaux produits mis sur le marché (au forceps et au mépris des règles de sécurité) ne se seront montrés aussi destructeurs que ceux-ci. On observe même depuis des mois des indicateurs extrêmement inquiétants comme une augmentation systématique de la mortalité générale, toutes tranches d’âge injectées confondues,

  • Pour lire « Silent crisis of soaring excess deaths gripping Britain is only tip of the iceberg » dans The Telegraph (article payant) : cliquer ici

ou encore, par exemple, en France, une explosion (« inexpliquée ») des décès chez les 10-11 ans ainsi que des consultations en urgence dans la tranche des 5-14 ans

Bien sûr, il en faudrait plus pour faire vaciller les gardiens de la charia vaccinale :  après tout, les études produites à l’appui de la mise sur le marché de ces produits dangereux étaient déjà toutes lourdement frauduleuses, comme nous l’avons montré sans jamais être contredit (et pour cause) dans nos analyses.

Lire la suite

99 % de la population ne peut pas attraper la variole du singe

Contre la variole du singe, mieux que le vaccin expérimental : ne pas multiplier les partenaires sexuels

Depuis juillet 2022, l’OMS et les médias tentent d’affoler la population avec la variole du singe dont les cas européens avaient triplé en deux semaines. Le but vraisemblable de cette dramatisation serait de promouvoir une campagne de vaccination la plus large possible en utilisant des vaccins disponibles pourtant inadaptés et qui n’ont pas été correctement étudiés chez l’homme. D’ailleurs une semaine après l’alerte de l’OMS, la Haute Autorité de santé préconisait d’élargir la vaccination préventive aux groupes les plus exposés, un avis suivi par le gouvernement français. Ces tentatives de faire croire à une nouvelle peste justifie cette mise au point basée sur l’analyse des 1200 articles médicaux recensés par PubMed® [1] le 6 août 2022.

Le virus de la variole du singe n’est pas une maladie nouvelle

La variole du singe est causé par un virus à ADN double brin, de la famille des Poxviridae et du genre orthopoxvirus qui comprend trois autres agents pathogènes humains : le virus de la variole, le virus de la cowpox et le virus de la vaccine. Les Poxviridae sont qualifiés de virus anciens car ils ont été trouvés chez des insectes, des reptiles, des oiseaux et des mammifères datant de 500 millions d’années avant J-C. Actuellement, un certain nombre de réservoirs animaliers du virus sont connus comme les rongeurs et les primates. Aux US de très rares cas sporadiques de transmission à l’homme à partir de chiens de prairie captifs ont été observés. L’éradication de ce virus ne peut donc pas être espérée contrairement à la variole humaine.

La variole du singe a été décrite pour la première fois en 1959 chez des singes d’un institut de recherche à Copenhague, capitale du Danemark. Le premier cas humain a été identifié le 1er septembre 1970, à l’hôpital de Basankusu en République démocratique du Congo chez un enfant de neuf mois. Six autres cas ont été reconnus au Liberia, au Nigeria et en Sierra Leone entre octobre 1970 et mai 1971.

Dans le même temps, une série d’enquêtes sérologiques dans 3 pays d’Afrique de l’Ouest a déterminé que plus de 10 500 enfants de moins de 5 ans sans cicatrice de vaccination contre la variole n’avaient aucun signe d’infection par le monkeypox humain, comme le suggèrent l’absence de cicatrices faciales et l’absence d’orthopox-anticorps. Cela a permis de rassurer sur le fait que la transmissibilité du monkeypox humain n’augmentait pas et que la notification d’infections sporadiques se poursuivait La conclusion des études sérologiques des enfants en Afrique de l’Ouest a suggéré que la transmission au niveau communautaire chez les enfants même non vaccinés ne se produisait pas.

Au Nigeria, le premier cas a été recensé en 1971, suivis de10 autres entre 1971 et en 1978 puis par une épidémie de 112 cas en 2017.  Le Nigeria constitue depuis lors le foyer endémique principal.

En mai 2022 [2], plusieurs pays d’Europe, en plus du Royaume-Uni, de l’Espagne et du Portugal, ont signalé des cas de variole du singe. Le Canada et les États-Unis d’Amérique, le Mexique et l’Argentine, Israël et l’Australie ont également notifié des cas suspects et des cas confirmés et l’Équateur et la Bolivie des cas suspects, pour un total de 506 cas, dont 421 confirmés (83 %).

En date du 4 août 2022, plusieurs milliers de cas humains de variole du singe ont été confirmés dans 20 pays différents, principalement africains mais plus récemment aux États-Unis, au Royaume-Uni, mais aussi en Israël, à Singapour, en France, en Belgique, Espagne, Portugal, Italie, Grèce, Allemagne, Suède, Finlande… Les États-Unis recensent plus de 6 600 cas de variole du singe, dont près d’un quart dans le seul État de New York suivi par San Francisco.

Cette apparition dans des pays jusque-là épargnés ne traduit pas une modification du virus (en Europe le génome reste le même que celui de l’Afrique de l’Ouest) mais plutôt à un changement du mode de transmission interhumaine très lié à l’activité sexuelle et au nombre de partenaires.

Lire la suite

La politique sanitaire est responsable de 100 000 morts faute de soins et vous allez voter pour eux…

Article publié la veille du second tour des législatives. Au final, abstention record sans qu’il soit possible de distinguer parmi les abstentionnistes les jmenfoutistes des opposants au choix proposé. Question opposants, il restera à Marine Le Pen la nécessité de préciser rapidement sa position au sujet du passe dit sanitaire et de la pseudo-vaccination. Urgent et déterminant (NDLA)

La politique sanitaire est responsable de 100 000 morts faute de soins et vous allez voter pour eux?

Aujourd’hui même leurs statistiques indiquent qu’il y a DEUX FOIS PLUS DE RISQUES DE FAIRE UNE FORME SYMPTOMATIQUE DE LA COVID SI L’ON EST VACCS

Je viens d’apprendre que l’APHP soignait enfin le Covid à l’azithromycine et ne demandait plus aux malades s’ils étaient vaccinés. Cas particulier ou systématique, certains médecins de la forteresse anti-Raoult braveraient donc les interdits qui ont bien fait 100 000 morts en France et créé une crise économique et politique.

Il faut oser le dire avec force : soignée, la Covid est un simple rhume. Mon épouse et moi l’avons eu en mars 2020 et mars 2022. La première fois un gros rhume et un zona du à la spike (pour mon épouse) , pas vaccinés mais soignés à l’azithromycine, vitamine d et zinc. La deuxième fois , 24hde fièvre pour mon épouse, asymptomatique pour moi, nous étions soignés de la même manière avec en plus de l’ivermectine . Mais surtout un dosage régulier de vitamines D, C, NAC et zinc.

N’étant plus de première jeunesse je devais normalement mourir puisque j’ai cinq doses de Pfizer de retard .

En vérité je constate que plus jeunes et multi dosés sont bien plus malades que les complotistes…

Les télétoubibs et tous ceux qui veulent engraisser Pfizer se sont plantés et sont responsables de l’hécatombe

ILS NE NOUS PARDONNERONT JAMAIS D AVOIR EU RAISON

Ils suffisait pourtant de lire les études scientifiques et d’écouter les vrais savants….

Ivermectine et Together : vers un nouveau LancetGate ?

Décidément l’ivermectine fait peur, tout est bon pour éviter de la prescrire, pour éviter les études pouvant démontrer une potentielle efficacité. S’il y a 84 études sur le sujet, celles qui tentent de démontrer que cela ne fait rien sont pour le moins surprenantes, parfois douteuses. Le dernier grand essai, Together, semble bien avoir été conduit pour donner ce résultat, en espérant une suite, comme celle du LancetGate avec Surgisphère qui a fermé la porte à l’hydroxychloroquine, sans que ceux qui ont fermé cette porte en raison de l’étude, ne l’aient rouverte une fois la vaste farce découverte. Le scénario vient de se reproduire en Afrique du Sud, qui vient de retirer l’ivermectine.

En France le problème a été réglé en amont : il n’y a pas d’étude, elles ont été interdites pour que l’on ne sache pas. Malgré des résultats à quasi 100%, tant en prophylaxie qu’en curatif dans 2 Ehpads de la région parisienne au tout début de l’épidémie (Bernigaud et Loué), en pleine hécatombe dans les Ehpads, l’Inserm a refusé les études proposées, alors qu’il leur était si facile, avec des millions de cas, de faire une étude rapide, transparente, pour démontrer que cela ne marche pas ! Ils ne l’ont pas fait car il ne fallait pas savoir. Pourquoi ?

Au niveau européen, le cas Andrew Hill a été réglé : trouvant de trop bons résultats, certains sont intervenus pour mettre le holà — l’auteur a reconnu dans une discussion privée enregistrée sur Zoom que ses conclusions avaient été modifiées par des personnes extérieures — ce qui a permis à l’EMA, puis à l’ANSM, de dire que l’ivermectine n’avait pas d’effet. Pourtant, écrire qu’il faut plus d’études, seule proposition retenue (tout en refusant ces études), n’annule en rien les constatations de l’étude : 75% d’amélioration.

Pour l’ivermectine, deux soi-disant grandes études étaient censées établir « la » vérité : Principle et Together. Principle, pilotée par l’université d’Oxford, s’est bien moquée du monde et des patients qui meurent : l’étude a été arrêtée … « faute d’approvisionnement en ivermectine » ! Ils en manquaient, alors que des centaines de millions de doses étaient disponibles dans le monde entier. Une première pour annuler une étude dont les résultats pourraient ne pas plaire.

Together : c’est un essai clinique pour tester d’anciennes molécules, mené au Canada, au Brésil et aux Etats-Unis. Ont été testés hydroxychloroquine, ivermectine, lopinavir-ritonavir et fluvoxamine, mais aussi metformine, doxazosine et interféron lambda. L’étude qui concerne l’ivermectine vient d’être publiée dans le New England Journal of Medecine. Et elle pose problème, avec nombre d’anomalies.

Lire la suite

Cocus mais contents ! Macron veut faire oublier l’escroquerie sanitaire du siècle

Nous sommes priés de tout oublier et surtout d’oublier ces deux dernières années. Circulez, il n’y a rien à voir… Après deux années de lavage de cerveau médiatique jour et nuit, brutalement plus un mot. Les consignes sont draconiennes. Il faut reporter nos peurs sur la guerre. Bien sûr, nous n’ignorons pas les risques considérables actuels sur le plan international mais compte tenu des conséquences prévisibles de ces campagnes massives d’injections expérimentales dans les mois et deux à cinq ans à venir, nous ne nous tairons pas.

 » La liberté consiste d’abord à ne pas mentir. Là où le mensonge prolifère, la tyrannie s’annonce ou se perpétue.  » Albert Camus

Vous croyez être ressuscités par le Pfizer, protégés des formes graves comme ils disent, vous avez chopé la Covid deux fois malgré les trois doses et vous n’êtes pas mort…Bon , votre premier Covid c’est l’injection qui vous l’a refilé et pour le deuxième elle n’a servi à rien …

De mauvaises langues prétendent que Véran serait prié de se faire discret : plus question d’évoquer la gestion de la Covid…Tout oublier…

Le blog de Patrice Gibertie

Le profond mépris pour les nations : quand Volodimir Zelensky, président de l’Ukraine, jouait l’hymne national avec son sexe

La secte mondialiste installe des dingues aux plus hauts postes dits démocratiques, mais garde la haute main sur le pouvoir réel (l’argent, les réseaux, les postes).

Pour ceux qui ne savent pas qui est Zelensky, le jeune président de l’Ukraine qui sollicite depuis son bunker des renforts militaires internationaux toutes les cinq minutes, sachez que c’est un saltimbanque qui jouait du piano avec sa bite. La même crédibilité que Ariane du Lancet🤣 pic.twitter.com/zld4TnSAWl— Strategieduchoc 🇫🇷 (@strategieduchoc) February 25, 2022

SOTT

Les marionnettistes et leurs âmes damnées

Voilà 690 jours que le coup d’État planétaire organisé par les élites mondialistes est en cours, au titre d’une soi-disant pandémie qui dans les faits n’a pas tué plus qu’une grippe.   Partout, les droits individuels ont été bafoués, et des lois iniques ont été publiées, en dehors de tout contrôle constitutionnel.   C’est la politique du fait accompli qui prévaut, on prend des arrêtés liberticides, on les fait appliquer, et lorsque quelqu’un s’avise de les contester par voie de recours, la plupart du temps, ceux-ci sont rejetés par une justice à la botte de l’exécutif.   Non seulement il est grand temps de se lever contre la tyrannie, mais il convient aussi de comprendre comment tout ceci a pu arriver.

Au-delà de la juste indignation que nous ressentons tous, peut-être est-il temps de commencer à cerner les véritables objectifs de ce qui est bel et bien une contre-révolution, que dis-je, une guerre menée par les élites contre les peuples.  Il ne s’agit de rien moins que de nous ramener à l’époque féodale, dans laquelle les serfs, taillables et corvéables à merci étaient la propriété de leur seigneur.

Dans ce modèle les droits seront supplantés par les devoirs vis-à-vis de la société, et vos rares libertés seront toujours conditionnées à votre obéissance aveugle à l’autorité, et donc à leurs marionnettistes.   Et ne nous berçons pas d’illusions, quand on parle de devoirs vis-à-vis de la société, il ne s’agit que revêtir la tyrannie des oripeaux de la solidarité.

Ce modèle, c’est le communisme pour les masses (le servage), et l’ultralibéralisme pour les élites ainsi que leurs meilleurs serviteurs.

Comment a-t-on pu en arriver là?

Je crois que ceci est finalement la question centrale, et je me propose de vous livrer ici une théorie, qui, si elle n’est pas entièrement prouvée, a le mérite de tenir rudement bien la route sous tous les aspects.

En préambule, je rappelle que le vieux rêve des élites financières d’instituer leur pouvoir absolu ne date pas d’hier, c’est juste que les tentatives précédentes ont échoué parce que leurs pions étaient imparfaitement contrôlés.   Les hommes de pouvoir, passé un certain point, n’en faisaient qu’à leur tête, et sauf à les faire assassiner, ce qui fait toujours désordre, les projets de domination mondiale des marionnettistes restaient plus ou moins lettre morte.

Ces petits cercles d’élites, principalement basées aux USA et au Royaume-Uni ont donc conçu un système de cooptation des hommes de pouvoir en s’assurant de leur totale soumission.   Comment?  En usant d’un moyen vieux comme le monde, le chantage.  Et si vous voyez Bill Gates comme un des marionnettistes, détrompez-vous, ce n’est qu’un pion à leur service, et il est tenu par le chantage (cfr. affaire Epstein).   Pourquoi croyez-vous que la Reine d’Angleterre a pris la décision inouïe de retirer tous ses titres, honneurs et privilèges à son fils favori, Andrew?   Tout simplement parce que la révélation du contenu du dossier aurait pu faire tomber la monarchie.

On pourrait continuer avec Justin Trudeau, qui avait pu échapper à des poursuites pour viol sur mineur au moment où il exerçait encore la profession d’enseignant.    Tout ceci ne constitue qu’une toute petite partie de ce que je crois être un système mis en place patiemment au fil des années par les marionnettistes.   Petit à petit, ils ont placé des pions à eux, des gens sur qui ils ont barre, recrutés via des officines comme le Forum Économique Mondial et les Young Leaders.   Leur dépravation n’est pas la conséquence de leur pouvoir, mais bien la condition sine qua non pour y être élevé.

Ainsi vous comprenez l’obéissance aveugle de ces exécutants, qui pour la plupart d’entre eux, on pris des décisions politiques qui ont causé la mort de plusieurs dizaines de milliers de personnes (cfr.  arrêt « Rivotril »).   Vous pouvez être bien sûr qu’ils ont agi à contrecœur, et sous la menace; ceci transparaissait notamment dans certaines interventions d’Emmanuel Macron.   Personne avec tous ses boulons n’irait prendre officiellement des décisions ayant pour conséquence la mort d’un certain nombre de citoyens, et pourtant, tous l’ont fait!   Enfin, pas tous, certains dirigeants notamment africains n’ont pas suivi, ils ont été assassinés dès le début du coup d’État (Tanzanie, Haïti, Burundi), ou ont échappé de justesse, comme le président malgache à une tentative d’assassinat.  Paradoxalement, les deux hommes soupçonnés d’avoir fomenté cet attentat étaient d’anciennes barbouzes françaises.

La mort n’a pas frappé que des présidents rétifs au discours des marionnettistes, elle a aussi fait des ravages parmi des chercheurs ayant travaillé sur le Sars-Cov2 et ceux qui vendaient des remèdes bon marché comme l’hydroxychloroquine.   Je ne vais pas faire ici la recension de tous les morts, de toutes les explosions et incendies inexpliqués, pour cela je vous conseille la lecture du livre de Philippe Aimar, Enquête sur un virus Covid 19.

Arrivé à ce point, vous devriez avoir compris que ces pions, accros au pouvoir et tenus par des crimes sordides ne reculeront devant rien, sauf en cas de péril mortel pour leur petite personne.

Comment en sortir ?

Eh bien je crois qu’il est important de comprendre que de faire reculer le pouvoir ici où là ne changera strictement rien, les marionnettistes peaufineront leurs plans, et après avoir été virés par la porte, ils reviendront par la cheminée.   Les marionnettistes ne sont pas le plus grand péril, ce sont leurs créatures qui représentent un danger : elles sont leurs bras armé et sont en position de pouvoir.   Tant que le ver n’aura pas été retiré du fruit, il n’y aura aucune issue durable.

D’un autre côté, on ne peut que constater un certain amateurisme, et aussi une précipitation dans le chef des marionnettistes qui tend à montrer qu’ils savent que leur entreprise est fragile.   Pourquoi n’ont-ils pas pris la peine de bétonner correctement leur stratégie?    Tout simplement parce qu’ils sont dans l’urgence absolue, l’économie mondiale est au bord de l’effondrement complet.

Il y avait donc urgence à installer un contrôle social fort, puisque le but c’est de faire subir toutes les conséquences de l’effondrement au peuple, tout en gardant fermement sa position de domination absolue.

Un autre élément qui pourrait bien être le grain de sable fatal à leur projet mégalomaniaque est que dans les faits, c’est presque 20% de la population qui ne marche plus, soit qu’ils étaient éveillés de longue date, soit qu’ils commencent à réaliser qu’on les a manipulés.  Et si l’on voit assez fréquemment des gens s’éveiller, ceux qui décident de leur propre chef de revenir dans la caverne de Platon sont plus rares que le merle blanc.

Si nous n’étions pas si nombreux, il y a longtemps que nous serions déjà enfermés dans les camps de concentration que nos bons maîtres avaient fait construire à cette fin.

Je ne suis pas optimiste, mais disons qu’on commence à voir des failles un peu partout dans ce projet dystopique, c’est à nous, le peuple, qu’il reviendra de remettre la démocratie sur la bonne voie, et puis d’imaginer une société plus respectueuse des gens, plus économe, aussi, basée sur l’entente et la solidarité, parce que les débuts promettent d’être compliqués, attendu que l’effondrement, lui, est inéluctable.   Cela passera probablement par un moratoire sur la dette, toute la dette.   Mais me direz-vous, comment financerez-vous les pensions et les services publics?   Eh bien déjà, il n’y aura plus de dette, donc plus d’intérêts sur la dette.   C’est bien ce modèle qui flanque la jaunisse aux marionnettistes, parce que c’est via la dette que l’on tient les peuples en esclavage.

Philippe Huysmans

Les Moutons enragés

Un ex-gestionnaire de fonds de Blackrock découvre des tendances inquiétantes en matière de mortalité aux États-Unis

Il y a quatre semaines, le PDG de la compagnie d’assurance OneAmerica, Scott Davison, a révélé qu’ils avaient connu « les taux de mortalité les plus élevés de l’histoire de cette activité – et pas seulement chez OneAmerica », avec un bond de « 40 % par rapport à ce qu’ils étaient avant la pandémie ». Fait intéressant, M. Davison a noté que la majorité des décès ne sont pas classés comme étant dus au covid-19.

So the CEO in his own words. They are mandating vaccines in the workplace and raising premiums in lower vaccinated counties because they are mistakenly guessing here initially. The premiums will change to higher vaccinated areas as time moves on is my guess. He missed the plot. pic.twitter.com/avjFxkn7su

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) January 3, 2022

Pour beaucoup, l’implication est claire : le vaccin contre le covid-19 est lié à la surmortalité, et des mois de rapports sur les lésions causées par les vaccins se répercutent maintenant sur les données actuarielles, qui commencent à montrer, entre autres, que les personnes plus jeunes et en âge de travailler ont commencé à mourir en plus grand nombre lorsque les obligations en matière de vaccination sont arrivées – pour une maladie qui tue principalement des personnes plus âgées et en âge de travailler. Le contre-argument, souvent présenté sans preuve, est que l’augmentation est due aux personnes qui ont reporté des opérations chirurgicales non urgentes et d’autres traitements médicaux pendant la pandémie.

Ed Dowd, ancien gestionnaire de fonds de Blackrock, est dans le premier camp et a passé le mois dernier à analyser les miettes de pain associées à une augmentation de la surmortalité par rapport aux niveaux d’avant la pandémie. Étant donné que nous sommes maintenant au milieu de la saison des bénéfices, les industries de l’assurance et des services funéraires ont laissé des miettes assez importantes qui commencent à dresser un tableau inquiétant.

Quelques observations clés :

  • La mortalité s’est aggravée en 2021 par rapport à 2020 malgré la généralisation de la vaccination.
  • Un pic de mortalité chez les jeunes en âge de travailler a coïncidé avec les obligations en matière de vaccination.
  • Le pic de mortalité chez les jeunes a atteint son apogée au troisième trimestre 2021, alors que les décès dus à la maladie de Creutzfeldt-Jakob étaient extrêmement faibles (mais en hausse jusqu’à la fin du mois de septembre).

Mardi, la compagnie d’assurance financière Unum a indiqué que son segment Vie a connu une augmentation de 9 % du ratio des paiements par rapport aux primes (ratio des prestations), une augmentation de 17,4 % en 2021 par rapport à 2020 malgré la généralisation des vaccinations, et une augmentation de 13,3 % par rapport à 2019.

In 2019 the unit had $266 million profit, last year a profit of $82 million & this year a loss of -$192 million. A swing of $458 million lower over 2 years. Important to remember these are employed working age folks. Other fun numbers:

Q4 vs 2020= +21%
Q4 vs 2019= +36%

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 2, 2022

Mercredi, Dowd a noté que la société de pompes funèbres Carriage Services a connu une augmentation de 28% en septembre 2021 par rapport à 2020, et une augmentation de 13% en août par rapport à la même période. Les funérailles et les crémations sont en hausse de 12% et 13% respectivement sur le trimestre.

En général, les entreprises de pompes funèbres ont connu une hausse de leur activité au troisième trimestre, et M. Dowd surveillera de près les rapports du quatrième trimestre qui sont attendus vers le 15 février, soit dans moins de deux semaines.

Business has been quite good since the introduction of the vaccines & the stock was up 106% in 2021. Curious no?

Guys this is shocking as 89% of Funeral homes are private in US. We are seeing the tip of iceberg. The public companies report Q4 middle of February pic.twitter.com/M2rpNhIJzt

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 2, 2022

Dowd a également noté mercredi que les demandes d’indemnisation pour décès du Lincoln National sont en hausse de 13,7% en glissement annuel, et de 57% au quatrième trimestre par rapport à 2019. Le directeur financier Randy Frietag a expliqué jeudi qu’en 2021, la part des jeunes décédés à cause du Covid a doublé au second semestre.

Tom Gallagher of Evercore asked the question of Covid mortality impact. That was the answer.

Boom folks it’s clear as day what changed in second half of 2021. Variants less virulent than original but we had mandates & boosters hitting. This is a total shit show to behold.

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Entre-temps, Reinsurance Group of America a noté, lors de sa conférence téléphonique de jeudi sur les résultats, que le quatrième trimestre a été affecté par un niveau significatif de demandes de compensation pour la mortalité liée au Covid-19, malgré le fait que les vaccins contre le covid-19 existent depuis plus d’un an.

RGA: non-Covid claims are elevated due to “indirect” effects of Covid-19 pic.twitter.com/XHfgy4TSwS

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Remind us again how the vaccines are helping?

RGA: Life re-insurer reports profit in 4Q20 & a loss in 4Q21 on higher mortality pic.twitter.com/j0yAjCd2wt

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Le groupe d’assurance Hardford a également noté un pic de décès chez les jeunes, qui a atteint son apogée au troisième trimestre 2022, et a indiqué que la mortalité avait augmenté de 32 % par rapport aux niveaux de 2019 avant le covid, et de 20 % par rapport aux niveaux de 2020 avant la vaccination.

…because fewer older people dying, but younger people are dying more……very odd pic.twitter.com/CCfqXY3E3M

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 4, 2022

Le Dr Robert Malone, inventeur de la technologie à ARNm, a relevé ces données troublantes lors d’une récente apparition dans l’émission « War Room » de Steve Bannon :

Malone calling out bump in DOD data & Insurance company results for death & disability. pic.twitter.com/hV5Gsjr4uv

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 4, 2022

Is there a fancy Latin name for the fallacy where someone points out that a useless harmful covid mitigation measure is useless and harmful, and lockdowners respond with a link to a chart that shows covid kills people?

— Jay Bhattacharya (@DrJBhattacharya) February 4, 2022

Quelques questions clés pour les compagnies d’assurance :

  • Quelles sont les principales causes de décès pour 2020 et 2021 ?
  • Combien de personnes décédées étaient vaccinées par rapport à celles qui ne l’étaient pas ?

Reinsurance Group of America, par exemple, a déclaré un bénéfice au quatrième trimestre de 2020, alors que la majorité de la population n’était pas vaccinée et que la souche Covid-19 était plus mortelle, mais a enregistré une perte au quatrième trimestre de 2021, alors que plus de 60 % du pays était entièrement vacciné (et qu’environ 75 % avait reçu au moins une dose).

C’est peut-être la raison pour laquelle Pfizer se bat aujourd’hui activement pour supprimer les données de recherche soumises à l’approbation de la FDA – alors que le géant pharmaceutique et ses pairs continuent de bénéficier d’une immunité juridique pour les lésions dues aux vaccins.

Pour conclure, voici quelques conseils de Dowd, qui ne sont pas des conseils d’investissement :

Long funeral homes short life insurance. Not investment advice but illustrates my point. One industry is growing the other is not. $SCI $CSV pic.twitter.com/OIvUCQGdNX

— Ed Free Thinker & Oracle (@DowdEdward) February 3, 2022

Aube digitale

TVLibertés : passe-vaccinal, la dose de trop ! (vidéo 34:43)

Bulletin de réinformation toujours aussi précieux de TVLibertés mais le plus passionnant reste quand même la narration par Ivan Rioufol de la naissance et de la progression des doutes qu’il a très vite éprouvés à l’égard des prises de position officielles sur la prétendue pandémie. Dès février-mars-avril 2020, il apparaissait à tout esprit un tant soit peu critique qu’il se passait quelque chose de pas bien clair.

TVLibertés

Promotion : Olivier Véran annonce qu’une infection équivaudra désormais à une injection pour obtenir le passe-vaccinal, à condition d’avoir reçu au moins une dose de vaccin

C’était en février 2020, au moment où on aurait pu contenir l’épidémie…

Le mois du vaccin ! Promotion à saisir ! Tout doit disparaître !

Notre brillant ministre de la « Santé », Olivier Véran annonce que dorénavant, une infection permettra d’obtenir le fameux passe-vaccinal. Il suffira donc d’avoir été infecté pour détenir très provisoirement un passe-vaccinal mais attention, il faut pour cela avoir été piquousé au moins une fois !

Pas question de faire profiter les non-« vaccinés » de cette promotion !

Incroyable mais hélas vrai.

On commence à démonter : Un an après avoir été l’un des premiers à l’introduire, Israël va supprimer le pass sanitaire

Ne nous leurrons pas et ne donnons pas de faux espoirs, les choses n’iront pas aussi vite que l’on pourrait le souhaiter. Les faussaires sont démasqués et commencent à rétropédaler devant la prise de conscience croissante de ce qui ne reste qu’une minorité. Au Canada, le premier Ministre Justin Trudeau a été exfiltré par le service de sécurité et se terre comme un rat. Même des noms connus de la télévision comme Pascal Praud, Pujadas, Ruquier et quelques autres ont tout compris ou presque mais cela ne reste pour l’instant qu’une minorité. Chacun a le pouvoir de contribuer à la grande détoxification des esprits en relayant abondamment informations et vidéos que nous avons reproduites pas centaines sur ce blog. (NDLR)

Un an après avoir été l’un des premiers à l’introduire, Israël va supprimer le pass sanitaire
Dès dimanche, Israël va supprimer le pass sanitaire pour accéder à de nombreux endroits.

Israël va mettre fin, dès dimanche, à l’obligation de présenter un pass sanitaire dans un grand nombre de lieux, notamment les restaurants, les cinémas et les hôtels. Ce changement signifie que ces endroits seront à nouveau accessibles aux personnes non vaccinées contre la Covid.

Une preuve de vaccination ou de guérison sera toujours exigée pour les grands événements, tels que les mariages ou les fêtes, selon le changement de politique approuvé mardi par le cabinet israélien chargé de la lutte contre le coronavirus.

En outre, l’obligation de passer un test Covid-19 au départ d’Israël sera supprimée à partir de dimanche. Les passagers à l’arrivée devront, en revanche, toujours présenter la preuve d’un test négatif.

En février 2021, Israël avait été l’un des premiers pays au monde à introduire un système de pass sanitaire face à la crise du coronavirus. Ce laissez-passer, qui prouve le statut d’une personne au regard du coronavirus, était nécessaire pour entrer dans de nombreux commerces et lieux de divertissement.

Selon les experts, Israël a dépassé le pic de la vague causée par le variant Omicron, qui avait débuté en décembre.

Metro

Non, le passe « vaccinal » ne servira pas à rien !

Je viens de boucler un article sur le sujet sous le titre « Du passe vaccinal au crédit social » à paraitre dans le prochain numéro de la revue Synthèse nationale. Il semblerait que quelques pourcents de nos concitoyens commencent à comprendre une partie des enjeux cachés, ce qui explique la légère et provisoire inflexion observée dans plusieurs pays et, en France, uniquement dans les discours pour le moment.

Nous lisons et entendons, ici ou là, que le passe « vaccinal » serait d’ores et déjà obsolète, ne serait-ce que parce qu’il ne servirait à rien.

Cette idée, fausse, est extrêmement dangereuse. Elle entretient des illusions funestes et risque de démobiliser les personnes qui ne veulent pas de cet engin.

Bien sûr que le passe servira à quelque chose !

Les malfrats qui l’ont mis en place, ne sont pas des demeurés qui font n’importe quoi, comme cela, histoire de se distraire; ils servent des intérêts énormes et poursuivent des buts bien précis.

D’ailleurs, il n’y a qu’à s’informer auprès des promoteurs du passe, qui avouent de plus en plus impudemment leurs intentions, à commencer par le Sénat, dont des membres ont commis un rapport qui montre un bout de l’oreille.

La connexion de toutes les données

Le passe ne sera plus seulement « vaccinal » : il va devenir un instrument multifonctions, une espèce de tout-en-un du flicage totalitaire.

Il tiendra à la fois de la carte bancaire, de la carte de crédit, de la carte de sécurité sociale et de mutuelle, du titre de transport, du sésame informatique sans lequel il sera impossible d’accéder à quelque lieu que ce soit.

Il comportera notamment les données suivantes : santé (vaccinations, médicaments consommés, dépenses de soins et remboursements par la Sécu ou la mutuelle, hospitalisations, opérations chirurgicales, maladies chroniques, mutuelles privées etc); impôts (revenus déclarés; montant de l’impôt sur le revenu; déductions fiscales, avec y compris la mention des organisations, partis politiques, syndicats ou associations auxquels l’individu aura fait des dons ouvrant droit à ces déductions; taxe foncière etc); patrimoine (propriétés immobilières et mobilières, assurance-vie, actions en Bourse …); consommation (produits achetés en magasin ou sur internet; dépenses journalières, mensuelles, annuelles, par type de denrée, par saison etc); déplacements (par transports collectifs ou individuels); voyages (temps passé dans tel ou tel pays, hôtels ou campings réservés, sites visités, montant total de l’argent déboursé sur le lieu de villégiature …); crédits (par exemple, crédits immobiliers).

Une carte pour paiement numérique obligatoire

Le passe va servir aussi comme module de paiement numérique.

Ce procédé sera obligatoire. En effet, l’oligarchie cache de moins en moins sa volonté de supprimer le liquide, et ce, entre autres, pour la raison suivante : actuellement, maintes petites transactions ne permettent pas aux banques de percevoir une commission : par exemple, quand on achète une baguette de 1 euro au boulanger avec une pièce de monnaie, ni le client ni le commerçant ne versent à la banque un pourcentage sur cet euro.

Lire la suite

Ivermectine : autoriser ce médicament aurait empêché les confinements et mis aux arrêts la recherche

Ivermectine : Autoriser ce médicament aurait empêché les confinements et mis aux arrêts la recherche

Les agences sanitaires fédérales n’ont pas reconnu l’ivermectine comme un traitement efficace pour les patients atteints du COVID-19. Selon le docteur Leland Stillman, la raison est plus politique que scientifique, car sinon il n’y aurait aucune base pour les confinements ou les obligations de vaccination.

« Si l’ivermectine était reconnue par la santé publique et le milieu universitaire comme le médicament qu’elle est, qui traite les maladies virales aiguës, dont l’une est le COVID-19, toute la justification des confinements, des obligations, sans parler de la recherche et du développement de vaccins, s’évaporerait du jour au lendemain », a déclaré Stillman à The Epoch Times dans une interview récente.

Le Dr Leland Stillman lors d’un entretien avec The Epoch Times en Arizona en décembre 2021. (The Epoch Times)

Lire l’entretien 

Wikistrike

La coronafolie nous aveugle sur les manœuvres de l’oligarchie

L’avantage de la focalisation permanente sur la « pandémie » est bien sûr politicien pour Emmanuel Macron : elle permet de phagocyter l’élection présidentielle, en effaçant tout débat sur son déplorable bilan. Voire en essayant de modifier le processus électoral à son profit, sous prétexte de faire face à une nouvelle « contamination ». Mais plus encore, l’épidémie sert de divertissement à l’oligarchie, au sens propre du terme, pour nous faire oublier la politique de plus en plus dangereuse qu’elle conduit à nos dépens. La coronafolie nous aveugle.

Pendant qu’on nous parle d’épidémie, l’oligarchie continue en effet de programmer le chaos migratoire en Europe.
En 2021, l’agence Frontex a recensé 200 000 franchissements illégaux des frontières extérieures de l’Union européenne, soit une augmentation de 57 % par rapport à 2020. Encore ne s’agit-il que de chiffres officiels. En France, le nombre de mineurs non accompagnés a officiellement doublé en trois ans.

En d’autres termes, le changement de population qu’a programmé l’oligarchie en Europe s’accentue, avec la bénédiction des juges, du patronat, des ONG, des islamo-gauchistes et des gouvernements.
Et les violences au sein des sociétés multiculturelles et multiethniques que sont devenus les pays européens ne cessent plus, de même que les agressions contre les édifices ou symboles chrétiens. Certains chrétiens d’Orient nous le disent : cela a commencé comme cela chez eux aussi…
Mais cela réjouit les oligarques : car ce sont surtout les pauvres qui en sont victimes ! Et plus la population européenne vit dans la peur, plus elle se soumet.

Pendant qu’on nous parle d’Omicron, l’oligarchie poursuit ensuite en toute impunité sa tentative d’encerclement belliqueux des puissances émergentes

Aujourd’hui en Europe, après les révolutions de couleur, le projet affiché de l’OTAN est de s’étendre à l’Ukraine, malgré les mises en garde répétées de la Russie.

Car l’Ukraine dans l’OTAN, c’est non seulement la violation délibérée de la promesse faite à Gorbatchev par les États-Unis lors de la chute de l’URSS. Ce n’est pas seulement le refus obstiné de modifier une alliance qui ne se justifie plus. C’est surtout le remake, mais à l’envers, de la crise des missiles de Cuba : ce sont des bases américaines tout à côté de la Russie, des armes nucléaires de l’OTAN en mer Noire ou en mer d’Azov.

Mais pour nos médias et la plupart de nos politiciens, fidèles relais des positions du département d’État américain, c’est bien sûr la Russie qui menace l’Ukraine, pays fragile sinon factice porté à bout de bras et de dollars par les Occidentaux. Lesquels ne trouvent rien à redire non plus aux déclarations invraisemblables des « responsables » américains promettant en permanence une avalanche de sanctions illégales contre tous ceux qui déplaisent à l’oncle Sam.

Et pas une semaine de répit dans le bourrage de crânes – comme on disait pendant la guerre de 1914-1918 – contre les Russes, les Iraniens ou contre les Chinois ! Nous sommes en pleine 4ème guerre mondiale ! – Le Zoom – Michel Geoffroy – TVLLire cette vidéo sur YouTube.

En Asie aussi, l’oligarchie joue à la guerre

En Asie, face à la Chine dont la progression illustre la remise en cause de la domination américaine – occidentale – sur le monde comme l’avait prévu Samuel Huntington, on nous rejoue avec Hong Kong, Taïwan ou le sort des Rohingyas le même psychodrame belliqueux.

Veut-on nous faire mourir pour Taïwan sous prétexte que les États-Unis ont promis, imprudemment, d’apporter leur soutien à ce résidu historique de la guerre civile chinoise ? Doit-on vraiment considérer que nos intérêts stratégiques se situent en mer de Chine ?

Et comme il est plaisant de voir tous ces Occidentaux qui ont bradé leurs empires coloniaux prendre aujourd’hui fait et cause pour les manifestants de Hong Kong qui réclament le maintien de leur statut… d’ancienne possession anglaise ! Et alors qu’ils matraquent sans états d’âme et comme les Chinois leur propre population qui manifeste.

https://www.polemia.com/en-2022-face-a-la-tyrannie-il-faudra-rester-debout/embed/#?secret=MOsX5gTbX9

Pendant qu’on nous endort sur l’air des vaccins, l’oligarchie rêve d’enrôler l’Europe dans une nouvelle guerre mondiale et, si possible, une nouvelle fois sur son propre sol

Une guerre religieuse, une guerre civile ou une guerre avec la Russie, qui viendrait s’ajouter à la guerre économique. Quelle belle perspective quand on voit ce que l’oligarchie a fait du Moyen-Orient !

Parce que, dans le nouveau système économique dans lequel elle nous a fait entrer, l’oligarchie mondialiste n’a plus besoin des Européens vieillissants. L’intelligence artificielle, les délocalisations et l’immigration pourvoiront à tous les besoins des grandes entreprises mondialisées. Et parce que la superclasse mondiale vit déjà dans un monde à part, transnational et surprotégé. Que les Européens s’appauvrissent ou n’aient plus de travail ne réduira en rien sa richesse ni son confort[1].

Que l’Union européenne soit de plus en plus tyrannique – et sur ce plan la crise du Covid a servi de révélateur, comme on dit en photographie – ne peut que servir les intérêts de la superclasse mondiale : cela contribuera à museler ces peuples réticents aux bienfaits de l’heureuse mondialisation !

Et que la révolution arc-en-ciel ou woke détruise la civilisation de la vieille Europe ne gêne nullement la superclasse mondiale : ses futurs marchés, son avenir se situent en Afrique, en Asie et dans le Pacifique. Et demain sur d’autres planètes que les milliardaires programment déjà d’exploiter. Alors, adieu, vieille Europe !

***

La coronafolie ne nous prive pas seulement de nos libertés. Elle nous rend aussi sourds et aveugles aux menaces qui s’accumulent sur notre avenir.

Polemia

Des chiffres en voici et ils confirment ce que nous répétons depuis le début : la « vaccination » a très fortement aggravé la situation

Omicron, vaccins, petit tour du monde en images

J’ai une grande admiration pour les caricaturistes. En un dessin, une bulle de 3 mots, ils arrivent à faire passer un message bien plus efficacement qu’en 2 pages. J’en suis bien incapable, alors j’essaye avec mes moyens, avec quelques courbes.

FRANCE :

Commençons par l’intervention de notre premier ministre avec le ministre des solidarités et de la santé, le 27 décembre 2021 (à partir de 13’55’’) :

Vous avez dit le mieux protégé au monde ? Résultat : la France est championne du monde des contaminations.

Notre premier ministre notait pourtant un grand changement par rapport à l’an dernier, en mieux, se félicitant par-là de toutes les mesures prises depuis un an. (N.B. Sous-titrages ministère, les écrits sont les paroles prononcées)

Nous ne savons pas de quels changements il parle. Que peut-on voir pour étayer ces propos ?

Quelle est la différence principale entre fin 2020 et fin 2021 ? A priori la vaccination. En chiffres, et en date du 27 décembre 2021, avant omicron, qu’est-ce que cela donne ?

Lire la suite

Coronacircus la représentation continue : une combinaison des variants Delta et Omicron observée chez des patients à Chypre

Omicron et Delta pourraient-ils fusionner ? C’est ce que laissent penser les déclarations d’un biologiste chypriote qui affirme avoir observé ce phénomène chez certains patients hospitalisés.

« Deltacron », pour la contraction de Delta et d’Omicon, ces deux variants du Covid qui circulent actuellement de façon majoritaire, a été observé à Chypre chez environ 25 patients.

Leondios Kostrikis, professeur de Biologie à l’Université de Chypre a indiqué à la télévision qu’il y avait « actuellement des co-infections omicron et delta et nous avons trouvé cette souche qui est une combinaison de ces deux« , rapporte l’agence de presse Bloomberg, comme l’a repéré l’Indépendant. 

Une découverte qu’il faut analyser

Le chercheur chypriote explique qu’il l’a surnommé « deltacron » en raison « de l’identification de signatures génétiques de type omicron dans les génomes delta ».

Selon Bloomberg, les chercheurs ont envoyé ces découvertes au Gisaid, la base de données internationale sur les virus. Pour l’heure, la découverte est trop récente pour savoir quel est l’impact d’une telle fusion entre Omicron et Delta. « On verra à l’avenir si cette souche est plus pathologique ou plus contagieuse ou si elle prévaudra », indique encore Leondios Kostrikis.

En France, les deux variants continuent de circuler très largement dans la population. 303 669 nouvelles contaminations ont été enregistrées ces dernières 24 h en France annonce Santé publique France. C’est la troisième fois que le cap des 300 000 nouveaux cas est franchi depuis le début de l’épidémie. 

Midi libre

Il se passe quelque chose : même Israël, l’État le plus vaccinolâtre au monde, suspend la quatrième « dose »…

Quotidien Les Échos, 29 décembre 2021

Les scientifiques israéliens découvrent-ils enfin les vertus de l’immunité collective telle que définie depuis longtemps par quelques-unes de nos élites scientifiques françaises et internationales injustement ostracisées (Pr Raoult, Perronne, Fourtillan, Alexandra Henrion-Caude et autres…) ?

Dont acte et nous allons suivre attentivement ce surprenant tournant…

Lire et faire circuler le livre le plus complet sur le sujet : « Covid-19 – Enquête sur un virus« , de Philippe Aimar